Archives de catégorie : Actualité

Hugo et Dumas comme vous ne les avez jamais vus… et entendus !

Des extraits de Lucrèce Borgia (Hugo, 1832) et de La Tour de Nesle (Dumas, 1833) seront présentés avec les musiques originales de Louis-Alexandre Piccinni, lors d’un spectacle exceptionnel le jeudi 18 mai 2017 à 20h30 à la Bibliothèque Paul Marmottan (Boulogne-Billancourt). Ce spectacle fait partie du colloque La musique de scène dans le théâtre parlé de Diderot à Hugo (dir. Olivier Bara, Solveig Serre et Patrick Taïeb, 18-20 mai 2017) qui réunit pendant trois jours des chercheurs et des universitaires, spécialistes d’histoire de l’art dramatique des Lumières au Romantisme. Sa vocation est d’expérimenter et de montrer la rencontre du texte théâtral avec les musiques que les auteurs avaient utilisées au moment de la création.

Cette expérimentation modeste fait venir à l’esprit des considérations infinies concernant la difficulté d’opérer la rencontre du son, du texte, du geste, de l’accessoire, du costume et du décor. Elle ouvre un champ aux investigations sur la collaboration entre les créateurs et sur l’organisation de la production théâtrale à l’époque d’Hugo et de Dumas. Elles éclairent également le statut du texte monument diffusé par les éditions scolaires ou savantes et sa distance avec le texte événement utilisé pour les premières représentations. Les textes utilisés ce soir sont l’édition Calmann Lévy des Œuvres complètes de Dumas datant de 1883 et la 2e édition Renduel, annotée par le régisseur du théâtre en 1833 suivant les intentions de Victor Hugo, pour Lucrèce Borgia. Le travail de répétition a été accompli avec une réduction pour le piano de la partition d’orchestre reconstitué d’après les sources montpelliéraines, puis qui a été arrangée pour un quatuor composé d’un piano, d’une flûte, d’un violon, d’un violoncelle.

Ces musiques sont l’œuvre du petit-fils illégitime de Nicolò Piccinni, Louis Alexandre Piccinni, compositeur génial et inspiré – sorte d’Ennio Morricone du théâtre romantique –, auteur de plus de 180 musiques de scène pour les théâtres secondaires parisiens entre 1800 et 1840, et pour des auteurs aussi divers que Victor Hugo, Alexandre Dumas, Guilbert de Pixérécourt, Victor Ducange, Anicet Bourgeois ou Frédérick Lemaître. Abandonnées ou remplacées depuis la fin du XIXe siècle, les partitions de La Tour de Nesle et de Lucrèce Borgia étaient considérées comme perdues et n’étaient encore connues que grâce à des documents très fragmentaires conservés au département de la musique de la Bibliothèque Nationale de France.

En 2012, à l’occasion d’un séminaire musicologique dédié aux musiques de scène à l’Université de Paul Valéry Montpellier 3, Benoît Louriou et Fernando Morrison font coup sur coup la découverte dans les fonds publics de la ville de Montpellier de lots complets de matériels d’orchestre de ces deux ouvrages emblématiques de la naissance du drame romantique au Théâtre de la Porte Saint Martin. Ce sont ces sources uniques qui sont utilisées dans le spectacle.

Les partitions étaient conçues pour un orchestre dont la nomenclature et l’effectif sont ceux de la cinquième symphonie de Beethoven, c’est-à-dire qu’elles requéraient une cinquantaine de musiciens et conviaient l’orchestre symphonique complet des années 1830. Pour des raisons budgétaires, il n’a pas été possible de monter une pièce en entier ni de réunir un dispositif musical aussi ambitieux. Les organisateurs du colloque et les artistes ont souhaité cependant en présenter des extraits pour l’intérêt de nos débats mais aussi dans l’intention de susciter la curiosité, avec l’espoir que ces moyens pourraient être réunis un jour et aboutir à une restitution intégrale. [Communiqué de Patrick Taïeb]

> Téléchargez l’affiche du spectacle.

> Lisez un article plus développé sur cette redécouverte et ce spectacle, publié dans le DIT en avril 2017.

> Alexandre Piccinni dans Dezède.

Illustration : Vue de la Tour de Nesle par Albert Lenoir (1801-1891), Bibliothèque de l’INHA, Don André Lenoir.

DICTECO, le Dictionnaire des écrits de compositeurs

Une nouveauté dans le paysage des humanités numériques : https://dicteco.huma-num.fr/

dictecoDicteco est une application contributive créée par Emmanuel Reibel en collaboration avec Michel Duchesneau, Valérie Dufour et le réseau international d’étude sur les écrits de compositeurs.

Elle est dédiée aux écrits de compositeurs. Ses objectifs sont les suivants : recenser les écrits de compositeurs ; répertorier les numérisations existantes d’écrits de compositeurs ; présenter les écrits de compositeurs sous forme de notices de dictionnaire ; éditer des corpus rares.

