Archives de catégorie : Publications

L’actualité des publications sur ou en lien avec Dezède

Presse et opéra aux XVIIIe et XIXe siècles

Croisements, échanges, représentations

Les actes du colloque lyonnais (13-15 novembre 2014) viennent de paraître sur Médias19, portail consacré à l’étude de la culture médiatique au XIXe siècle et au journalisme. Ils se situent dans le prolongement de Presse et scène au XIXe siècle1.

Après une introduction signée par les organisateurs du colloque, Marie-Ève Thérenty, Olivier Bara, et Christophe Cave, le volume est structuré en cinq parties :

  1. Nouveaux protocoles de la critique à Paris et en province

Michael O’Dea > Une nouvelle critique d’opéra ? Le Mercure de France sous Panckoucke

Alban Ramaut > La fabrique de 1823-1830 ou la ur-critique d’Hector Berlioz

Emmanuel Reibel > Carrières entre presse et opéra au xixe siècle : du mélange des genres au conflit d’intérêts

Guy Gosselin > « Enfin, nos vœux sont exaucés! ». De l’influence de la presse dans l’évolution de l’institution théâtrale et du spectacle lyrique à Lille entre 1838et 1848

Patrick Taïeb et Benjamin Frouin > Jean-Baptiste Léon Dupin, critique et agent dramatique

2. Le journal comme support éditorial

Christine Koullapi > Le journal comme support éditorial : L’exemple des extraits d’opéras de Gluck à Paris pendant la querelle des gluckistes et des piccinnistes

Joann Élart > Chanter à « périodique ouvert ». Les partitions imprimées dans le Journal de Paris et le Journal de Normandie à la fin de l’Ancien Régime

Sabine Teulon Lardic > L’opéra de salon ou un salon à l’opéra : les contributions de Ferdinand Poise au Magasin des demoiselles (1865-1880)

3. Constructions médiatiques de l’événement lyrique

Pierre Saby > L’Opéra de Paris : une maison inflammable. Aspects du discours de presse sur les incendies de 1763 et 1781

Mariglen Sulejmani > Événements lumineux : le gaz et l’électricité à l’Opéra de Paris selon la presse (d’Aladin au Prophète)

Aurélie Barbuscia > Tapage médiatique autour de l’entrée de Rossini à Paris (1823)

Stella Rollet > Un compositeur face à la presse parisienne : Gaetano Donizetti

4. Enjeux socio-politiques de la critique d’opéra

France Marchal-Ninosque > La Correspondance littéraire devant la réforme gluckiste à l’Académie royale de musique, ou les impasses d’un ut musica poesis erit

Charlotta Wolff > Opéra-comique, presse périodique et opinion publique, 1760-1791

William Weber > La critique patriotique du rossinisme dans les journaux quasi-libéraux des années 1820

Isabelle Porto San Martin > Le discours sur l’Espagne dans la presse musicale française : le filtre de l’opéra-comique (1833-1843)

Mark Everist > Gluck, la politique et la presse du Second Empire

5. Fictions en miroirs

Jean Rime > Le Figaro-ci, Le Figaro-là. Un exemple de migration transmédiatique  entre théâtre, opéra et presse

Priscila Renata Gimenez > L’écriture littéraire des feuilletons musicaux : la poétique des contournements et de fictionnalisation chez Théophile Gautier et Hector Berlioz

Marjolaine Forest > Le corps du castrat dans les discours médiatiques et les nouvelles musicales publiées en revue à l’époque romantique

Filippos Katsanos > Les évolutions du roman musical au temps de l’avènement du mystère urbain : dynamiques génériques de l’an 1843

  1. Olivier Bara, et Marie-Ève Thérenty (dir.), «Presse et scène au xixe siècle. Relais, reflets, échanges», Médias 19 [En ligne], mis à jour le : 19/10/2012 []

Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883)

Les villes visitées par Jules Pasdeloup et son orchestre.

Ce dossier rassemble les programmes des 44 prestations dans les régions françaises de l’orchestre des Concerts populaires de musique classique sous la direction de son fondateur Jules Pasdeloup (1819-1887). Chaque concert est associé à un dossier de presse. L’ensemble vient compléter un article publié dans le n°30 (octobre 2017) de la revue Ad Parnassum et intitulé « Les voyages de Monsieur Pasdeloup : Propagation d’un modèle et d’un répertoire symphonique ».

