L’Opéra de Paris (1908-1914)

Par Karine Boulanger

Ce dossier, prélude à une chronologie plus large des représentations données par l’Opéra de Paris, accueillera l’ensemble des spectacles joués dans cette institution entre janvier 1908 et le 31 juillet 1914 sous la direction d’André Messager et de Leimistin Broussan.

Cette période s’inscrit entre deux longs directorats, ceux de Pedro Gailhard et de Jacques Rouché. En 1908, Messager et Broussan prirent les rênes d’un théâtre vieillissant dans des conditions difficiles : les finances n’étaient pas florissantes et le cahier des charges imposé par l’administration centrale était très lourd. Déséquilibrés d’abord par les dépenses somptuaires engagées pour les nouvelles productions de 1908 et un grave conflit avec la presse qui faillit entrainer la révocation de leur mandat, les deux hommes finirent, malgré leur mésentente notoire, par redresser la barre avec une gestion plus raisonnée dès 1909.

Assistés par une régie solide dirigée par Paul Stuart, régisseur général et metteur en scène, et une troupe rompue à l’exercice de l’alternance propre au système du répertoire, Messager et Broussan proposèrent une grande variété d’œuvres à leur public. Le répertoire était pour l’essentiel constitué de pièces des années 1880-1890 ayant fait leurs preuves et rentabilisées. Le grand-opéra disparaissait de l’affiche. Les créations se succédaient mais ne parvenaient pas à s’imposer.

Le choix des œuvres créées reflète en partie les goûts de Messager qui poursuivit le montage des œuvres wagnériennes pour parvenir à la première Tétralogie de l’Opéra en 1911 et à la création française de Parsifal en 1914. Il réussit à obtenir la Salomé de Richard Strauss, une partition dont il se réserva la direction. Il remit à l’honneur les œuvres de Chabrier, de Saint-Saëns, de Reyer et de d’Indy. La danse connaissait un timide renouveau avec les maîtres de ballet Louise Stichel et Ivan Clustine. Afin d’élargir le panel des œuvres de l’Opéra, les directeurs tentèrent le pari de reprendre Hippolyte et Aricie et d’acclimater la jeune école italienne.

Les mois de mai et juin constituaient la période la plus brillante de l’Opéra. Entre les soirées d’abonnement prenaient place des spectacles avec des artistes ou des troupes invitées. Le théâtre participait à ces manifestations et fut associé aux représentations de Boris Godounov données en 1908 par des chanteurs russes réunis par Diaghilev et aux Ballets russes en 1910, 1911 et 1914.

La faillite de 1914 était prévisible : les recettes demeuraient insuffisantes, la « saison russe » du printemps associée à des représentations ordinaires sans éclat fit déserter l’Opéra les jours d’abonnement et la non reconduite du mandat des deux directeurs allaient les empêcher de lisser leur déficit sur 1915. C’est un système entier qui s’effondrait : celui d’un théâtre à la subvention inchangée depuis plus de trente ans, miné par le recours à une commandite pour obtenir des fonds et soumis à un cahier des charges devenu presque impossible à tenir et bridant, paradoxalement, le renouvellement du répertoire.

Ce dossier recourt à trois instruments principaux : le journal de régie tenu par Paul Stuart entre 1909 et 1914, les programmes de salle et le journal de l’Opéra.

Consulter le dossier « La direction d’André Messager et de Leimistin Broussan (1908-1914) »



Citer ce billet
Yannick Simon (2023, 20 février). L’Opéra de Paris (1908-1914). Carnet Dezède. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk32

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.