Archives de catégorie : Publications

L’actualité des publications sur ou en lien avec Dezède

Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, "Le Monde illustré", 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart
Théâtre des arts, “Le Monde illustré”, 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

La réalisation de la chronologie des spectacles dans le deuxième Théâtre des Arts de Rouen entre 1882 et 1940 se poursuit. Commencée en 2013, elle a bénéficié du travail des étudiants du master de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de méthodologie de la recherche.

À ce jour, la chronologie réunit 4 774 événements répartis sur deux périodes : du 30 septembre 1882 au 2 avril 1903 et du 14 octobre 1912 au 6 avril 1914.

Le Théâtre des Arts de Rouen inauguré le 30 septembre 1882 remplace l’établissement ayant péri par les flammes le 25 avril 1876 après un siècle d’existence. Son activité se poursuit jusqu’à l’incendie qui le détruit partiellement le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction. Pendant cinquante-huit saisons, commençant autour du 1er octobre et s’achevant à la fin du mois d’avril, le Théâtre des Arts présente au public rouennais un répertoire constitué presque exclusivement d’œuvres lyriques.

> Consultez le dossier “ Le Théâtre des Arts à Rouen (1882-1940) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le deuxième Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) », Carnet Dezède, 26/05/2016, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/330

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900

DSC03132
« À propos de Siegfried dont la première représentation en France a été donnée au Théâtre des Arts de Rouen sous la direction de M. Raoul François le 17 février 1900 », Bibliothèque municipale de Rouen [Resgg-33

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important en France dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre (Paris) en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France — voir sur Dezède le dossier « Lohengrin à Rouen (1891) ». Après plusieurs reprises de cet opéra, la mise à la scène du Vaisseau fantôme le 12 février 1896, de Tannhäuser le 22 janvier 1897, vient le tour de Siegfried donné en création française le 17 février 1900.

Ce dossier a été réalisé par des étudiants de licence de Musicologie de l’université de Rouen dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée.

> Consultez le dossier “ La création de Siegfried à Rouen en 1900 ” sur Dezède

Source de l’illustration

De la musique de film dans les orchestres français

Focus sur un aspect du corpus de l’AFO

darkvadorLes données déposées par l’Association française des Orchestres dans Dezède sont le reflet de la programmation des principaux orchestres français entre 2010 et 2013. Le dossier comporte aujourd’hui 5100 événements et un point de vue irremplaçable sur l’évolution du répertoire en France au XXIe siècle. Il souligne notamment la présence grandissante de la musique de film au concert : la musique de film deviendrait-elle classique ? viendrait-elle concurrencer le répertoire traditionnel ? serait-elle un moyen de sensibiliser un nouveau public à la pratique du concert, ou, au contraire, d’ouvrir le public traditionnel à des répertoires nouveaux et à de « nouveaux classiques » ?

> Consultez le dossier “ De la musique de film dans les orchestres français ”

> Un enregistrement de Rencontre du troisième type par l’Orchestre national de Lorraine déposé dans Dezède (archive du 31 octobre 2000)


Pour citer ce billet : Joann Élart, « De la musique de film dans les orchestres français », Carnet Dezède, 08/03/2016, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/219

Quand le dossier Dezède devient l’annexe d’une publication

Yannick Simon, « L’émergence et la diffusion de la musique de chambre dans les régions françaises au XIXe siècle. L’exemple d’Angers (1864-1877) », Revue de musicologie, 101/2 (2015), p. 279-306

AmA, 9 Fi 015033Mis en ligne sur Dezède en 2013, le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » est désormais associé à un article depuis la parution du dernier numéro de la Revue de musicologie. À l’image de l’ensemble réunissant un dossier et un livre consacré à Lohengrin en France en 1891, le dossier et l’article dédiés aux concerts de musique de chambre à Angers entre 1864 et 1877 sont complémentaires. Ces deux publications bicéphales illustrent les capacités de Dezède à prendre place dans le domaine de l’édition scientifique. L’édition critique d’un corpus de programmes et le dossier de presse, l’un et l’autre sur un support numérique, s’inscrivent dans le prolongement d’une monographie sur papier.

Le dossier « Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877) » et l’article de la Revue de musicologie nouvellement paru sont consacrés aux soixante-deux concerts de musique de chambre organisés à Angers entre le 27 novembre 1864 et le 25 mars 1877. Au cours de cette période, les différentes formations qui se succèdent accordent une place importante aux quatuors à cordes. Entre le 30 décembre 1866 et le 24 avril 1870, la formation instrumentale est composée de trois des membres du quatuor à cordes de Jean-Pierre Maurin (1822-1894), fondateur de la Société des derniers quatuors à cordes de Beethoven. Ils font découvrir au public angevin les derniers quatuors à cordes de Beethoven après l’avoir fait à Paris mais aussi dans d’autres villes françaises. Car au delà d’une étude des concerts angevins, de leur programmation et de leur réception, l’article tente de replacer cette situation locale dans l’histoire de la diffusion du quatuor à cordes sur l’ensemble de l’espace français au xixe siècle. Il montre aussi comment le quatuor à cordes a été le vecteur de la musique symphonique tant pour les musiciens que pour le public. À Angers, les séances du quatuor à cordes s’interrompent en 1877 au moment même où l’Association artistique d’Angers voit le jour et donne ses premiers concerts populaires.

Yannick Simon, Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Un nouveau dossier dans Dezède

Theatre HavreLe mouvement des concerts populaires initié par Jules Pasdeloup en 1861 se répand dans l’ensemble de la France dans les décennies suivantes. Il trouve un accomplissement tardif au Havre où une Société des concerts populaires voit le jour en 1892. La présidence d’honneur en est confiée au maire de la ville et au compositeur Vincent d’Indy. L’un de ses élèves, Jean Gay, par ailleurs chef de la musique du 119e régiment installé au Havre, en assure la direction. Active entre 1892 et 1901, la société est ensuite mise en sommeil pour une période de dix ans. Elle renait de ses cendres en 1912 pour une ultime série de six concerts — le dernier a lieu le 11 avril 1913. D’obédience d’indyste, la société ne fait pas du répertoire classique sa priorité. Elle lui préfère les extraits d’œuvres de Wagner et la musique française. Les programmes de la Société des concerts populaires du Havre témoignent d’une ouverture et d’une activité musicale moins atone qu’il n’y paraît sur le territoire français au tournant du siècle.

> Lire la suite du dossier sur Dezède.org