De l’accentuation dans le back office

Le problème des accents enfin résolu !

À l’occasion de mises à jour importantes  des solutions informatiques utilisées pour le développement de Dezède (passage à la version 2.8.0 notamment avec passage à Django 1.8), une amélioration notable a été apportée au moteur de recherche du back office, qui permet de rechercher une donnée  sans tenir compte de son accentuation. Cela concerne la plupart des usages orthographiques, issus naturellement de l’alphabet latin (fig. 1-6 et 11-12), mais également de l’alphabet cyrillique (fig. 7-10).

Cette amélioration s’applique à l’ensemble de la base de données, autant sur les œuvres (fig. 1-3), les individus (fig. 4) que sur les lieux (fig. 5-6).

Accents1
fig. 1 – exemple d’une majuscule accentuée
Accents2
fig. 2 – exemple de l’accent circonflexe
Accents3
fig. 3 – exemple de l’épreuve
Accents6
fig. 4 – exemple de Fauré
Accents4
fig. 5 – exemple de la ville d’Évreux
Accents5
fig. 6 – exemple du mot Évêque comportant deux accents différents

Notre expérience pédagogique montre que les jeunes générations ont majoritairement tendance à interroger les moteurs de recherche en tapant des données non accentuées. Cette pratique contre laquelle il est impossible de lutter avait pour conséquence de multiplier les doublons dans Dezède, qui, jusqu’au début de l’année 2016, ne proposait aucune tolérance sur cette question. Ainsi, si l’on tapait “ Faure ” pour trouver “ Fauré ”, la donnée n’apparaissait pas, en conséquence de quoi l’utilisateur créait ensuite un doublon… Remarquons que cette amélioration tend également vers une internationalisation du logiciel, front office et back office, l’idée étant de permettre la saisie de données sur n’importe quel clavier du monde en laissant de côté la question de l’accentuation qui reste complexe d’une langue à l’autre, ou d’une culture à l’autre. Voici quelques exemples en cyrillique :

Accents7
fig. 7
Accents8
fig. 8
Accents10
fig. 9
Accents9
fig. 10

Si je ne pratique pas l’espagnol et que je ne sais pas si telle donnée doit comporter un accent (Gomez ou Gómez, fig. 11) ou un tilde (Vines ou Viñes, fig. 12), il suffit donc de taper sans accent pour retrouver les autorités accentuées. Par ailleurs, si je connais la bonne orthographe de ces noms (avec accents), mais que je ne sais pas comment créer ces accents sur mon clavier (sans passer par les caractères spéciaux ou sans avoir connaissance de tous les raccourcis clavier), il suffit de procéder de la même manière.

Accents12
fig. 11 – exemple de l’espagnol
Accents11
fig. 12 – autre exemple de l’espagnol

Enfin, cette amélioration apporte quelques solutions à d’autres problèmes pas encore tout à fait résolus, comme le oe ligaturé en français (œ), qui est source de nombreux doublons. Si nous engageons les utilisateurs à rechercher les données en ligaturant le “o” et le “e” (par exemple, “chœur” et non “choeur”), le réflexe n’est pas acquis par tout le monde et cohabitent dans la base de données des doublons qu’il faudra fusionner le jour où ce problème sera totalement résolu. Mais enfin, signalons avec l’exemple du mot “œuvre” qu’en tapant la donnée en ligaturant le “o” et le “e”, Dezède renvoie toutes les propositions ligaturées ou non (fig. 13) ; en revanche, en tapant sans ligature, Dezède ne renvoie que les données non ligaturées (fig. 14). Là est pour l’heure la limite de cette belle évolution !

oeuvre1
fig. 13 – “ œuvre ” (oe ligaturé)
oeuvre2
fig. 14 – “ oeuvre ” (oe non ligaturé)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *