Tous les articles par Joann Élart

Rock en Seine-Maritime : des Yéyés au Punk (1968-1977)

Ce dossier rassemble 219 concerts rock organisés en Seine-Martime, choisis dans un corpus de 4621 événements établi par Thomas Bacquet (doctorant à Chung-Ang University) à partir du dépouillement du Paris-Normandie qu’il réalisa dans le cadre de son master soutenu en octobre 2009 à l’université de Rouen et intitulé Le Rock en Haute-Normandie entre 1968 et 1977 à travers les annonces du Paris-Normandie (sous la direction de Joann Élart, 2 t., 87 p. + 234 p.) La sélection proposée souligne les aspects les plus remarquables de la diffusion du rock en Seine-Maritime entre 1968 et 1977, dans les limites de ce que donne à lire l’édition rouennaise du Paris-Normandie, et en particulier, la présence de groupes étrangers ou parisiens et l’émergence d’une scène locale.

Suite à l’essoufflement de la mouvance yéyé des sixties et de ses « idoles », les transformations sont multiples après Mai 68 et le début des années soixante-dix s’ouvrent à de nouvelles expériences. L’émergence de médias consacrés au rock, tant à la télévision qu’à la radio, ainsi que d’une presse spécialisée, est désormais en phase avec les nombreuses ramifications de la famille rock. Les phénomènes liés à ce changement d’époque sont également perceptibles en Haute-Normandie, particulièrement dans les agglomérations de Rouen et du Havre. On les retrouve à l’échelle de la presse locale, dont le volume d’écrits relatifs au rock, entre 1968 et 1977, et particulièrement au sujet de la scène régionale, augmente abondamment d’année en année [lire la suite].

> Consulter le dossier

Dezède et les nouvelles perspectives des spectacles en province

Les Nouvelles perspectives sur les spectacles en province viennent de sortir des Presses des Universités de Rouen et du Havre (octobre 2018). Elles rassemblent une sélection de textes issus de communications prononcées lors de deux journées d’études ayant particulièrement marqué la structuration du projet Dezède.La première de ces journées Rendez vous Théâtre des Arts de Rouen ! s’est tenue à l’Opéra de Rouen le 23 février 2012, qui n’est autre que la date inaugurale du projet : le public assista ce jour à la première présentation publique de la base de données alors embryonnaire, mais contenant déjà ses principales fonctionnalités ; les fondateurs arrêtèrent également ce jour le nom du projet, Dezède (lire l’onglet “Identité” dans notre présentation).La seconde de ces journées Quand la politique s’invite au spectacle s’est tenue à l’université du Havre le 21 novembre 2012. Elle inaugura l’ouverture du portail Dezède sur le web à l’adresse dezede.org.Ces deux journées d’études ont été organisées dans le cadre d’un projet de recherche financé par la région Haute-Normandie (GRR).

Le livre

L’ouvrage qui vient de paraître sous la direction de Joann Élart et de Yannick Simon « cherche à tracer de nouvelles perspectives pour aborder un espace culturel, la province, renfermant encore bien des zones d’ombre, qu’il s’agisse des publics, des artistes, des affiches, de l’organisation ou du fonctionnement des théâtres et des salles de concert. Dans des perspectives croisées pour les uns ou thématiques pour les autres, le spectacle devient objet d’histoire mettant en jeu plusieurs points de vue, conjoncturel et politique, multipolaire et comparatiste, esthétique et commémoratif, institutionnel et historique. La diversité des approches pluridisciplinaires engage à poursuivre les recherches sur les pratiques et les institutions en province, afin de comprendre les liens qui unissent la capitale et les départements, de mesurer les enjeux locaux en terme de développement culturel à l’échelle d’un territoire, de penser une histoire des spectacles en France enrichie des nombreuses spécificités provinciales. » (extrait de la 4e de couverture).Plusieurs articles entretiennent des liens étroits avec des dossiers publiés dans Dezède. Ils seront évoqués dans des billets à paraître prochainement.

