Archives de catégorie : Actualité

Dezède à Royaumont : épisode 5

Plusieurs étudiants du master de musicologie de l’université de Rouen ont séjourné à la Fondation Royaumont les 16 et 17 juin 2017. Accueillis à la bibliothèque François Lang par Thomas Vernet, ils ont apporté une nouvelle contribution au projet de reconstitution des programmes des concerts organisés à la Fondation depuis son origine.

Entamé en 2013, ce projet de recherche a déjà permis de réunir plus de cent trente programmes. L’objectif est de rassembler tous les événements musicaux organisés à la Fondation Royaumont depuis les premiers concerts donnés dans ce lieu par la Revue musicale en 1936 jusqu’à la création du Centre de la voix en 1977. La promotion 2017 a permis de reconstituer un ensemble de programmes de concert organisés dans le cadre des Semaines musicales entre 1959 et 1963, en même temps qu’ont été intégrées les sources (affiches, programmes de salle, brochures de saison) consultables en ligne.

Il est prévu de poursuivre ce chantier l’an prochain avec une nouvelle promotion d’étudiants, à la suite d’un Workshop qui réunira pour la première fois les chercheurs utilisant Dezède dans le cadre de leurs travaux.

> Consultez le dossier  » Concerts à l’abbaye de Royaumont  » sur Dezède

La création de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a pris fin. Il poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été débuté l’année précédente avec un autre groupe d’étudiants. La transcription des articles contenus dans le « Livre de souvenirs » du chanteur Paul Stuart conservé à la bibliothèque municipale de Rouen est très avancée mais pas encore achevée.

Le second consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Charlotte Fellous.

Hugo et Dumas comme vous ne les avez jamais vus… et entendus !

Des extraits de Lucrèce Borgia (Hugo, 1832) et de La Tour de Nesle (Dumas, 1833) seront présentés avec les musiques originales de Louis-Alexandre Piccinni, lors d’un spectacle exceptionnel le jeudi 18 mai 2017 à 20h30 à la Bibliothèque Paul Marmottan (Boulogne-Billancourt). Ce spectacle fait partie du colloque La musique de scène dans le théâtre parlé de Diderot à Hugo (dir. Olivier Bara, Solveig Serre et Patrick Taïeb, 18-20 mai 2017) qui réunit pendant trois jours des chercheurs et des universitaires, spécialistes d’histoire de l’art dramatique des Lumières au Romantisme. Sa vocation est d’expérimenter et de montrer la rencontre du texte théâtral avec les musiques que les auteurs avaient utilisées au moment de la création.

Cette expérimentation modeste fait venir à l’esprit des considérations infinies concernant la difficulté d’opérer la rencontre du son, du texte, du geste, de l’accessoire, du costume et du décor. Elle ouvre un champ aux investigations sur la collaboration entre les créateurs et sur l’organisation de la production théâtrale à l’époque d’Hugo et de Dumas. Elles éclairent également le statut du texte monument diffusé par les éditions scolaires ou savantes et sa distance avec le texte événement utilisé pour les premières représentations. Les textes utilisés ce soir sont l’édition Calmann Lévy des Œuvres complètes de Dumas datant de 1883 et la 2e édition Renduel, annotée par le régisseur du théâtre en 1833 suivant les intentions de Victor Hugo, pour Lucrèce Borgia. Le travail de répétition a été accompli avec une réduction pour le piano de la partition d’orchestre reconstitué d’après les sources montpelliéraines, puis qui a été arrangée pour un quatuor composé d’un piano, d’une flûte, d’un violon, d’un violoncelle.

Ces musiques sont l’œuvre du petit-fils illégitime de Nicolò Piccinni, Louis Alexandre Piccinni, compositeur génial et inspiré – sorte d’Ennio Morricone du théâtre romantique –, auteur de plus de 180 musiques de scène pour les théâtres secondaires parisiens entre 1800 et 1840, et pour des auteurs aussi divers que Victor Hugo, Alexandre Dumas, Guilbert de Pixérécourt, Victor Ducange, Anicet Bourgeois ou Frédérick Lemaître. Abandonnées ou remplacées depuis la fin du XIXe siècle, les partitions de La Tour de Nesle et de Lucrèce Borgia étaient considérées comme perdues et n’étaient encore connues que grâce à des documents très fragmentaires conservés au département de la musique de la Bibliothèque Nationale de France.

