Archives par mot-clé : Mis en avant

Odéon

L’Odéon est une institution parisienne fondée en 1782 dont l’activité se poursuit aujourd’hui. Son histoire est résumée par Nicole Wild dans son Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914 (Lyon, Symétrie, 2012, p. 289-299). Comme tous les lieux de spectacles à Paris structurés dans Dezède, l’enjeu est d’articuler cette autorité dans un temps long, dans une histoire mouvementée comprenant différents déménagements et appellations (ou “titres” chez Nicole Wild).

 

L’autorité « mère » : Paris, Odéon

Pour tout savoir sur l’Odéon dans Dezède, il faut se rendre sur la fiche « Paris, Odéon », autorité générique de l’institution qui donne accès à toutes les données liées à son histoire depuis 1782. Tout d’abord, elle propose une chronologie dans « Historique » structurée en quatre périodes délimitées par l’histoire des salles qui l’ont hébergé (fig. 1) : le Théâtre-Français du faubourg Saint-Martin de 1782 à l’incendie de 1799 ; une période d’itinérance de la troupe dans différentes salles parisiennes de 1799 à 1808 ; la deuxième salle place de l’Odéon de 1808 à l’incendie de 1818 (suivie d’une petite transition à la salle Favart) ; la troisième salle de l’Odéon ou Second Théâtre-Français de 1819 à nos jours.

Fig. 1 – Chronologie de l’Odéon dans l’autorité “Paris, Odéon”

Les périodes sont ensuite subdivisées en appellations historiques de l’institution : à titre d’exemples, « Théâtre de la Nation » entre 1789 et 1793, « Théâtre de l’Impératrice » entre 1804 et 1814, « Théâtre de l’Odéon » à partir de 1819 ou « Odéon-Théâtre de l’Europe » à partir de 1990 (fig. 1).

Comme souvent en pareil lieu, les appellations apparaissent plus pertinentes que les salles pour structurer les données. Cette logique est d’ailleurs conforme aux pratiques relevées dans les sources. Aussi la chronologie renvoie-t-elle à tout un ensemble de fiches « filles » accessibles par des liens cachés dans la chronologie, mais également dans la liste des « Lieux contenus » (fig. 2 et 3).

Fig. 2 – Le lien caché vers la page du Théâtre de l’Impératrice apparaît en surbrillance dans la “chronologie”
Fig. 3 – Idem dans les “lieux contenus”

La structure que nous proposons, si elle cherche à suivre fidèlement l’histoire de l’Odéon, est en outre simplifiée pour résoudre un certain nombre de difficultés : par exemple, nous avons choisi d’utiliser l’appellation générique « Théâtre de l’Odéon » pour regrouper toutes les variantes « Théâtre royal de l’Odéon », « Théâtre national de l’Odéon » et « Théâtre de l’Odéon », expressions très fuyantes dans les sources selon les changements de régimes politiques. De même, nous avons créé les autorités combinées « Salle-Louvois-Théâtre national » ou « Théâtre du Marais-Salle Favart-Théâtre de la Cité », pour résumer deux brèves époques de l’Odéon durant lesquelles la troupe est en alternance d’une salle à l’autre. Toujours dans le même sens, à certaines époques, sans appellation particulière, nous avons constitué des autorités génériques combinant salle et direction, comme « Théâtre-Français [dir. Sageret] ».

L’autorité générique « Paris, Odéon » donne par ailleurs accès à l’ensemble des événements reconstitués dans Dezède correspondant à des spectacles donnés à l’Odéon (fig. 4), mais également à l’ensemble des œuvres créées à l’Odéon et référencées dans Dezède (fig. 5). Ces deux corpus s’enrichissent régulièrement de nouvelles données. Enfin, une zone de notes permet d’accéder aux ressources en ligne disponibles sur le site officiel de l’Odéon.

Fig. 4 – Liste des événements donnés à l’Odéon et reconstitués dans Dezède (état au 15 avril 2020)
Fig. 5 – Liste des œuvres créées à l’Odéon et disponibles dans Dezède (état au 15 avril 2020)

 

Les « filles » de l’Odéon

Comme précisé précédemment, les fiches « filles » permettent une structuration des données par appellation (ou titre), donc par époque de l’Odéon. Ce choix est déterminant dans l’affichage des données dans Dezède, notamment des événements et des œuvres. Ainsi, chacune de ces données « datées » peuvent être associées à la bonne appellation historique, et non à une appellation générique qui serait anachronique. Par exemple, l’autorité de L’Acte de naissance de Picard attribue la création de cette œuvre “directement” au Théâtre de l’Impératrice, et “indirectement” à l’Odéon en tant qu’institution générique (voir fig. 6).

