Le subventionnement des concerts symphoniques

La dernière livraison de la revue en ligne Transposition (n°7, « Le prix de la musique »), contient un article que Yannick Simon a consacré au subventionnement des concerts symphoniques en France entre 1861 et 1969. Il retrace l’histoire du subventionnement par l’État français des sociétés de concerts symphoniques entre 1861, année de la fondation des Concerts populaires de musique classique par Jules Pasdeloup à Paris, et le lancement du « Plan Landowski » en 1969. Pendant un siècle, malgré l’absence de politique et de décentralisation culturelles, l’État apporte sa caution, plus souvent qu’il n’offre des moyens pécuniaires suffisants, à un nombre de plus en plus important de sociétés. D’abord empirique, ce financement se structure progressivement, avec le concours des inspecteurs de l’enseignement musical puis grâce à la création d’une commission chargée de la répartition des moyens budgétaires. Cet embryon de politique musicale n’est cependant pas sans conséquence sur les choix artistiques des sociétés de concerts symphoniques, et, plus généralement, sur le goût musical des auditeurs.

Lien vers « Le subventionnement des concerts symphoniques dans les départements français entre 1861 et 1969 »

 

Les deux Concertos (à une et deux pattes) de Ravel (1932-1945)

Après les quatre dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (705 événements), « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 concerts), « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel » et « Les créations de L’Heure espagnole », Manuel Cornejo consacre, à l’occasion du 90e anniversaire de leur création en janvier 1932, deux nouveaux dossiers aux deux Concertos de piano de Ravel « à une patte » (main gauche) et « à deux pattes » (en sol) — comme Ravel les évoque avec humour dans une lettre de 1930 à Philippe Gaubert. Les deux œuvres sont composées simultanément, de 1928 à 1931 pour le Concerto pour piano et orchestre (plus connu comme Concerto en sol) et de 1929 à 1930 pour le Concerto pour la main gauche.

Ces dossiers tâchent de réunir le plus grand nombre d’auditions à travers le monde de ces deux chefs-d’œuvre, depuis leur création jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : 70 auditions du Concerto pour la main gauche depuis sa création le 5 janvier 1932 au Musikverein de Vienne par son commanditaire et dédicataire Paul Wittgenstein, pianiste manchot autrichien ayant perdu son bras droit lors de la Première Guerre Mondiale ; 121 auditions du Concerto en sol depuis sa création le 14 janvier 1932 par sa dédicataire Marguerite Long et l’orchestre des Concerts Lamoureux sous la direction de Maurice Ravel.

Les dossiers tâchent également de réunir le plus grand nombre de comptes rendus des premières auditions parisiennes des deux Concertos. Dans le cas du Concerto pour la main gauche, du fait de la contrariété de Maurice Ravel quant au non respect de ses intentions par Paul Wittgenstein (une première parisienne le 25 mars 1932 dut être ajournée au 17 janvier 1933), ont été réunies le plus de comptes rendus possible de l’audition du 19 mars 1937 par Jacques Février, choisi par Marguerite Long et Maurice Ravel pour être le premier pianiste après Wittgenstein à jouer l’œuvre en public, et à le faire avec fidélité à la partition.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur les concerts inventoriés peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Le Concerto pour la main gauche de Ravel (1932-1945) »

Consulter le dossier « Le Concerto pour piano et orchestre (en sol) de Ravel (1932-1945) »

10 bougies !

Aujourd’hui, 23 février 2022, Dezède fête ses dix ans. C’est en effet le 23 février 2012 que le prototype, qui s’appelait alors “Chrono-spectacle”, était dévoilé au public de l’Opéra de Rouen Normandie au cours de la journée d’étude « Rendez-vous au Théâtre des Arts de Rouen ! ». C’est également lors du déjeuner que fut adopté ce jour le nom définitif du projet, Dezède.
Dix ans plus tard, la base de données rassemble 60596 événements, 29196 œuvres, 21298 individus et 9865 lieux. Elle a contribué à faire vivre la recherche en étant à l’origine de plusieurs manifestations scientifiques mais aussi sous la forme d’un site compagnon et en accueillant les archives numériques de l’Opéra-Comique. Chaque jour, le contenu de Dezède s’enrichit et les projets manquent moins que les ressources humaines et financières pour les réaliser.
Nous souhaitons remercier les laboratoires qui ont apporté un soutien indéfectible durant ces dix années de travail, le GRHis à Rouen, le CÉRÉdI à Rouen et l’IRCL à Montpellier. Un grand merci également à l’ Association Française des Orchestres, à l’ Opéra Comique, l’ Opéra de Rouen Normandie et l’ Orchestre Régional de Normandie et à la Fondation Royaumont pour les partenariats riches. Un très grand merci à notre développeur Bertrand Bordage et sa société NoriPyt. Et naturellement, des remerciements à tous les chercheurs, chercheuses apportant quotidiennement leur contribution et enrichissant de jour en jour les données.

Dezède sur Instagram

Le 27 janvier dernier Dezède a inauguré son compte instagram désormais accessible depuis sa page d’accueil. Chaque mercredi vous pourrez retrouver une nouvelle publication consacrée au contenu et à l’activité de Dezède. Vous pourrez découvrez les dossiers, les événements, les œuvres et les individus qu’il contient mais aussi le fonctionnement et les contributeurs du site. Rassemblant 60 000 événements, 29 000 œuvres, 21 000 individus et 10 000 lieux, Dezède est devenu une ressource dont l’exploration vous surprendra.

Ne comportant que quelques phrases et accompagnés d’une ou deux illustrations, les textes publiés seront consacrés à un élément de Dezède (un individu, une œuvre, un événement, un dossier, un lieu) avec l’objectif de mettre en avant ce qu’il nous dit de la musique et du spectacle, de leur histoire et de leur réception.

La finalité de dezede.spectacles est de faire vivre la recherche et de valoriser les travaux des contributeurs de Dezède auprès d’un public plus large que celui de ses usagers et des musicologues.

Les rédacteurs seront principalement des musicologues et des étudiants qui devront réussir cet exercice exigeant tant par la forme que le fond.

N’hésitez pas vous-mêmes à proposer votre concours en présentant un événement, une œuvre, un individu ou un lieu. Pour cela, il vous suffit d’envoyer sur la messagerie d’instagram une ou deux illustration(s) et le lien de l’autorité ou de l’événement que vous souhaitez mettre en avant en l’accompagnant de son texte de présentation ne dépassant pas les 2 200 signes autorisés par le réseau. Il sera publié et suivi de la mention du nom de son auteur. Vous pouvez aussi transmettre votre proposition à Yannick Simon (yannick.simon@univ-tlse2.fr)

Des appels à contribution sur des thèmes spécifiques seront lancés périodiquement.

Pour rejoindre le compte instagram de Dezède : dezede.spectacles

Le Ring de 1929 au Théâtre des Champs-Élysées

Par Gilles Demonet

Le dossier de Dezède consacré aux représentations du Ring en France vient de s’enrichir d’un nouvel élément, réalisé par Gilles Demonet, avec la version du Théâtre des Champs-Élysées de 1929. Cette production marque une date importante de l’histoire des Ring français puisqu’elle est la première, d’une part, en langue allemande et, d’autre part, dans un établissement privé. L’événement se singularise aussi par le moment des relations franco-allemandes dans lequel il intervient, celui d’une relative détente entre la fin de la Première Guerre mondiale et l’élection d’Adolf Hitler.

> Consulter le dossier Le Ring à Paris (1929)

La création d’Étienne Marcel de Saint-Saëns à Lyon en 1879

Par Jean-Christophe Branger

Gravure en frontispice imprimée dans l’édition piano-chant de Messager, Bibliothèque nationale de France, département Musique [VMB-27

Quatrième opéra de Saint-Saëns, Étienne Marcel est créé au Grand-Théâtre de Lyon, le 8 février 1879, soit près de deux ans après la première de Samson et Dalila à Weimar, le 2 décembre 1877, grâce au soutien de Liszt. À ses débuts, Saint-Saëns rencontre en effet de multiples obstacles pour faire jouer ses opéras en France, notamment à l’Opéra de Paris. Depuis la création de son premier ouvrage, La Princesse jaune, à l’Opéra-Comique en 1872, il ne parvient pas à se faire reconnaître comme compositeur dramatique. Quelques mois avant la première de Samson, il subit d’ailleurs un nouveau revers avec un ouvrage achevé depuis 1865, Le Timbre d’argent, dont la création à Paris au Théâtre-Lyrique est accueillie froidement, le 23 février 1877. [lire la suite]

Le présent dossier est le fruit d’un travail collectif, réalisé en 2020 dans le cadre d’un cours de licence de musicologie, « documentation et recherche », délivré au département de musicologie de l’université Lumière Lyon 2, sous la direction de Jean-Christophe Branger, dans la perspective des célébrations du centenaire de la mort de Camille Saint-Saëns.

> Voir le dossier

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search