La critique musicale : l’exemple d’Amédée Méreaux dans le Journal de Rouen

Cours de méthodologie de la rédaction avec les L2 en musicologie à Rouen (2023-2024) dirigé par Frédéric Guérin

En 2024 sera célébré le 150e  anniversaire de la mort du compositeur, pianiste et critique musical rouennais Amédée Méreaux (1802-1874). En marge de la préparation du colloque international qui lui sera consacré à Rouen au mois de mai 2024, les étudiants de deuxième année de licence du parcours musique et musicologie de l’université de Rouen Normandie ont commencé à étudier les écrits de Méreaux, notamment ses nombreuses critiques musicales éditées dans les pages du Journal de Rouen. En effet, le travail de Méreaux comme critique pour le quotidien normand constitue aujourd’hui un témoignage incontournable pour qui s’intéresse à la vie culturelle rouennaise de cette époque.

C’est grâce à ses chroniques régulières et nombreuses que nous sont parvenus les récits détaillés des spectacles représentés au Théâtre des Arts mais aussi ceux du Théâtre Français pour ne citer qu’eux, rendant compte d’événements parfois ordinaires, tels des débuts plus ou moins réussis, mais aussi d’autres aujourd’hui entrés dans la légende du Théâtre des Arts, à une époque où l’institution rouennaise occupait une place de premier plan dans la vie culturelle française : un exemple, la prestation de Célestine Galli-Marié dans La Bohémienne de William Balfe, dont la première rouennaise a eu lieu le 23 avril 1862.

Journal de Rouen, 24 avril 1862, extrait

Cette création est rapportée par une chronique dithyrambique signée par Amédée Méreaux dans le Journal de Rouen du 24 avril 1862. C’est à la suite de cette performance remarquée et unanimement saluée que la cantatrice, future créatrice du rôle de Carmen en 1875, est débauchée par Émile Perrin, directeur de l’Opéra-Comique à l’époque. Elle quittera de ce fait le chef-lieu de la Seine-Inférieure pour débuter à Paris dans le rôle de Zerbine dans une recréation historique de La Servante maîtresse (Pergolesi, 1733) à Favart le 12 août de la même année, au grand dam du public rouennais et d’Amédée Méreaux qui, malgré ses regrets de la voir partir pour Paris, lui prédit bien avant tout le monde, un destin artistique d’envergure nationale.

Compte tenu du nombre considérable de ces chroniques, les étudiants se sont vu confier le dépouillement du Journal de Rouen pour la période allant de 1851 à 1871. Ce travail est en cours d’intégration dans Dezède. À ce jour, cette collecte encore loin d’être exhaustive, s’élève à 497 sources créées et indexées à la fiche d’autorité d’Amédée Méreaux sur Dezède. Une fois cette étape franchie, les étudiants se sont formés à la transcription diplomatique, apprentissage dispensé à l’aide du tutoriel intégré à Dezède [LIEN]. Grâce à cet outil d’autoformation, les étudiants pourront ensuite s’essayer à la transcription des critiques de Méreaux pour lesquelles ils ont créé la source. Ce travail gigantesque permet de constituer les premier jalons d’un projet futur d’édition critique des écrits de Méreaux.

La dernière partie de ce cours aura pour but d’examiner les chroniques d’Amédée Méreaux et de les mettre en parallèle à d’autres critiques rédigées par certains de ses illustres contemporains, tels Hector Berlioz ou Jules Lovi afin de replacer le style littéraire si caractéristique du Rouennais d’adoption au cœur de l’histoire de la critique musicale française au XIXe siècle.

Consulter la fiche Amédée Méreaux


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Joann Élart (10 octobre 2023). La critique musicale : l’exemple d’Amédée Méreaux dans le Journal de Rouen. Carnet Dezède. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk3f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.