La table des matières

Introduction

Les incidents politiques au spectacle dans les théâtres de province pendant la Révolution française et l’Empire, Cyril Triolaire

Les enjeux politiques et musicaux d’Adolphe et Clara de Nicolas Dalayrac (1799), Maxime Margollé

L’opéra à tout prix, Étienne Jardin

Les « débuts » à Rouen sous le Second Empire : l’exemple de Célestine Galli-Marié (1861-1862), Patrick Taïeb

La circulation du modèle des concerts populaires à travers l’exemple du Havre (1892-1913), Yannick Simon

Une parenthèse dans l’histoire du Théâtre des Arts de Rouen : le Cirque (1941-1962), Bénédicte Percheron

Autour du centenaire de la Révolution : l’invention d’une « histoire de France » dans les programmes de concerts, Denis Tchorek

D’un centenaire à l’autre : les hommages à Pierre Corneille à Rouen entre 1784 et 1884, Joann Élart

> lien vers les PURH

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dezède et les nouvelles perspectives des spectacles en province », Carnet Dezède, 10/10/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1635

De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2018-2019)
Esquisse du décor du premier acte de La Dame blanche en 1825 (BnF, BMO scènes-Res La Dame Blanche-1)
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche reprend du service pour la sixième année consécutive (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart). Il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements aux XIXe  et XXe siècles, en partant des sources (archives, presse, programmes) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.

Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir du dépouillement des bordereaux de recette journalière conservés aux Archives nationales de France (série AJ/13). Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1823 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1823 et 1824.

Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, nous pourrons mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à un échantillon constitué autour de la création de La Dame blanche.

Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective l’activité de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet, pour prendre conscience de la circulation des répertoires parisiens en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique.

Dans un quatrième et dernier temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’opéra-comique à l’opérette à Paris et en province », Carnet Dezède, 22/09/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1239

L’ISNI et Dezède

Dezède veut dialoguer !

Depuis plusieurs années, Dezède gère les numéros d’ISNI (International Standard Name Identifier), qui est un code normalisé permettant d’identifier au niveau international les noms de personnes ou des organismes “impliqués dans la création, la production, la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques ou faisant l’objet de ces contenus.” (Qu’est-ce que l’ISNI ?, BNF.fr)

Composé de seize chiffres, le numéro d’ISNI est saisi dans une rubrique des “Informations personnelles” de l’individu, comme le montre l’exemple de Mozart ci-dessous :

Deux petites nouveautés viennent d’être ajoutées cet été pour gérer deux cas de figure :

  1. le cas des individus n’ayant pas encore de numéro d’ISNI, donc “Sans ISNI”. Cette option se trouve immédiatemment à droite de la rubrique ISNI, sous forme de case à cocher.
  2. le cas des ensembles (orchestres, groupes, etc.), pour lesquels la rubrique n’existait pas encore.

Deux améliorations utiles donc, même si pour le moment, Dezède ne gère pas les ISNI multiples.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’ISNI et Dezède », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1045

Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ?

Des livres comme source dans Dezède

Les références bibliographiques s’invitent depuis quelque temps dans la rubrique des  » sources  » de Dezède. L’utilisateur trouve en effet dans tel ouvrage de référence, telle étude scientifique ou tel dictionnaire une information précise permettant de confirmer ou de corriger un événement, et il souhaite le mentionner. Réflexe légitime.

Il faut bien avouer que Dezède n’a pas (encore) été modélisé pour accueillir les études scientifiques, les sources que nous avions envisagées à l’origine étant les sources primaires du spectacle (périodiques, archives, etc.) Mais, en attendant le miracle informatique, il est toutefois possible d’utiliser le modèle des “sources” pour créer une “référence bibliographique” et de d’uniformiser nos pratiques et nos méthodes :

