Archives par mot-clé : Siegfried

« La création de Siegfried à Rouen en 1900 » par Charlotte Fellous

Richard Wagner (1813-1883) fait partie des quelques compositeurs que le profane peut citer aisément, aux côtés de Bach, Mozart et Beethoven. Il est devenu pour le public occidental une figure commune, accompagnée comme il se doit de quelques poncifs, en premier lieu desquels l’ombre d’un lien avec le nazisme. Si de son vivant une telle image n’avait évidemment pas cours, il apparaît néanmoins que Wagner suscitait déjà en France des réactions contrastées. En effet, après la guerre franco-prussienne de 1870 ayant mené à l’annexion de l’Alsace-Lorraine, l’anti-germanisme se répand sous la Troisième République française, et la défiance envers Wagner en est une des conséquences. Ainsi, on trouve plusieurs témoignages (notamment dans les comptes rendus de concert) associant la musique de Wagner à des réminiscences de la guerre.

Cependant, il semble que la réception de Wagner ait été assez négative dès avant la défaite de Sedan : dans une lettre élogieuse adressée le 17 février 1860 au compositeur, Baudelaire évoque ainsi une profusion d’ « articles indignes […] où on fait tous les efforts possibles pour diffamer [son] génie ». Il faut dire que les rapports entre Wagner et la France ont mal commencé. Après un premier voyage infructueux en 1839, Wagner retourne en France en 1859 ; il a acquis une certaine notoriété grâce à la création à Weimar en 1850 de son opéra Lohengrin, sous la direction de Franz Liszt, dont les cercles érudits français ont eu écho par le biais de spectateurs enthousiastes comme Gérard de Nerval. Au cours de ce séjour de deux ans, Wagner parvient à faire monter Tannhäuser à l’Opéra de Paris. Et c’est un scandale, car le ballet figure au premier acte et non au deuxième comme la tradition l’exige. Malgré six mois de répétitions laborieuses, les représentations se limitent donc au nombre de trois, et la musique de Wagner ne sera pas jouée à l’Opéra de Paris au cours des trois décennies suivantes.

En France, Wagner ne laisse donc pas indifférent, et il y a ainsi, outre ses détracteurs, des admirateurs notoires. Parmi eux, le peintre Henri Fantin-Latour, mais aussi le chef d’orchestre Jules Pasdeloup. Ce dernier, malgré les réticences du public et même celles de ses musiciens, occasionnant quelques nouveaux scandales, parvient à faire jouer lors de ses « concerts populaires » des extraits symphoniques ou vocaux des œuvres du compositeur. Mais les polémiques perdurent jusqu’après sa mort, prenant parfois une grande ampleur : le chef d’orchestre Charles Lamoureux a par exemple reçu des menaces de mort pour avoir monté Lohengrin à l’Éden-Théâtre en 1887.

Enfin, avec l’apaisement des tensions entre l’Allemagne et la France à la fin des années 1880, les opéras de Wagner retrouvent progressivement les scènes françaises, mais en province plutôt qu’à Paris, et notamment à Rouen.

La première fois qu’on joue Lohengrin en France après l’unique représentation parisienne de Lamoureux, c’est donc au Théâtre des Arts de Rouen, le 7 février 1891, sous la baguette de Philippe Flon. Une précédente tentative, en 1883, n’avait pas abouti, mais cette fois c’est un immense succès. La salle est comble, on vient de Paris pour y assister, et les critiques comme le public sont unanimement réjouis. Après vingt-six représentations rouennaises, l’opéra traverse d’autres grandes villes de province avant de rejoindre la capitale en septembre.

Suite à ce succès, Lohengrin est redonné fréquemment à Rouen, et d’autres opéras wagnériens le rejoignent au répertoire du Théâtre des Arts : Le Vaisseau fantôme en 1896, qui reçoit un accueil moins chaleureux, puis Tannhäuser, beaucoup plus applaudi, et, en 1900, Siegfried pour sa création française, sur laquelle nous reviendrons en détails. Le succès est une fois de plus éclatant, ce qui ne sera curieusement pas le cas de La Walkyrie six ans plus tard, pourtant dirigée par un wagnérien expérimenté. C’est ensuite au tour de Tristan et Isolde d’être monté en 1914. L’application Dezède recense ainsi cent vingt représentations d’une œuvre de Wagner au Théâtre des Arts de Rouen entre 1882 et 1914[1]. Cependant, avec la Première Guerre mondiale, le nom de Wagner disparaît des programmes jusqu’en 1919.

La saison 1926-1927 propose la programmation de la Tétralogie intégrale au Théâtre des Arts, et l’année suivante c’est Parsifal qui connaît sa création rouennaise. Ce n’est qu’en 1965, trois ans après l’inauguration du nouveau bâtiment, que le dernier des principaux opéras, Les Maîtres chanteurs de Nuremberg, connaîtra sa création rouennaise. Entre ces deux dates, les représentations ne manquent pas, avec des distributions toujours plus prestigieuses (Régine Crespin notamment) et des progrès techniques importants notamment du point de vue des effets de lumière. Quant à eux, les décors et les mises en scène restent assez similaires.

