Patrimoine, histoire et numérique

Séminaire pluridisciplinaire d’histoire culturelle, saison 2015-2016

IMEC, Abbaye d’Ardenne, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

DSCN3579Après la conférence inaugurale du 3 décembre 2015 (La presse et le numérique, avec Stéphane Haffemayer et Sara Harvey), le séminaire Patrimoine, Histoire et Numérique dirigé par Stéphane Haffemayer, Stéphanie Loncle et Éva Guillorel se poursuit en 2016. La prochaine séance, le 21 janvier 2016, sera consacrée au théâtre, au patrimoine et au numérique ; Joann Élart y est invité pour y présenter Dezède, application web pour l’archivage des spectacles et de leurs sources.

21 janvier > Théâtre, patrimoine et numérique, avec Joann Élart, Raphaëlle Fleury et Chantal Meyer-Plantureux

11 février > Oral, image, écrit : cultures savantes et cultures populaires, avec David Hopkin et Carole Dornier

17 mars > Images et spectacles : enjeux de numérisation, avec Thiphaine Gaumy, François Berreur et Françoise Rubellin

21 avril > Reconstituer les sons et les espaces de la ville, avec Pascal Bastien, Mylène Pardoen, Michaël Babiaud et Claire Guiu

> Programme détaillé du séminaire

Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2015-2016

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu

Rossini à Naples en 1820Après les conférences de Rahul Markovits le 9 novembre 2015 (Europeans into Frenchmen : le théâtre, instrument de l’impérialisme français dans l’Europe napoléonienne) et de Françoise Quillet le 7 décembre 2015 (La scène mondiale aujourd’hui – Des formes en mouvement), le séminaire Histoire du spectacle vivant se poursuit en 2016 :

4 janvier > Lise Jankovic, Dans l’envers du décor de la comédie de magie espagnole : à la rencontre des artisans du spectaculaire flamboyant

8 février > Aurélie Barbuscia, La circulation du compositeur Rossini dans un cadre géopolitique en pleine mutation

7 mars > Philippe Blay, Reynaldo Hahn, homme de théâtre

11 avril > Denis Guénoun, Comment mesurer le temps et l’histoire du théâtre ?

9 mai > Chloé Longeard, L’intermittence pour statut professionnel : réappropriation d’un dispositif public

13 juin > Claudette Joannis, Edouard de Max (1869-1924), un tragédien à la gloire oubliée

> Programme détaillé du séminaire

Une recréation d’Adolphe et Clara, opéra-comique en un acte de Dalayrac

Paris, Vingtième Théâtre, 5 janvier 2016, 20h

Adolphe et ClaraL’opéra-comique est au cœur des chantiers menés par les chercheurs de l’équipe Dezède, à laquelle Maxime Margollé appartient en y publiant actuellement une chronologie complète de l’Opéra-Comique entre la Révolution et le Consulat. Il signe ici la direction artistique et les arrangements de la recréation d’un des chefs-d’œuvre du genre ayant marqué durablement le répertoire non seulement de l’institution mère, mais également des théâtres de province. La jeune troupe des Emportés donnent Adolphe et Clara de Dalayrac, sur une mise en scène de Benjamin Pintiaux, avec Thomas Tacquet (direction musicale), David Tricou, Pauline Texier, Igor Bouin et Romain Pascal (lire le communiqué de presse). Réservation : 01 48 65 97 90.

> Déjà 246 représentations d’Adolphe et Clara répertoriées dans Dezède !

> Le saviez-vous ? Dezède a signé une convention avec l’Opéra Comique pour la publication de ses archives… à consulter sans modération !

Un compositeur des Lumières à Paris : Nicolas Dezède. Création, réception et postérité de ses œuvres dans les théâtres parisiens

Appel à contribution > Colloque international

Paris, École des Chartes, 9-10 mai 2016

Dezède peint par Jean-Baptiste Greuze
Dezède peint par Jean-Baptiste Greuze

Les Trois fermiers (1777), Blaise et Babet (1783) et Alexis et Justine (1785) figurent parmi les plus grands succès de Nicolas Dezède (1740/5-1792) et du répertoire de l’Opéra-Comique entre la fin de l’Ancien Régime et la Restauration. De ses vingt opéras, Julie (1772) a également été rendu célèbre par les variations que Mozart composa sur l’air « Lison dormait dans un bocage » (K. 264). Après le premier colloque organisé à l’université de Paul-Valéry Montpellier III en mai 2015 (Nicolas Dezède et son œuvre : un compositeur des Lumières), ce deuxième rendez-vous s’intéresse aux questions de réception parisienne : créations et reprises de ses œuvres, critiques et publics, mises en scènes et interprètes, éditions et produits dérivés, etc. Car l’œuvre de ce compositeur qui ne connaissait pas son nom et ses origines s’inscrit et s’enracine dans le terreau culturel parisien : l’Opéra-Comique bien sûr, mais également l’Opéra et la Comédie-Française.

Ce deuxième colloque se tiendra à l’École des Chartes, salle Léopold Delisle (65 rue de Richelieu, 75002 Paris) les 9 et 10 mai 2016. Il sera suivi l’an prochain du troisième et dernier volet, qui sera consacré à la diffusion en province et à l’étranger des œuvres de Dezède.

> Annonce publiée sur Calenda et modalités d’inscription

> Fiche du premier colloque (mai 2015)

Remettre en jeu le passé

Colloque international

Théâtre du Vieux-Colombier et INHA, 14-16 décembre 2015

Affiche du colloque
Affiche du colloque

L’équipe Dezède est à l’affiche de la troisième journée du colloque (16 décembre), “ Revoir et repenser le corpus en contexte numérique ” dirigée par Sara Harvey (université Paris-Sorbonne / Paris Ouest-Nanterre) et Agathe Sanjuan (Comédie-Française). À 11h, notre développeur informatique, Bertrand Bordage, participera à un hackathon visant à réfléchir aux outils de visualisation des données publiées par l’équipe RCF. Parallèlement, Joann Élart est invité à la première table-ronde “ les humanités numériques et les projets de corpus en histoire du théâtre. ” À 14h30, il participera également à la seconde table-ronde “ les humanités numériques et la politique nationale ” en présence de Sonia Zillhardt du département de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la technologie au Ministère de la Culture et de la Communication.

> Programme du colloque sur Calenda

> Télécharger en PDF

Yannick SIMON, Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Un nouveau dossier dans Dezède

Theatre HavreLe mouvement des concerts populaires initié par Jules Pasdeloup en 1861 se répand dans l’ensemble de la France dans les décennies suivantes. Il trouve un accomplissement tardif au Havre où une Société des concerts populaires voit le jour en 1892. La présidence d’honneur en est confiée au maire de la ville et au compositeur Vincent d’Indy. L’un de ses élèves, Jean Gay, par ailleurs chef de la musique du 119e régiment installé au Havre, en assure la direction. Active entre 1892 et 1901, la société est ensuite mise en sommeil pour une période de dix ans. Elle renait de ses cendres en 1912 pour une ultime série de six concerts — le dernier a lieu le 11 avril 1913. D’obédience d’indyste, la société ne fait pas du répertoire classique sa priorité. Elle lui préfère les extraits d’œuvres de Wagner et la musique française. Les programmes de la Société des concerts populaires du Havre témoignent d’une ouverture et d’une activité musicale moins atone qu’il n’y paraît sur le territoire français au tournant du siècle.

> Lire la suite du dossier sur Dezède.org

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)