Erik Satie aux Concerts de La Pléiade

Version 2Né il y a cent cinquante à Honfleur le 17 mai 1866, Erik Satie a récemment fait l’objet d’une polémique ayant permis de mettre un coup de projecteur sur une commémoration assez discrète jusqu’à présent. Personnage haut en couleur, Satie n’en fut pas moins compositeur et un détour par le dossier de l’Association française des orchestres permettra de constater que ses œuvres sont encore inscrites sur les programmes des concerts symphoniques des dernières années.

« Alcoolique du parti socialo-communiste », pour reprendre l’expression utilisée par un élu de la République, Satie ne semblait guère prédestiné à voir son nom inscrit sur des programmes de concerts de l’Occupation. C’est pourtant le cas de ses Trois morceaux en forme de poire et de Socrate.

Le cadre n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de celui des Concerts de La Pléiade organisés par Denise Tual pour le compte des éditions Gallimard. Le nombre des concerts, une grande partie sous l’Occupation et l’autre plus réduite dans les premières années de l’avant-guerre, est peu important. Ces concerts sont néanmoins le reflet de la singularité d’une période inouïe et de la continuité de la vie musicale française après le retour de la démocratie.

Le dossier des concerts de la Pléiade est consultable sur le site Dezède. Il est le complément d’un article de Myriam Chimènes, « Les Concerts de La Pléiade. La musique au secours de la sociabilité », paru dans La musique à Paris sous l’Occupation.

> Consultez le dossier “ Concerts de La Pléiade (1943-1947) ” sur Dezède

Dezède à la Fondation Royaumont

DSC03352Des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen, auxquels s’est joint Maxime Margollé, ont séjourné à la Fondation Royaumont les 10 et 11 juin 2016. Accueillis à la bibliothèque François Lang par Thomas Vernet, ils ont apporté leur contribution au projet de reconstitution des programmes des concerts organisés à la Fondation depuis son origine.

Entamé en 2013, ce projet de recherche a déjà permis de réunir plus de quatre-vingt-dix programmes. Les premiers, entre 1936 et 1939, sont ceux des concerts organisés dans ce lieu par la Revue musicale. Après une interruption de neuf ans, les Semaines musicales internationales sont inaugurées en 1948. Chacune des années suivantes, elles connaissent une nouvelle édition au côté de laquelle viennent s’ajouter d’autres événements musicaux.

Il est prévu de poursuivre ce chantier dans les prochaines années avec l’objectif de rassembler tous les événements musicaux organisés à la Fondation Royaumont jusqu’à la création du Centre de la voix en 1977.

> Consultez le dossier  » Concerts à l’abbaye de Royaumont  » sur Dezède