Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017)

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en deuxième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2016-2017)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche) Paris, Martinet, 1841 BNF, BMO C-261 (15-1478)
Mme Potier dans le rôle de Jenny (La Dame blanche)
Paris, Martinet, 1841
BNF, BMO C-261 (15-1478)

Pour la quatrième année consécutive, le répertoire des théâtres de France est au cœur du cours de méthodologie et d’initiation à la recherche en L2 de musicologie à l’université de Rouen (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Nous commencerons par interroger la notion d’autorité d’œuvre, en découvrant les moyens de la définir à partir des ouvrages, des répertoires et des catalogues de référence. Nous mettrons ensuite en pratique la création de nouvelles autorités. D’un côté, nous poursuivrons l’enrichissement du répertoire de l’Opéra-Comique, en traitant la période 1783-1801 correspondant à l’activité de la première salle Favart (120 nouveaux titres). Pour rappel, nous avons saisi les années précédentes l’ensemble du répertoire de cette institution entre 1801 et 1926. De l’autre, nous nous pencherons sur le répertoire de concert, en prolongeant le travail des années précédentes : des cantates de Bach aux lieder de Schubert et Schumann, de la musique de chambre de Mozart aux trios de Haydn, des polonaises aux mazurkas de Chopin.

Dans un deuxième temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1821, à laquelle nous ajouterons donc les années 1821, 1822, 1823 et 1826.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous achèverons le dépouillement de la presse rouennaise sous la Restauration, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire de l’Opéra-Comique.

> Découvrez l’index des autorités d’œuvres

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le chantier Théâtre des Arts de Rouen

 

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen (2017) », Carnet Dezède, 30/01/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/448

Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2016-2017

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu (lundi, 17h30-19h)

Alexandre Dumas père et Marie Dumas Photographie de l'Atelier Nadar Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-235 (2)
Alexandre Dumas père et Marie Dumas
Photographie de l’Atelier Nadar
Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-235 (2)

Après les conférences de Patrick Besnier le 14 novembre 2016 (‘Trop, c’est trop !’ : le théâtre de 1829 à 1870) et de Roland Huesca le 12 décembre 2016 (Danser nu à la fin du XXe siècle : du concept à l’ivresse), le séminaire Histoire du spectacle vivant se poursuit en 2017 :

9 janvier > Sylvain Ledda et Anne-Marie Callet-Bianco, Le Théâtre complet d’Alexandre Dumas

6 février > Jacqueline Razgonnikoff, Le Théâtre aux Armées. ‘La rencontre des comédiens qui passent et des soldats
qui s’en vont’ (Dussane)

6 mars > Simon Chemama, Sur l’œuvre de Michel Vinaver et l’histoire du contemporain

3 avril > Véronique Perruchon, Noir. Lumière et théâtralité

15 mai > Pascale Goestschel, Perspectives renouvelées pour une histoire du théâtre en France au XXe siècle : confrontation des discours et des pratiques

12 juin > Jean-Pierre Ryngaert, Statut de la parole et évolution des formes du dialogue

> Programme détaillé du séminaire

Une recréation de Stratonice par les Emportés

Paris, Théâtre Le Passage vers les étoiles, 21 janvier, 4, 18 et 21 février 2017, 16h

stratoniceOpéra en un acte de Méhul, Stratonice a marqué durablement le répertoire de l’Opéra-Comique entre la Révolution et la Restauration (voir sur Dezède). L’œuvre est même reprise dans une version remaniée par le neveu du compositeur à l’Académie royale de Musique en 1827 (voir sur Chronopéra). Le succès de la création lui vaut également une parodie connue sous le titre de Nice de Desprez et Ségur (Théâtre du Vaudeville, 6 juin 1792). Œuvre de génie et œuvre majeure, d’après Chérubini, Stratonice sera présenté dans une version de chambre – sans orchestre –, mais mise en scène, par la troupe des Emportés, qui avait déjà sévi l’an dernier du côté de Dalayrac avec son Adolphe et Clara. La direction artistique est assurée par Maxime Margollé, docteur en musicologie produisant actuellement dans Dezède une chronologie de l’Opéra-Comique entre la Révolution et le Consulat. À ses côtés, on remarquera l’excellent Benjamin Pintiaux à la mise en scène et Thomas Tacquet à la direction musicale, avec, pour la distribution des rôles principaux, Alice Lestang, David Tricou, Fabien Hyon et Fabrice Alibert.

On pourra se préparer à cette récréation en découvrant ou en redécouvrant l’excellente version dirigée par William Christie sortie en 1996, avec une Stratonice alors incarnée par Patricia Petitbon, deux années avant sa révélation comme artiste lyrique aux Victoires de la musique classique.

> Pour en savoir plus, Les Emportés ont un site !

> Stratonice in progress au Château de Valençay

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Une recréation de Stratonice par les Emportés », Carnet Dezède, 19/01/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/427

 

Les premiers concerts populaires à Angers (1864-1865)

Portrait de Charles Hetzel, Archives départementales de Maine-et-Loire, 11 Fi 966
Portrait de Charles Hetzel, Archives départementales de Maine-et-Loire, 11 Fi 966

Fondateur en 1857 du conservatoire de musique d’Angers, Charles Hetzel (1811-1884) crée en 1864 les Concerts populaires. Se revendiquant de Jules Pasdeloup, qui avait inauguré trois ans auparavant les Concerts populaires de musique classique à Paris, Hetzel investit une salle située dans un quartier populaire et fixe le prix des billets d’entrée à cinquante centimes. Faute d’un véritable orchestre, il se voit contraint de privilégier les œuvres courtes et plus particulièrement les extraits chantés d’opéras alors que, dans le même temps, Pasdeloup promeut plutôt le répertoire symphonique. L’entreprise angevine ne connaît pourtant pas le glorieux destin de son modèle parisien et se réduit à seulement onze concerts au cours de la saison 1864-1865. Malgré cet échec précipité, ces concerts sont d’autant plus le reflet de la vitalité musicale de la ville d’Angers qu’ils font face à la concurrence des Matinées de musique classique organisées par une société de musique de chambre ayant trouvé refuge dans le très distingué Cercle du boulevard. Plus d’une décennie plus tard, en 1877, l’Association artistique d’Angers réussira à réaliser une synthèse entre l’exigence, en termes de programmation, de la société de musique de chambre, et la vocation éducative des concerts populaires de Charles Hetzel.

> Consultez le dossier “ Les concerts populaires de Charles Hetzel à Angers (1864-1865) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les premiers concerts populaires à Angers (1864-1865) », Carnet Dezède, 02/01/2017, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/419