Dezède à Royaumont : septième résidence et deuxième atelier

La septième résidence du département de Musicologie de l’université de Rouen Normandie à l’abbaye de Royaumont s’est déroulée les 13 et 14 juin 2019.

Réunis pendant deux jours dans la bibliothèque François-Lang et accueillis par Thomas Vernet, trois étudiants (Naomie Charlier, Frédéric Guérin, Claire Morvannou),  Marion Blanc (ingénieure d’étude à l’IRIHS), Joann Élart et Yannick Simon, ont apporté leur contribution au dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) ».

L’objectif poursuivi depuis l’origine et la signature d’une convention entre l’université de Rouen Normandie et la Fondation Royaumont, est de reconstituer l’ensemble des programmes des concerts organisés dans l’abbaye, entre, d’une part, 1936 et les premières manifestations culturelles accueillies par le propriétaire des lieux et son épouse, Henry et Isabel Goüin, et, d’autre part, l’année 1977 marquée par la création du Centre régional de la voix et l’arrivée de Francis Maréchal à la tête de la Fondation. Sous des formes diverses (concerts de La Revue musicale avant la Seconde Guerre mondiale, festival à partir de 1948, saisons musicales et concerts en marge de manifestations culturelles), la musique occupe une place très importante dans l’histoire de la Fondation dont il conviendra, le moment venu, de faire l’histoire. C’est dans cette perspective que se situe le projet de résidence et d’enrichissement progressif du dossier sur Dezède. Cette année a été l’occasion de reconstituer à partir des archives conservées à l’IMEC les quatre dernières saisons musicales à l’Abbaye, de 1974 à 1977. Nous devrions poursuivre ce travail l’an prochain en revenant sur la fin des années 1960.

Au lendemain de la résidence, le 15 juin, s’est tenue la deuxième édition de l’Atelier Dezède, fruit d’une collaboration entre les fondateurs de Dezède et Thomas Vernet qui accueillait aussi ce rendez-vous dans la bibliothèque François-Lang. L’Atelier Dezède réunissait des contributeurs : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Yannick Simon, Denis Tchorek, Patrick Taïeb et Thomas Vernet. La journée a débuté par une intervention de David Fiala venu présenter le volet numérique du CESR de Tours. Cet accueil est le reflet de la volonté affichée des fondateurs de Dezède de tisser des liens avec les autres projets numériques développés dans le domaine de la musicologie. Dans un deuxième temps, des contributeurs, dont certains d’entre eux se rencontraient pour la première fois, ont pu présenter des projets scientifiques achevés ou en cours de réalisation : une réflexion sur les notions d’emploi et de troupe qui restent à modéliser dans Dezède, par Patrick Taïeb et Benjamin Frouin ; le projet SpectaNum par Marion Blanc ; le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen et le traitement des spectacles de danse dans Dezède par Naomie Charlier ; le dossier des spectacles à Paris pour une approche de moissonnage en masse par Joann Élart ; les orchestres symphoniques en France par Yannick Simon.

L’objectif était avant tout de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Comme l’an dernier, il n’a malheureusement pas été possible de consacrer du temps au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français. Ce sujet sera abordé au cours de la troisième édition déjà programmée en juin 2020.

Enfin, cette édition 2019 a clôturé sur le franchissement du ruisseau de Royaumont,  réalisé avec brio par Naomie Charlier !

 

Consulter le dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) » sur Dezède

Offenbach au Théâtre des Arts de Rouen (1858-1914)

Dezède compte un nouveau dossier consacré aux ouvrages lyriques de Jacques Offenbach (1819-1880) représentés au Théâtre des Arts de Rouen avant la Première Guerre mondiale. Entre le 9 février 1858 (avant même le succès d’Orphée aux enfers créé à Paris au théâtre des Bouffes-Parisiens le 21 octobre de la même année) et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, 368 événements du Théâtre des Arts de Rouen incluent au moins une œuvre de Jacques Offenbach. Si le nombre peut paraître important, il n’en reste pas moins modeste à l’échelle d’une période qui s’étend sur plus d’un demi-siècle. En moyenne,  la programmation du Théâtre des Arts comporte chaque année six représentations d’une œuvre d’Offenbach. Au regard du succès rencontré par le compositeur dans les théâtres parisiens, ce nombre semble faible mais il place Offenbach parmi les compositeurs les plus souvent programmés au Théâtre des Arts de Rouen.

