Les concerts de la classe de direction d’orchestre du Conservatoire

Par Arthur Macé et Yannaël Pasquier

Premier jalon d‘un programme de recherche portant sur l’histoire des répertoires pratiqués au Conservatoire de Paris, ce dossier d’événements est consacré aux concerts donnés par la classe de direction d’orchestre depuis 2002, année de création de l’Orchestre des lauréats du Conservatoire. Les bornes chronologiques du dossier sont amenées à évoluer : d’une part, il sera régulièrement mis à jour au fil des prochains concerts, et, d’autre part, il pourra être étendu à une période plus ancienne.

La classe de direction d’orchestre du Conservatoire de Paris articule depuis 1914 enseignements théoriques et pratiques en mettant à disposition des élèves chef·fes des ensembles instrumentaux de taille variable, du petit ensemble de chambre au grand orchestre symphonique, avec solistes ou chœurs. Pour la période étudiée dans ce dossier, outre l’Orchestre des lauréats du Conservatoire, avec lequel les étudiant·es se produisent entre six et huit fois par année scolaire, la classe de direction d’orchestre a l’opportunité de s’exercer auprès d’autres ensembles, tels l’Orchestre des élèves du Conservatoire de Paris, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre Régional de Normandie, l’Ensemble intercontemporain ou encore l’Orchestre National des Pays de la Loire.

Ce dossier rassemble deux types d’événements bien distincts. Les concerts de la classe forment les deux tiers des événements recensés ; les examens de contrôle et Prix, qui marquent la fin de l’année académique ou du cursus, le tiers restant. Si les concerts ont presque tous lieu au Conservatoire, les examens et Prix ont en majorité lieu dans la Salle des concerts de la Cité de la musique. Depuis 2002, deux professeurs se sont succédé à la classe : le chef d’orchestre hongrois Zsolt Nagy de 2002 à 2014, et le chef d’orchestre français Alain Altinoglu, en poste depuis 2014.

À la lecture de ce dossier, on peut faire l’hypothèse que le répertoire de la classe est le reflet d’une nécessité pédagogique : ainsi les étudiant·es se confrontent au « grand répertoire » symphonique comme à certaines pièces méconnues, aux œuvres contemporaines pour petit ensemble, aux ouvrages lyriques, concertants, voire chorégraphiés. La singularité de certaines représentations répond, elle aussi, à une nécessité pédagogique : ainsi peut-on être surpris de voir programmée une seule œuvre quatre fois en une même soirée, ou de voir une clarinettiste jouer deux fois l’Adagio du concerto de Mozart lors d’un concert de Prix. Relevant quasi systématiquement du professeur, dans le respect des contraintes d’espace et de budget de l’école, le choix du répertoire étudié peut également se lire comme le reflet de leur propre pratique de chef d’orchestre mais également de la vie d’une institution à une époque donnée.

Aux côtés des étudiant·es chef·fes d’orchestre se produisent de nombreux instrumentistes et chanteur·euses du Conservatoire, notamment étudiant·es en 3e cycle. Les étudiant·es des métiers du son de l’école profitent également de ces sessions d’orchestre pour s’entraîner à la prise de son. Ces temps de travail intense deviennent ainsi des moments de pédagogie « totale », irriguant le Conservatoire bien au-delà de la seule classe de direction d’orchestre.

Consulter le dossier « Classe de direction d’orchestre (2002-2023) »


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yannick Simon (27 février 2023). Les concerts de la classe de direction d’orchestre du Conservatoire. Carnet Dezède. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk33


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.