Erik Satie aux Concerts de La Pléiade

Version 2Né il y a cent cinquante à Honfleur le 17 mai 1866, Erik Satie a récemment fait l’objet d’une polémique ayant permis de mettre un coup de projecteur sur une commémoration assez discrète jusqu’à présent. Personnage haut en couleur, Satie n’en fut pas moins compositeur et un détour par le dossier de l’Association française des orchestres permettra de constater que ses œuvres sont encore inscrites sur les programmes des concerts symphoniques des dernières années.

« Alcoolique du parti socialo-communiste », pour reprendre l’expression utilisée par un élu de la République, Satie ne semblait guère prédestiné à voir son nom inscrit sur des programmes de concerts de l’Occupation. C’est pourtant le cas de ses Trois morceaux en forme de poire et de Socrate.

Le cadre n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de celui des Concerts de La Pléiade organisés par Denise Tual pour le compte des éditions Gallimard. Le nombre des concerts, une grande partie sous l’Occupation et l’autre plus réduite dans les premières années de l’avant-guerre, est peu important. Ces concerts sont néanmoins le reflet de la singularité d’une période inouïe et de la continuité de la vie musicale française après le retour de la démocratie.

Le dossier des concerts de la Pléiade est consultable sur le site Dezède. Il est le complément d’un article de Myriam Chimènes, « Les Concerts de La Pléiade. La musique au secours de la sociabilité », paru dans La musique à Paris sous l’Occupation.

> Consultez le dossier “ Concerts de La Pléiade (1943-1947) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Erik Satie aux Concerts de La Pléiade », Carnet Dezède, 18/06/2016, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/339

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *