Monsigny des Romantiques

Maquette de costume pour Le Déserteur de Monsigny et Sedaine, dans la version d’Adam. Dessin de Charles Bianchini (1893). – Collections de la Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-O ICO THE-115 (4)

Que reste-t-il des chefs-d’œuvre de Monsigny dans la deuxième moitié du siècle des Romantiques ? La consultation rapide des registres de perception du droit d’auteur de la SACD révèle la présence de deux classiques de Sedaine et Monsigny dans les affiches des théâtres parisiens de la Seconde République, du Second Empire et du début de la Troisième République. Il s’agit tout d’abord du Déserteur (1769) dans une version remaniée et réorchestrée par Adolphe Adam en 1843 et de Rose et Colas (1764) présentée au contraire dans une version originale restaurée par François-Auguste Gevaert en 1862. Ce dossier réalisé sous la direction de Joann Élart propose de suivre la production tardive de ces deux œuvres inscrites au patrimoine de l’Opéra-Comique, qui révèle dans la capitale, entre 1853 et 1872, outre leur présence dans les affiches de l’institution-mère, un glissement inattendu dans un théâtre né de la libéralisation de 1864, les Fantaisies-Parisiennes, et d’autre part en province, entre 1866 et 1892, une réplique des vogues parisiennes.

> lire le dossier “ Monsigny des Romantiques ”

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Monsigny des Romantiques », Carnet Dezède, 18/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3059

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.