De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2018-2019)
Esquisse du décor du premier acte de La Dame blanche en 1825 (BnF, BMO scènes-Res La Dame Blanche-1)
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche reprend du service pour la sixième année consécutive (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart). Il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements aux XIXe  et XXe siècles, en partant des sources (archives, presse, programmes) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.

Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1823 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1823 et 1824.

Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, nous pourrons mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à un échantillon constitué autour de la création de La Dame blanche.

Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique.

Dans un quatrième et dernier temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province », Carnet Dezède, 22/09/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1239

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.