Le subventionnement des concerts symphoniques

La dernière livraison de la revue en ligne Transposition (n°7, « Le prix de la musique »), contient un article que Yannick Simon a consacré au subventionnement des concerts symphoniques en France entre 1861 et 1969. Il retrace l’histoire du subventionnement par l’État français des sociétés de concerts symphoniques entre 1861, année de la fondation des Concerts populaires de musique classique par Jules Pasdeloup à Paris, et le lancement du « Plan Landowski » en 1969. Pendant un siècle, malgré l’absence de politique et de décentralisation culturelles, l’État apporte sa caution, plus souvent qu’il n’offre des moyens pécuniaires suffisants, à un nombre de plus en plus important de sociétés. D’abord empirique, ce financement se structure progressivement, avec le concours des inspecteurs de l’enseignement musical puis grâce à la création d’une commission chargée de la répartition des moyens budgétaires. Cet embryon de politique musicale n’est cependant pas sans conséquence sur les choix artistiques des sociétés de concerts symphoniques, et, plus généralement, sur le goût musical des auditeurs.

Lien vers « Le subventionnement des concerts symphoniques dans les départements français entre 1861 et 1969 »

 

Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934)

Bibliothèque Nationale de France, Maurice Ravel (CNews) [dirigeant un concert au Queen’s Hall de Londres, 14 avril 1923]

Après le récent dossier Bolero de Ravel (1928-1945), regroupant environ 650 programmes, dont près de 400 du vivant du compositeur, Dezède compte un nouveau dossier réalisé par Manuel Cornejo et consacré cette fois-ci à une facette moins connue : « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) ». Ce dossier réunit un total de 77 programmes entre le 27 mai 1899 et le 25 novembre 1934. L’ensemble montre l’ampleur des voyages du compositeur en Europe et en Amérique, 47 ayant été donnés à l’étranger, 30 en France dont 28 à Paris et deux à Lyon. Au palmarès des œuvres les plus souvent dirigées par Maurice Ravel figurent La Valse (34 auditions), Bolero (32), Concerto pour piano et orchestre (21). Si le plus souvent Maurice Ravel dirigeait une — voire deux ou trois œuvres — par programme, il lui est arrivé de diriger l’intégralité de « Festivals Maurice Ravel » à 13 reprises, à Copenhague et Stockholm durant la tournée scandinave de février 1926, et au cours des 11 concerts d’orchestre de la tournée nord-américaine. Reste posée la question de la qualité de la direction d’orchestre de Maurice Ravel, parfois discutée. À propos d’un concert à Londres, le compositeur se réjouissait : « D’après les journaux je suis, sinon un grand, du moins un bon chef d’orchestre. Je n’en attendais pas tant… » En fait, la critique musicale ne s’est jamais trop étendue sur la direction d’orchestre de Maurice Ravel, soit en la passant sous silence, soit en émettant des réserves ou des critiques en général teintées d’indulgence.


Un appel est lancé à toute personne disposant d’informations complémentaires éventuelles sur ces concerts, tous les programmes et comptes rendus n’ayant pas pu être retrouvés. Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/376

Les spectacles de danse au Théâtre des Arts (1962-1997)

Un dossier de Naomie Charlier

Couverture du programme du gala chorégraphique, décembre 1967

Ce dossier décrit l’ensemble des spectacles de danse organisés au Théâtre des Arts de Rouen entre 1962 et 1997, qui ont été désignés sous différentes appellations : gala chorégraphique, spectacle de ballet et création chorégraphique. Les danseurs sont principalement issus du corps de ballet du Théâtre des Arts. D’autres proviennent de compagnies de danse extérieures comme les Centres Chorégraphiques Nationaux, ou de troupes étrangères. Si la plupart des spectacles ont lieu au Théâtre, certaines représentations sont données dans d’autres salles. Dès les années 1990, certains ballets s’effectuent dans la salle Saint-Saëns du Théâtre des Arts. Pour la saison “hors les murs” de 1991-1992, la programmation est déplacée au Hangar 23 pour cause de travaux. À partir de 1996, la plupart des œuvres chorégraphiques sont programmées à la salle Duchamp-Villon à Grand-Quevilly.

Ce dossier constitue l’annexe du master de musicologie de Naomie Charlier, Le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen de 1962 à 1997, dir. Joann Élart, université de Rouen Normandie, soutenu le 30 septembre 2019, 300 p.

> consulter le dossier

Monsigny des Romantiques

Maquette de costume pour Le Déserteur de Monsigny et Sedaine, dans la version d’Adam. Dessin de Charles Bianchini (1893). – Collections de la Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-O ICO THE-115 (4)

Que reste-t-il des chefs-d’œuvre de Monsigny dans la deuxième moitié du siècle des Romantiques ? La consultation rapide des registres de perception du droit d’auteur de la SACD révèle la présence de deux classiques de Sedaine et Monsigny dans les affiches des théâtres parisiens de la Seconde République, du Second Empire et du début de la Troisième République. Il s’agit tout d’abord du Déserteur (1769) dans une version remaniée et réorchestrée par Adolphe Adam en 1843 et de Rose et Colas (1764) présentée au contraire dans une version originale restaurée par François-Auguste Gevaert en 1862. Ce dossier réalisé sous la direction de Joann Élart propose de suivre la production tardive de ces deux œuvres inscrites au patrimoine de l’Opéra-Comique, qui révèle dans la capitale, entre 1853 et 1872, outre leur présence dans les affiches de l’institution-mère, un glissement inattendu dans un théâtre né de la libéralisation de 1864, les Fantaisies-Parisiennes, et d’autre part en province, entre 1866 et 1892, une réplique des vogues parisiennes.

