Vers de nouveaux corpus : musiques de film et registres de la SACD

Cours de méthodologie spécialisée avec les étudiants inscrits en deuxième année de master de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Rose
Maquette du costume de Mlle Lionois par Louis-René Boquet, pour Rose et Colas, 1764, Bibliothèque nationale de France (Bibliothèque-Musée de l’Opéra) [D216 III-78

Trois expérimentations sont au programme de ce cours placé sous la responsabilité de Joann Élart.

Nous nous interrogerons tout d’abord sur les musiques de film, et en particulier, sur la manière de produire une autorité simple dans Dezède. L’objectif est de constituer, en présence d’une promotion d’étudiants spécialisée dans ce domaine, un ensemble d’autorités permettant de réfléchir à la modélisation de ce type de données entrant de plus en plus dans la composition des programmes de concert en France (lire ce billet). De fait, une autorité de musique de film est forcément reliée au film dont elle est issue. Pour autant, elle n’est pas obligatoirement autonome et peut être empruntée au répertoire symphonique classique, qu’il s’agisse d’une symphonie de Beethoven ou d’un concerto de Vivaldi.

Dans un deuxième temps, nous traiterons un échantillon extrait des registres de la SACD entre 1850 et 1890 : d’un côté, les registres des départements ; de l’autre, les registres des théâtres parisiens. Nous avons choisi un auteur en particulier, Pierre-Alexandre Monsigny (1729-1817), mis à l’honneur par la reprise de Rose et Colas à l’Opéra-Comique en 1862, parallèlement aux représentations du Déserteur depuis la reprise de 1844. Ces deux opéras-comiques composés sur des livrets de Michel-Jean Sedaine (1719-1797) seront au cœur de la communication que prononceront Patrick Taïeb et Joann Élart lors du colloque organisé par Judith Le Blanc, Raphaëlle Legrand et Marie-Cécile Schang les 13 et 14 mai à l’Hôtel Lauzu, Le théâtre de Sedaine : une œuvre en dialogue. Sources, diffusion, rayonnement. Tout en réfléchissant à des aspects méconnus touchant à l’économie du spectacle sous la Troisième République, les étudiants investis dans le projet participeront à la préparation de données qui feront l’objet d’une présentation lors de ce colloque.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique en poursuivant le chantier inauguré avec les étudiants de L2 qui consiste à produire une histoire des théâtres parisiens : à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats), chaque étudiant reconstituera une journée de l’intense activité théâtrale quotidienne, pour produire in fine un échantillon mensuel de la vie des spectacles dans la capitale en janvier 1826, immédiatement après la création La Dame blanche de Boieldieu.

Source de l’illustration

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Nicolas Dezède : un compositeur des Lumières à Paris

Création, réception et postérité de ses œuvres dans les théâtres parisiens

Colloque, 9 et 10 mai 2016, École nationale des chartes, salle Delisle

Affiche
Affiche du colloque avec détail d’un éventail anonyme représentant une scène de Blaise et Babet, collection Maryse Volet

Les Trois fermiers (1777), Blaise et Babet (1783) et Alexis et Justine (1785) figurent parmi les plus grands succès de Nicolas Dezède (1740/5-1792) et du répertoire de l’Opéra-Comique entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration. De ses vingt opéras, Julie (1772) a également été rendu célèbre par les variations que Mozart composa sur l’air « Lison dormait dans un bocage » (K. 264). Après le premier colloque organisé à l’université de Paul-Valéry Montpellier III en mai 2015 (Nicolas Dezède et son œuvre : un compositeur au temps des Lumières), ce deuxième rendez-vous s’intéresse aux questions de réception parisienne : créations et reprises de ses œuvres, critiques et publics, mises en scènes et interprètes, éditions et produits dérivés, etc. Car l’œuvre de ce compositeur qui ne connaissait pas son nom et ses origines s’inscrit et s’enracine dans le terreau culturel parisien : l’Opéra-Comique bien sûr, mais également l’Opéra et la Comédie-Française.

Continuer la lecture de Nicolas Dezède : un compositeur des Lumières à Paris