Le subventionnement des concerts symphoniques

La dernière livraison de la revue en ligne Transposition (n°7, « Le prix de la musique »), contient un article que Yannick Simon a consacré au subventionnement des concerts symphoniques en France entre 1861 et 1969. Il retrace l’histoire du subventionnement par l’État français des sociétés de concerts symphoniques entre 1861, année de la fondation des Concerts populaires de musique classique par Jules Pasdeloup à Paris, et le lancement du « Plan Landowski » en 1969. Pendant un siècle, malgré l’absence de politique et de décentralisation culturelles, l’État apporte sa caution, plus souvent qu’il n’offre des moyens pécuniaires suffisants, à un nombre de plus en plus important de sociétés. D’abord empirique, ce financement se structure progressivement, avec le concours des inspecteurs de l’enseignement musical puis grâce à la création d’une commission chargée de la répartition des moyens budgétaires. Cet embryon de politique musicale n’est cependant pas sans conséquence sur les choix artistiques des sociétés de concerts symphoniques, et, plus généralement, sur le goût musical des auditeurs.

Lien vers « Le subventionnement des concerts symphoniques dans les départements français entre 1861 et 1969 »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.