En 2012, à l’occasion d’un séminaire musicologique dédié aux musiques de scène à l’Université de Paul Valéry Montpellier 3, Benoît Louriou et Fernando Morrison font coup sur coup la découverte dans les fonds publics de la ville de Montpellier de lots complets de matériels d’orchestre de ces deux ouvrages emblématiques de la naissance du drame romantique au Théâtre de la Porte Saint Martin. Ce sont ces sources uniques qui sont utilisées dans le spectacle.

Les partitions étaient conçues pour un orchestre dont la nomenclature et l’effectif sont ceux de la cinquième symphonie de Beethoven, c’est-à-dire qu’elles requéraient une cinquantaine de musiciens et conviaient l’orchestre symphonique complet des années 1830. Pour des raisons budgétaires, il n’a pas été possible de monter une pièce en entier ni de réunir un dispositif musical aussi ambitieux. Les organisateurs du colloque et les artistes ont souhaité cependant en présenter des extraits pour l’intérêt de nos débats mais aussi dans l’intention de susciter la curiosité, avec l’espoir que ces moyens pourraient être réunis un jour et aboutir à une restitution intégrale. [Communiqué de Patrick Taïeb]

> Téléchargez l’affiche du spectacle.

> Lisez un article plus développé sur cette redécouverte et ce spectacle, publié dans le DIT en avril 2017.

> Alexandre Piccinni dans Dezède.

Illustration : Vue de la Tour de Nesle par Albert Lenoir (1801-1891), Bibliothèque de l’INHA, Don André Lenoir.

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : 2e session

Le dossier intitulé « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 », déjà présenté dans le Carnet Dezède en mai 2016, vient de voir son dossier de presse enrichi.  L’ajout d’articles de presse transcrits a été réalisé dans le cadre d’un cours de licence pendant le second semestre de l’année universitaire 2016-2017. Ce sont cinquante-cinq articles issus du « Livre de souvenirs » de Paul Stuart, un recueil factice constitué par l’interprète de Mime, qui ont été transcrits par dix-neuf étudiants de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée (licence 3). De plus amples informations sur l’origine des sources sont consultables sur la page de présentation du dossier.

> Consultez le dossier “ Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

DICTECO, le Dictionnaire des écrits de compositeurs

Une nouveauté dans le paysage des humanités numériques : https://dicteco.huma-num.fr/

dictecoDicteco est une application contributive créée par Emmanuel Reibel en collaboration avec Michel Duchesneau, Valérie Dufour et le réseau international d’étude sur les écrits de compositeurs.

Elle est dédiée aux écrits de compositeurs. Ses objectifs sont les suivants : recenser les écrits de compositeurs ; répertorier les numérisations existantes d’écrits de compositeurs ; présenter les écrits de compositeurs sous forme de notices de dictionnaire ; éditer des corpus rares.

Emmanuel Reibel présentera Dicteco le 10 juillet 2017 à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris dans le cadre des rencontres du groupe Francophone Music Criticism.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur Dicteco !

Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2016-2017

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu (lundi, 17h30-19h)

Alexandre Dumas père et Marie Dumas Photographie de l'Atelier Nadar Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-235 (2)
Alexandre Dumas père et Marie Dumas
Photographie de l’Atelier Nadar
Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-235 (2)

Après les conférences de Patrick Besnier le 14 novembre 2016 (‘Trop, c’est trop !’ : le théâtre de 1829 à 1870) et de Roland Huesca le 12 décembre 2016 (Danser nu à la fin du XXe siècle : du concept à l’ivresse), le séminaire Histoire du spectacle vivant se poursuit en 2017 :

9 janvier > Sylvain Ledda et Anne-Marie Callet-Bianco, Le Théâtre complet d’Alexandre Dumas

6 février > Jacqueline Razgonnikoff, Le Théâtre aux Armées. ‘La rencontre des comédiens qui passent et des soldats
qui s’en vont’ (Dussane)

6 mars > Simon Chemama, Sur l’œuvre de Michel Vinaver et l’histoire du contemporain

3 avril > Véronique Perruchon, Noir. Lumière et théâtralité

15 mai > Pascale Goestschel, Perspectives renouvelées pour une histoire du théâtre en France au XXe siècle : confrontation des discours et des pratiques

12 juin > Jean-Pierre Ryngaert, Statut de la parole et évolution des formes du dialogue

