Dezède à la Fondation Royaumont

DSC03352Des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen, auxquels s’est joint Maxime Margollé, ont séjourné à la Fondation Royaumont les 10 et 11 juin 2016. Accueillis à la bibliothèque François Lang par Thomas Vernet, ils ont apporté leur contribution au projet de reconstitution des programmes des concerts organisés à la Fondation depuis son origine.

Entamé en 2013, ce projet de recherche a déjà permis de réunir plus de quatre-vingt-dix programmes. Les premiers, entre 1936 et 1939, sont ceux des concerts organisés dans ce lieu par la Revue musicale. Après une interruption de neuf ans, les Semaines musicales internationales sont inaugurées en 1948. Chacune des années suivantes, elles connaissent une nouvelle édition au côté de laquelle viennent s’ajouter d’autres événements musicaux.

Il est prévu de poursuivre ce chantier dans les prochaines années avec l’objectif de rassembler tous les événements musicaux organisés à la Fondation Royaumont jusqu’à la création du Centre de la voix en 1977.

> Consultez le dossier  » Concerts à l’abbaye de Royaumont  » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Dezède à la Fondation Royaumont », Carnet Dezède, 11/06/2016, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/349

Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, "Le Monde illustré", 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart
Théâtre des arts, « Le Monde illustré », 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

La réalisation de la chronologie des spectacles dans le deuxième Théâtre des Arts de Rouen entre 1882 et 1940 se poursuit. Commencée en 2013, elle a bénéficié du travail des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de méthodologie de la recherche.

À ce jour, la chronologie réunit 4 774 événements répartis sur deux périodes : du 30 septembre 1882 au 2 avril 1903 et du 14 octobre 1912 au 6 avril 1914.

Le Théâtre des Arts de Rouen inauguré le 30 septembre 1882 remplace l’établissement ayant péri par les flammes le 25 avril 1876 après un siècle d’existence. Son activité se poursuit jusqu’à l’incendie qui le détruit partiellement le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction. Pendant cinquante-huit saisons, commençant autour du 1er octobre et s’achevant à la fin du mois d’avril, le Théâtre des Arts présente au public rouennais un répertoire constitué presque exclusivement d’œuvres lyriques.

> Consultez le dossier “ Le Théâtre des Arts à Rouen (1882-1940) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) », Carnet Dezède, 26/05/2016, [en ligne] http://dezede.hypotheses.org/330

De l’accentuation dans le back office

Le problème des accents enfin résolu !

À l’occasion de mises à jour importantes  des solutions informatiques utilisées pour le développement de Dezède (passage à la version 2.8.0 notamment avec passage à Django 1.8), une amélioration notable a été apportée au moteur de recherche du back office, qui permet de rechercher une donnée  sans tenir compte de son accentuation. Cela concerne la plupart des usages orthographiques, issus naturellement de l’alphabet latin (fig. 1-6 et 11-12), mais également de l’alphabet cyrillique (fig. 7-10).

Cette amélioration s’applique à l’ensemble de la base de données, autant sur les œuvres (fig. 1-3), les individus (fig. 4) que sur les lieux (fig. 5-6).

Accents1
fig. 1 – exemple d’une majuscule accentuée
Accents2
fig. 2 – exemple de l’accent circonflexe
Accents3
fig. 3 – exemple de l’épreuve
Accents6
fig. 4 – exemple de Fauré
Accents4
fig. 5 – exemple de la ville d’Évreux
Accents5
fig. 6 – exemple du mot Évêque comportant deux accents différents

Notre expérience pédagogique montre que les jeunes générations ont majoritairement tendance à interroger les moteurs de recherche en tapant des données non accentuées. Cette pratique contre laquelle il est impossible de lutter avait pour conséquence de multiplier les doublons dans Dezède, qui, jusqu’au début de l’année 2016, ne proposait aucune tolérance sur cette question. Ainsi, si l’on tapait “ Faure ” pour trouver “ Fauré ”, la donnée n’apparaissait pas, en conséquence de quoi l’utilisateur créait ensuite un doublon… Remarquons que cette amélioration tend également vers une internationalisation du logiciel, front office et back office, l’idée étant de permettre la saisie de données sur n’importe quel clavier du monde en laissant de côté la question de l’accentuation qui reste complexe d’une langue à l’autre, ou d’une culture à l’autre. Voici quelques exemples en cyrillique :

