Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934)

Bibliothèque Nationale de France, Maurice Ravel (CNews) [dirigeant un concert au Queen’s Hall de Londres, 14 avril 1923]

Après le récent dossier Bolero de Ravel (1928-1945), regroupant environ 650 programmes, dont près de 400 du vivant du compositeur, Dezède compte un nouveau dossier réalisé par Manuel Cornejo et consacré cette fois-ci à une facette moins connue : « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) ». Ce dossier réunit un total de 77 programmes entre le 27 mai 1899 et le 25 novembre 1934. L’ensemble montre l’ampleur des voyages du compositeur en Europe et en Amérique, 47 ayant été donnés à l’étranger, 30 en France dont 28 à Paris et deux à Lyon. Au palmarès des œuvres les plus souvent dirigées par Maurice Ravel figurent La Valse (34 auditions), Bolero (32), Concerto pour piano et orchestre (21). Si le plus souvent Maurice Ravel dirigeait une — voire deux ou trois œuvres — par programme, il lui est arrivé de diriger l’intégralité de « Festivals Maurice Ravel » à 13 reprises, à Copenhague et Stockholm durant la tournée scandinave de février 1926, et au cours des 11 concerts d’orchestre de la tournée nord-américaine. Reste posée la question de la qualité de la direction d’orchestre de Maurice Ravel, parfois discutée. À propos d’un concert à Londres, le compositeur se réjouissait : « D’après les journaux je suis, sinon un grand, du moins un bon chef d’orchestre. Je n’en attendais pas tant… » En fait, la critique musicale ne s’est jamais trop étendue sur la direction d’orchestre de Maurice Ravel, soit en la passant sous silence, soit en émettant des réserves ou des critiques en général teintées d’indulgence.


Un appel est lancé à toute personne disposant d’informations complémentaires éventuelles sur ces concerts, tous les programmes et comptes rendus n’ayant pas pu être retrouvés. Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/376


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marion Blanc (11 décembre 2020). Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934). Carnet Dezède. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk25


2 réflexions sur « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) »

  1. Bonjour,
    Il est plus que curieux qu’aucun enregistrement de la voix de Maurice Ravel n’ait été fait même lors de son voyage aux USA en 1928. Les enregistrements sonores existaient déjà bien avant 1928. Surtout aux USA. La radio existait déjà en 1928 et l’enregistrement sonore aussi. Je pense que même pour Debussy mort en 1918 l’enregistrement d’éventuels interviews auraient pu eux aussi être réalisés, même à cette date !

    1. Réponse de Manuel Cornejo, Les Amis de Ravel.

      Merci pour votre observation. Cette question de l’absence curieuse d’enregistrement sonore de la voix de Maurice Ravel – enregistrement radiophonique ou filmique – est récurrente et a été évoquée par plusieurs chercheurs ravéliens et l’étonnement général quant à l’absence d’un enregistrement sonore à ce jour fait l’objet de nombreux commentaires ici et là sur internet.

      Depuis le premier film d’actualité sonorisé aux États-Unis avec la voix de Charles Lindbergh le 11 juin 1927 au Washington Navy Yard (film Fox Movietone News, [en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=8jLHQ-HUbcY), il aurait été tout à fait logique de s’attendre à un reportage similaire pour Maurice Ravel aux États-Unis durant sa tournée nord-américaine de près de quatre mois de janvier à avril 1928. Ceci d’autant plus que Maurice Ravel fut, comme il l’écrit dans plusieurs correspondances, assailli par les journalistes dès son débarquement à New York, donnant de nombreuses interviews publiées dans la presse papier, étant largement photographié par des photographes et caricaturé par des dessinateurs. Nous savons que Maurice Ravel fut filmé en Amérique, qu’il visita les studios de cinéma de la Metro-Goldwyn-Mayer d’Hollywood et assista au tournage de film Tempest [La Tempête] de Sam Taylor sur un scénario d’Erich von Stroheim avec les acteurs John Barrymore et Camilla Horn, mais de ce passage à Hollywood le 8 février 1928 ne subsistent que des allusions dans la presse et des photographies de Ravel aux côtés de Douglas Fairbanks, John Barrymore et Mary Pickford (voir, de Manuel Cornejo, l’Annexe « Maurice Ravel et le septième art » à l’article « Maurice Ravel et Maurice Jaubert. Une relation musicale trop vite interrompue (1925-1928) », Cahiers Maurice Ravel [Séguier], n°15, 2012, p. 86-114). De la tournée américaine, il existe un court film hélas muet avec Maurice Ravel jouant du piano à New York en janvier 1928 (https://www.gettyimages.ca/detail/video/news-footage/83465618). Il existe également un court film où l’on voit Maurice Ravel en grande conversation avec Olin Downes, critique musical à The New York Times, mais cela est frustrant, ce film est hélas muet également (The Rodzinski Archive [en ligne] https://www.youtube.com/watch?v=Nf-IWOhRRYo).

      De façon analogue, on ne peut que s’étonner qu’avec d’une part les nombreux enregistrements discographiques avec le concours comme pianiste ou comme chef d’orchestre de Maurice Ravel – ou simplement en sa présence –, d’autre part les nombreux concerts avec le concours de Maurice Ravel radiodiffusés, notamment à l’occasion de la longue tournée européenne du Concerto pour piano et orchestre (dit Concerto en sol) en 1932 (voir dossier Dezède [en ligne] https://dezede.org/dossiers/id/470), personne n’ait songé à enregistrer la voix de Maurice Ravel, de sorte qu’à ce jour aucun enregistrement sonore de Maurice Ravel n’est localisé.

      De façon générale, les divers courts films où l’on peut voir Maurice Ravel en divers lieux et à diverses dates sont hélas tous muets (pour leur inventaire, voir Maurice Ravel, L’intégrale : correspondance (1895-1937), écrits et entretiens, édition établie, présentée et annotée par Manuel Cornejo, Paris, Le Passeur Éditeur, 2018, p. 1670-1671).

      En attendant qu’un enregistrement sonore de la voix de Maurice Ravel finisse un jour par être trouvé, comme je l’ai déjà écrit dans plusieurs publications, il faut se contenter des rares témoignages décrivant la voix de Maurice Ravel, le plus précis étant celui de son élève Manuel Rosenthal : « On ne parle jamais de la voix de Ravel. C’était une voix de baryton, bien timbrée, pas de basse, mais un baryton sans creux, rien de spécial dans l’aigu. Il n’était pas monocorde, non. Il faisait beaucoup de nuances, mais il se tenait dans la quarte. Il n’était pas monotone, il était même très varié et l’interrogation, par exemple, se manifestait essentiellement par le ton de la voix, la couleur aussi, l’intonation » (Manuel Rosenthal, Ravel, souvenirs de Manuel Rosenthal recueillis par Marcel Marnat, Paris, Hazan, 1995, p. 116).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.