    1. Type. Choisir “Référence bibliographique” ;
    2. Titre. Saisir le titre complet de l’ouvrage (avec son titre secondaire éventuel. NB. Ne pas utiliser la rubrique “Légende” pour saisir le titre secondaire ;
    3. Distinction (imprimé / ms.). Si l’ouvrage est imprimé, ne pas utiliser les rubriques “Lieu de conservation” et “Cote” (réservées aux manuscrits et aux archives) ;
    4. URL. Saisir le lien ark de la BnF (en fait,  adresse url de la notice correspondante sur le catalogue en ligne de la BnF)  ; si l’ouvrage est en ligne sur Gallica, Google Books, Archive.org, etc., indiquer de préférence le lien d’accès à la ressource en ligne (on privilégiera toujours Gallica) NB. Pas de liens commerciaux ;
    5. Auteurs. Normalement utilisée pour l’auteur d’une source (par exemple, le journaliste ayant signé sa critique), il est possible de préciser ici le ou les auteurs de l’étude, et la profession correspondante (musicologue, musicographe, historien, etc.) NB. On évitera d’utiliser dans “Profession” la donnée “auteur” vouée à disparaître de Dezède ;
    6. Individus liés. À ne pas utiliser pour les auteurs de l’ouvrage (rubrique réservée aux citations, par exemple d’un dédicataire pour une étude).

L’affichage exclut pour le moment les auteurs, mêmes si ces derniers sont bien indexés dans Dezède.

> Exemple dans Dezède, l’ouvrage de Nicole Wild et de David Charlton.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ? », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1081

Atelier Dezède #1 (Royaumont, 9 juin 2018)

Samedi 9 juin 2018
Abbaye de Royaumont – Bibliothèque musicale François Lang
L’équipe Dezède organise son premier atelier à destination des chercheurs et des contributeurs de Dezède.
La journée commencera par une intervention de Marie Thégarid qui nous présentera la base de données consacrée aux élèves du Conservatoire de Paris. Nous croyons effectivement important de proposer aux contributeurs de Dezède une ouverture vers d’autres projets numériques dans le domaine de la musicologie.
Dans un deuxième temps, chacun des contributeurs disposera d’une quinzaine de minutes pour présenter un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs.
La troisième partie de la journée sera consacrée au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français.
Enfin la dernière partie permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède.
Les intervenants : Marion Blanc, Joann Élart, Gabriela Elgarrista, Pierre Girod, Frédéric Guérin, Marie Thégarid, Yannick Simon, Denis Tchorek

 

Médée dans tous ses états

Colloque pluridisciplinaire, Opéra de Rouen, 22-23 mai 2018

Organisé par le Groupe de Recherche d’Histoire (GRHis EA 3831, Université de Rouen-Normandie), l’Institut de Recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL UMR 5186 / CNRS, Université Paul Valéry-Montpellier 3) & l’Opéra de Rouen-Normandie Théâtre des Arts, avec le soutien de l’Institut de Recherche Inter-disciplinaire Homme société (IRIHS)

Voilà plus de deux siècles que la Médée de Cherubini n’avait pas retenti au Théâtre des Arts de Rouen, après sa dernière reprise en 1812. Récemment, elle s’est invitée à l’Opéra de Dijon en mai 2016, dans une version coproduite par l’Opéra de Rouen Normandie, sur une mise en scène imaginée par Jean-Yves Ruf. Cette production a été l’occasion de redécouvrir un chef d’œuvre du théâtre lyrique français créé sous le Directoire dans un théâtre, le Théâtre Feydeau, qui faisait office de seconde salle d’opéra-comique. Luigi Cherubini (futur directeur du Conservatoire), Jean-François Lesueur (futur professeur de composition d’Hector Berlioz), mais aussi Pierre Gaveaux ou François-Adrien Boieldieu y ont créé des œuvres qui ont contribué à établir leur réputation.

Pour accompagner les représentations rouennaises de cet « opéra-tragédie », les universités de Rouen et de Montpellier 3 se sont associées pour imaginer ce colloque proposant de découvrir ou de redécouvrir « Médée dans tous ses états ». Sans avoir la prétention à l’exhaustivité, la problématique, transversale et pluri-disciplinaire, invite le public à une confrontation de différentes représentations du personnage dans les arts, de la musique à la littérature, de la danse à la peinture. Ce colloque s’inscrit également dans une série de colloques ayant revisité le personnage de Médée autour de l’empoisonneuse (Figures de femmes criminelles, Paris 1, Paris 7, INA, 2008) et de la mère infanticide (Figures et personnages criminelles, Rouen, 2017).