Fig. 6 – L’autorité de L’Acte de naissance de Picard, comédie créée le 2 octobre 1804 au Théâtre de l’Impératrice, appellation de l’Odéon à cette époque (nous soulignons dans l’image)

Chacune des fiches « filles » contient un bref historique rappelant la période d’activité et les salles correspondantes à l’appellation, ainsi que les événements et les œuvres liés à celle-ci (fig. 7). La structuration des données est ici tout à fait identique à celle de l’autorité générique : ce sont donc deux niveaux de lecture qui sont proposés, avec d’un côté un regroupement des données par appellation, et de l’autre l’institution dans son ensemble.

Fig. 7 – Autorité du “Théâtre de l’Odéon”, appellation de l’Odéon entre 1814/1815 et 1990, fiche “fille” de l’autorité générique “Paris, Odéon”. La notice propose un historique, la liste des événements donnés et des œuvres créées dans ce lieu

 

Protocole à suivre pour la création d’un événement et d’une œuvre

Pour la bonne structuration des données de Dezède, il faut absolument proscrire le lien direct d’une donnée à l’autorité générique (Paris, Odéon), mais bien penser à la lier à une appellation en particulier, donc à une « fille ». Pour retrouver cette appellation, il est impératif de procéder à une vérification dans la chronologie qui fait désormais office de table de correspondance entre les époques et les appellations.

Ainsi, pour un spectacle donné ou une œuvre créée en 1810 à l’Odéon, il faut rechercher dans la rubrique « lieu » la donnée « Paris, Odéon, Théâtre de l’Impératrice » : pour la retrouver, il faut toujours penser à taper ce que l’on recherche d’abord, c’est-à-dire le Théâtre de l’Impératrice, en saisissant les mots importants de l’expression « théâtre impératrice », avec ou sans accent, avec ou sans majuscule (fig. 8) – nous déconseillons d’utiliser les articles dans une recherche, et notamment l’apostrophe, qui peut poser problème.

Fig. 8

Pour plus de pertinence, il peut être ajouté dans la saisie le parent « Odéon », en tapant par exemple « odéon impératrice » (fig. 9).

Fig. 9

En revanche, on évitera de taper « Paris » dans la requête, qui conduit soit exclusivement à l’autorité générique quand la ville est associée à « Odéon » (fig. 10), soit à aucun résultat quand la ville est associée à « Impératrice » (fig. 11).

Fig. 10
Fig. 11

Ces deux résultats en apparence aberrants sont en fait logiques, compte tenu de la structuration récursive des données dans Dezède :

Ville Paris
Institution Odéon
– – Appellation – – Théâtre de l’Impératrice

Autrement dit, pour trouver un lieu dans Dezède, il faut taper un ou plusieurs mots significatifs de ce lieu (théâtre Impératrice), et éventuellement, pour filtrer un peu plus, ajouter un ou plusieurs mots significatifs de son parent direct (Odéon), mais en aucun cas de son grand-parent (Paris).

 

État du corpus

Toutes les appellations de l’Odéon ont été créées (voir lieux contenus) : il est donc inutile d’en créer de nouvelles. Tous ces lieux ont par ailleurs été géolocalisés. Toutes les données liées, événements, œuvres et individus, ont également été relues, et la base de données, nettoyées de tous les doublons.

Toutes questions ou toutes demandes de modifications concernant l’Odéon doivent être adressées à dezede.contact [arobase] gmail.com


Illustration : L’Odéon dans les années 1820, collections de la BnF [en ligne].

Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède

Berlioz et Paris (1803-2019)

« Il n’y a au monde que Paris […] ». Voici ce que dit Hector Berlioz dans une lettre à son père en 1846. Paris, capitale administrative mais aussi culturelle, est un passage obligé dans la formation et la vie d’un compositeur.  Dans le cadre du 150e anniversaire de la mort de Berlioz, un colloque international est organisé autour du rôle qu’a joué Paris dans la vie du musicien. Il aura lieu du 10 au 12 décembre dans trois institutions parisiennes : le Petit Palais, l’Académie des Beaux-Arts et l’INHA (Institut national d’histoire et d’art). Les communications s’intéressent non seulement au rapport entre Berlioz et la capitale de son vivant mais aussi aux célébrations et à la vie de ses œuvres après son décès en 1869.