Accents7
fig. 7
Accents8
fig. 8
Accents10
fig. 9
Accents9
fig. 10

Si je ne pratique pas l’espagnol et que je ne sais pas si telle donnée doit comporter un accent (Gomez ou Gómez, fig. 11) ou un tilde (Vines ou Viñes, fig. 12), il suffit donc de taper sans accent pour retrouver les autorités accentuées. Par ailleurs, si je connais la bonne orthographe de ces noms (avec accents), mais que je ne sais pas comment créer ces accents sur mon clavier (sans passer par les caractères spéciaux ou sans avoir connaissance de tous les raccourcis clavier), il suffit de procéder de la même manière.

Accents12
fig. 11 – exemple de l’espagnol
Accents11
fig. 12 – autre exemple de l’espagnol

Enfin, cette amélioration apporte quelques solutions à d’autres problèmes pas encore tout à fait résolus, comme le oe ligaturé en français (œ), qui est source de nombreux doublons. Si nous engageons les utilisateurs à rechercher les données en ligaturant le “o” et le “e” (par exemple, “chœur” et non “choeur”), le réflexe n’est pas acquis par tout le monde et cohabitent dans la base de données des doublons qu’il faudra fusionner le jour où ce problème sera totalement résolu. Mais enfin, signalons avec l’exemple du mot “œuvre” qu’en tapant la donnée en ligaturant le “o” et le “e”, Dezède renvoie toutes les propositions ligaturées ou non (fig. 13) ; en revanche, en tapant sans ligature, Dezède ne renvoie que les données non ligaturées (fig. 14). Là est pour l’heure la limite de cette belle évolution !

oeuvre1
fig. 13 – “ œuvre ” (oe ligaturé)
oeuvre2
fig. 14 – “ oeuvre ” (oe non ligaturé)

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Capture d’écran 2016-05-17 à 16.08.33
Illustration de la couverture de l’Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen par Jules-Édouard Bouteiller (1860-1880)

Le programme et l’enregistrement des communications de la journée d’études L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914) sont consultables sur cette page du Centre Georges Chevrier. Faisant suite à la première de Médée de Chérunini à l’Opéra de Dijon, cette journée a été organisée le 18 mai 2016 dans le Grand salon de l’Opéra de Dijon par Séverine Féron, Philippe Poirrier (CGC, UMR CNRS-uB 7366) et Patrick Taïeb (IRCL 5186, Université de Montpellier III).

La question de l’historiographie est au cœur des réflexions de l’équipe Dezède, qui cherche à développer un module d’indexation des études sur les théâtres produites entre la fin de l’Ancien Régime et la Seconde Guerre mondiale.

> Téléchargez le programme de la journée

De la recherche d’une ville dans le back office

Vous n’arrivez pas à trouver une ville ?

Si les dernières mises à jour ont apporté tout un lot d’améliorations dans le back office en 2016, le moteur de recherche a perdu un peu de sa pertinence, en particulier pour la recherche des lieux. Nous mettons tout en œuvre pour améliorer ce défaut.

Partons d’un exemple connu : Paris. Si je recherche cette donnée dans une rubrique “ Lieu ” du back office, je constate qu’elle n’apparaît pas dans la liste courte (fig. 1).

