Archives de catégorie : Colloques et séminaires

L’actualité des journées d’étude, colloques et séminaires en lien avec Dezède

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières

Colloque « 140 ans de musique à Angers »

Programme du premier concert de l’Association artistique d’Angers (Bibliothèque municipale d’Angers)

Les 29 et 30 novembre 2017, se tiendra à l’Université catholique de l’Ouest à Angers un colloque consacré à la vie musicale dans cette ville depuis la fondation de l’Association artistique d’Angers en 1877. Même si le répertoire de cette société de concerts populaires active entre 1877 et 1893 n’a pas été versé dans Dezède — il est consultable dans l’ouvrage de Yannick Simon intitulé L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts (Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.) — Angers est néanmoins présent sur le site à travers deux dossiers : Les premiers concerts populaires à Angers (1864-1865) ; Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877).

Site « Colloque 140 ans de musique à Angers 29 & 30 novembre 2017 »

Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2017-2018

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu (lundi, 17h30-19h)

Lithographie en couleur imprimée en 1890
Bibliothèque nationale de France, [ENT DN-1 (APPEL,F./16)-ROUL
6 novembre 2017 > Isabelle Moindrot, Les auctorialités d’un dramaturge à succès : le cas de Victorien Sardou

4 décembre > Delphine Aebi, Le scandale au théâtre des années 1940 aux années 1960

8 janvier 2018 > Isabelle Barbéris, Choisir, sélectionner, éliminer, jouer ? Mise en scène du public décisionnaire et fictions démocratiques de Henri Pousseur à Roger Bernat

5 février > Yannick Simon, Représentation et réception de Lohengrin en province à la fin du XIXe siècle

5 mars > Julie Sermon, Partition(s) : objet et concept des pratiques scéniques (XXe-XXIe siècles)

9 avril > Amélie Grégorio, Un « barbare » devenu héros : Abd-el-Kader sur les planches au XIXe siècle

14 mai > Martin Laliberté, Les archives de la mise en scène Spectacles populaires et culture médiatique 1870-1950

4 juin > Claude Schopp, Alexandre Dumas fils, collectionneur à contre-courant

> Programme détaillé du séminaire

Workshop « Music Performance Ephemera »

Département de la musique de la bibliothèque universitaire de Dresde

Les 23 et 24 octobre 2017 s’est tenu un atelier consacré à l’archivage numérique des éphémères musicaux à la bibliothèque universitaire de Dresde (Sächsische Landesbibliothek – Staats- und Universitätsbibliothek). Yannick Simon avait été chargé d’introduire les débats en présentant le site Dezède. Son intervention a été suivie d’une « postersession » et de plusieurs tables rondes. Deux problématiques complémentaires sont apparues : 1/ une base de données consacrée aux éphémères doit-elle proposer une description de l’objet ou de son contenu informatif ? 2/ Cette base doit-elle être une banque d’images indexées ou un outil pour la recherche musicologique dédié à l’histoire des spectacles ?

Téléchargez le programme

Lisez un compte rendu

Hugo et Dumas comme vous ne les avez jamais vus… et entendus !

Des extraits de Lucrèce Borgia (Hugo, 1832) et de La Tour de Nesle (Dumas, 1833) seront présentés avec les musiques originales de Louis-Alexandre Piccinni, lors d’un spectacle exceptionnel le jeudi 18 mai 2017 à 20h30 à la Bibliothèque Paul Marmottan (Boulogne-Billancourt). Ce spectacle fait partie du colloque La musique de scène dans le théâtre parlé de Diderot à Hugo (dir. Olivier Bara, Solveig Serre et Patrick Taïeb, 18-20 mai 2017) qui réunit pendant trois jours des chercheurs et des universitaires, spécialistes d’histoire de l’art dramatique des Lumières au Romantisme. Sa vocation est d’expérimenter et de montrer la rencontre du texte théâtral avec les musiques que les auteurs avaient utilisées au moment de la création.

Cette expérimentation modeste fait venir à l’esprit des considérations infinies concernant la difficulté d’opérer la rencontre du son, du texte, du geste, de l’accessoire, du costume et du décor. Elle ouvre un champ aux investigations sur la collaboration entre les créateurs et sur l’organisation de la production théâtrale à l’époque d’Hugo et de Dumas. Elles éclairent également le statut du texte monument diffusé par les éditions scolaires ou savantes et sa distance avec le texte événement utilisé pour les premières représentations. Les textes utilisés ce soir sont l’édition Calmann Lévy des Œuvres complètes de Dumas datant de 1883 et la 2e édition Renduel, annotée par le régisseur du théâtre en 1833 suivant les intentions de Victor Hugo, pour Lucrèce Borgia. Le travail de répétition a été accompli avec une réduction pour le piano de la partition d’orchestre reconstitué d’après les sources montpelliéraines, puis qui a été arrangée pour un quatuor composé d’un piano, d’une flûte, d’un violon, d’un violoncelle.

Ces musiques sont l’œuvre du petit-fils illégitime de Nicolò Piccinni, Louis Alexandre Piccinni, compositeur génial et inspiré – sorte d’Ennio Morricone du théâtre romantique –, auteur de plus de 180 musiques de scène pour les théâtres secondaires parisiens entre 1800 et 1840, et pour des auteurs aussi divers que Victor Hugo, Alexandre Dumas, Guilbert de Pixérécourt, Victor Ducange, Anicet Bourgeois ou Frédérick Lemaître. Abandonnées ou remplacées depuis la fin du XIXe siècle, les partitions de La Tour de Nesle et de Lucrèce Borgia étaient considérées comme perdues et n’étaient encore connues que grâce à des documents très fragmentaires conservés au département de la musique de la Bibliothèque Nationale de France.

En 2012, à l’occasion d’un séminaire musicologique dédié aux musiques de scène à l’Université de Paul Valéry Montpellier 3, Benoît Louriou et Fernando Morrison font coup sur coup la découverte dans les fonds publics de la ville de Montpellier de lots complets de matériels d’orchestre de ces deux ouvrages emblématiques de la naissance du drame romantique au Théâtre de la Porte Saint Martin. Ce sont ces sources uniques qui sont utilisées dans le spectacle.

Les partitions étaient conçues pour un orchestre dont la nomenclature et l’effectif sont ceux de la cinquième symphonie de Beethoven, c’est-à-dire qu’elles requéraient une cinquantaine de musiciens et conviaient l’orchestre symphonique complet des années 1830. Pour des raisons budgétaires, il n’a pas été possible de monter une pièce en entier ni de réunir un dispositif musical aussi ambitieux. Les organisateurs du colloque et les artistes ont souhaité cependant en présenter des extraits pour l’intérêt de nos débats mais aussi dans l’intention de susciter la curiosité, avec l’espoir que ces moyens pourraient être réunis un jour et aboutir à une restitution intégrale. [Communiqué de Patrick Taïeb]

> Téléchargez l’affiche du spectacle.

> Lisez un article plus développé sur cette redécouverte et ce spectacle, publié dans le DIT en avril 2017.

> Alexandre Piccinni dans Dezède.

Illustration : Vue de la Tour de Nesle par Albert Lenoir (1801-1891), Bibliothèque de l’INHA, Don André Lenoir.