> Consulter le programme du colloque.

> Consulter l’autorité de Berlioz dans Dezède.

Grandeur et vicissitudes de la direction d’Opéra

Colloque à l’Opéra Comique, 21 et 22 novembre 2019

ll n’y a jamais eu un profil spécifique pour diriger un opéra. Prendre la tête d’une institution, ce n’est pas forcément une vocation, mais plutôt le sentiment d’une nécessité pour faire évoluer les spectacles, ou une opportunité dans une carrière plurielle. L’entrepreneur, l’interprète, le musicien, le metteur en scène sont ainsi amenés à composer avec le public, les artistes, et surtout avec l’économie de cet art coûteux… et politique. En cette saison 2019 de l’Opéra Comique, où figurent Favart, Adam, Offenbach, Carré mais aussi Lully, Durazzo, etc., penchons-nous sur ces destins singuliers qui ont façonné l’histoire de l’opéra en Europe.

Programme

JEUDI 21 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : L’Opéra Comique au XVIIIe siècle

Ouverture par Jean-Claude Yon : Au cœur du monde lyrique, les directeurs d’opéra

Bertrand Porot (Université de Reims) : La co-direction de l’Opéra-Comique par Jean Monnet et Charles Favart dans les années 1740

Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université et IReMus) : Jean Monnet à Lyon (1745-1747) : histoire d’une déconfiture financière

Emanuele De Luca (Université Côte d’Azur – CTEL) : La direction de la Comédie-Italienne de Paris entre XVIIe et XVIIIe siècle.

  • 14h30-17h30 : Une fonction semée d’embûches

Joann Élart (Université de Rouen) : Diriger jusqu’à la mort : le cas de l’infortuné Louis Michu à Rouen

Patrick Taïeb et Coralie Grandjean (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Les directeurs de l’Opéra de Montpellier pendant le Second Empire

Sabine Teulon-Lardic (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : À la conquête de nouveaux publics d’opéra au boulevard du Temple : Adolphe Adam à l’Opéra National (1847-1848)

Jean-Christophe Branger (Université de Lyon 2) : La résurrection éphémère du Théâtre-Lyrique à l’Eden-Théâtre sous la direction d’Henry Verdhurt : une « débâcle théâtrale » ?

VENDREDI 22 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : Diriger l’Opéra Comique au XIXe siècle

Maxime Margollé (ESPE de Lille) : Un pour tous, tous pour un : l’Opéra-Comique en société aux XVIIIe et XIXe siècles

Roxane Martin (Université de Lorraine) : Pixerécourt, directeur de l’Opéra Comique (1824-1827)

Frédéric Guérin (Université de Rouen) : L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin

Lesley Wright (University of Hawai‘i at Mānoa) : Carvalho et l’utilisation de la presse à des fins publicitaires (1876-1887)

  • 14h30-17h00 : Réinventer la direction d’opéra

Michela Niccolai (Sorbonne Université) : Albert Carré, directeur de théâtre entre XIXe et XXe siècles

Claire Paolacci (Sorbonne Université) : Albert Carré : un directeur parangon ou épigone de Jacques Rouché ?

Rencontre et discussion avec Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique

La seconde direction d’Émile Perrin (1862) par Frédéric Guérin

Perrin, le directeur thaumaturge

Suite à la soutenance de son master L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin (université de Rouen Normandie, 15 novembre 2019, 258 p.), Frédéric Guérin publie dans Dezède le dossier  “La seconde direction d’Émile Perrin (1862)” correspondant à l’une de ses annexes.

Il regroupe l’intégralité de la programmation des soirées de la deuxième salle Favart comprises entre le 27 janvier 1862, date de la nomination d’Émile Perrin à la direction de l’Opéra-Comique, et le 19 décembre 1862, veille de son départ de la salle Favart pour la direction du Théâtre Impérial de l’Opéra. Cette période se trouve à cheval entre la fin des saisons 1861-1862 et 1862-1863.

La présentation du dossier apporte quelques pistes de compréhension et de réflexion tirées des conclusions de son étude, que l’auteur a également présentée lors du colloque qui s’est tenu à l’Opéra Comique les 21 et 22 novembre dernier, portant sur la direction d’opéra.

> Voir le dossier La seconde direction d’Émile Perrin (1862) sur Dezède

Illustration : Perrin. Directeur du Théâtre-Français, Atelier Nadar, 1875-1895, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FT 4-NA-238 (9)