Lieu1
fig. 1

Il est important de noter que l’absence de la donnée dans la liste courte ne signifie pas nécessairement que la donnée n’existe pas dans Dezède. C’est pourquoi, avant de créer cette donnée supposée existante (Paris tout de même !) et de créer un doublon dans la base de données, il est indispensable de procéder à une vérification en passant par la loupe qui se trouve au bout de la rubrique. La loupe donne accès à la liste de tous les lieux créés dans Dezède (salles, villes, départements, provinces, régions, états, pays, etc.), soit pour Paris, 15 pages à raison de 20 résultats par page, autrement dit 281 résultats… (fig. 2)

Lieu2
fig. 2

Dezède recherche non seulement la ville de Paris, mais également tous les lieux (salles) associés à cette ville, ce qui explique ce résultat qui peut paraître un peu étrange. Où se trouve Paris dans cette liste ? C’est simple à la lettre P, les lieux étant classés dans l’ordre alphabétique : autrement dit, à la septième page de la liste (fig. 3).

Lieu3
fig. 3 : “ Paris ” est à la troisième ligne de septième page

C’est une manière de procéder pour retrouver un lieu, un peu fastidieuse convenons-en, mais qui fonctionne.

Revenons à la rubrique “ lieu ” (fig. 1) et tentons de contourner momentanément le problème, en évitant notamment de passer par la loupe. Pour ce faire, je vais utiliser une fonctionnalité structurante des données de Dezède : la récursivité. Paris est en effet la capitale de la France : il me suffit donc d’ajouter une contrainte de tri dans la rubrique des lieux et je tape “ Paris France ” (fig. 4).

Lieu4 copie
fig. 4

La donnée émerge alors à la surface et apparaît dans la liste courte (limitée à dix résultats) en troisième position. CQFD.

Je décline maintenant cette astuce à d’autres données de lieux, en particulier les noms homonymes, en prenant comme exemple la ville de Vienne. La recherche brute de la donnée ne donne rien, comme déjà démontré avec la ville de Paris (fig. 5).

Lieu5
fig. 5

En revanche, si je filtre en ajoutant une contrainte, la donnée sort immédiatement, selon que je recherche la ville de Vienne en Autriche (fig. 6) ou la ville de Vienne en France (fig. 7).

Lieu6
fig. 6
Lieu7
fig. 7

J’en profite pour signaler le niveau de récursivité des lieux : pour la France, chaque ville est associée à son département (lui-même à sa région, etc.), ce qui explique pourquoi dans le premier cas (fig. 6), j’associe la ville à son pays, et dans le second (fig. 7), la ville à son département. La division territoriale est un lourd chantier en cours de réalisation, et pour information, quatre pays ont été ainsi découpés : la France (ville-département-région), l’Italie (ville-province), l’Allemagne (ville-Land), les États-Unis (ville-état). Je renvoie ici à la table des lieux qui permettra de suivre l’évolution de ce chantier de la division territoriale.

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900

DSC03132
« À propos de Siegfried dont la première représentation en France a été donnée au Théâtre des Arts de Rouen sous la direction de M. Raoul François le 17 février 1900 », Bibliothèque municipale de Rouen [Resgg-33

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important en France dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre (Paris) en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France — voir sur Dezède le dossier « Lohengrin à Rouen (1891) ». Après plusieurs reprises de cet opéra, la mise à la scène du Vaisseau fantôme le 12 février 1896, de Tannhäuser le 22 janvier 1897, vient le tour de Siegfried donné en création française le 17 février 1900.

Ce dossier a été réalisé par des étudiants de licence de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée.

> Consultez le dossier “ La création de Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Source de l’illustration

Vers de nouveaux corpus : musiques de film et registres de la SACD

Cours de méthodologie spécialisée avec les étudiants inscrits en deuxième année de master de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Rose
Maquette du costume de Mlle Lionois par Louis-René Boquet, pour Rose et Colas, 1764, Bibliothèque nationale de France (Bibliothèque-Musée de l’Opéra) [D216 III-78

Trois expérimentations sont au programme de ce cours placé sous la responsabilité de Joann Élart.

Nous nous interrogerons tout d’abord sur les musiques de film, et en particulier, sur la manière de produire une autorité simple dans Dezède. L’objectif est de constituer, en présence d’une promotion d’étudiants spécialisée dans ce domaine, un ensemble d’autorités permettant de réfléchir à la modélisation de ce type de données entrant de plus en plus dans la composition des programmes de concert en France (lire ce billet). De fait, une autorité de musique de film est forcément reliée au film dont elle est issue. Pour autant, elle n’est pas obligatoirement autonome et peut être empruntée au répertoire symphonique classique, qu’il s’agisse d’une symphonie de Beethoven ou d’un concerto de Vivaldi.

