La Schola Cantorum de Nantes

Le 20 décembre 2017, Michelle Bourhis a défendu sa thèse intitulée « La Schola Cantorum dans la vie symphonique à Nantes de 1913 à 1947 » devant un jury composé de Jean-Christophe Branger, Florence Doé de Maindreville, Guy Gosselin, Laure Schnapper et Yannick Simon (directeur de recherche).

De 1913 à 1947, entre la première prestation de ses chœurs jusqu’au décès de sa fondatrice Marguerite Le Meignen, la Schola Cantorum de Nantes connaît une activité ininterrompue malgré deux guerres mondiales et un contexte politique agité. Le lien avec la Schola Cantorum de Paris fondée par Vincent d’Indy, affirmé avec conviction au début de l’apparition de la Schola de Nantes, se relâche très rapidement pour laisser place à une réalisation originale. Dans le même temps, Marguerite Le Meignen, organisatrice, chef de chœur et chef d’orchestre à la forte personnalité, occupe une place centrale, voire hégémonique, dans la vie musicale nantaise de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation. C’est seulement à la fin de cette période qu’apparaît une société concurrente, l’Association des concerts symphoniques du conservatoire de Nantes, préfiguration de l’actuel Orchestre national des Pays-de-la-Loire.

Outre un panorama de la vie musicale nantaise centré sur la figure de Marguerite Le Meignen, la thèse contient des répertoires de programmes constituant une large documentation venant enrichir la recherche sur l’espace musical français.

> Consultez la thèse en ligne


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *