Archives de catégorie : Formation

Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2017-2018)
Masset dans le rôle de Georges Brown (La Dame blanche)

Le cours de méthodologie reprend pour la cinquième année consécutive. Désormais inscrit en troisième année, il croise à nouveau le chemin des étudiants de l’an dernier qui avaient participé à ce programme (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Dans un premier temps, nous poursuivrons notre reconstitution d’un échantillon de l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats). Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à notre échantillon commencé en décembre 1825.

Dans un second temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

Dans un troisième temps, nous feuilletterons les pages de vieux numéros de Rock & Folk, à la recherche des annonces de concert à la fin des années 60 et au début des années 70. Nous voudrions ainsi poursuivre une réflexion déjà engagée sur le traitement de ce genre de spectales dans Dezède.

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Voir le dossier en cours  “ Rock en Seine-Maritime : des Yéyés au Punk (1968-1977) ” sous la direction de Thomas Bacquet

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970 », Carnet Dezède, 19/10/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/601

Dezède à Royaumont : épisode 5

Plusieurs étudiants du master de musicologie de l’université de Rouen ont séjourné à la Fondation Royaumont les 16 et 17 juin 2017. Accueillis à la bibliothèque François Lang par Thomas Vernet, ils ont apporté une nouvelle contribution au projet de reconstitution des programmes des concerts organisés à la Fondation depuis son origine.

Entamé en 2013, ce projet de recherche a déjà permis de réunir plus de cent trente programmes. L’objectif est de rassembler tous les événements musicaux organisés à la Fondation Royaumont depuis les premiers concerts donnés dans ce lieu par la Revue musicale en 1936 jusqu’à la création du Centre de la voix en 1977. La promotion 2017 a permis de reconstituer un ensemble de programmes de concert organisés dans le cadre des Semaines musicales entre 1959 et 1963, en même temps qu’ont été intégrées les sources (affiches, programmes de salle, brochures de saison) consultables en ligne.

Il est prévu de poursuivre ce chantier l’an prochain avec une nouvelle promotion d’étudiants, à la suite d’un Workshop qui réunira pour la première fois les chercheurs utilisant Dezède dans le cadre de leurs travaux.

> Consultez le dossier  » Concerts à l’abbaye de Royaumont  » sur Dezède

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dezède à Royaumont : épisode 5 », Carnet Dezède, 10/07/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/576

La création de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a pris fin. Il poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été débuté l’année précédente avec un autre groupe d’étudiants. La transcription des articles contenus dans le « Livre de souvenirs » du chanteur Paul Stuart conservé à la bibliothèque municipale de Rouen est très avancée mais pas encore achevée.

Le second consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Charlotte Fellous.

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « La création de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique », Carnet Dezède, 13/06/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/530

La Maîtrise de Radio France et Dezède

Essai de reconstitution de la saison 2016-2017 de la Maîtrise de Radio France, piloté par les étudiants de master 2 de l’université de Rouen

La Maîtrise de Radio France souffle cette année ses 70  bougies. Cherchant à archiver son passé tout en répondant aux attentes de ses maîtrisiens, l’équipe de la Maîtrise de Radio France s’est tournée récemment vers celle de Dezède pour tenter l’expérience de reconstituer la saison 2016-2017.

C’est dans le cadre d’un séminaire de méthodologie appliquée en master 2 que Frédéric Guérin, Jason Julliot, Amandine Justine, Claire Morvannou et Anthony Picard produisent cette archive sous la direction de Joann Élart. Le corpus est tout à fait passionnant, car il interroge dans Dezède un ensemble d’œuvres chorales nouvelles et des pratiques musicales encore peu abordées.

> Consultez le dossier de la saison 2016-2017 de la Maîtrise de Radio France

> Le concert des 70 ans en vidéo et sur Dezède

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La Maîtrise de Radio France et Dezède », Carnet Dezède, 30/04/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/481

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : 2e session

Le dossier intitulé « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 », déjà présenté dans le Carnet Dezède en mai 2016, vient de voir son dossier de presse enrichi.  L’ajout d’articles de presse transcrits a été réalisé dans le cadre d’un cours de licence pendant le second semestre de l’année universitaire 2016-2017. Ce sont cinquante-cinq articles issus du « Livre de souvenirs » de Paul Stuart, un recueil factice constitué par l’interprète de Mime, qui ont été transcrits par dix-neuf étudiants de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée (licence 3). De plus amples informations sur l’origine des sources sont consultables sur la page de présentation du dossier.