Mardi 22 mai

  • 9h30 – Accueil
  • 10h – Discours d’introduction

10h30 – Médée, enjeux critiques et politiques – Modératrice : Judith Le Blanc

  • 10h30 – Zoé Schweitzer, « Penser le spectaculaire : Médée, un paradigme critique »
  • 10h55 – Ariane Ferry, « Médée sans les dieux : les reconfigurations politiques du mythe dans les romans de Christa Wolf et de David Vann »
  • 11h20 – Magdalena Bournot, « Médée en Argentine, étrangère en son propre pays »
  • 11h45 – Discussion

14h – Quelques Médée méconnues dans l’opéra – Modérateur : Patrick Taïeb

  • 14h – Raphaëlle Legrand, « Le char de Médée : un topos de la dramaturgie de l’opéra baroque français »
  • 14h25 – Thomas Vernet, « Les visages de Médée sur la scène allemande au XVIIIe siècle »
  • 14h50 – Benjamin Pintiaux, « Médée et Jason (Pellegrin, Salomon, 1713) : réécriture du mythe et évolution de la tragédie en musique »
  • 15h15 – Joann Élart, « Sensible, vertueuse et bonne : la Médée de Fontenelle et Milcent (1813) »
  • 15h40 – Discussion
  • 16h – Pause

16h15 – La Médée de Cherubini – Modérateur : Benjamin Pintiaux

  • 16h15 – Michael Fend, « Cherubini’s Medee: How to stage high musical tragedy in our era of social equality »
  • 16h40 – Patrick Taïeb, « Madame Scio, une tragédienne dans l’opéra-comique »
  • 17h05 – Judith Le Blanc, « Médée dans le miroir des parodies »
  • 17h30 – Discussion
  • 17h45 – Pause
  • 18h – Rencontre avec Jean-Yves Ruf, metteur en scène de la Médée de Cherubini coproduite par Dijon et Rouen

Mercredi 23 mai

  • 9h – Accueil

9h30 – Danser Médée – Modératrice : Raphaëlle Legrand

  • 9h30 – Arianna Fabbricatore, « Horreur, trahison et passions : danser Médée de Noverre à Preljocaj (XVIIIe-XXIe) »
  • 10h15 – Discussion

10h30 – Peindre Médée – Modératrice : Claire Maingon

  • 10h30 – Arlette Sérullaz, « À propos de la Médée furieuse d’Eugène Delacroix »
  • 10h55 – Saskia Hanselaar, « Médée, figure de la criminelle antique dans la peinture d’histoire du Second Empire »
  • 11h20 – Discussion
  • 11h35 – Déjeuner

13h30 – Médée au XXIe siècle – Modératrice : Ariane Ferry

Rencontre avec la compositrice Michèle Reverdy autour de la Médée créée à Lyon en 2003 + projection du film de Raoul Ruiz « Chronique d’une mise en scène »]

  • 13h30 – Présentation
  • 13h45 – Projection du film de Raoul Ruiz « Chronique d’une mise en scène »
  • 15h15 – Discussion
  • 15h30 – Pause

15h45 – Médée au XXe siècle – Modérateur : Yannick Simon

  • 15h45 – Florence Fix, « Magicienne et empoisonneuse : Médée, tragédie de Catulle Mendès »
  • 16h10 – Cécile Quesney, « Les “ clameurs inhumaines ” de la Médée de Milhaud »
  • 16h35 – Marion Platevoet, « Médée sous le « Regard du sourd » : tableaux dramatiques de Bob Wilson (1984)  »
  • 17h – Discussion
  • 17h15 – Fin du colloque

