Dezède intègre le Consortium Musica !

Le comité de pilotage du Consortium Musica s’est réuni le 24 mars 2016 à Tours au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance sous la présidence de Philippe Vendrix et a décidé, entre autres, d’intégrer le projet Dezède parmi ses membres.  Dans l’immédiat, nous pourrons participer aux réflexions transversales animées par les porteurs d’axe, autour de la musique notée et du développement du Music Encoding Initiative (axe 1), de la musique enregistrée et du développement de la plate-forme web audio Telemeta (axe 2), et des référentiels d’instruments et des voix (axe 3) ; trois terrains passionnants qui ont des points communs avec nos réflexions sur le développement d’un incipitaire musical lié à nos autorités, à l’archivage des captations de concert et à nos réflexions autour des référentiels.

> Résultats de l’expérimentation menée avec l’AFO sur l’archivage des captations de concert

> Nos autorités rôles et instruments dans un état encore à définir

De la musique de film dans les orchestres français

Focus sur un aspect du corpus de l’AFO

darkvadorLes données déposées par l’Association française des Orchestres dans Dezède sont le reflet de la programmation des principaux orchestres français entre 2010 et 2013. Le dossier comporte aujourd’hui 5100 événements et un point de vue irremplaçable sur l’évolution du répertoire en France au XXIe siècle. Il souligne notamment la présence grandissante de la musique de film au concert : la musique de film deviendrait-elle classique ? viendrait-elle concurrencer le répertoire traditionnel ? serait-elle un moyen de sensibiliser un nouveau public à la pratique du concert, ou, au contraire, d’ouvrir le public traditionnel à des répertoires nouveaux et à de « nouveaux classiques » ?

> Consultez le dossier “ De la musique de film dans les orchestres français ”

> Un enregistrement de Rencontre du troisième type par l’Orchestre national de Lorraine déposé dans Dezède (archive du 31 octobre 2000)

Présentation de Dezède au Consortium Musica

Tours, 24 mars 2016

MusicaHébergé sur les serveurs du TGIR Huma-Num depuis juin 2013, Dezède n’est pas encore rattaché à un consortium. Un tel rattachement permettrait pourtant un référencement national et international de Dezède dans un ensemble de projets numériques, en particulier, dans les domaines de la musicologie et des arts du spectacle.

Le 24 mars 2016, le consortium Musica ouvre ses portes à six invités pour une éventuelle intégration de nouveaux membres. Joann Élart y présentera Dezède au nom de l’équipe.

Quand le dossier Dezède devient l’annexe d’une publication

Yannick Simon, « L’émergence et la diffusion de la musique de chambre dans les régions françaises au XIXe siècle. L’exemple d’Angers (1864-1877) », Revue de musicologie, 101/2 (2015), p. 279-306

AmA, 9 Fi 015033Mis en ligne sur Dezède en 2013, le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » est désormais associé à un article depuis la parution du dernier numéro de la Revue de musicologie. À l’image de l’ensemble réunissant un dossier et un livre consacré à Lohengrin en France en 1891, le dossier et l’article dédiés aux concerts de musique de chambre à Angers entre 1864 et 1877 sont complémentaires. Ces deux publications bicéphales illustrent les capacités de Dezède à prendre place dans le domaine de l’édition scientifique. L’édition critique d’un corpus de programmes et le dossier de presse, l’un et l’autre sur un support numérique, s’inscrivent dans le prolongement d’une monographie sur papier.

Le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » et l’article de la Revue de musicologie nouvellement paru sont consacrés aux soixante-deux concerts de musique de chambre organisés à Angers entre le 27 novembre 1864 et le 25 mars 1877. Au cours de cette période, les différentes formations qui se succèdent accordent une place importante aux quatuors à cordes. Entre le 30 décembre 1866 et le 24 avril 1870, la formation instrumentale est composée de trois des membres du quatuor à cordes de Jean-Pierre Maurin (1822-1894), fondateur de la Société des derniers quatuors à cordes de Beethoven. Ils font découvrir au public angevin les derniers quatuors à cordes de Beethoven après l’avoir fait à Paris mais aussi dans d’autres villes françaises. Car au delà d’une étude des concerts angevins, de leur programmation et de leur réception, l’article tente de replacer cette situation locale dans l’histoire de la diffusion du quatuor à cordes sur l’ensemble de l’espace français au xixe siècle. Il montre aussi comment le quatuor à cordes a été le vecteur de la musique symphonique tant pour les musiciens que pour le public. À Angers, les séances du quatuor à cordes s’interrompent en 1877 au moment même où l’Association artistique d’Angers voit le jour et donne ses premiers concerts populaires.