> Consultez le dossier “ Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : 2e session », Carnet Dezède, 07/04/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/466

Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017)

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en deuxième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2016-2017)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche) Paris, Martinet, 1841 BNF, BMO C-261 (15-1478)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche)
Paris, Martinet, 1841
BNF, BMO C-261 (15-1478)

Pour la quatrième année consécutive, le répertoire des théâtres de France est au cœur du cours de méthodologie et d’initiation à la recherche en L2 de musicologie à l’université de Rouen (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Nous commencerons par interroger la notion d’autorité d’œuvre, en découvrant les moyens de la définir à partir des ouvrages, des répertoires et des catalogues de référence. Nous mettrons ensuite en pratique la création de nouvelles autorités. D’un côté, nous poursuivrons l’enrichissement du répertoire de l’Opéra-Comique, en traitant la période 1783-1801 correspondant à l’activité de la première salle Favart (120 nouveaux titres). Pour rappel, nous avons saisi les années précédentes l’ensemble du répertoire de cette institution entre 1801 et 1926. De l’autre, nous nous pencherons sur le répertoire de concert, en prolongeant le travail des années précédentes : des cantates de Bach aux lieder de Schubert et Schumann, de la musique de chambre de Mozart aux trios de Haydn, des polonaises aux mazurkas de Chopin.

Dans un deuxième temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1821, à laquelle nous ajouterons donc les années 1821, 1822, 1823 et 1826.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous achèverons le dépouillement de la presse rouennaise sous la Restauration, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire de l’Opéra-Comique.

> Découvrez l’index des autorités d’œuvres

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le chantier Théâtre des Arts de Rouen

 

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017) », Carnet Dezède, 30/01/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/448

Le Grand Festival Mozart à Paris en 1941

capture-decran-2016-12-12-a-19-31-49Entre le 30 novembre et le 7 décembre 1941, l’Institut allemand organise un Grand Festival Mozart à Paris pour commémorer le 150e anniversaire du décès du compositeur le 5 décembre 1791. Dans le même temps où un festival mozartien d’une ampleur inégalée se tient à Vienne, les festivités parisiennes sont néanmoins remarquables. Les autorités d’occupation, par l’entremise de la structure chargée de favoriser la collaboration culturelle entre la France et l’Allemagne, programment deux représentations d’opéra et sept concerts. Plusieurs d’entre eux, notamment le Requiem donné au Palais de Chaillot le jour anniversaire, réunissent des interprètes français et allemands.

Ce nouveau dossier a été réalisé dans le cadre d’un séminaire de master à l’université de Rouen. Il s’inscrit dans un projet de reconstitution des programmes des concerts à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale.

> Consultez le dossier “ Grand Festival Mozart ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Grand Festival Mozart à Paris en 1941 », Carnet Dezède, 13/12/2016, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/402

De l’internationalisation de Dezède

Dezède est désormais disponible en allemand, en anglais, en espagnol et en italien !

drapeauxLe 12 octobre 2016, une amélioration majeure a été apportée à Dezède : la possibilité de changer de langue et de choisir entre l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien… en plus du français !

Depuis sa naissance, le projet Dezède a été pensé pour un développement vers l’international : nous venons de franchir une première étape décisive en proposant quatre traductions du site (front office et back office), dans les langues que nous avons jugées prioritaires. L’objectif de cette internationalisation est autant de diffuser les résultats des chercheurs et des partenaires français à l’étranger, que d’accueillir prochainement de nouveaux chercheurs et partenaires issus d’autres pays que la France et l’espace francophone.

L’internationalisation de Dezède a été rendue possible grâce au soutien de l’université de Rouen Normandie et de l’Institut de Recherche Inter-disciplinaire Homme Société, ayant reçu le soutien de la région Normandie. Nous tenons à les remercier vivement, et en particulier Mme Isabelle Mulot (IRIHS). Nous adressons également nos plus sincères remerciements à l’équipe des traductrices et des compliments bien mérités pour leur travail : Sara Iglesias pour la version allemande, Diane Tisdall pour la version anglaise, Marie Salgues pour la version espagnole et Rosalba Agresta pour la version italienne.

La traduction du site Dezède a été réalisée en trois temps :

  1. en juin 2016, nous avons relu complètement le site, en y apportant quelques mises à jour ; après quoi, notre développeur a déposé les contenus à traduire dans l’application Transifex : l’opération a consisté à isoler et marquer chacun des mots, expressions et phrases devant faire l’objet d’une traduction en leur associant un identifiant numérique ;
  2. de juin à septembre 2016, les contenus ont été traduits en quatre langues ;
  3. en octobre 2016, les contenus traduits ont enfin été intégrés dans Dezède et associés à un système de bascule permettant de passer d’une langue à l’autre.

