Archives par mot-clé : Jules Pasdeloup

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède », Carnet Dezède, 16/11/2022, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3792

Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883)

Les villes visitées par Jules Pasdeloup et son orchestre.

Ce dossier rassemble les programmes des 44 prestations dans les régions françaises de l’orchestre des Concerts populaires de musique classique sous la direction de son fondateur Jules Pasdeloup (1819-1887). Chaque concert est associé à un dossier de presse. L’ensemble vient compléter un article publié dans le n°30 (octobre 2017) de la revue Ad Parnassum et intitulé « Les voyages de Monsieur Pasdeloup : Propagation d’un modèle et d’un répertoire symphonique ».

Entre 1864 et 1883, Jules Pasdeloup et l’orchestre des Concerts populaires de musique classique donnent plus d’une quarantaine de concerts en dehors de Paris. Il n’est pas à exclure que ces voyages d’une formation comptant parfois jusqu’à soixante-quatorze instrumentistes, soient une première en France. Pasdeloup et son orchestre effectuent des déplacements uniques pour un ou deux concerts et, dans un cas (à Bordeaux en 1882), pour une série de treize concerts. Ils entreprennent aussi quatre tournées qui les amènent à visiter, à chacune d’entre elles, de deux à cinq villes.

En fondant en 1861 les Concerts populaires de musique classique, Jules Pasdeloup avait inventé un modèle caractérisé par son implantation dans l’espace de la ville (un cirque-théâtre dans l’est de la capitale), une politique tarifaire suffisamment attractive pour permettre un élargissement significatif du public des concerts symphoniques, un répertoire exigeant centré sur la musique symphonique et les extraits d’opéras. La programmation témoigne de la volonté de Pasdeloup de promouvoir l’œuvre de Wagner en France. Ce modèle connaît de nombreuses déclinaisons en France à partir de 1862. Les voyages de l’orchestre et son chef participent de la circulation de ce modèle tant du point de vue de l’organisation que de celui du répertoire.

> Consulter le dossier « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) » sur Dezède

> Consulter le site de la revue Ad Parnassum

Illustration : Claude Monet, La gare Saint-Lazare (1877)

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) », Carnet Dezède, 06/02/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/685

Les Concerts Pasdeloup (1861-1887)

Le répertoire des Concerts populaires de musique classique, plus connus sous le nom de Concerts Pasdeloup, réunit les 593 programmes de cette société de concerts entre la première prestation de son orchestre, le 27 octobre 1861, et le décès de son fondateur le 13  août 1887.

C’est effectivement en 1861 que Jules Pasdeloup (1819-1887), compositeur, enseignant et chef de l’orchestre de la Société des jeunes artistes du Conservatoire impérial de musique depuis 1852, décide de fonder une société de concerts avec l’ambition de diffuser la musique classique auprès des « masses ». S’il s’inspire, pour les programmes, du modèle de la Société des concerts du Conservatoire, Pasdeloup s’en distingue toutefois en installant son orchestre dans un cirque situé au sein d’un quartier populaire de la capitale et en pratiquant des prix d’entrée modiques. Le succès est au rendez-vous et ne se dément quasiment pas jusqu’au « Festival de retraite de M. J. Pasdeloup » le 31 mai 1884, qui rassemble les principaux compositeurs français venus remercier le chef d’orchestre pour son action en faveur de la musique en général et de la musique française contemporaine en particulier. En réalité, cette apothéose finale dissimule un lent processus de déclin entamé depuis une décennie. Les Concerts populaires résistent mal, après la chute du Second Empire, à la concurrence des Concerts Colonne (1873) et des Concerts Lamoureux (1881). La reconstitution de l’orchestre en 1886, pour une saison à l’issue de laquelle Pasdeloup devait décéder, n’ajoute rien à la gloire de cet infatigable passeur à l’origine du mouvement symphonique français moderne.

> Consultez le dossier “ Concerts Pasdeloup (1861-1887) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les Concerts Pasdeloup (1861-1887) », Carnet Dezède, 16/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/677