Le cycle de L’Anneau du Nibelung est monté une nouvelle fois en 1969, par le metteur en scène Manfred Hubricht, qui avait assisté le petit-fils de Wagner à Bayreuth. Et plus récemment, c’est avec Lohengrin que le Maître a retrouvé la scène lyrique rouennaise, en 2015, dans une mise en scène de son homonyme Carlos Wagner.

La création française de Siegfried à Rouen, qui nous intéresse plus particulièrement, prend donc place dans le contexte d’une décennie d’engouement soudain pour les opéras de Wagner. Dix représentations ont lieu entre le 17 février et le 25 mars 1900, au Théâtre des Arts, précédées d’une répétition générale publique. Auparavant, l’œuvre avait été créée dans la même adaptation française d’Alfred Ernst au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles le 12 janvier 1891. À Rouen, la distribution est la suivante : Amélie (ou Amélia) Bossy (Brünnhilde), qui a participé à la création française de Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns à Rouen le 3 mars 1890, Charles Dalmorès (Siegfried), jeune violoncelliste et ancien corniste solo dans l’orchestre du Grand-Théâtre de Lyon et aux Concerts Lamoureux, mais débutant sur la scène lyrique, Monsieur Féraud de Saint‑Pol (Alberich), H. Grimaud (Wotan) qui chantait auparavant à Angoulême, Hermance Adolphine Lemeignan (l’oiseau), Éva Romain (Erda), Paul Stuart (Mime), de l’Opéra-Comique, formé à Lyon et ayant chanté plusieurs années en Algérie et aux États-Unis, et Jules Vinche (Fafner), ancien artiste de Lyon. Paul Stuart a recueilli de nombreux documents sur ces représentations dans un recueil factice conservé à la bibliothèque municipale Jacques-Villon de Rouen[2] : articles, documents d’archives, photographies, etc. Le dépouillement de vingt-deux annonces et soixante-quatre comptes rendus issus de ce livre de souvenirs nous a permis de rassembler un grand nombre d’informations précises afin de restituer au mieux cet événement.

Raoul François, le directeur du théâtre, et Auguste Amalou, le chef d’orchestre (qui dirigea une saison durant l’orchestre du théâtre d’Angoulême), se sont rendus à Bayreuth avant la production. Les répétitions ont été accompagnées par le pianiste M. Cartier et la générale a eu lieu le 15 février 1900 de 19h45 à 1h du matin en présence de nombreux critiques parisiens. Les abonnés du théâtre y étaient également conviés, et des billets pour y assister étaient disponibles à l’Office des théâtres à Paris. La première représentation, initialement prévue le 16 février, a été reportée au lendemain.

On trouve dans l’assistance de la première le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Georges Leygues, accompagné de son épouse et du directeur des Beaux‑Arts Henry Roujon, sur l’invitation du maire de Rouen Marcel Cartier, également présent. L’audience compte de nombreuses autres personnalités notables : un général, un député, un préfet, des adjoints, au milieu d’une foule de Parisiens « habitués des Concerts Colonne et Lamoureux, la partition de Siegfried sous le bras[3] ». Des trains spéciaux de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest ont été mis en place pour accueillir également de nombreux Anglais. La salle est donc comble à toutes les représentations, et plongée dans l’obscurité durant tout l’opéra conformément au souhait du compositeur.

L’orchestre, composé d’environ soixante musiciens, n’est pas aussi fourni que l’œuvre le demanderait dans l’idéal (cent vingt-cinq musiciens), en particulier en ce qui concerne les pupitres des cordes (seulement quatre contrebasses). Il compte en revanche des cuivres en bonne quantité, notamment cinq tubas.

Les décors sont l’œuvre du peintre décorateur Charles Rambert. Il s’agit de quatre décors brossés pour l’occasion : une grotte au premier acte, une forêt au second, et pour le troisième successivement le rocher de Brünnhilde et des sapins. La mise en scène quant à elle est dirigée par Octave Labis, un ancien baryton, promu officier d’académie quelques jours avant la première, qui fait ses débuts de régisseur. Elle est très soignée malgré les grandes difficultés de l’ouvrage (apparition d’un ours, d’un dragon, rideau de feu lors du combat entre Siegfried et Wotan, etc.). À l’issue du deuxième acte, le ministre décerne aussi les palmes académiques à Mme Bossy et à M. Amalou, qui venait de faire l’objet d’une ovation spontanée. M. Leygues félicite également les autres interprètes. Précisons que Mme Lemeignan (l’oiseau) et M. Vinche (Fafner) ne paraissent pas sur scène et chantent depuis les coulisses.

Si la salle écoute l’œuvre dans un silence parfait (mise à part la tentative d’applaudissements d’une phrase du violon soliste), chaque acte est suivi de rappels appuyés. Les terreurs de Mime, le Chant de la Forge, les Murmures de la Forêt, le réveil de Brünnhilde et le duo final sont les scènes les plus appréciées. L’opéra est néanmoins coupé en de nombreux endroits : le rôle d’Alberich est écourté, ainsi que la scène du premier acte entre Wotan et Mime ; le début du deuxième acte entièrement retiré, de même que certains passages de la scène de Siegfried et Brünnhilde.