Ce système de bascule est placé dans le menu déroulant des langues placé en haut à droite de la barre des menus. Il suffit d’y choisir une langue pour transférer le site, non seulement le front office mais également le back office, dans la langue souhaitée.

capture-decran-2016-10-26-a-07-01-58

L’internationalisation n’a cependant pas pour vocation la traduction des données, notamment des sources transcrites, qui resteront toujours dans les langues avec lesquelles elles ont été produites. Il ne s’agit pour le moment que d’une traduction de l’environnement du site. Notre prochain objectif à moyen terme dans ce domaine est double : 1) ajouter de nouvelles langues de consultation ; 2) soumettre d’autres contenus à la traduction (notamment, toutes les listes de valeurs restées en français).

Puisse cette amélioration contribuer à la diffusion des idées culturelles, historiques et patrimoniales autour des spectacles !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’internationalisation de Dezède », Carnet Dezède, 13/10/2016, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/186

Dezède à la Fondation Royaumont

DSC03352Des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen, auxquels s’est joint Maxime Margollé, ont séjourné à la Fondation Royaumont les 10 et 11 juin 2016. Accueillis à la bibliothèque François Lang par Thomas Vernet, ils ont apporté leur contribution au projet de reconstitution des programmes des concerts organisés à la Fondation depuis son origine.

Entamé en 2013, ce projet de recherche a déjà permis de réunir plus de quatre-vingt-dix programmes. Les premiers, entre 1936 et 1939, sont ceux des concerts organisés dans ce lieu par la Revue musicale. Après une interruption de neuf ans, les Semaines musicales internationales sont inaugurées en 1948. Chacune des années suivantes, elles connaissent une nouvelle édition au côté de laquelle viennent s’ajouter d’autres événements musicaux.

Il est prévu de poursuivre ce chantier dans les prochaines années avec l’objectif de rassembler tous les événements musicaux organisés à la Fondation Royaumont jusqu’à la création du Centre de la voix en 1977.

> Consultez le dossier  » Concerts à l’abbaye de Royaumont  » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Dezède à la Fondation Royaumont », Carnet Dezède, 11/06/2016, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/349

Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, "Le Monde illustré", 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart
Théâtre des arts, « Le Monde illustré », 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

La réalisation de la chronologie des spectacles dans le deuxième Théâtre des Arts de Rouen entre 1882 et 1940 se poursuit. Commencée en 2013, elle a bénéficié du travail des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de méthodologie de la recherche.

À ce jour, la chronologie réunit 4 774 événements répartis sur deux périodes : du 30 septembre 1882 au 2 avril 1903 et du 14 octobre 1912 au 6 avril 1914.

Le Théâtre des Arts de Rouen inauguré le 30 septembre 1882 remplace l’établissement ayant péri par les flammes le 25 avril 1876 après un siècle d’existence. Son activité se poursuit jusqu’à l’incendie qui le détruit partiellement le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction. Pendant cinquante-huit saisons, commençant autour du 1er octobre et s’achevant à la fin du mois d’avril, le Théâtre des Arts présente au public rouennais un répertoire constitué presque exclusivement d’œuvres lyriques.

> Consultez le dossier “ Le Théâtre des Arts à Rouen (1882-1940) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) », Carnet Dezède, 26/05/2016, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/330

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900

DSC03132
« À propos de Siegfried dont la première représentation en France a été donnée au Théâtre des Arts de Rouen sous la direction de M. Raoul François le 17 février 1900 », Bibliothèque municipale de Rouen [Resgg-33

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important en France dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre (Paris) en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France — voir sur Dezède le dossier « Lohengrin à Rouen (1891) ». Après plusieurs reprises de cet opéra, la mise à la scène du Vaisseau fantôme le 12 février 1896, de Tannhäuser le 22 janvier 1897, vient le tour de Siegfried donné en création française le 17 février 1900.

Ce dossier a été réalisé par des étudiants de licence de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée.

> Consultez le dossier “ La création de Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Source de l’illustration

Vers de nouveaux corpus : musiques de film et registres de la SACD

Cours de méthodologie spécialisée avec les étudiants inscrits en deuxième année de master de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Rose
Maquette du costume de Mlle Lionois par Louis-René Boquet, pour Rose et Colas, 1764, Bibliothèque nationale de France (Bibliothèque-Musée de l’Opéra) [D216 III-78

Trois expérimentations sont au programme de ce cours placé sous la responsabilité de Joann Élart.

Nous nous interrogerons tout d’abord sur les musiques de film, et en particulier, sur la manière de produire une autorité simple dans Dezède. L’objectif est de constituer, en présence d’une promotion d’étudiants spécialisée dans ce domaine, un ensemble d’autorités permettant de réfléchir à la modélisation de ce type de données entrant de plus en plus dans la composition des programmes de concert en France (lire ce billet). De fait, une autorité de musique de film est forcément reliée au film dont elle est issue. Pour autant, elle n’est pas obligatoirement autonome et peut être empruntée au répertoire symphonique classique, qu’il s’agisse d’une symphonie de Beethoven ou d’un concerto de Vivaldi.