Entre 1864 et 1883, Jules Pasdeloup et l’orchestre des Concerts populaires de musique classique donnent plus d’une quarantaine de concerts en dehors de Paris. Il n’est pas à exclure que ces voyages d’une formation comptant parfois jusqu’à soixante-quatorze instrumentistes, soient une première en France. Pasdeloup et son orchestre effectuent des déplacements uniques pour un ou deux concerts et, dans un cas (à Bordeaux en 1882), pour une série de treize concerts. Ils entreprennent aussi quatre tournées qui les amènent à visiter, à chacune d’entre elles, de deux à cinq villes.

En fondant en 1861 les Concerts populaires de musique classique, Jules Pasdeloup avait inventé un modèle caractérisé par son implantation dans l’espace de la ville (un cirque-théâtre dans l’est de la capitale), une politique tarifaire suffisamment attractive pour permettre un élargissement significatif du public des concerts symphoniques, un répertoire exigeant centré sur la musique symphonique et les extraits d’opéras. La programmation témoigne de la volonté de Pasdeloup de promouvoir l’œuvre de Wagner en France. Ce modèle connaît de nombreuses déclinaisons en France à partir de 1862. Les voyages de l’orchestre et son chef participent de la circulation de ce modèle tant du point de vue de l’organisation que de celui du répertoire.

> Consulter le dossier « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) » sur Dezède

> Consulter le site de la revue Ad Parnassum

Illustration : Claude Monet, La gare Saint-Lazare (1877)

Les trois concerts Wagner au Théâtre-Italien en 1860

Les trois concerts organisés et dirigés par Richard Wagner au Théâtre-Italien (salle Ventadour) en janvier et février 1860 marquent la naissance du wagnérisme français. Les quelques exécutions de fragments d’œuvres à Paris entre 1841 et 1859 ou la représentation de Tannhäuser en allemand à Strasbourg en 1855 n’avaient pas eu le retentissement et les retombées de ce triple événement. Les 25 janvier, 1er et 8 février 1860, avec un orchestre et un chœur de circonstance et le concours du ténor Jules Lefort, Wagner donne à entendre aux parisiens des fragments du Vaisseau fantôme, de Tannhäuser, de Lohengrin et de Tristan et Isolde.

S’il est avéré que les fragments vocaux de Tannhäuser ont été traduits par Edmond Roche et Richard Lindau (avant leur adaptation par Charles Nuitter pour les représentations de l’Opéra l’année suivante), il n’a pas été permis de déterminer qui sont les auteurs de l’adaptation française des deux extraits de Lohengrin.

> Consulter le dossier « Les trois concerts Wagner au Théâtre-Italien en 1860 » sur Dezède

Les Concerts du conservatoire de Nancy sous la direction de Ropartz (1894-1914)

Ce dossier répertorie les 223 concerts de l’orchestre des Concerts du conservatoire de Nancy dirigés par Guy Ropartz entre 1894 et 1914. Arrivé en septembre 1894 dans la ville nancéienne, Ropartz est le cinquième directeur de l’orchestre créé dix ans auparavant. Dès sa prise de fonction, il renouvelle la programmation de l’orchestre en misant sur la qualité des œuvres et en alternant musique contemporaine et répertoire classique. Son exigence musicale fait rapidement progresser le niveau de l’orchestre et évoluer le goût du public. Dès la deuxième saison, Ropartz réintroduit le principe des abonnements qui s’appliqueront, en 1899, à 800 des 1100 places de la salle Victor Poirel ! Le succès des concerts et la qualité de l’orchestre permettent d’attirer à Nancy des interprètes tels que Eugène Ysaÿe, Blanche Selva  et Alfred Cortot. Même si l’engouement des premières années s’atténue légèrement à partir de 1906, l’énergie déployée par Ropartz permet à l’orchestre de conserver son rayonnement national.

> Consulter le dossier “Les Concerts du conservatoire de Nancy sous la direction de Ropartz (1894-1914)” sur Dezède

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières