Le subventionnement des concerts symphoniques

La dernière livraison de la revue en ligne Transposition (n°7, « Le prix de la musique »), contient un article que Yannick Simon a consacré au subventionnement des concerts symphoniques en France entre 1861 et 1969. Il retrace l’histoire du subventionnement par l’État français des sociétés de concerts symphoniques entre 1861, année de la fondation des Concerts populaires de musique classique par Jules Pasdeloup à Paris, et le lancement du « Plan Landowski » en 1969. Pendant un siècle, malgré l’absence de politique et de décentralisation culturelles, l’État apporte sa caution, plus souvent qu’il n’offre des moyens pécuniaires suffisants, à un nombre de plus en plus important de sociétés. D’abord empirique, ce financement se structure progressivement, avec le concours des inspecteurs de l’enseignement musical puis grâce à la création d’une commission chargée de la répartition des moyens budgétaires. Cet embryon de politique musicale n’est cependant pas sans conséquence sur les choix artistiques des sociétés de concerts symphoniques, et, plus généralement, sur le goût musical des auditeurs.

Lien vers « Le subventionnement des concerts symphoniques dans les départements français entre 1861 et 1969 »

 

La création d’Étienne Marcel de Saint-Saëns à Lyon en 1879

Par Jean-Christophe Branger

Gravure en frontispice imprimée dans l’édition piano-chant de Messager, Bibliothèque nationale de France, département Musique [VMB-27

Quatrième opéra de Saint-Saëns, Étienne Marcel est créé au Grand-Théâtre de Lyon, le 8 février 1879, soit près de deux ans après la première de Samson et Dalila à Weimar, le 2 décembre 1877, grâce au soutien de Liszt. À ses débuts, Saint-Saëns rencontre en effet de multiples obstacles pour faire jouer ses opéras en France, notamment à l’Opéra de Paris. Depuis la création de son premier ouvrage, La Princesse jaune, à l’Opéra-Comique en 1872, il ne parvient pas à se faire reconnaître comme compositeur dramatique. Quelques mois avant la première de Samson, il subit d’ailleurs un nouveau revers avec un ouvrage achevé depuis 1865, Le Timbre d’argent, dont la création à Paris au Théâtre-Lyrique est accueillie froidement, le 23 février 1877. [lire la suite]

Le présent dossier est le fruit d’un travail collectif, réalisé en 2020 dans le cadre d’un cours de licence de musicologie, « documentation et recherche », délivré au département de musicologie de l’université Lumière Lyon 2, sous la direction de Jean-Christophe Branger, dans la perspective des célébrations du centenaire de la mort de Camille Saint-Saëns.

> Voir le dossier

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2021-2022)
Costume d’Elleviou dans le rôle de Jean de Paris, opéra-comique de Saint-Just et Boieldieu (avril 1812), dessin de Joly. – Collections BnF
Comme les années précédentes, le cours de méthodologie d’initiation à la recherche propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrages) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous terminerons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration, et poursuivrons celle initiée sous  l’Empire. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir de différents registres (recettes journalières, recettes à la porte, perception des droits d’auteurs) conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre mai 1812 et mai 1828, à laquelle nous ajouterons les derniers mois de la Restauration à partir de juin 1828, ainsi que les premiers mois de 1812. Les archives de l’Opéra-Comique sont hélas lacunaires sur la fin de la Restauration (du 13 août 1828 au 15 avril 1829, ainsi qu’à partir du 13 juin 1830 jusqu’aux Trois glorieuses, les registres sont manquants).
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois de septembre ou d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise sous l’Empire à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier celui de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons à l’année 1812.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une “bibliothèque numérique des spectacles”. Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année le premier volume  de l’Histoire des théâtres de Rouen de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) .

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)


Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 15/09/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3424

 

La Walkyrie à Nantes (1893)

Ce nouveau dossier édité par Michelle Bourhis est consacré à la représentation de La Walkyrie à Nantes le 25 décembre 1893. Il s’agit doublement d’une première, celle d’une audition du second volet de la Tétralogie en France en dehors de Paris (dans une version de concert avec deux pianos, double quatuor à cordes et deux contrebasses), et celle de la traduction d’Alfred Ernst. Cet événement intervient quelques mois après la création française de La Walkyrie à l’Opéra de Paris dans la traduction de Victor Wilder le 12 mai 1893.