> lire le dossier “ Monsigny des Romantiques ”

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Monsigny des Romantiques », Carnet Dezède, 18/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3059

L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2020)

Traviata Opéra de RouenPartie intégrante du projet SpectaNum faisant lui-même partie du projet CorNum (financé par la Région Normandie), ce dossier réunit les 1702 programmes de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie depuis sa fondation en 1998.

Placé sous le statut de régie municipale depuis 1961, le Théâtre des Arts est contraint par la Ville de Rouen à rédiger un nouveau projet en 1996. Il ferme ses portes et les interprètes permanents (l’orchestre, les chœurs et le ballet) sont licenciés en décembre 1997. Une nouvelle association voit le jour en mai 1998 sous le nom de « Léonard de Vinci – Opéra de Rouen », qui se transforme en établissement public de coopération culturelle (EPCC), l’Opéra de Rouen Haute-Normandie, en 2004. L’orchestre est placé successivement sous la direction d’Oswald Sallaberger, Luciano Acocella, Léo Hussain et enfin Ben Glassberg à partir de 2020.  

Quelques éléments ressortent déjà de la constitution de ce dossier. Au fil des vingt-deux saisons qu’il inclut, le nombre des représentations augmente progressivement. Il n’est malheureusement pas possible, en raison des choix éditoriaux, de rendre compte de l’évolution des activités de l’orchestre, marquée par le développement de la médiation culturelle et des concerts pédagogiques ou pour les publics empêchés. Ces activités ont augmenté de manière significatives depuis une dizaine d’années, le choix a été fait de ne pas les inclure dans le dossier. Ce qui peut surprendre également, c’est la proportion importante des spectacles en diffusion (c’est à dire les spectacles hors les murs ou en tournée) et ce dès la création de l’orchestre. Sur vingt-deux saisons (à l’exception de la saison 2005-2006), les concerts en diffusions semblent compter pour plus de 40 % en moyenne de la programmation (premiers chiffres obtenus grâce à l’outil de visualisation de Dezède pour les vingt-une saisons comptabilisées). Cette partie immergée de l’iceberg rend compte de l’une des missions de l’orchestre, la diffusion de ses activités sur le territoire normand mais aussi national et international, et occupe une place plus importante que prévue. Une saison est aussi particulière dans ce dossier, la saison 2005-2006, puisqu’il s’agit d’une saison délocalisée, le Théâtre des Arts ayant fermé ses portes pour travaux (réfection du bloc de scène). L’Opéra de Rouen s’installe alors dans l’Auditorium Magellan de l’INSA Rouen Normandie à Saint-Étienne-du-Rouvray et au Théâtre Charles Dullin de Grand-Quevilly. Une analyse plus approfondie permettra certainement de mettre en valeur ce nouveau corpus notamment grâce à l’aide d’un nouvel outil d’analyse statistique en cours de développement.

> Le dossier “Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2019)”

Ce dossier a été réalisé dans le cadre du projet SpectaNum, déjà cité, qui fait partie du projet CorNum bénéficiant du soutien de la région Normandie. L’un des deux volets de SpectaNum, « Orchestres en Normandie », a pour objectif de reconstituer l’activité des deux orchestres symphoniques normands : l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et l’Orchestre Régional de Normandie depuis le début de leurs activités en 1998 pour le premier et en 1982 pour le second. Le dossier de l’Orchestre Régional de Normandie est en cours de constitution par Déborah Livet (musicologue et chargée de production/bibliothécaire musicale de l’Orchestre Régional de Normandie). Le second volet, « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie », a bénéficié de nouveaux développements numériques et est accessible sur Dezède. La bibliothèque comprend déjà plusieurs ouvrages sur les théâtres entre le XVIIIe et le XXe siècle, dont certains sont en cours d’indexation comme les tomes 6 et 7 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  ou le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) — voir l’article de Joann Élart.

> Le dossier de l’Orchestre Régional de Normandie.

> Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3026


Appel à contribution : un appel est lancé à toute personne disposant de programmes de salle qui seraient absents du dossier. Nous pensons notamment aux concerts de tournée en Normandie ou à l’étranger. Pour y répondre vous pouvez contacter l’équipe Dezède à l’adresse : dezede.contact@gmail.com. Un document listant les programmes de salle manquants est disponible ici.

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2020-2021)
Costume de Mlle Prévost dans le rôle de Léona dans Masaniello, opéra-comique de Carafa créé le 27 décembre 1827
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche s’adapte cette année à la crise sanitaire, tout comme Dezède qui est opérationnel dans les trois modalités d’enseignement : en présentiel,  en hybridation ou en distanciel synchrone. Comme les années précédentes, il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrage) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir des registres de recettes journalières conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1827 et 1828 à partir de cette source.
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons aux années 1830, 1831 et 1832.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une « bibliothèque numérique des spectacles ». Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année sur le tome 6 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  et sur le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3026

Actualités, formations, échanges autour du portail Dezède (https://dezede.org)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search