Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique “Nom” [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de “violoniste” ou de “violoncelliste”, etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un “s” dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un “acteur” (“actrice”), ou d’un “animateur” (“animatrice”). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un “amoureux” qui devient une “amoureuse” au féminin, mais des “amoureux” au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme “artiste lyrique”. Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur “artiste”. En effet, par défaut, Dezède écrira “artiste lyriques” [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de “chef d’orchestre” est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité “individu”. Par exemple, pour la Malibran qui était “chanteuse” et “compositrice” (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du “titre” – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)
Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher “chanteuse” par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot “Cheffe” renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (“Cheffe”) mais également l’autre forme au masculin (“Chef”).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme “auteur” dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (“autrice”) et une forme plus moderne venue du Québec (“auteure”). Que dire également du féminin d'”auteur-compositeur-interprète” ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717

Musicologie et humanités numériques

Questions sémiotiques, enjeux épistémologiques et disciplinaires

L’IReMus (Institut de recherche en musicologie) et le LabEx OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) organisent un workshop consacré aux Humanités numériques en musicologie en lien avec les programmes numériques de l’IReMus. Cette journée d’étude proposée par Anne Piéjus (CNRS, IReMus, OBVIL) et Thomas Soury (OBVIL) aura lieu le jeudi 18 janvier à la Maison de la recherche (rue Serpente 75006, Paris, salle D116)1.

> Téléchargez le programme de la journée

  1. Pour des questions de sécurité et de place (la salle ne pouvant contenir qu’une quarantaine de personnes), il est impératif de s’inscrire à l’adresse musicologie.numérique@gmail.com avant le 17 janvier. []

Hommage à Nicole Wild

par Jean-Claude Yon

Organiste, formée au Conservatoire, Nicole Wild, qui s’est éteinte le 29 décembre 2017 à Paris dans sa 89e année, a mené une double carrière de conservatrice de bibliothèque et de chercheuse. Elle a joué un rôle pionnier et de toute première importance dans le développement de l’histoire de la musique et des spectacles du XIXe siècle.

Comme conservatrice, en particulier à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Nicole Wild a mené un patient travail de catalogage et de valorisation de nombreux fonds, ce dont témoignent les deux volumes consacrés aux Décors et costumes du XIXe siècle (19871 et 19932) ou encore son catalogue des Affiches illustrées (1976)3. Elle a organisé  de nombreuses expositions dont les catalogues constituent des outils précieux : Wagner et la France (avec Martine Kahane, 1983)4, les Ballets russes (19795 et 19926), Auber (1982)7, etc. Et tous les chercheurs ayant travaillé à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra savent à quel point elle était pour eux une formidable ressource – toujours prête à mettre à leur disposition ses compétences exceptionnelles.

Comme chercheuse, Nicole Wild, après avoir notamment travaillé sur le cirque, a soutenu en 1987 une thèse de musicologie sous la direction du professeur Jean Mongrédien intitulée Musique et théâtres parisiens face au pouvoir (1807-1864). L’inventaire et l’historique des salles que renfermait cette thèse a fourni la matière de son Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle (1989)8 dont la publication marque une date dans l’histoire des spectacles du XIXe siècle. Considérablement enrichie et couvrant désormais la période 1807-1914, la nouvelle édition de cette œuvre magistrale publiée en 2012 est sans conteste un ouvrage de référence en permanence présent sur la table de travail de tous les spécialistes9. Parmi de nombreux sujets (Berlioz, La Muette de Portici, etc.), Nicole Wild a beaucoup travaillé sur l’Opéra-Comique dont elle a publié avec David Charlton le répertoire de 1762 à 1972 (2005)10, ainsi qu’une histoire remarquablement illustrée, avec Raphaëlle Legrand, Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale (2002)11.

À tous ceux qui ont eu la chance de la connaître, Nicole Wild laisse le souvenir d’une femme droite, généreuse, d’une grande douceur et animée par la passion de la musique et de la recherche. Tous les spécialistes de la musique et des spectacles du XIXe siècle lui doivent beaucoup.

Jean-Claude Yon est Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin et Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) (en savoir plus).

  1. Nicole Wild, Décors et costumes du XIXe siècle. Tome I. Opéra de Paris, Paris, Bibliothèque nationale, 1987, 308 p. []
  2. Nicole Wild, Décors et costumes du XIXe siècle. Tome II. Théâtres et décorateurs : collections de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Paris, Bibliothèque Nationale, 1993, 381 p. []
  3. Nicole Wild, Les arts du spectacle en France : affiches illustrées, 1850-1950, Paris, Bibliothèque nationale, 1976, 454 p. []
  4. Martine Kahane et Nicole Wild, Wagner et la France [catalogue de l’exposition au Théâtre national de l’Opéra à Paris entre le 26 octobre 1983 et le 26 janvier 1984 organisée par la Bibliothèque nationale, Théâtre national de l’Opéra de Paris], Paris, Herscher, 1983, 175 p. []
  5. Jean-Michel Nectoux et Nicole Wild, Diaghilev : les ballets russes, préface de Georges Le Rider [catalogue de l’exposition de la Bibliothèque nationale entre le 17 mai et le 29 juillet 1979, Paris, Bibliothèque nationale, 1979, 166 p. []
  6. Martine Kahane et Nicole Wild, Les Ballets russes à l’Opéra [catalogue de l’exposition de la Bibliothèque-musée de l’Opéra à Paris entre le 15 janvier et le 20 mai 1992], Paris, Hazan, Bibliothèque nationale, 1992, 199 p. []
  7. Anne-Charlotte Rémond et Nicole Wild, Auber et l’opéra romantique [catalogue de l’exposition organisée en 1982 aux Mairies annexes des XIIIe et IIIe arrondissements, au Métro Auber entre le 29 janvier 1782-29 janvier 1982, par la Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris], Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1982, 63 p. []
  8. Nicole Wild, Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle : les théâtres et la musique, Paris, Aux Amateurs de livres, 1989, 509 p. []
  9. Nicole Wild, Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914, préface de Joël-Marie Fauquet, Lyon, Symétrie, 2012, 526 p. []
  10. David Charlton et Nicole Wild, Théâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972, Sprimont, Mardaga, 2005, 553 p. []
  11. Raphaëlle Legrand et Nicole Wild, Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale, Paris, CNRS éditions, 2002, 290 p. []

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède. La représentation successive des quatre parties du Ring au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est une première en dehors de Paris depuis la création française à Lyon en avril 1904. Le Ring rouennais fait suite aux quatre versions données  à l’Opéra de Paris avant la Première Guerre mondiale entre 1911 et 1913, et précède de quelques jours celle de Toulouse qui  se déroulera entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Ce dossier a été réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée avec les étudiants de troisième année de licence de musicologie de l’université de Rouen.

> Consulter le dossier ” Le Ring à Rouen en 1927 ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 20/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/707

 

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)