Parmi les sources qui ont permis de constituer ce dossier, figurent les lettres adressées par Alfred Ernst à Étienne Destranges, le musicographe nantais à l’origine de l’événement. Conservées à la médiathèque Jacques Demy de Nantes, elles ont été transcrites, annotées et indexées dans un document particulier accessible depuis le dossier mais aussi depuis la bibliothèque de Dezède.

> Consulter le dossier La Walkyrie à Nantes (1893)

> Consulter Les lettres d’Alfred Ernst adressées à Étienne Destranges

Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910)

Un nouveau dossier par Sabine Teulon Lardic.

La création d’Héliogabale, tragédie lyrique d’Émile Sicard sur une musique de Déodat de Séverac, le 21 août 1910 et sa reprise deux jours plus tard, sont un jalon important des productions estivales du Théâtre des arènes de Béziers entre 1898 et 1926. Entrecoupée de rutilantes séquences orchestrales, chorales et solistes, l’œuvre met en scène un symbolisme opposant la décadence romaine au christianisme naissant. Le spectaculaire n’est pas le moindre attrait de la production. Le décor géant d’Eugène Ronsin, la scénographie des cortèges et ballets, documentée par Gabriel Boissy, le concours de quatre cents musiciens et choristes dévoilent l’ambition d’une organisation collective inventant le modèle partenarial. Devant 12 000 spectateurs, dans l’espace scénique et acoustique des arènes de Béziers surgit un péplum avant la lettre ! Les échos de la presse locale, régionale et nationale sont unanimes, non seulement pour louer le jeu des tragédiens et tragédiennes issus des théâtres parisiens, des danseuses, musiciens professionnels et choristes amateurs, mais aussi pour rendre compte des enjeux  de la décentralisation culturelle et du régionalisme.

> Consulter le dossier Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910) sur Dezède

SpectaNum, le bilan

Un projet scientifique dirigé par Joann Élart et Yannick Simon

Partie intégrante du projet CorNum dédié aux humanités numériques et financé par la région Normandie, SpectaNum est entré dans sa phase de réalisation le 25 février 2019 et a atteint la plupart de ses objectifs en mai 2021 au moment où nous rédigeons ce bilan.

Bilan global

Le projet SpectaNum se décline en trois volets ayant en commun l’application Dezède qui en a été le support, l’outil de développement et de valorisation. Les deux premiers volets, « Orchestres en Normandie » et « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » mettent à la libre disposition d’un public large, allant de l’amateur de musique au chercheur, un patrimoine difficilement accessible (programmes de concerts, documents d’archives, études anciennes) sous la forme d’archives numérisées associées à une édition numérique. Le troisième volet met Dezède en conformité avec deux standards de l’interopérabilité : l’installation d’un « flux RSS » et le moissonnage automatique dans « Isidore », afin de décloisonner les données déposées dans Dezède et de les diffuser plus largement. Enfin, un « outil statistique » inédit a été développé.

Les deux axes principaux de ce projet, qui en sont aussi les deux premiers, ont été présentés le 27 février 2019 dans un billet publié sur le Carnet Dezède et enrichi le 7 juin 2019 d’un compte rendu consacré à la participation des responsables du projet SpectaNum à la journée d’études CorNum1. Un bilan d’étape a par ailleurs été produit en novembre 2020 au moment de la livraison d’un des deux axes de recherche du premier volet2.

Bilan par volet

Volet 1 : les orchestres en Normandie depuis les années 1980

« Orchestres en Normandie » propose une reconstitution de l’activité des deux orchestres symphoniques normands membres de l’Association française des Orchestres : l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie fondé en 1998 et l’Orchestre Régional de Normandie fondé en 1982. Ces deux formations, aux vocations et aux missions différentes mais complémentaires, sont les acteurs et les ambassadeurs de la diffusion de la musique symphonique non seulement sur le territoire normand, mais également au-delà des frontières régionales3.

