Le subventionnement des concerts symphoniques

La dernière livraison de la revue en ligne Transposition (n°7, « Le prix de la musique »), contient un article que Yannick Simon a consacré au subventionnement des concerts symphoniques en France entre 1861 et 1969. Il retrace l’histoire du subventionnement par l’État français des sociétés de concerts symphoniques entre 1861, année de la fondation des Concerts populaires de musique classique par Jules Pasdeloup à Paris, et le lancement du « Plan Landowski » en 1969. Pendant un siècle, malgré l’absence de politique et de décentralisation culturelles, l’État apporte sa caution, plus souvent qu’il n’offre des moyens pécuniaires suffisants, à un nombre de plus en plus important de sociétés. D’abord empirique, ce financement se structure progressivement, avec le concours des inspecteurs de l’enseignement musical puis grâce à la création d’une commission chargée de la répartition des moyens budgétaires. Cet embryon de politique musicale n’est cependant pas sans conséquence sur les choix artistiques des sociétés de concerts symphoniques, et, plus généralement, sur le goût musical des auditeurs.

Lien vers « Le subventionnement des concerts symphoniques dans les départements français entre 1861 et 1969 »

 

Table de correspondance des institutions parisiennes

Cette table alphabétique propose une correspondance entre différentes appellations utilisées pour désigner une institution ou une salle, et les autorités définies dans Dezède.

Les renvois dans la table sont soulignés en italiques.

B

Bourgogne > voir Hôtel de Bourgogne.

C

Comédie-Italienne > institution de la troupe des Comédiens Italiens active de 1680 à 1697, puis de 1716 à 1762, à l’Hôtel de Bourgogne > Comédie-Italienne

H

Hôtel de Bourgogne : salle inaugurée en 1548 et détruite en 1783. – Adresse : à l’angle des rues Mauconseil et Françoise (actuel n° 29 de la rue Étienne-Marcel).

> avant 1680 : Hôtel de Bourgogne (une des troupes de la Comédie-Française).

> 1680-1762 : Comédie-Italienne (troupe des Italiens).

> 1762-1783 : Opéra-Comique, Hôtel de Bourgogne (fusion de la Comédie-Italienne et de l’Opéra-Comique de la Foire).

O

Odéon : fondé en 1782 et toujours en activité. Lire la notice consacrée à cette institution sur ce carnet.

Opéra

> 1673-1763 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [1] (Académie royale de Musique).

> 1770-1781 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [2] (Académie royale de Musique).

Opéra-Comique

> 1762-1783 : Opéra-Comique, Hôtel de Bourgogne (fusion de la Comédie-Italienne et de l’Opéra-Comique de la Foire).

P

Palais-Royal > voir Théâtre du Palais-Royal.

T

Théâtre du Marais

> 1634-1673 : Théâtre du Marais [1]. Inauguré en 1634 après transformation de l’ancien Jeu de paume du Marais, accueille la troupe des comédiens français bénéficiant du soutien de Pierre Corneille qui fusionnent en 1673 avec celle de Molière, puis en 1680 avec celle de l’Hôtel de Bourgogne pour constituer la troupe de la Comédie-Française. Détruit par un incendie le 15 janvier 1644, le théâtre est aussitôt reconstruit et inauguré en octobre 1644. Après la mort de Molière, il est ordonné le 23 juin 1673 la fusion de la troupe du Marais et de celle du Molière. Son installation au Théâtre Guénégaud met fin à l’exploitation du Théâtre du Marais. Adresse : rue Vieille-du-Temple (sur l’actuel n90).

> 1791-1807 : Théâtre du Marais [2]. Inauguré en 1791,  fermé en 1807 et démoli en 1809. – Adresse : no 11 de la rue Culture-Saint-Catherine (actuellement no 11 de la rue Sévigné.

> depuis 1976 : Théâtre du Marais [3]. Inauguré en 1976 et toujours en activité. – Adresse : no 37 de la rue Volta.

Théâtre du Palais-Royal (1641-1781) : salle inaugurée en 1641 et détruite par un incendie en 1763, reconstruite sur le même emplacement et inaugurée en 1770, détruite à nouveau par un incendie en 1781. – Adresse :  au Palais-Royal, rue Saint-Honoré.

> 1641-1673 : Théâtre du Palais-Royal [1] (comédiens français, en particulier la troupe de Molière à partir de 1661, parfois en alternance avec la Comédie-Italienne).

> 1673-1763 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [1] (Opéra / Académie royale de Musique).

> 1770-1781 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [2] (Opéra / Académie royale de Musique).

Théâtre du Palais-Royal (1790-1791) > voir Variétés-Amusantes, Théâtre du Palais-Royal.

Théâtre du Palais-Royal (depuis 1830) : salle inaugurée en 1830 et toujours en activité. – Adresse :  ancien Théâtre Montansier, no 38 de la rue Montansier > Théâtre du Palais-Royal [3]

V

Variétés-Amusantes

> 1790-1791 : Théâtre du Palais-Royal. – Adresse : salle Richelieu au Palais-Royal (jusqu’à l’arrivée de Talma, après quoi les Variétés-Amusantes se diluent dans l’histoire de la Comédie-Française).


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Table de correspondance des institutions parisiennes », Carnet Dezède, 14/05/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2924

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

Dupliquer et transformer une donnée

Une série d’événements à la distribution identique ? Dupliquez !

Une nouvelle fonctionnalité très attendue par les utilisateurs a été installée cette année. Elle permet, en un simple clic, de “dupliquer” une donnée, puis de la “transformer”.

Cette fonctionnalité est accessible par le bouton  vert “Dupliquer” qui se trouve en bas à gauche de la fenêtre, à proximité du bouton rouge “Supprimer” (fig. 1). S’agissant d’une fonctionnalité sensible et qu’il faut utiliser avec parcimonie, nous avons préféré la séparer des boutons d’enregistrement ordinaires qui se trouvent, eux, à droite de la fenêtre.

Fig. 1 – Le bouton “Dupliquer”

 

Il est utile de préciser en préambule qu’il est impossible de “dupliquer” une donnée nouvelle, encore non enregistrée, tout comme il est d’ailleurs impossible de la supprimer. Aussi, les boutons de “duplication” et de “suppression” apparaissent-ils seulement une fois le premier enregistrement activé (fig. 2).

Fig. 2 – Lors de la création d’une donnée (ici, un événement), les boutons “Supprimer” et “Dupliquer” ne sont pas accessibles : ils apparaissent après le premier enregistrement.

 

Dupliquer quoi et comment ?

Cette fonctionnalité est très utile, en particulier, pour les séries d’événements caractéristiques des modes de production aujourd’hui, en institution ou en tournée. Elle rend en effet de grands services s’agissant des distributions, souvent lourdes, qui se répètent d’un événement à l’autre : la duplication permet alors de les récupérer in extenso, sans qu’il ne soit nécessaire de les rebâtir, comme c’était le cas précédemment.

Par exemple, la production des Amants magnifiques de Molière, portée entre autres par le Centre de Musique Baroque de Versailles, a été représentée à onze reprises en 2017, entre Massy, Rennes, Le Touquet, Avignon et Reims. La distribution impressionnante compte pas moins de 27 rôles que se répartissent 9 chanteurs, sans compter le directeur musical, le directeur artistique, le chorégraphe, le metteur en scène, le décorateur, le costumier, l’éclairagiste et les 3 ensembles (voir le premier événement de la série).

À partir de ce premier événement achevé et enregistré, il suffit ensuite de cliquer sur le bouton “Dupliquer”. Un bandeau vert s’affiche (fig. 3) indiquant que l’opération a réussi : “L’objet événement […] a été ajouté avec succès. Vous pouvez continuer l’édition ci-dessous”.

Fig. 3 – L’événement vient d’être dupliqué, comme l’indique le bandeau vert.

Dezède vient donc de mettre de côté le premier événement, pour afficher à l’écran, sous le bandeau vert, le second dupliqué. C’est alors qu’il faut apporter à ce doublon parfait les particularités qui le distinguent du premier : la date, l’horaire, le lieu, des changements éventuels de distribution, un complément de programme, etc. Une fois ces corrections réalisées, il suffit alors d’enregistrer pour valider le tout, avant une éventuelle nouvelle duplication. NB. Il est important de noter que l’opération ne duplique pas le lien qui unit la source à l’événement d’origine. Aussi, faudra-t-il recréer ce lien à la source, ou à une autre source, manuellement.

Pensée avant tout pour rendre moins fastidieuse la reconstitution des distributions dans les événements, cette fonctionnalité est toutefois disponible dans les différents modèles de Dezède : il est donc théoriquement possible de dupliquer une source, une œuvre, un individu, un ensemble, un lieu, un rôle, etc., même si en pratique, ce type de duplication n’a pas beaucoup de sens et n’offre pas, ou très peu d’avantages.


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dupliquer et transformer une donnée », Carnet Dezède, 21/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2896

Rechercher directement par pseudonyme

Parmi les dernières évolutions apportées au logiciel, figure celle de la recherche directe par pseudonyme dans la base de données. Jusqu’en février dernier,  il était en effet impossible de retrouver les œuvres en les appelant par leur auteur quand celui-ci signait sous pseudonyme (Molière, Voltaire,  Christophe, etc.) Il fallait ainsi toujours penser à interroger la base de données par leur patronyme (Poquelin, Arouet, Bevilacqua, etc.) pour éviter une recherche infructueuse. En conséquence de cette contrainte, de nombreux doublons étaient régulièrement  créés.

Cette  anomalie est désormais corrigée : l’interrogation de la base de données par le pseudonyme est aussi efficace que par son patronyme. Voici quelques vues extraites de différentes parties du logiciel (le choix de “Voltaire” est purement théorique) :

1) recherche d’une œuvre, dans la table des œuvres, par l’auteur, à “Voltaire” (fig. 1) et “Arouet” (fig. 2)

Fig. 1

Fig. 2

2) recherche d’une œuvre, dans la rubrique des œuvres d’un élément de programme, à “Voltaire” (fig. 3)

Fig. 3

3) recherche d’un individu, dans la rubrique de distribution d’un événement, à “Voltaire” (fig. 4)

Fig. 4

4) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus liés (indexation) d’une source, à “Voltaire” (fig. 5)

Fig. 5

5) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus des membres d’un ensemble, à “Voltaire” (fig. 6)

Fig. 6

6) recherche dans le moteur de recherche de la barre de menu (recherche simple), à “Voltaire” (fig. 7)

Fig. 7

7) recherche dans le moteur de recherche avec filtres (recherche avancée), à “Voltaire” (fig. 8)

Fig. 8

8) recherche d’un individu, dans l’index général de Dezède, à “Voltaire” (fig. 9) et “Arouet” (fig. 10)

Fig. 9

Fig. 10

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Rechercher directement par pseudonyme », Carnet Dezède, 20/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2884

La création française de Tosca

Dans le cadre du master Musicologie fondamentale et appliquée de l’université Lumière Lyon 2, des étudiants ont rassemblé sous la direction de Jean-Christophe Branger une série d’articles portant sur la création parisienne de Tosca à l’Opéra-Comique, le 13 octobre 1903. L’ensemble de ces documents livre une image contrastée de la réception en France de Puccini et du mouvement vériste . Si la jeune école italienne, qu’incarnent surtout Mascagni, Leoncavallo ou Puccini, rencontre un succès croissant auprès du public, les critiques ou compositeurs français les rejettent dans leur ensemble avec force jusqu’à leur dénier parfois tout talent. Des personnalités éminentes, telles que Dukas ou Fauré, les jugent à l’aune du théâtre wagnérien qui reste encore un modèle absolu à cette époque. De même, André Messager, qui dirige pourtant la création, critique ouvertement le choix de Puccini d’avoir mis le drame de Victorien Sardou en musique. Mais le succès de l’opéra de Puccini ne faiblit pas au point de susciter une étude à charge d’André Coeuroy en 1923.

Consulter le dossier sur Dezède

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search