Dans un deuxième temps, nous traiterons un échantillon extrait des registres de la SACD entre 1850 et 1890 : d’un côté, les registres des départements ; de l’autre, les registres des théâtres parisiens. Nous avons choisi un auteur en particulier, Pierre-Alexandre Monsigny (1729-1817), mis à l’honneur par la reprise de Rose et Colas à l’Opéra-Comique en 1862, parallèlement aux représentations du Déserteur depuis la reprise de 1844. Ces deux opéras-comiques composés sur des livrets de Michel-Jean Sedaine (1719-1797) seront au cœur de la communication que prononceront Patrick Taïeb et Joann Élart lors du colloque organisé par Judith Le Blanc, Raphaëlle Legrand et Marie-Cécile Schang les 13 et 14 mai à l’Hôtel Lauzu, Le théâtre de Sedaine : une œuvre en dialogue. Sources, diffusion, rayonnement. Tout en réfléchissant à des aspects méconnus touchant à l’économie du spectacle sous la Troisième République, les étudiants investis dans le projet participeront à la préparation de données qui feront l’objet d’une présentation lors de ce colloque.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique en poursuivant le chantier inauguré avec les étudiants de L2 qui consiste à produire une histoire des théâtres parisiens : à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats), chaque étudiant reconstituera une journée de l’intense activité théâtrale quotidienne, pour produire in fine un échantillon mensuel de la vie des spectacles dans la capitale en janvier 1826, immédiatement après la création La Dame blanche de Boieldieu.

Source de l’illustration

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Le répertoire des programmes des Concerts Lamoureux

Cours de méthodologie spécialisée avec les étudiants inscrits en première année de master de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Charles Lamoureux à la baguette
Charles Lamoureux à la baguette

Au cours du second semestre de l’année universitaire 2015-2016, les étudiants de master de l’université de Rouen vont participer sous la direction de Yannick Simon à la mise en ligne du répertoire des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par leur fondateur entre 1881 et 1899. Le corpus sera mis à la disposition des usagers en même temps que paraîtra une étude consacrée à cet important musicien français de la fin du XIXe siècle. Violoniste, Charles Lamoureux (1834-1899) fonde un quatuor à cordes qui interprète des œuvres de Brahms, une société destinée à promouvoir les oratorios (la Société de l’harmonie sacrée) et un orchestre symphonique, la Société des nouveaux concerts. Son nom est indissociablement lié à la diffusion des œuvres de Wagner en France.

> Concerts Lamoureux (dossier en cours)

> Voir aussi le dossier Société de l’Harmonie sacrée (1873-1875)

Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en deuxième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Jenny dans La Dame blanche
Jenny dans La Dame blanche

Pour la troisième année consécutive, il sera question du répertoire des théâtres de France dans les cours de méthodologie et d’initiation à la recherche en L2 de musicologie à l’université de Rouen (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Nous commencerons par nous interroger sur ce qu’est une autorité d’œuvre et comment la définir à partir des ouvrages, des répertoires et des catalogues de référence. Nous mettrons en pratique la création de nouvelles autorités. D’un côté, nous poursuivrons l’enrichissement du répertoire de l’Opéra-Comique, en complétant la période 1888-1926 (140 nouveaux titres). Pour rappel, nous avions traité les périodes 1805-1837 en 2013-2014 et 1837-1887 en 2014-2015. De l’autre, nous nous pencherons sur le répertoire de concerts, en prolongeant le travail des années précédentes : des cantates de Bach aux lieder de Schubert, des duos de Mozart aux trios de Haydn, des nocturnes aux valses de Chopin.

Dans un deuxième temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant doit traiter dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1818, et nous ajouterons cette année en plus des compléments sur cette période, les années 1819 à 1821.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique de deux manières différentes. Tout d’abord à Paris, par l’inauguration d’un nouveau chantier qui consistera à produire une histoire des théâtres parisiens : à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats), chaque étudiant reconstituera une journée de l’intense activité théâtrale quotidienne, pour produire in fine un échantillon mensuel de la vie des spectacles dans la capitale en décembre 1825, mois pendant lequel est créée La Dame blanche de Boieldieu ; ensuite, en achevant le dépouillement de la presse rouennaise sous la Restauration dans la perspective d’une reconstitution de l’activité d’une institution provinciale largement dominée par le répertoire de l’Opéra-Comique.

> Découvrez l’index des autorités d’œuvres

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Le chantier Théâtre des Arts de Rouen