> Programme détaillé du séminaire

Une recréation de Stratonice par les Emportés

Paris, Théâtre Le Passage vers les étoiles, 21 janvier, 4, 18 et 21 février 2017, 16h

stratoniceOpéra en un acte de Méhul, Stratonice a marqué durablement le répertoire de l’Opéra-Comique entre la Révolution et la Restauration (voir sur Dezède). L’œuvre est même reprise dans une version remaniée par le neveu du compositeur à l’Académie royale de Musique en 1827 (voir sur Chronopéra). Le succès de la création lui vaut également une parodie connue sous le titre de Nice de Desprez et Ségur (Théâtre du Vaudeville, 6 juin 1792). Œuvre de génie et œuvre majeure, d’après Chérubini, Stratonice sera présenté dans une version de chambre – sans orchestre –, mais mise en scène, par la troupe des Emportés, qui avait déjà sévi l’an dernier du côté de Dalayrac avec son Adolphe et Clara. La direction artistique est assurée par Maxime Margollé, docteur en musicologie produisant actuellement dans Dezède une chronologie de l’Opéra-Comique entre la Révolution et le Consulat. À ses côtés, on remarquera l’excellent Benjamin Pintiaux à la mise en scène et Thomas Tacquet à la direction musicale, avec, pour la distribution des rôles principaux, Alice Lestang, David Tricou, Fabien Hyon et Fabrice Alibert.

On pourra se préparer à cette récréation en découvrant ou en redécouvrant l’excellente version dirigée par William Christie sortie en 1996, avec une Stratonice alors incarnée par Patricia Petitbon, deux années avant sa révélation comme artiste lyrique aux Victoires de la musique classique.

> Pour en savoir plus, Les Emportés ont un site !

> Stratonice in progress au Château de Valençay

 

 

Les premiers concerts populaires à Angers (1864-1865)

Portrait de Charles Hetzel, Archives départementales de Maine-et-Loire, 11 Fi 966
Portrait de Charles Hetzel, Archives départementales de Maine-et-Loire, 11 Fi 966

Fondateur en 1857 du conservatoire de musique d’Angers, Charles Hetzel (1811-1884) crée en 1864 les Concerts populaires. Se revendiquant de Jules Pasdeloup, qui avait inauguré trois ans auparavant les Concerts populaires de musique classique à Paris, Hetzel investit une salle située dans un quartier populaire et fixe le prix des billets d’entrée à cinquante centimes. Faute d’un véritable orchestre, il se voit contraint de privilégier les œuvres courtes et plus particulièrement les extraits chantés d’opéras alors que, dans le même temps, Pasdeloup promeut plutôt le répertoire symphonique. L’entreprise angevine ne connaît pourtant pas le glorieux destin de son modèle parisien et se réduit à seulement onze concerts au cours de la saison 1864-1865. Malgré cet échec précipité, ces concerts sont d’autant plus le reflet de la vitalité musicale de la ville d’Angers qu’ils font face à la concurrence des Matinées de musique classique organisées par une société de musique de chambre ayant trouvé refuge dans le très distingué Cercle du boulevard. Plus d’une décennie plus tard, en 1877, l’Association artistique d’Angers réussira à réaliser une synthèse entre l’exigence, en termes de programmation, de la société de musique de chambre, et la vocation éducative des concerts populaires de Charles Hetzel.

> Consultez le dossier “ Les concerts populaires de Charles Hetzel à Angers (1864-1865) ” sur Dezède

Le Grand Festival Mozart à Paris en 1941

capture-decran-2016-12-12-a-19-31-49Entre le 30 novembre et le 7 décembre 1941, l’Institut allemand organise un Grand Festival Mozart à Paris pour commémorer le 150e anniversaire du décès du compositeur le 5 décembre 1791. Dans le même temps où un festival mozartien d’une ampleur inégalée se tient à Vienne, les festivités parisiennes sont néanmoins remarquables. Les autorités d’occupation, par l’entremise de la structure chargée de favoriser la collaboration culturelle entre la France et l’Allemagne, programment deux représentations d’opéra et sept concerts. Plusieurs d’entre eux, notamment le Requiem donné au Palais de Chaillot le jour anniversaire, réunissent des interprètes français et allemands.

Ce nouveau dossier a été réalisé dans le cadre d’un séminaire de master à l’université de Rouen. Il s’inscrit dans un projet de reconstitution des programmes des concerts à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale.

