Un opus inédit de Ravel : l’orchestration du premier prélude du Fils des étoiles de Satie

Manuel Cornejo, membre associé de l’IReMus depuis juin 2023 et qui vient de recevoir le prix Wicar Musique de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille, propose un nouveau dossier sur Dezède : « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) ». Il regroupe tous les spectacles publics et privés connus, au nombre de six, réunissant Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1875-1953), poétesse, peintre, danseuse et chorégraphe, animatrice de salon, organisatrice de spectacles chorégraphiques.

Parmi ces spectacles, trois sont des soirées privées données dans le salon de Valentine de Saint-Point 19 avenue de Tourville à Paris (7e) : les deux fameuses « soirées apolloniennes » des 17 février et 11 juin 1912 ainsi qu’un autre événement organisé au milieu du mois de juin 1914. Un quatrième spectacle est un concert privé donné dans l’atelier du peintre Henri Siegler-Pascal, ami commun de Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point. Maurice Ravel prit part à ces quatre spectacles comme pianiste, jouant tantôt seul ses morceaux Sonatine et Habanera (dans la transcription pour piano à deux mains de Jacques Charlot), tantôt pour accompagner les trois mélodies de Shéhérazade, tantôt pour interpréter à quatre mains avec Jane Mortier Ma Mère l’Oye ou avec Florent Schmitt les Trois morceaux en forme de poire d’Erik Satie, et même à six mains avec Alfredo Casella et Daniel Chennevière pour Le Rossignol d’Igor Stravinsky.

Les deux autres événements sont les originaux spectacles appelés Métachorie/Danses idéistes conçus par Valentine de Saint-Point, à Paris le 20 décembre 1913 et New York le 3 avril 1917, mêlant poésie, musique, chorégraphie, décors et éclairages. L’ordonnatrice définissait ainsi leur conception dans une lettre ouverte au Figaro du 14 décembre 1913 :

Ma métachorie apporte les danses idéistes, la danse qui n’est pas seulement le rythme plastique sensuellement humain de la musique, mais la danse créée, dirigée cérébralement, la danse qui exprime une idée, arrêtée dans des lignes strictes comme la musique l’est dans le nombre du contrepoint. Au lieu de dépendre exclusivement de la musique, la métachorie n’en est plus l’esclave mais l’égale, toutes deux dépendant de l’idée et soumises à une architecture stricte : celle de la ligne géométrique, celle du nombre. C’est donc l’union parfaite de tous les arts qu’apporte la métachorie 1.

C’est lors de ces deux spectacles que fut exécutée une œuvre orchestrale inédite de Maurice Ravel : Hymne au soleil. Sous ce titre, qui est celui d’un poème de Valentine de Saint-Point, se cache une œuvre de Maurice Ravel jusqu’ici énigmatique, non contextualisée et dont Marcel Marnat parle de « douteuse exécution publique2 » : l’orchestration du premier des trois préludes que compte Le Fils des étoiles (Wagnérie kaldéenne du Sar Peladan) d’Erik Satie.

Nous savions que la transcription pour piano par Erik Satie du premier prélude de la musique de scène du Fils des étoiles (datant de 1892) avait été jouée par Maurice Ravel le 16 janvier 1911 lors du 6e concert de la Société musicale indépendante — un dossier sur cette importante société musicale parisienne cofondée par Maurice Ravel en 1909-1910 est actuellement en cours de réalisation sur Dezède. Nous savions également, grâce à une lettre d’Erik Satie à son frère du 11 avril 1911, que Maurice Ravel songeait à orchestrer les trois préludes du Fils des Étoiles : « Ravel orchestre les préludes du Fils des étoiles pour les donner aux concerts d’avant-garde ». Sur la base de cette lettre, plusieurs biographes de Maurice Ravel ont pris cette affirmation au pied de la lettre et ont indiqué que l’orchestration par Ravel des trois préludes était perdue. Mais, Roland-Manuel, élève et premier biographe de Maurice Ravel dès 1914, s’était bien contenté de ne mentionner que l’orchestration d’un seul prélude par Ravel, sans préciser ni le numéro ni le contexte précis : « Erik Satie : Prélude du Fils des Étoiles (orchestration), 1913 (inédit)3 ». En fait, le dossier réalisé par Manuel Cornejo précise que Maurice Ravel n’orchestra que le premier prélude illustrant le poème Hymne au soleil de Valentine de Saint-Point et que son élève Roland-Manuel orchestra les deuxième et troisième illustrant les poèmes Amour et La Chevelure de Valentine de Saint-Point. Ces trois orchestrations ne furent exécutées qu’aux deux spectacles Métachorie/Danses idéistes de Paris et New York, respectivement sous la direction d’orchestre de Maurice Droeghmans et de Pierre Monteux. Les manuscrits des partitions et matériels d’orchestre qui devaient être entre les mains de Valentine de Saint-Point ne sont pas localisés à ce jour, si tant est qu’ils subsistent, sachant que cette artiste s’était fixée au Caire de 1924 à sa mort en 1953.

Le dossier nous apprend aussi que des œuvres musicales préexistantes d’autres compositeurs furent utilisées par Valentine de Saint-Point pour sa Métachorie : le prélude de La Damoiselle élue de Claude Debussy pour illustrer le poème Laus vitae de Gabriele d’Annunzio, deux des Nocturnes (Nuages et Fêtes) de Claude Debussy pour illustrer deux poèmes indéterminés de Valentine de Saint-Point (uniquement pour le spectacle de New York), le Quintette de Florent Schmitt pour illustrer le poème Après l’été de Valentine de Saint-Point.

Consulter le dossier « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) »



Citer ce billet
Yannick Simon (2023, 15 octobre). Un opus inédit de Ravel : l’orchestration du premier prélude du Fils des étoiles de Satie. Carnet Dezède. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nk3g

  1. Figaro, 14 décembre 1913. []
  2. Marcel Marnat, Maurice Ravel, Paris, Fayard, 1986, p. 757. []
  3. Roland-Manuel, À la gloire de… Ravel, Paris, Nouvelle Édition critique, 1938, p. 265. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.