Dans un deuxième temps, nous traiterons un échantillon extrait des registres de la SACD entre 1850 et 1890 : d’un côté, les registres des départements ; de l’autre, les registres des théâtres parisiens. Nous avons choisi un auteur en particulier, Pierre-Alexandre Monsigny (1729-1817), mis à l’honneur par la reprise de Rose et Colas à l’Opéra-Comique en 1862, parallèlement aux représentations du Déserteur depuis la reprise de 1844. Ces deux opéras-comiques composés sur des livrets de Michel-Jean Sedaine (1719-1797) seront au cœur de la communication que prononceront Patrick Taïeb et Joann Élart lors du colloque organisé par Judith Le Blanc, Raphaëlle Legrand et Marie-Cécile Schang les 13 et 14 mai à l’Hôtel Lauzu, Le théâtre de Sedaine : une œuvre en dialogue. Sources, diffusion, rayonnement. Tout en réfléchissant à des aspects méconnus touchant à l’économie du spectacle sous la Troisième République, les étudiants investis dans le projet participeront à la préparation de données qui feront l’objet d’une présentation lors de ce colloque.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique en poursuivant le chantier inauguré avec les étudiants de L2 qui consiste à produire une histoire des théâtres parisiens : à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats), chaque étudiant reconstituera une journée de l’intense activité théâtrale quotidienne, pour produire in fine un échantillon mensuel de la vie des spectacles dans la capitale en janvier 1826, immédiatement après la création La Dame blanche de Boieldieu.

Source de l’illustration

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Nicolas Dezède : un compositeur des Lumières à Paris

Création, réception et postérité de ses œuvres dans les théâtres parisiens

Colloque, 9 et 10 mai 2016, École nationale des chartes, salle Delisle

Affiche
Affiche du colloque avec détail d’un éventail anonyme représentant une scène de Blaise et Babet, collection Maryse Volet

Les Trois fermiers (1777), Blaise et Babet (1783) et Alexis et Justine (1785) figurent parmi les plus grands succès de Nicolas Dezède (1740/5-1792) et du répertoire de l’Opéra-Comique entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration. De ses vingt opéras, Julie (1772) a également été rendu célèbre par les variations que Mozart composa sur l’air « Lison dormait dans un bocage » (K. 264). Après le premier colloque organisé à l’université de Paul-Valéry Montpellier III en mai 2015 (Nicolas Dezède et son œuvre : un compositeur au temps des Lumières), ce deuxième rendez-vous s’intéresse aux questions de réception parisienne : créations et reprises de ses œuvres, critiques et publics, mises en scènes et interprètes, éditions et produits dérivés, etc. Car l’œuvre de ce compositeur qui ne connaissait pas son nom et ses origines s’inscrit et s’enracine dans le terreau culturel parisien : l’Opéra-Comique bien sûr, mais également l’Opéra et la Comédie-Française.

Continuer la lecture de Nicolas Dezède : un compositeur des Lumières à Paris

Dezède intègre le Consortium Musica !

Le comité de pilotage du Consortium Musica s’est réuni le 24 mars 2016 à Tours au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance sous la présidence de Philippe Vendrix et a décidé, entre autres, d’intégrer le projet Dezède parmi ses membres.  Dans l’immédiat, nous pourrons participer aux réflexions transversales animées par les porteurs d’axe, autour de la musique notée et du développement du Music Encoding Initiative (axe 1), de la musique enregistrée et du développement de la plate-forme web audio Telemeta (axe 2), et des référentiels d’instruments et des voix (axe 3) ; trois terrains passionnants qui ont des points communs avec nos réflexions sur le développement d’un incipitaire musical lié à nos autorités, à l’archivage des captations de concert et à nos réflexions autour des référentiels.

