Au cœur de l’Opéra-Comique de la Deuxième République au Second Empire

Cours d’initiation à la recherche avec les L3 en musicologie à Rouen (2022-2023) dirigé par Frédéric Guérin

Journal de bord de l’Opéra-Comique, 2 décembre 1852, BnF, BMO [REG. OC-4

L’année universitaire 2022-2023 a été l’occasion pour les étudiants de troisième année de licence du parcours Musique et Musicologie de l’université de Rouen Normandie, de s’initier à la recherche grâce à la consultation et à la confrontation de différentes sources.

La première étape de cette initiation a débuté par une étude systématique du Journal de bord de l’Opéra-Comique rédigé par le régisseur du théâtre, Victor Avocat (1797-1880). Numérisée depuis peu par la Bibliothèque nationale de France et donc accessible plus aisément, cette collection s’étend de la saison 1849-1850 jusqu’au départ à la retraite du régisseur en 1875-1876.

La période dépouillée par les étudiants s’étend du jour de proclamation de l’Empire, le 2 décembre 1852 (BMO [REG. OC-4) à la fin de la saison 1853-54 (BMO [REG. OC-5). La consignation systématique des horaires des répétitions du matin, des participants, des artistes indisposés, des programmes de chaque soirée, des heures de début des spectacles, de leur durée, mais aussi différents rapports d’incidents font de ces écrits une compilation de témoignages et de données d’une richesse difficilement égalable. Ce sont pas moins de 824 soirées à l’Opéra-Comique qui ont été ainsi reconstituées par les étudiants.

Célestine Galli-Marié dans Mignon (Ambroise Thomas, Favart II, 1866), source BnF

Malheureusement, la collection de ces Journaux de bord conservée par la Bibliothèque-Musée de l’Opéra de Paris est lacunaire. En effet, les journaux de Victor Avocat sont manquants pour les saisons 1851-1852 (Seconde République) et 1869-1870. Aussi, cela a été l’occasion pour les étudiants d’explorer d’autres sources et de se familiariser avec la consultation de la presse ancienne disponible sur le portail RetroNews (BnF) afin de combler ces manques : ce sont respectivement 233 et 212 événements supplémentaires qui ont été traités à partir des journaux. Si la presse a la réputation d’être sans doute moins fiable et moins complète que les journaux d’Avocat, elle est cependant incontournable puisqu’elle demeure parmi les seuls documents permettant la transcription de la programmation de l’Opéra-Comique, surtout après la destruction de la majorité des archives de l’institution lors de l’incendie de la deuxième salle Favart en 1887.

Consultez les dossiers (en cours de réalisation) « L’Opéra-Comique sous la Deuxième République » et « L’Opéra-Comique sous le Second Empire ».



Citer ce billet
Joann Élart (2023, 2 octobre). Au cœur de l’Opéra-Comique de la Deuxième République au Second Empire. Carnet Dezède. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk3d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.