Les concerts de l’Union des femmes artistes musiciennes (1911-1939)

Par Apolline Gouzi et Arthur Macé

Ce dossier regroupe les événements organisés par l’Union des femmes artistes musiciennes (UFAM) entre 1911, et 1939. “Porter assistance à la femme musicienne sous la forme la plus pratique”, telle est la devise de l’UFAM, fondée par Lucy Tassart (1863-1946), femme du monde et chanteuse de salon. Comme d’autres entreprises charitables similaires, l’UFAM met en place divers dispositifs de soutien pour venir en aide aux musiciennes nécessiteuses : caisse de secours, allocations de loyer, assistance légale et médicale, création d’un foyer pour les artistes âgées, etc.

Fondée en 1910 sur le modèle d’une association charitable pouvant compter sur la bienfaisance des relations de Lucy Tassart, l’UFAM, pour subvenir aux besoins de ses adhérentes, se tourne rapidement vers l’organisation de concerts. C’est dans ce cadre que sont créés l’Orchestre et les Chœurs de l’Union des femmes artistes musiciennes, formations exclusivement composées d’adhérentes, bien que parfois soutenues par des supplémentaires masculins. Concentrés dans l’Ouest parisien, les concerts de l’UFAM sont majoritairement donnés salle Gaveau ; des représentations en plus petits effectifs ont également lieu dans le Studio que loue l’Union à partir de 1914.

Le répertoire de l’UFAM se distingue par son éclectisme, bien que les œuvres non-françaises soient rares : aux côtés des partitions du répertoire symphonique relativement communes aux sociétés de concert parisiennes, figurent de nombreuses partitions de compositeurs mondains, souvent amis de Lucy Tassart. Les interprètes qui participent à ces concerts sont également hétérogènes : si l’Orchestre et les Chœurs de l’Union sont des constantes, les solistes — quoique récurrents pour certains et certaines, comme Maryse Dietz, Rodolphe Plamondon, ou Henri Dangès — n’apparaissent pour l’essentiel qu’une seule fois. Souvent issu·es d’institutions lyriques prestigieuses (Opéra, Opéra-Comique, Scala de Milan, Comédie-Française), ces têtes d’affiche sont à même d’attirer un public dont les droits d’entrée alimentent la caisse de l’Union.

Aux côtés des solistes renommé·es se produisent parfois des adhérentes de l’Union, et notamment les lauréates du concours de musique organisé par l’UFAM dans les années 1930. Bien que l’UFAM ne semble pas avoir de direction musicale instituée, Georges de Lausnay est le chef le plus fréquemment appelé à la tête de l’orchestre. On notera que l’UFAM ne place pas de femme au pupitre de direction — pratique  pourtant devenue courante dans l’entre-deux-guerres.

Les archives de l’UFAM ne livrent que très peu d’informations concernant les adhérentes, qui sont les interprètes de ces concerts. Le caractère lacunaire de certaines fiches d’individus créées dans le cadre de ce dossier en est le reflet. L’activité de l’UFAM décrite dans ce dossier permet de brosser un certain paysage de la profession de musicienne ; il s’agit d’un état des lieux imparfait mais qui peut s’envisager comme le point de départ d’une recherche sur le travail musical féminin au début du XXe siècle.

Consulter le dossier de l’Union des femmes artistes musiciennes



Citer ce billet
Yannick Simon (2023, 16 janvier). Les concerts de l’Union des femmes artistes musiciennes (1911-1939). Carnet Dezède. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk2y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.