> Résultats de l’expérimentation menée avec l’AFO sur l’archivage des captations de concert

> Nos autorités rôles et instruments dans un état encore à définir

De la musique de film dans les orchestres français

Focus sur un aspect du corpus de l’AFO

darkvadorLes données déposées par l’Association française des Orchestres dans Dezède sont le reflet de la programmation des principaux orchestres français entre 2010 et 2013. Le dossier comporte aujourd’hui 5100 événements et un point de vue irremplaçable sur l’évolution du répertoire en France au XXIe siècle. Il souligne notamment la présence grandissante de la musique de film au concert : la musique de film deviendrait-elle classique ? viendrait-elle concurrencer le répertoire traditionnel ? serait-elle un moyen de sensibiliser un nouveau public à la pratique du concert, ou, au contraire, d’ouvrir le public traditionnel à des répertoires nouveaux et à de « nouveaux classiques » ?

> Consultez le dossier “ De la musique de film dans les orchestres français ”

> Un enregistrement de Rencontre du troisième type par l’Orchestre national de Lorraine déposé dans Dezède (archive du 31 octobre 2000)

Présentation de Dezède au Consortium Musica

Tours, 24 mars 2016

MusicaHébergé sur les serveurs du TGIR Huma-Num depuis juin 2013, Dezède n’est pas encore rattaché à un consortium. Un tel rattachement permettrait pourtant un référencement national et international de Dezède dans un ensemble de projets numériques, en particulier, dans les domaines de la musicologie et des arts du spectacle.

Le 24 mars 2016, le consortium Musica ouvre ses portes à six invités pour une éventuelle intégration de nouveaux membres. Joann Élart y présentera Dezède au nom de l’équipe.

Quand le dossier Dezède devient l’annexe d’une publication

Yannick Simon, « L’émergence et la diffusion de la musique de chambre dans les régions françaises au XIXe siècle. L’exemple d’Angers (1864-1877) », Revue de musicologie, 101/2 (2015), p. 279-306

AmA, 9 Fi 015033Mis en ligne sur Dezède en 2013, le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » est désormais associé à un article depuis la parution du dernier numéro de la Revue de musicologie. À l’image de l’ensemble réunissant un dossier et un livre consacré à Lohengrin en France en 1891, le dossier et l’article dédiés aux concerts de musique de chambre à Angers entre 1864 et 1877 sont complémentaires. Ces deux publications bicéphales illustrent les capacités de Dezède à prendre place dans le domaine de l’édition scientifique. L’édition critique d’un corpus de programmes et le dossier de presse, l’un et l’autre sur un support numérique, s’inscrivent dans le prolongement d’une monographie sur papier.

Le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » et l’article de la Revue de musicologie nouvellement paru sont consacrés aux soixante-deux concerts de musique de chambre organisés à Angers entre le 27 novembre 1864 et le 25 mars 1877. Au cours de cette période, les différentes formations qui se succèdent accordent une place importante aux quatuors à cordes. Entre le 30 décembre 1866 et le 24 avril 1870, la formation instrumentale est composée de trois des membres du quatuor à cordes de Jean-Pierre Maurin (1822-1894), fondateur de la Société des derniers quatuors à cordes de Beethoven. Ils font découvrir au public angevin les derniers quatuors à cordes de Beethoven après l’avoir fait à Paris mais aussi dans d’autres villes françaises. Car au delà d’une étude des concerts angevins, de leur programmation et de leur réception, l’article tente de replacer cette situation locale dans l’histoire de la diffusion du quatuor à cordes sur l’ensemble de l’espace français au xixe siècle. Il montre aussi comment le quatuor à cordes a été le vecteur de la musique symphonique tant pour les musiciens que pour le public. À Angers, les séances du quatuor à cordes s’interrompent en 1877 au moment même où l’Association artistique d’Angers voit le jour et donne ses premiers concerts populaires.