M. Dalmorès, qui avait déjà tenu le rôle-titre approchant de Sigurd dans l’opéra d’Ernest Reyer, est unanimement acclamé pour son incarnation sans faille du héros wagnérien, beaucoup soulignant aussi sa jeunesse et son apparence qui siéent parfaitement au personnage. Il chante de « façon wagnérienne, sans grands gestes[4]». Mme Bossy obtient également les louanges de toute la presse, pour sa très belle voix, ainsi que M. Vinche, dont on apprécie la profondeur vocale et l’articulation incisive. Le chef d’orchestre M. Amalou ne reçoit lui aussi que des commentaires élogieux pour sa direction intelligente et nuancée. En revanche, les avis sont plus divergents en ce qui concerne l’organe, un peu faible, et la diction de M. Stuart, mais tous reconnaissent ses remarquables talents d’acteur et sa composition originale et pleine d’esprit du rôle de Mime. Un critique le compare à Quasimodo, un autre à Henrik Ibsen, mais certains regrettent la barbe qu’il porte.

Témoignant du succès complet de cette création française de Siegfried, deux représentations en matinée sont ajoutées les dimanches 25 février et 4 mars. Des photographies des interprètes costumés sont également réalisées et exposées dans différentes boutiques de Rouen. Les articles de presse relatant l’événement sont très nombreux : beaucoup proviennent sans surprise de journaux normands et parisiens, mais aussi de la presse nationale et régionale (Saint-Étienne, Montauban, Lyon, Angoulême, Besançon, etc.) et même étrangère (en Belgique, en Espagne[5], etc.). Mais les échos sont évidemment assez peu nombreux une fois passées les quelques premières représentations. Il faut également noter que quelques articles présentent une critique plutôt négative[6], voire franchement cinglante[7], mais les louanges sont trop nombreuses pour n’être que le résultat d’un parti pris ou la marque d’une volonté publicitaire. Par ailleurs, beaucoup d’articles insistent sur la comparaison (qu’ils jugent tout à fait honorable) avec la scène parisienne : on sent qu’il y a là un enjeu particulier. Concluons donc avec cette citation du Nouvelliste de Rouen, le dimanche 18 février 1900 : « Ce succès se maintiendra-t-il, et la Tétralogie a-t-elle acquis en France droit de cité ? Sans l’affirmer témérairement, il est permis de l’espérer. Une révolution plus considérable qu’on ne le croirait au premier abord s’est opérée dans le goût du public. »

[1] À ce jour, le corpus n’est pas tout à fait complet (consulté le 12 juin 2017).

[2] Sous la cote Resgg-33.

[3] Le Petit Rouennais, lundi 26 février 1900. Tous les articles cités dans ce texte sont reproduits dans le dossier du site Dezède consacré à Siegfried.

[4] L’Événement, dimanche 18 février 1900.

[5] El Globo [Madrid], mardi 20 février 1900.

[6] « [le Théâtre des Arts] nous a donné […] un à-peu-près ». Voir Le Journal, dimanche 18 février 1900.

[7] « À quand la vraie première de Siegfried ? » (Le Pain, mercredi 7 mars 1900).

La création de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a pris fin. Il poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été débuté l’année précédente avec un autre groupe d’étudiants. La transcription des articles contenus dans le « Livre de souvenirs » du chanteur Paul Stuart conservé à la bibliothèque municipale de Rouen est très avancée mais pas encore achevée.

Le second consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Charlotte Fellous.

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : 2e session

Le dossier intitulé « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 », déjà présenté dans le Carnet Dezède en mai 2016, vient de voir son dossier de presse enrichi.  L’ajout d’articles de presse transcrits a été réalisé dans le cadre d’un cours de licence pendant le second semestre de l’année universitaire 2016-2017. Ce sont cinquante-cinq articles issus du « Livre de souvenirs » de Paul Stuart, un recueil factice constitué par l’interprète de Mime, qui ont été transcrits par dix-neuf étudiants de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée (licence 3). De plus amples informations sur l’origine des sources sont consultables sur la page de présentation du dossier.

> Consultez le dossier “ Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900

DSC03132
« À propos de Siegfried dont la première représentation en France a été donnée au Théâtre des Arts de Rouen sous la direction de M. Raoul François le 17 février 1900 », Bibliothèque municipale de Rouen [Resgg-33

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important en France dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre (Paris) en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France — voir sur Dezède le dossier « Lohengrin à Rouen (1891) ». Après plusieurs reprises de cet opéra, la mise à la scène du Vaisseau fantôme le 12 février 1896, de Tannhäuser le 22 janvier 1897, vient le tour de Siegfried donné en création française le 17 février 1900.

Ce dossier a été réalisé par des étudiants de licence de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée.

> Consultez le dossier “ La création de Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Source de l’illustration