Quelques nouvelles des « Orchestres symphoniques français »

Le dossier consacré aux orchestres symphoniques français réunit dorénavant plus de 2 250 événements. Ouvert en 2019 avec l’ambition de constituer un corpus de concerts symphoniques sur une longue période, il s’étend sur deux siècles entre 1828, année de la fondation de la Société des concerts du Conservatoire, et aujourd’hui. Consacré à l’ensemble de l’espace musical français, il intègre des formations parisiennes et des orchestres implantés dans d’autres villes de différentes tailles : Angers, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nancy et Toulouse. Ne pouvant prétendre à l’exhaustivité, il se limite à la première saison de chaque décennie entre 1831-1832 et 2021-2022. Au total vingt saisons. S’il n’est pas encore entièrement accessible, ce dossier peut d’ores et déjà être consulté dans son état actuel.

Mon accueil en délégation CNRS au sein de l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL — Université Paul Valéry-Montpellier 3) à partir de septembre 2023 m’a permis d’accélérer considérablement la réalisation de ce projet.

Paradoxalement, l’enrichissement du dossier est plus difficile pour les dernières décennies que pour les premières. Les programmes des concerts des sociétés du XIXe siècle et de la première moitié du suivant sont globalement accessibles, soit parce qu’ils ont été archivés par les sociétés elles-mêmes, soit parce qu’ils ont été collectés par des bibliothèques ou des centres d’archives. Au pire, on consultera la presse spécialisée et/ou quotidienne. Il en va tout autrement pour la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale. La presse tend à disparaître tout en consacrant une place moindre aux annonces et comptes rendus des concerts symphoniques. Dans le même temps, les sociétés de concerts ne considèrent plus comme une nécessité la mémoire de leur activité et s’affranchissent de l’archivage des traces de leur existence passée. Loin d’y remédier, la dématérialisation et l’obsolescence des logiciels n’ont fait qu’accentuer ce phénomène.

N’étant pas en soi une finalité, cette base de données s’insère dans un projet plus vaste d’études du répertoire sur la longue durée. La première a porté sur la mélodie française dans le cadre du colloque La mélodie française de Lalo à Poulenc, un siècle d’or ? qui s’est tenu à Paris des 25 et 26 septembre 2023. Prochainement, ce sera le tour de la musique allemande pour un colloque consacré à « Camille Saint-Saëns et les rapports musicaux franco-allemands après 1870 » qui se tiendra à Leipzig du 25 au 27 avril. D’autres études du même type sont en cours de réalisation. In fine, elles aboutiront à la rédaction d’un ouvrage consacré au répertoire des orchestres symphoniques français.

Pour consulter le dossier Orchestres symphoniques français



Citer ce billet
Yannick Simon (2024, 10 mars). Quelques nouvelles des « Orchestres symphoniques français ». Carnet Dezède. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzs5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.