De l’initiation à la transcription de sources dans Dezède

Un programme informatique interactif destiné à l’apprentissage
  1. Expérience pédagogique et numérique réussie
  2. Présentation
  3. Fonctionnement
  4. Invitation au test
  5. Perspectives
Transcripteur
Vue du didacticiel après vérification : il compare le texte saisi par l’étudiant avec celui qui a été préparé par l’enseignant à partir de la source et dans le respect des règles ; il surligne les erreurs et suggère une piste de correction avant une nouvelle vérification
1. Expérience pédagogique et numérique réussie

Mercredi 24 février 2016, dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche, les étudiants de L2 de l’université de Rouen ont inauguré le didacticiel de formation à la transcription diplomatique dans le domaine de l’histoire du spectacle que nous développons et testons depuis deux ans, avec le soutien de l’université de Rouen (programme de financement Bonus Qualité Enseignement). L’expérience a duré un peu plus d’une heure : placés en autonomie, les étudiants ont intégré un certain nombre de règles à partir de problèmes à résoudre et d’instructions à suivre, avant de passer à la mise en pratique dans la presse parisienne.

2. Présentation

Ce didacticiel permet de s’initier et de se former à la transcription de sources (dans cette première expérience, des périodiques) en respectant un ensemble de règles partagées par la communauté scientifique. La méthode générale est celle de la transcription diplomatique, qui consiste à “photographier” le texte en rapportant fidèlement tous les éléments de la source, et ce sans interprétation de la part du transcripteur (capitales, styles, ponctuations, abréviations, graphies fautives, usages orthographiques, sauts de lignes, etc.) La modernisation est en revanche autorisée sur quelques aspects particuliers (accentuation, ponctuation, justification, etc.)

3. Fonctionnement

L’objectif de l’exercice est de produire une transcription diplomatique du texte à partir des images projetées. Le premier scénario, testé mercredi 24 février, comporte dix étapes, dont huit sont construites autour d’une difficulté précise, et deux, autour de la combinaison de ces difficultés. Chaque étape est validée lorsque le texte saisi correspond exactement au texte contenu dans l’image de la source. Le tutoriel réagit en fonction des problèmes de transcription, en demandant à l’utilisateur de l’améliorer. Pour connaître la nature du ou des problème(s) rencontré(s), il faut passer la souris sur les encadrés rouges  : une bulle d’aide indiquera alors quoi faire (voyez l’exemple ci-dessous : la bulle d’aide signale un “caractère erroné” pour le mot “Demain” qui a été saisi par erreur à la place du mot “Aujourd’hui”).

Bulle
Repérage d’un mot erroné surligné en rouge : une bulle d’aide apparaît en passant la souris dessus

Dans la partie back office, l’enseignant peut configurer le tutoriel sur mesure en utilisant l’outil “Levels”. Chaque niveau (Level) est composé d’une zone de texte pour la rédaction des instructions et d’un outil de sélection d’une ou plusieurs sources dans Dezède, comportant une transcription et une image numérique. À partir de deux sources sélectionnées, l’image proposée à l’étudiant est choisie de manière aléatoire.

Levels
Outil de création des niveaux
Level 4
Exemple : le niveau 4 du premier scénario (instructions et source)

Le second outil proposé dans le back office porte plutôt sur l’évaluation des performances de l’utilisateur : une note moyenne est proposée, le temps passé, le nombre d’étapes franchies, etc., autant de critères qui peuvent être retenus pour une évaluation. L’analyse du travail est plus précise encore : il est possible d’entrer dans le détail de chacune des étapes, et pour chaque étape, dans chaque saisie avant vérification.

Taken anonyme
Un rapport est produit sur les performances de chaque utilisateur : test complet ou non (drapeaux verts et rouges), note finale (dont les critères sont paramétrables), temps passé. NB. Nous avons rendu anonyme la liste des utilisateurs
4. Testez-le !

En vous connectant à l’adresse https://dezede.org/examens/source, vous pourrez tester ce didacticiel. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ! (contact : joann.elart[at]univ-rouen.fr). Notez bien qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un compte sur Dezède pour se connecter.