> Consultez le dossier “ Grand Festival Mozart ” sur Dezède

Les Concerts Lamoureux

BHVP, 4C-EPP-1534 – Version 2Après Jules Pasdeloup en 1861 et Édouard Colonne en 1873, Charles Lamoureux fonde en 1881 son propre orchestre symphonique auquel il donne le nom de Société des nouveaux concerts. Très vite, à l’image des Concerts Pasdeloup et des Concerts Colonne, elle sera rebaptisée Concerts Lamoureux. Aujourd’hui encore, après près de 140 ans d’existence, la société poursuit son activité. Le dossier « Concerts Lamoureux (1881-1899) » comporte les 451 concerts placés — à quelques exceptions près — sous la direction du fondateur de la société avant son décès le 21 décembre 1899. Pendant dix-huit ans, Lamoureux avait fait de son orchestre l’instrument de diffusion de la musique de Wagner en France. Des extraits des œuvres du compositeur allemand sont inscrits sur les programmes des concerts hebdomadaires presque tous les dimanches sans exception !

Ce nouveau dossier est la première étape d’un projet visant à réunir dans Dezède les répertoires des trois associations de concerts parisiennes dont l’activité s’étend sur plus d’un siècle et demi.

> Consultez le dossier “ Concerts Lamoureux (1881-1899) ” sur Dezède

Erik Satie aux Concerts de La Pléiade

Version 2Né il y a cent cinquante à Honfleur le 17 mai 1866, Erik Satie a récemment fait l’objet d’une polémique ayant permis de mettre un coup de projecteur sur une commémoration assez discrète jusqu’à présent. Personnage haut en couleur, Satie n’en fut pas moins compositeur et un détour par le dossier de l’Association française des orchestres permettra de constater que ses œuvres sont encore inscrites sur les programmes des concerts symphoniques des dernières années.

« Alcoolique du parti socialo-communiste », pour reprendre l’expression utilisée par un élu de la République, Satie ne semblait guère prédestiné à voir son nom inscrit sur des programmes de concerts de l’Occupation. C’est pourtant le cas de ses Trois morceaux en forme de poire et de Socrate.

Le cadre n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de celui des Concerts de La Pléiade organisés par Denise Tual pour le compte des éditions Gallimard. Le nombre des concerts, une grande partie sous l’Occupation et l’autre plus réduite dans les premières années de l’avant-guerre, est peu important. Ces concerts sont néanmoins le reflet de la singularité d’une période inouïe et de la continuité de la vie musicale française après le retour de la démocratie.

Le dossier des concerts de la Pléiade est consultable sur le site Dezède. Il est le complément d’un article de Myriam Chimènes, « Les Concerts de La Pléiade. La musique au secours de la sociabilité », paru dans La musique à Paris sous l’Occupation.

> Consultez le dossier “ Concerts de La Pléiade (1943-1947) ” sur Dezède

Dezède à la Fondation Royaumont

DSC03352Des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen, auxquels s’est joint Maxime Margollé, ont séjourné à la Fondation Royaumont les 10 et 11 juin 2016. Accueillis à la bibliothèque François Lang par Thomas Vernet, ils ont apporté leur contribution au projet de reconstitution des programmes des concerts organisés à la Fondation depuis son origine.

Entamé en 2013, ce projet de recherche a déjà permis de réunir plus de quatre-vingt-dix programmes. Les premiers, entre 1936 et 1939, sont ceux des concerts organisés dans ce lieu par la Revue musicale. Après une interruption de neuf ans, les Semaines musicales internationales sont inaugurées en 1948. Chacune des années suivantes, elles connaissent une nouvelle édition au côté de laquelle viennent s’ajouter d’autres événements musicaux.

Il est prévu de poursuivre ce chantier dans les prochaines années avec l’objectif de rassembler tous les événements musicaux organisés à la Fondation Royaumont jusqu’à la création du Centre de la voix en 1977.

> Consultez le dossier  » Concerts à l’abbaye de Royaumont  » sur Dezède

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Capture d’écran 2016-05-17 à 16.08.33
Illustration de la couverture de l’Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen par Jules-Édouard Bouteiller (1860-1880)

Le programme et l’enregistrement des communications de la journée d’études L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914) sont consultables sur cette page du Centre Georges Chevrier. Faisant suite à la première de Médée de Chérunini à l’Opéra de Dijon, cette journée a été organisée le 18 mai 2016 dans le Grand salon de l’Opéra de Dijon par Séverine Féron, Philippe Poirrier (CGC, UMR CNRS-uB 7366) et Patrick Taïeb (IRCL 5186, Université de Montpellier III).