Captures d’écran de la géolocalisation sur Dezède des orchestres de l’Opéra de Rouen Normandie (à gauche) et Régional de Normandie (à droite)

L’objectif fixé, celui de reconstituer sur le portail Dezède tous les programmes de ces deux orchestres depuis leur création, a été atteint pour l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, dont les saisons ont été entièrement traitées entre 1998 et 20204. Ce sont au total 1704 spectacles présentés sous forme d’une chronologie complète dans laquelle chaque événement est décrit très précisément (date, lieu, programme avec titres des œuvres, noms des interprètes et ensembles impliqués). Ils sont par ailleurs regroupés par saison, dans des dossiers introduits par une présentation courte résumant les faits marquants (changement de personnel, créations, résidences, etc.) Cette trame événementielle est enrichie en outre par le dépôt des archives de l’institution, principalement les brochures de saison et les programmes de salle, qui ont été numérisés et mis à disposition en ligne en format PDF. Ainsi la chronologie éditée interagit en permanence avec ses sources, avec le souci d’archiver des documents éphémères et fragiles, et de valoriser l’activité de l’orchestre, en favorisant la patrimonialisation de son passé récent. La partie rouennaise du premier volet a été rendue possible par la mise à disposition d’une ingénieure d’études, Marion Blanc, qui a été très investie dans cette mission.

Les dossiers des orchestres de l’Opéra de Rouen Normandie (à gauche) et Régional de Normandie (à droite) sur Dezède

La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans le domaine des arts du spectacle est une des missions de Dezède. C’est ainsi que l’application participe au rassemblement des corpus éparpillés, voire perdus, dans un souci d’archivage pérenne. Cette fragilité des sources se ressent dans la reconstitution de l’activité de l’Orchestre Régional de Normandie, qui a souffert au cours de son histoire de la perte d’une partie de ses archives lors d’une inondation et lors de déménagements. Toutefois, à l’approche de ses 40 ans qui seront fêtés en 2022, la perspective de reconstituer son activité complète est envisagée et un appel à collecte d’archives a été publié pour compléter le corpus de sources disponibles (programmes de salle, affiches, brochures de saison, programmes de festivals, photos, etc.). Du fait de ces difficultés et du changement de direction de l’ensemble, la partie caennaise de ce premier volet a donc démarré un peu plus tard, fin avril 2020. Le chantier en cours a toutefois permis de rassembler 1398 spectacles, qui correspondent aux saisons 1983-1989 d’un côté et 2008-2020 de l’autre. Il est supervisé par Déborah Livet, musicologue, chargée de production et bibliothécaire musicale de l’Orchestre Régional de Normandie.

Dans le cadre de SpectaNum, ce sont donc plus de 3000 spectacles donnés par les deux orchestres normands qui ont été versés dans Dezède et qui sont consultables librement. Portant le logo de la région, les deux publications sont accessibles directement en cliquant sur les liens suivants :

Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie : https://dezede.org/dossiers/id/119/

Orchestre Régional de Normandie : https://dezede.org/dossiers/id/95/

La valorisation de cette publication est envisagée sous forme de journées d’études associant abonnés, musiciens, musicologues et professionnels. Les partenaires concernés, l’Opéra de Rouen Normandie et l’Orchestre Régional de Normandie, ayant été contraints d’interrompre leurs activités à partir de mars 2020, il a été décidé de reporter ces actions.

Volet 2 : une bibliothèque numérique des spectacles en Normandie

La mise en œuvre de la « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » a suivi trois phases de travail : le développement informatique de la bibliothèque numérique en elle-même, la constitution du fonds de la bibliothèque, l’indexation des volumes. SpectaNum a tout d’abord permis de financer le développement d’un outil « Bibliothèque » qui a été mis en test à partir de septembre 2019 et finalisé dans les mois suivants. Cet outil généralise et combine deux modèles déjà existants dans Dezède, à savoir ceux des « sources » et des « dossiers ». L’objectif recherché était de pouvoir étendre l’indexation à la page, et de mettre en lien les noms cités avec les autorités qui constituent le cœur de la base de données relationnelle de Dezède. Cette nouvelle fonctionnalité offre un accès facilité à ces ouvrages difficiles à consulter et à exploiter.

Du point de vue de la modélisation, le modèle initial de gestion des sources permettait de les lire à l’aide d’un feuilleteur, mais pas de les indexer à la page. Par ailleurs, ce modèle n’avait pas été pensé à l’origine pour accueillir des livres aussi volumineux. C’est chose faite grâce à l’investissement apporté dans le cadre de CorNum. Les sources d’une même nature peuvent désormais être liées entre elles, mais également avoir un parent et des enfants : autrement dit, un livre peut être compris dans une collection (parent) et comporter des pages (enfants), qui constituent autant de sources pouvant être indexées indépendamment. Cette étape de développement cruciale a été codée par le prestataire principal de Dezède, Bertrand Bordage et son agence NoriPyt spécialisée dans le langage Python.