5. Perspectives

Nous souhaitons mettre à la disposition des enseignants et des enseignants-chercheurs cet outil de formation à la transcription des sources du spectacle. Aujourd’hui, des cours de méthodologie et d’initiation à la recherche sont donnés en licence et master de musicologie aux universités de Rouen et de Montpellier III. Nous espérons que demain cet outil sera en mesure de former les étudiants issus de différentes disciplines (lettres, histoire, arts du spectacle, théâtre, cinéma, etc.)

Nous souhaitons également améliorer cet outil, en multipliant les types de scénarios en fonction des objectifs attendus : imaginer un mode d’apprentissage par type de source (correspondance, critique théâtrale, annonce de presse, etc.) ; pour un même type de source, proposer des scénarios gradués, pour les initiés et pour les confirmés ; aider ponctuellement à l’édition (comment éditer un tableau, etc.) ; différencier les usages entre apprentissage et évaluation.

 

Le répertoire des programmes des Concerts Lamoureux

Cours de méthodologie spécialisée avec les étudiants inscrits en première année de master de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Charles Lamoureux à la baguette
Charles Lamoureux à la baguette

Au cours du second semestre de l’année universitaire 2015-2016, les étudiants de master de l’université de Rouen vont participer sous la direction de Yannick Simon à la mise en ligne du répertoire des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par leur fondateur entre 1881 et 1899. Le corpus sera mis à la disposition des usagers en même temps que paraîtra une étude consacrée à cet important musicien français de la fin du XIXe siècle. Violoniste, Charles Lamoureux (1834-1899) fonde un quatuor à cordes qui interprète des œuvres de Brahms, une société destinée à promouvoir les oratorios (la Société de l’harmonie sacrée) et un orchestre symphonique, la Société des nouveaux concerts. Son nom est indissociablement lié à la diffusion des œuvres de Wagner en France.

> Concerts Lamoureux (dossier en cours)

> Voir aussi le dossier Société de l’Harmonie sacrée (1873-1875)

Le répertoire des théâtres de France : l’Opéra-Comique, les théâtres parisiens et le Théâtre des Arts de Rouen

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en deuxième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2015-2016)
Jenny dans La Dame blanche
Jenny dans La Dame blanche

Pour la troisième année consécutive, il sera question du répertoire des théâtres de France dans les cours de méthodologie et d’initiation à la recherche en L2 de musicologie à l’université de Rouen (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Nous commencerons par nous interroger sur ce qu’est une autorité d’œuvre et comment la définir à partir des ouvrages, des répertoires et des catalogues de référence. Nous mettrons en pratique la création de nouvelles autorités. D’un côté, nous poursuivrons l’enrichissement du répertoire de l’Opéra-Comique, en complétant la période 1888-1926 (140 nouveaux titres). Pour rappel, nous avions traité les périodes 1805-1837 en 2013-2014 et 1837-1887 en 2014-2015. De l’autre, nous nous pencherons sur le répertoire de concerts, en prolongeant le travail des années précédentes : des cantates de Bach aux lieder de Schubert, des duos de Mozart aux trios de Haydn, des nocturnes aux valses de Chopin.

Dans un deuxième temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant doit traiter dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1818, et nous ajouterons cette année en plus des compléments sur cette période, les années 1819 à 1821.

Dans un troisième temps, nous tenterons de mettre en perspective l’activité de l’Opéra-Comique de deux manières différentes. Tout d’abord à Paris, par l’inauguration d’un nouveau chantier qui consistera à produire une histoire des théâtres parisiens : à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats), chaque étudiant reconstituera une journée de l’intense activité théâtrale quotidienne, pour produire in fine un échantillon mensuel de la vie des spectacles dans la capitale en décembre 1825, mois pendant lequel est créée La Dame blanche de Boieldieu ; ensuite, en achevant le dépouillement de la presse rouennaise sous la Restauration dans la perspective d’une reconstitution de l’activité d’une institution provinciale largement dominée par le répertoire de l’Opéra-Comique.

> Découvrez l’index des autorités d’œuvres

> L’Opéra-Comique à travers les siècles (dossier en cours)

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Le chantier Théâtre des Arts de Rouen

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)