Archives de catégorie : Articles et livres

L’actualité des articles et des livres en lien avec Dezède

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières

Quand le dossier Dezède devient l’annexe d’une publication

Yannick Simon, « L’émergence et la diffusion de la musique de chambre dans les régions françaises au XIXe siècle. L’exemple d’Angers (1864-1877) », Revue de musicologie, 101/2 (2015), p. 279-306

AmA, 9 Fi 015033Mis en ligne sur Dezède en 2013, le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » est désormais associé à un article depuis la parution du dernier numéro de la Revue de musicologie. À l’image de l’ensemble réunissant un dossier et un livre consacré à Lohengrin en France en 1891, le dossier et l’article dédiés aux concerts de musique de chambre à Angers entre 1864 et 1877 sont complémentaires. Ces deux publications bicéphales illustrent les capacités de Dezède à prendre place dans le domaine de l’édition scientifique. L’édition critique d’un corpus de programmes et le dossier de presse, l’un et l’autre sur un support numérique, s’inscrivent dans le prolongement d’une monographie sur papier.

Le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » et l’article de la Revue de musicologie nouvellement paru sont consacrés aux soixante-deux concerts de musique de chambre organisés à Angers entre le 27 novembre 1864 et le 25 mars 1877. Au cours de cette période, les différentes formations qui se succèdent accordent une place importante aux quatuors à cordes. Entre le 30 décembre 1866 et le 24 avril 1870, la formation instrumentale est composée de trois des membres du quatuor à cordes de Jean-Pierre Maurin (1822-1894), fondateur de la Société des derniers quatuors à cordes de Beethoven. Ils font découvrir au public angevin les derniers quatuors à cordes de Beethoven après l’avoir fait à Paris mais aussi dans d’autres villes françaises. Car au delà d’une étude des concerts angevins, de leur programmation et de leur réception, l’article tente de replacer cette situation locale dans l’histoire de la diffusion du quatuor à cordes sur l’ensemble de l’espace français au xixe siècle. Il montre aussi comment le quatuor à cordes a été le vecteur de la musique symphonique tant pour les musiciens que pour le public. À Angers, les séances du quatuor à cordes s’interrompent en 1877 au moment même où l’Association artistique d’Angers voit le jour et donne ses premiers concerts populaires.