La question de l’historiographie est au cœur des réflexions de l’équipe Dezède, qui cherche à développer un module d’indexation des études sur les théâtres produites entre la fin de l’Ancien Régime et la Seconde Guerre mondiale.

> Téléchargez le programme de la journée

De la recherche d’une ville dans le back office

Vous n’arrivez pas à trouver une ville ?

Si les dernières mises à jour ont apporté tout un lot d’améliorations dans le back office en 2016, le moteur de recherche a perdu un peu de sa pertinence, en particulier pour la recherche des lieux. Nous mettons tout en œuvre pour améliorer ce défaut.

Partons d’un exemple connu : Paris. Si je recherche cette donnée dans une rubrique “ Lieu ” du back office, je constate qu’elle n’apparaît pas dans la liste courte (fig. 1).

Lieu1
fig. 1

Il est important de noter que l’absence de la donnée dans la liste courte ne signifie pas nécessairement que la donnée n’existe pas dans Dezède. C’est pourquoi, avant de créer cette donnée supposée existante (Paris tout de même !) et de créer un doublon dans la base de données, il est indispensable de procéder à une vérification en passant par la loupe qui se trouve au bout de la rubrique. La loupe donne accès à la liste de tous les lieux créés dans Dezède (salles, villes, départements, provinces, régions, états, pays, etc.), soit pour Paris, 15 pages à raison de 20 résultats par page, autrement dit 281 résultats… (fig. 2)

Lieu2
fig. 2

Dezède recherche non seulement la ville de Paris, mais également tous les lieux (salles) associés à cette ville, ce qui explique ce résultat qui peut paraître un peu étrange. Où se trouve Paris dans cette liste ? C’est simple à la lettre P, les lieux étant classés dans l’ordre alphabétique : autrement dit, à la septième page de la liste (fig. 3).

Lieu3
fig. 3 : “ Paris ” est à la troisième ligne de septième page

C’est une manière de procéder pour retrouver un lieu, un peu fastidieuse convenons-en, mais qui fonctionne.

Revenons à la rubrique “ lieu ” (fig. 1) et tentons de contourner momentanément le problème, en évitant notamment de passer par la loupe. Pour ce faire, je vais utiliser une fonctionnalité structurante des données de Dezède : la récursivité. Paris est en effet la capitale de la France : il me suffit donc d’ajouter une contrainte de tri dans la rubrique des lieux et je tape “ Paris France ” (fig. 4).

Lieu4 copie
fig. 4

La donnée émerge alors à la surface et apparaît dans la liste courte (limitée à dix résultats) en troisième position. CQFD.

Je décline maintenant cette astuce à d’autres données de lieux, en particulier les noms homonymes, en prenant comme exemple la ville de Vienne. La recherche brute de la donnée ne donne rien, comme déjà démontré avec la ville de Paris (fig. 5).

Lieu5
fig. 5

En revanche, si je filtre en ajoutant une contrainte, la donnée sort immédiatement, selon que je recherche la ville de Vienne en Autriche (fig. 6) ou la ville de Vienne en France (fig. 7).

Lieu6
fig. 6
Lieu7
fig. 7

J’en profite pour signaler le niveau de récursivité des lieux : pour la France, chaque ville est associée à son département (lui-même à sa région, etc.), ce qui explique pourquoi dans le premier cas (fig. 6), j’associe la ville à son pays, et dans le second (fig. 7), la ville à son département. La division territoriale est un lourd chantier en cours de réalisation, et pour information, quatre pays ont été ainsi découpés : la France (ville-département-région), l’Italie (ville-province), l’Allemagne (ville-Land), les États-Unis (ville-état). Je renvoie ici à la table des lieux qui permettra de suivre l’évolution de ce chantier de la division territoriale.

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900

DSC03132
« À propos de Siegfried dont la première représentation en France a été donnée au Théâtre des Arts de Rouen sous la direction de M. Raoul François le 17 février 1900 », Bibliothèque municipale de Rouen [Resgg-33

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important en France dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre (Paris) en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France — voir sur Dezède le dossier « Lohengrin à Rouen (1891) ». Après plusieurs reprises de cet opéra, la mise à la scène du Vaisseau fantôme le 12 février 1896, de Tannhäuser le 22 janvier 1897, vient le tour de Siegfried donné en création française le 17 février 1900.

Ce dossier a été réalisé par des étudiants de licence de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée.

> Consultez le dossier “ La création de Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Source de l’illustration