Emmanuel Reibel présentera Dicteco le 10 juillet 2017 à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris dans le cadre des rencontres du groupe Francophone Music Criticism.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur Dicteco !


Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2016-2017

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu (lundi, 17h30-19h)

Alexandre Dumas père et Marie Dumas Photographie de l'Atelier Nadar Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-235 (2)
Alexandre Dumas père et Marie Dumas
Photographie de l’Atelier Nadar
Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-235 (2)

Après les conférences de Patrick Besnier le 14 novembre 2016 (‘Trop, c’est trop !’ : le théâtre de 1829 à 1870) et de Roland Huesca le 12 décembre 2016 (Danser nu à la fin du XXe siècle : du concept à l’ivresse), le séminaire Histoire du spectacle vivant se poursuit en 2017 :

9 janvier > Sylvain Ledda et Anne-Marie Callet-Bianco, Le Théâtre complet d’Alexandre Dumas

6 février > Jacqueline Razgonnikoff, Le Théâtre aux Armées. ‘La rencontre des comédiens qui passent et des soldats
qui s’en vont’ (Dussane)

6 mars > Simon Chemama, Sur l’œuvre de Michel Vinaver et l’histoire du contemporain

3 avril > Véronique Perruchon, Noir. Lumière et théâtralité

15 mai > Pascale Goestschel, Perspectives renouvelées pour une histoire du théâtre en France au XXe siècle : confrontation des discours et des pratiques

12 juin > Jean-Pierre Ryngaert, Statut de la parole et évolution des formes du dialogue

> Programme détaillé du séminaire

Une recréation de Stratonice par les Emportés

Paris, Théâtre Le Passage vers les étoiles, 21 janvier, 4, 18 et 21 février 2017, 16h

stratoniceOpéra en un acte de Méhul, Stratonice a marqué durablement le répertoire de l’Opéra-Comique entre la Révolution et la Restauration (voir sur Dezède). L’œuvre est même reprise dans une version remaniée par le neveu du compositeur à l’Académie royale de Musique en 1827 (voir sur Chronopéra). Le succès de la création lui vaut également une parodie connue sous le titre de Nice de Desprez et Ségur (Théâtre du Vaudeville, 6 juin 1792). Œuvre de génie et œuvre majeure, d’après Chérubini, Stratonice sera présenté dans une version de chambre – sans orchestre –, mais mise en scène, par la troupe des Emportés, qui avait déjà sévi l’an dernier du côté de Dalayrac avec son Adolphe et Clara. La direction artistique est assurée par Maxime Margollé, docteur en musicologie produisant actuellement dans Dezède une chronologie de l’Opéra-Comique entre la Révolution et le Consulat. À ses côtés, on remarquera l’excellent Benjamin Pintiaux à la mise en scène et Thomas Tacquet à la direction musicale, avec, pour la distribution des rôles principaux, Alice Lestang, David Tricou, Fabien Hyon et Fabrice Alibert.

On pourra se préparer à cette récréation en découvrant ou en redécouvrant l’excellente version dirigée par William Christie sortie en 1996, avec une Stratonice alors incarnée par Patricia Petitbon, deux années avant sa révélation comme artiste lyrique aux Victoires de la musique classique.

> Pour en savoir plus, Les Emportés ont un site !

> Stratonice in progress au Château de Valençay


 

Erik Satie aux Concerts de La Pléiade

Version 2Né il y a cent cinquante à Honfleur le 17 mai 1866, Erik Satie a récemment fait l’objet d’une polémique ayant permis de mettre un coup de projecteur sur une commémoration assez discrète jusqu’à présent. Personnage haut en couleur, Satie n’en fut pas moins compositeur et un détour par le dossier de l’Association française des orchestres permettra de constater que ses œuvres sont encore inscrites sur les programmes des concerts symphoniques des dernières années.

« Alcoolique du parti socialo-communiste », pour reprendre l’expression utilisée par un élu de la République, Satie ne semblait guère prédestiné à voir son nom inscrit sur des programmes de concerts de l’Occupation. C’est pourtant le cas de ses Trois morceaux en forme de poire et de Socrate.

Le cadre n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de celui des Concerts de La Pléiade organisés par Denise Tual pour le compte des éditions Gallimard. Le nombre des concerts, une grande partie sous l’Occupation et l’autre plus réduite dans les premières années de l’avant-guerre, est peu important. Ces concerts sont néanmoins le reflet de la singularité d’une période inouïe et de la continuité de la vie musicale française après le retour de la démocratie.

Le dossier des concerts de la Pléiade est consultable sur le site Dezède. Il est le complément d’un article de Myriam Chimènes, « Les Concerts de La Pléiade. La musique au secours de la sociabilité », paru dans La musique à Paris sous l’Occupation.

> Consultez le dossier “ Concerts de La Pléiade (1943-1947) ” sur Dezède