Tous les articles par Joann Élart

Atelier Dezède #4 (Zoom, 18 juin 2022)

L’équipe Dezède organise son quatrième atelier à destination des contributeurs du site et des chercheurs

Proposé en visio-conférence, l’atelier Dezède reviendra tout d’abord sur la vie du projet, son pilotage institutionnel et son financement.

Organisé cette année avec le soutien du consortium Musica2 auquel Dezède est associé, il reçoit Kévin Roger, ingénieur de recherches rattaché à la MSH Val de Loire et à la TGIR Huma Num, pour présenter le nouveau consortium dont la première réunion plénière est prévue à Tours les 23 et 24 juin.

Toujours en matinée, un petit temps sera consacré aux évolutions de Dezède mises en œuvre depuis le dernier atelier en 2021. Enfin, la matinée terminera sur une série de quatre présentations, pour valoriser les publications de Stella Rollet et d’Étienne Jardin associées à Dezède, pour présenter le projet de l’abbaye de Fontfroide porté par Mariùs Bernado, et pour annoncer la première rencontre humanités numériques et musicologie, en partenariat avec Musica2, que nous organisons dans le cadre de notre dixième anniversaire sur la thématique suivante : quel avenir pour la musicologie numérique ?

L’après-midi sera consacré comme les années précédentes à des présentations de dossier. Chaque intervenant présentera un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Nous accueillerons cette année Manuel Cornejo (Ravel), Danieli Longo Benedetti (Société musicale indépendante), Étienne Jardin (Société nationale de Musique), Lucia Pasini (l’Opéra-Comique sous la IIIe République),  Marianne Bouchardon (répertoire des critiques dramatiques), Joann Élart (structuration des lieux de spectacle à Paris), Yannick Simon ( Ring et Orchestres symphoniques français). Enfin, la dernière partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède.

Les intervenants : Danieli Longo Benedetti (Sao Polo), Mariùs Bernados (Catalogne), Marianne Bouchardon, Manuel Cornejo, Joann Élart, Étienne Jardin, Lucia Pasini (Turin), Kévin Roger, Stella Rollet, Yannick Simon.

La musique à Fontfroide depuis 1908

Attiré par les fonctionnalités de Dezède, Màrius Bernadó (Universitat de Lleida) est entré en contact avec notre équipe en mai 2021 pour envisager un partenariat dont l’objectif est d’archiver et valoriser l’ensemble de l’activité musicale présentée dans l’abbaye devenue propriété de la famille Fayet en 1908. Les archives attestent une intense vie musicale domestique que l’on doit au nouveau propriétaire, Gustave Fayet, industriel avisé mais aussi peintre, céramiste, collectionneur et grand amateur de musique. Ses amis et hôtes ont pour noms Odilon Redon, Déodat de Séverac et Ricardo Viñes. Mise en sommeil après la mort du propriétaire en 1925, la vie musicale de Fontfroide est réactivée à partir de 1967 grâce au pianiste Jean-Bernard Pommier qui y organise le festival « Renaissance », puis de 2006 lorsque Jordi Savall s’y installe pour quelques jours chaque été pour y diriger le festival « Musique et histoire ».

Première étape : publication du dossier Renaissance

Dans le cadre d’un enseignement de méthodologie appliquée donné par Joann Élart en master à l’université de Rouen en janvier et février 2022, les soixante concerts du festival « Renaissance » ont été reconstitués à partir d’un relevé sur tableur transmis par Màrius Bernadó. N’ayant alors pas encore accès aux archives des ces concerts, ce premier jet avancé permettait d’initier le partenariat.

Le dossier des concerts Renaissance : https://dezede.org/dossiers/id/445/

Deuxième étape : une première rencontre à Fontfroide

Une première rencontre organisée à l’abbaye de Fontfroide les 18 et 19 mars 2022 a permis de réunir les différents acteurs du projet. Il s’agissait d’une part de faire le point sur le dossier Renaissance réalisé à Rouen et d’autre part d’envisager les prochaines phases de travail : enrichissement et correction du dossier Renaissance (ajout des archives numérisées, correction des programmes saisis à partir des archives) ; création du dossier Musique et histoire ; etc.

Troisième étape : une première formation à Fontfroide

Le premier séjour de travail qui s’est déroulé les 3 et 4 juin à Fontfroide a permis de réunir l’ensemble des partenaires désormais impliqués dans le projet : l’abbaye de Fontfroide, les universités de Rouen, Montpellier, Toulouse et Lleida. L’objectif de cette session était, d’une part, de former de nouveaux contributeurs et, d’autre part, de compléter le dossier des concerts Renaissance et de commencer celui du festival Musique et histoire.

Perspectives

Les résultats obtenus à l’issue du séjour ont dépassé les espérances et ouvrent de larges perspectives. La poursuite des travaux réalisés est d’ores et déjà envisagée et l’élargissement à l’ensemble des activités musicales de l’abbaye à l’étude. Ils prendront la forme de nouveaux séjours de travail avec l’ambition d’y associer plus encore les étudiants des universités partenaires.

La musique à Fontfroide : https://dezede.org/dossiers/id/441/

Illustrations tirées des archives de Fontfroide, concert du 15 mai 1970 avec Alexander Schneider (violon), Paul Tortelier (violoncelle) et Jean-Bernard Pommier (piano).

 

 

10 bougies !

Aujourd’hui, 23 février 2022, Dezède fête ses dix ans. C’est en effet le 23 février 2012 que le prototype, qui s’appelait alors “Chrono-spectacle”, était dévoilé au public de l’Opéra de Rouen Normandie au cours de la journée d’étude « Rendez-vous au Théâtre des Arts de Rouen ! ». C’est également lors du déjeuner que fut adopté ce jour le nom définitif du projet, Dezède.
Dix ans plus tard, la base de données rassemble 60596 événements, 29196 œuvres, 21298 individus et 9865 lieux. Elle a contribué à faire vivre la recherche en étant à l’origine de plusieurs manifestations scientifiques mais aussi sous la forme d’un site compagnon et en accueillant les archives numériques de l’Opéra-Comique. Chaque jour, le contenu de Dezède s’enrichit et les projets manquent moins que les ressources humaines et financières pour les réaliser.
Nous souhaitons remercier les laboratoires qui ont apporté un soutien indéfectible durant ces dix années de travail, le GRHis à Rouen, le CÉRÉdI à Rouen et l’IRCL à Montpellier. Un grand merci également à l’ Association Française des Orchestres, à l’ Opéra Comique, l’ Opéra de Rouen Normandie et l’ Orchestre Régional de Normandie et à la Fondation Royaumont pour les partenariats riches. Un très grand merci à notre développeur Bertrand Bordage et sa société NoriPyt. Et naturellement, des remerciements à tous les chercheurs, chercheuses apportant quotidiennement leur contribution et enrichissant de jour en jour les données.

La création d’Étienne Marcel de Saint-Saëns à Lyon en 1879

Par Jean-Christophe Branger

Gravure en frontispice imprimée dans l’édition piano-chant de Messager, Bibliothèque nationale de France, département Musique [VMB-27

Quatrième opéra de Saint-Saëns, Étienne Marcel est créé au Grand-Théâtre de Lyon, le 8 février 1879, soit près de deux ans après la première de Samson et Dalila à Weimar, le 2 décembre 1877, grâce au soutien de Liszt. À ses débuts, Saint-Saëns rencontre en effet de multiples obstacles pour faire jouer ses opéras en France, notamment à l’Opéra de Paris. Depuis la création de son premier ouvrage, La Princesse jaune, à l’Opéra-Comique en 1872, il ne parvient pas à se faire reconnaître comme compositeur dramatique. Quelques mois avant la première de Samson, il subit d’ailleurs un nouveau revers avec un ouvrage achevé depuis 1865, Le Timbre d’argent, dont la création à Paris au Théâtre-Lyrique est accueillie froidement, le 23 février 1877. [lire la suite]

Le présent dossier est le fruit d’un travail collectif, réalisé en 2020 dans le cadre d’un cours de licence de musicologie, « documentation et recherche », délivré au département de musicologie de l’université Lumière Lyon 2, sous la direction de Jean-Christophe Branger, dans la perspective des célébrations du centenaire de la mort de Camille Saint-Saëns.

> Voir le dossier

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2021-2022)
Costume d’Elleviou dans le rôle de Jean de Paris, opéra-comique de Saint-Just et Boieldieu (avril 1812), dessin de Joly. – Collections BnF
Comme les années précédentes, le cours de méthodologie d’initiation à la recherche propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrages) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous terminerons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration, et poursuivrons celle initiée sous  l’Empire. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir de différents registres (recettes journalières, recettes à la porte, perception des droits d’auteurs) conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre mai 1812 et mai 1828, à laquelle nous ajouterons les derniers mois de la Restauration à partir de juin 1828, ainsi que les premiers mois de 1812. Les archives de l’Opéra-Comique sont hélas lacunaires sur la fin de la Restauration (du 13 août 1828 au 15 avril 1829, ainsi qu’à partir du 13 juin 1830 jusqu’aux Trois glorieuses, les registres sont manquants).
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois de septembre ou d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise sous l’Empire à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier celui de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons à l’année 1812.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une “bibliothèque numérique des spectacles”. Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année le premier volume  de l’Histoire des théâtres de Rouen de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) .

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)


Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 15/09/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3424