La bibliothèque numérique des spectacles dans Dezède

Une fois cette étape de développement réalisée, il a fallu déposer ensuite dans les rayonnages numériques de cette bibliothèque un corpus d’ouvrages que nous avions défini au démarrage du projet SpectaNum. Il s’agit de plusieurs études rares et peu accessibles conservées dans les bibliothèques publiques, portant sur l’histoire des théâtres en Normandie : les ouvrages imprimés sur les théâtres de Rouen par Jules-Édouard Bouteiller5 et Henri Geispitz6, mais surtout le manuscrit rédigé par Charles Vauclin conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen, qui a fait l’objet, dans le cadre du projet SpectaNum d’une numérisation. S’ajoutent à ce corpus un document dactylographié découvert à la Bibliothèque municipale de Rouen durant le temps du projet, une courte étude dirigée par Henri Geispitz sur le Théâtre Lafayette de Rouen7), ainsi que les ouvrages imprimés de Charles Vesque sur le théâtre du Havre8 et celui de Paul de Longuemare sur le théâtre de Caen9. Tout ce corpus en grande partie déposé dans la bibliothèque est en accès libre sur le site Dezède via un menu clairement affiché en page d’accueil. Il peut s’agir de fichiers numérisés hébergés directement dans Dezède (le Vauclin par exemple, dont nous avons reçu tardivement les fichiers et qui est en cours de versement dans la bibliothèque) ou de ressources numériques consultables sur d’autres sites (le Bouteiller par exemple, qui renvoie aux exemplaires à télécharger sur Gallica). En plus de ce corpus annoncé, un deuxième dépôt a été réalisé pour étendre la collecte aux ouvrages de même nature sur d’autres théâtres de province (Bordeaux, Lille, Marseille, Rennes, Saint-Étienne). La bibliothèque continuera ainsi à s’enrichir par de nouvelles études, notamment en étendant notre « politique d’acquisition » aux ouvrages nombreux produits sur les théâtres parisiens.

Vue sur un livre ouvert dans la bibliothèque de Dezède et ses index

Concernant l’indexation qui constitue la troisième étape du volet 2, bien évidemment, nous n’avons pas pu indexer l’ensemble des volumes déposés. À ce stade du projet, nous livrons cependant une indexation complète du volume 6 du manuscrit Vauclin, et un traitement partiel de deux ouvrages, les premiers volumes de Bouteiller et de Geispitz. Cette première phase d’indexation sur le Vauclin et sur le Bouteiller a bénéficié du concours d’étudiants inscrits en licence 3 et en master 2 de musicologie, ainsi qu’en master humanités numériques entre 2019 et 2021, comme en témoignent différents billets publiés sur le Carnet Dezède ((Voir notamment : Joann Élart, « L’opéra-comique des sources aux études historiques », Carnet Dezède, 13 septembre 2019 [en ligne] ; idem, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 7 novembre 2020 [en ligne].)). L’indexation constitue en effet une activité très formatrice pour les étudiants en méthodologie de la recherche, car indexer, loin d’être une tâche automatique et ingrate, demande au contraire une exigence et une compétence dans la connaissance des répertoires des théâtres, tous genres confondus. Marion Blanc a également participé à cette expérience à partir du Geispitz.

Dans le cadre de SpectaNum, nous avons donc pu bâtir et commencer à structurer cette bibliothèque ambitieuse, inédite dans le monde des humanités numériques de par son implantation dans le corpus Dezède. Car ce n’est pas une simple bibliothèque, isolée, qui serait un projet à part du reste du site ; c’est une bibliothèque qui dialogue et qui interagit continuellement avec les autres données du site, que ce soit les chronologies ou les autorités. Nous renvoyons à ce billet de présentation publié sur le Carnet Dezède pour découvrir son fonctionnement.

Bibliothèque numérique des spectacles : https://dezede.org/sources/bibliothèque/

Indexation du Vauclin (tome 6 complet) : https://dezede.org/sources/id/56799/

Indexation du Bouteiller (p. 402 et suivantes) : https://dezede.org/sources/id/58240/

Indexation du Geispitz (p. 24-43) : https://dezede.org/sources/id/58241/

Volet 3 : diffusion des données, interopérabilité et analyse

Le projet SpectaNum a par ailleurs été l’occasion de mettre Dezède aux normes récentes du web sémantique. Sans prétention de vouloir intégrer tous les standards utilisés dans le monde des humanités, nous avons orienté notre attention sur deux aspects importants en terme de diffusion et de communication des productions réalisées dans Dezède, et en particulier de celles livrées dans le cadre du projet CorNum.

Abonnement au flux RSS sur la page d’accueil de Dezède

Affichage du flux RSS de Dezède dans un autre site, ici le Carnet Dezède

Il s’agit tout d’abord d’un flux de syndication (flux RSS), qui permet d’afficher depuis décembre 2020, pour qui le souhaite, les dernières parutions de dossiers. Ce flux a été activé notamment dans le Carnet Dezède et dans la revue Florine, deux plateformes que nous gérons, ce qui a permis de vérifier son bon fonctionnement. Lire le billet publié lors de l’inauguration de ce flux.

La collection Dezède dans Isidore

Il s’agit ensuite du versement en avril 2021 d’une quantité importante de données de Dezède, près de 50 000 qui s’enrichissent tous les jours, désormais accessibles via le moteur de recherche Isidore, qui permet l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales des applications soutenues par Huma-Num. Les données Dezède sont rassemblées dans une collection dédiée, mais sont également interrogeables directement par le moteur de recherche général en mode “documents” qui permet de retrouver une ou plusieurs données marquées de notre logo court. Lire le billet publié lors de l’inauguration de ce versement.

Nous avons enfin commandé le développement d’un outil très attendu par les utilisateurs de Dezède, un « outil statistique ». Celui-ci permet d’exporter des données chiffrées sous forme de tableur et selon huit scénarios pré-établis, qui peuvent constituer la base d’une analyse statistique du dossier. Il sera notamment utilisé pour analyser les dossiers constitués dans le cadre du premier volet en vue de la préparation des journées d’études envisagées. Il a été façonné par Adrien Lachaize et son agence Cotinga. Lire le billet publié lors de l’inauguration de cet outil.

Le bouton d’exportation des statistiques dans Dezède et exemple de données exportées


Pour citer ce billet : Joann Élart, « SpectaNum, le bilan », Carnet Dezède, 20/06/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3357

  1. Voir : « Lancement du projet SpectaNum » et « Journée CorNum du 7 juin 2019 », Carnet Dezède [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2402 ; « Présentation du projet SpectaNum (journée d’études CorNum, 7 juin 2019) »,   Contenus et corpus numérisés [en ligne]  https://cornum.hypotheses.org/325. []
  2. « L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2020) », Carnet Dezède [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3034. []
  3. Dans le dossier « Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie », l’outil « Diffusion » de l’onglet « Visualisations » calcule automatiquement les pourcentages de présence de l’orchestre dans les différents territoires. Ainsi, entre 1998 et 2020, cet orchestre se produit à 55,2 % à Rouen, 16,9 % dans les autres villes de Seine-Maritime (72,1 % pour tout le département), 17,6 % dans les autres départements de la Région Normandie, 7,8 % dans les autres régions de France et 2,5 % dans les autres pays du monde (Allemagne, Belgique, Cuba, États-Unis, Inde, Italie, Luxembourg, Norvège, Russie, Suisse, Sultanat d’Oman). Voir « Diffusion » [en ligne] https://dezede.org/dossiers/orchestre-de-lopera-de-rouen-normandie/stats. La même analyse sur l’Orchestre Régional de Normandie, mais sur un corpus encore en cours de réalisation, aboutit aux résultats suivants entre 1983 et 2020 : 19,4 % à Caen, 32,3 % dans les autres villes du Calvados, 37,6 % dans les autres départements de la région Normandie, 7,1 % dans les autres régions de France et 3,6 % dans les autres pays du monde (Belgique, Luxembourg, Macédoine, Norvège, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni). Voir « Diffusion » [en ligne] https://dezede.org/dossiers/orchestre-regional-de-normandie/stats. []
  4. Voir « L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2020) », Carnet Dezède [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3034. []
  5. Jules-Édouard Bouteilller, Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen, Rouen, Giroux et Renaux ; C., Métérie, 1860-1880, 4 t. []
  6. Henri Geispitz, Histoire du Théâtre des Arts de Rouen, Rouen, A. Lestringuant, 1913 ; Lecerf, 1951, 2 t. []
  7. Henri Geispitz, Le Théâtre La Fayette, 1942, Bibliothèque municipale de Rouen, [Br mm 2018 (dactygr. []
  8. Charles Vesque, Histoire des théâtres du Havre 1717 à 1872, Le Havre, Labottière ; Brenier, 1875-1877, 2 t. []
  9. Paul de Longuemare, Le théâtre à Caen (1628-1830), Paris, Picard et fils, 1895. []

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search