Ce dossier a été réalisé dans la perspective du colloque Jacques Offenbach, musicien européen dont les deux journées françaises se tiendront à l’Opéra-Comique les 21 et 22 juin 2019.

> Consulter le dossier sur Dezède

> Consulter le programme du colloque

L’Orchestre régional de Normandie au Théâtre de Caen (2006-2019)

Ce dossier réunit les spectacles programmés par le Théâtre de Caen avec la participation de l’Orchestre régional de Normandie. D’abord sous le nom d’Orchestre régional de Basse-Normandie, l’ensemble est fondé en 1982 par Dominique Debart qui reste à sa tête jusqu’en 2014. Il est remplacé par Jean Deroyer. Comprenant dix-huit musiciens permanents, l’orchestre propose près de deux cents événements chaque saison sur tout le territoire normand. La réunification de la Normandie a permis l’élargissement de sa diffusion dans l’ensemble de la Région et le renforcement de sa collaboration avec l’orchestre de l’Opéra de Rouen. Orchestre régional de Normandie, Théâtre de Caen et Opéra de Rouen forment désormais le pôle lyrique et symphonique de la région Normandie.

Ce dossier, amené à se développer, répertorie soixante-quatre spectacles de l’Orchestre régional de Normandie programmés par le Théâtre de Caen entre 2006 et 2019. Ils apportent leur contribution à l’éclectisme de la programmation du Théâtre de Caen.

> Consulter le dossier « L’orchestre régional de Normandie au Théâtre de Caen (2006-2019) » sur Dezède

Article rédigé par Jérémy Marino.

Atelier Dezède #2 (Royaumont, 15 juin 2019)

Samedi 15 juin 2019
Abbaye de Royaumont – Bibliothèque musicale François Lang
L’équipe Dezède organise son deuxième atelier à destination des chercheurs et des contributeurs de Dezède.
La journée commencera par une intervention de David Fiala qui nous présentera le programme Ricercar, un environnement numérique en musicologie. Nous croyons effectivement important de proposer aux contributeurs de Dezède une ouverture vers d’autres projets numériques dans le domaine de la musicologie.
Dans un deuxième temps, chacun des contributeurs disposera d’une quinzaine de minutes pour présenter un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs.
La troisième partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède et de répondre aux interrogations des utilisateurs.
La fin de la journée sera consacrée au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français.
Les intervenants : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Gabriela Elgarrista, David Fiala, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Maxime Margollé, Claire Morvannou, Yannick Simon, Patrick Taïeb, Denis Tchorek, Thomas Vernet

Les Concerts du conservatoire de Strasbourg sous la direction de Ropartz (1919-1929)

Ce dossier réunit les 120 concerts de l’orchestre des Concerts du conservatoire de Strasbourg dirigés par J.-Guy Ropartz entre avril 1919 et juin 1929 ainsi que les concerts populaires placés sous la direction d’Ernest-Geoffroy Münch.

Strasbourg redevenue française, le maire confie la direction de l’orchestre, dont les origines remontent à 1855, à Ropartz. Celui-ci a déjà fait ses preuves à Nancy où il a dirigé le conservatoire et l’orchestre des Concerts du conservatoire de 1894 à 1919. A son arrivée, il doit tout d’abord compléter l’effectif de l’orchestre puis il met en place la même recette qu’à Nancy : révision de la programmation, création de nouvelles classes au conservatoire, révision du règlement… Mais sa direction autoritaire ne fait pas l’unanimité. Il doit faire face à une certaine hostilité présente tout au long de ses dix ans d’exercice, Ropartz ne faisant jamais de compromis sur ses choix artistiques (que ce soit pour l’interdiction des bis, les programmes français audacieux ou l’exclusion des œuvres de Brahms dont les Alsaciens étaient friands). Alors qu’à Nancy, la formule qu’il propose aux spectateurs variait régulièrement (il expérimentait des cycles thématiques, concerts populaires ou des concerts de bienfaisance), à Strasbourg, la structure des programmes ne semble pas évoluer.

> Consulter le dossier « Les Concerts du conservatoire de Strasbourg sous la direction de Ropartz (1919-1929) » sur Dezède