1928 : l’apothéose du Wagnérisme toulousain

Les chiffres donnent une idée des mutations du spectacle lyrique depuis un siècle. Qui pourrait imaginer aujourd’hui une saison au Capitole de Toulouse avec plus de vingt représentations d’œuvres de Wagner incluant trois cycles du Ring, six représentations de Parsifal et deux de Tristan et Isolde, ces deux derniers en création ! À l’évidence l’année 1928 est bien celle de l’apothéose du wagnérisme toulousain. Un an auparavant, le Capitole avait déjà donné à voir et entendre trois fois l’intégralité du Ring. La version de 1928 est par conséquent une reprise cette fois-ci associée à six représentations de Parsifal. À la fin de l’année, vient le tour de Tristan et Isolde, le dernier des grands opéras de Wagner à ne pas encore avoir été monté à Toulouse. Une fièvre wagnérienne qui s’inscrit dans un mouvement généralisé à toute la France.

Dans le prolongement du dossier « Le Ring à Toulouse (1927-1928) » réalisé par des étudiants de master de l’Université Toulouse-Jean Jaurès en janvier 2023, des étudiants de licence, dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche, ont contribué à enrichir le dossier « Wagner à Toulouse » en y ajoutant les représentations de Parsifal et de Tristan et Isolde en 1928. Une fois de plus, Dezède s’avère un bon outil pédagogique pour faire découvrir la recherche, ses enjeux, ses principes et le chemin qui mène des sources à une production scientifique.

En cours de réalisation, le dossier « Wagner à Toulouse » réunira à terme l’ensemble des représentations wagnériennes au Capitole entre la première de Lohengrin le 5 mai 1891 et aujourd’hui. Il contient d’ores et déjà 80 événements.

Consulter les dossiers « Wagner à Toulouse » et « Le Ring à Toulouse 1927-1928) »



Citer ce billet
Yannick Simon (2023, 15 juillet). 1928 : l’apothéose du Wagnérisme toulousain. Carnet Dezède. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk39

Une réflexion sur « 1928 : l’apothéose du Wagnérisme toulousain »

  1. Dossier au long cours fort intéressant pour la scène toulousaine devenue nationale (Opéra national ) entre temps. On comprend mieux la réalisation optimale des Parsifal (2020) et Tristan und Isolde (2023) sous la direction de Franck Beermann.
    Concernant le dernier titre, j’ai eu la chance d’assister à la première représentation (26 février 23) qui, elle, s’est déroulée dans la mise en scène de Nicolas Joel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.