L’Orchestre Régional de Normandie : 40 ans d’histoire d’un orchestre à vocation régionale

par Déborah Livet

Un orchestre à vocation régionale, 40 ans d’existence et plus de 2 700 concerts publics donnés au fil des saisons. Mais pourquoi vouloir en 1982 créer un ensemble instrumental en région, pourquoi vouloir « décentraliser » la culture ? Pourquoi vouloir apporter la musique, l’émotion, le partage, la qualité, l’excellence, la culture dans des petites communes en Normandie ? Et aujourd’hui, pourquoi vouloir recenser tous ces concerts dans une base de données ? Et à quoi cela surtout peut-il servir ?

L’Orchestre Régional de Basse-Normandie, devenu Orchestre Régional de Normandie après la réunification des deux régions normandes le 1er janvier 2016, découle d’une volonté à plus grande échelle, née au milieu des années 1960 et initiée par le compositeur Marcel Landowski nommé directeur de la Musique au ministère des Affaires culturelles en 1966. Il entreprend une refondation totale de l’organisation de la musique en France, associant culture d’excellence et culture pour tous, baccalauréat musical et création d’orchestres en région. Aucun de ceux qui succèderont à son ministre de tutelle, André Malraux, ne reviendra sur ce schéma visionnaire et cette volonté. Enseignement, diffusion et création sont alors les trois piliers de la politique musicale mise en œuvre sur l’ensemble du territoire français.

L’ensemble instrumental créé en région Basse-Normandie s’inscrit dans cette dynamique avec la volonté de diffuser la culture tout en valorisant le territoire normand. Ancré dans le paysage régional et soucieux de son rayonnement, l’orchestre se rend tout aussi bien dans un village d’une centaine d’habitants pour jouer un quatuor de Beethoven qu’en Australie pour interpréter des œuvres de Ravel, Caplet ou Ibert. Peu à peu, il se dote d’une formation atypique de 18 musiciens permanents et d’une équipe de 9 administratifs polyvalents.

Mais quel intérêt pour un tel orchestre de connaître l’ensemble de sa programmation sur les quarante dernières années ? C’est tout simplement son histoire et elle nous en apprend beaucoup sur ses potentialités dans une période où se fait sentir la nécessité de réfléchir à l’avenir des politiques culturelles de proximité. Pourquoi justement ne pas analyser le savoir-faire d’un tel ensemble, acclimater ses atouts à d’autres régions, voire créer une nouvelle façon d’appréhender et d’aborder l’ancrage culturel dans les territoires ?

Dans le même temps, l’archivage des programmes des concerts permet de pérenniser des sources et de donner accès à tous aux archives numérisées de l’Orchestre Régional de Normandie (brochures de saison, programmes de salle, affiches) jusqu’à aujourd’hui conservées dans des conditions archaïques. La politique d’archivage n’existant pas dans la majorité des orchestres français en province, un outil comme Dezède peut révolutionner cette pratique indispensable de la mémoire culturelle.

Manque de moyens, manque de temps diront certains. Les musicologues cherchent et classent, les directeurs d’orchestre programment et produisent, tous créent du savoir mais ne devrions‑nous pas aujourd’hui profiter de notre passé pour mieux réfléchir ensemble à l’avenir de la politique musicale de la France en s’appuyant sur une politique d’archivage à plus grande échelle ?

Consulter le dossier Orchestre Régional de Normandie



Citer ce billet
Yannick Simon (2022, 21 décembre). L’Orchestre Régional de Normandie : 40 ans d’histoire d’un orchestre à vocation régionale. Carnet Dezède. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk2x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.