Comité scientifique

Joann Élart (Université de Rouen-Normandie), Florence Fix (Université de Rouen-Normandie), Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université), Claire Maingon (Université de Rouen-Normandie), Zoé Schweitzer (Université Jean Monnet – Saint-Étienne) & Patrick Taïeb (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Organisateurs

Joann Élart (Université de Rouen-Normandie) & Patrick Taïeb (Université Paul Valéry Montpellier 3)

 > Téléchargez le programme en PDF

Presse et opéra aux XVIIIe et XIXe siècles

Croisements, échanges, représentations

Les actes du colloque lyonnais (13-15 novembre 2014) viennent de paraître sur Médias19, portail consacré à l’étude de la culture médiatique au XIXe siècle et au journalisme. Ils se situent dans le prolongement de Presse et scène au XIXe siècle1.

Après une introduction signée par les organisateurs du colloque, Marie-Ève Thérenty, Olivier Bara, et Christophe Cave, le volume est structuré en cinq parties :

  1. Nouveaux protocoles de la critique à Paris et en province

Michael O’Dea > Une nouvelle critique d’opéra ? Le Mercure de France sous Panckoucke

Alban Ramaut > La fabrique de 1823-1830 ou la ur-critique d’Hector Berlioz

Emmanuel Reibel > Carrières entre presse et opéra au xixe siècle : du mélange des genres au conflit d’intérêts

Guy Gosselin > « Enfin, nos vœux sont exaucés! ». De l’influence de la presse dans l’évolution de l’institution théâtrale et du spectacle lyrique à Lille entre 1838et 1848

Patrick Taïeb et Benjamin Frouin > Jean-Baptiste Léon Dupin, critique et agent dramatique

2. Le journal comme support éditorial

Christine Koullapi > Le journal comme support éditorial : L’exemple des extraits d’opéras de Gluck à Paris pendant la querelle des gluckistes et des piccinnistes

Joann Élart > Chanter à « périodique ouvert ». Les partitions imprimées dans le Journal de Paris et le Journal de Normandie à la fin de l’Ancien Régime

Sabine Teulon Lardic > L’opéra de salon ou un salon à l’opéra : les contributions de Ferdinand Poise au Magasin des demoiselles (1865-1880)

3. Constructions médiatiques de l’événement lyrique

Pierre Saby > L’Opéra de Paris : une maison inflammable. Aspects du discours de presse sur les incendies de 1763 et 1781

Mariglen Sulejmani > Événements lumineux : le gaz et l’électricité à l’Opéra de Paris selon la presse (d’Aladin au Prophète)

Aurélie Barbuscia > Tapage médiatique autour de l’entrée de Rossini à Paris (1823)

Stella Rollet > Un compositeur face à la presse parisienne : Gaetano Donizetti

4. Enjeux socio-politiques de la critique d’opéra

France Marchal-Ninosque > La Correspondance littéraire devant la réforme gluckiste à l’Académie royale de musique, ou les impasses d’un ut musica poesis erit

Charlotta Wolff > Opéra-comique, presse périodique et opinion publique, 1760-1791

William Weber > La critique patriotique du rossinisme dans les journaux quasi-libéraux des années 1820

Isabelle Porto San Martin > Le discours sur l’Espagne dans la presse musicale française : le filtre de l’opéra-comique (1833-1843)

Mark Everist > Gluck, la politique et la presse du Second Empire

5. Fictions en miroirs

Jean Rime > Le Figaro-ci, Le Figaro-là. Un exemple de migration transmédiatique  entre théâtre, opéra et presse

Priscila Renata Gimenez > L’écriture littéraire des feuilletons musicaux : la poétique des contournements et de fictionnalisation chez Théophile Gautier et Hector Berlioz

Marjolaine Forest > Le corps du castrat dans les discours médiatiques et les nouvelles musicales publiées en revue à l’époque romantique

Filippos Katsanos > Les évolutions du roman musical au temps de l’avènement du mystère urbain : dynamiques génériques de l’an 1843

  1. Olivier Bara, et Marie-Ève Thérenty (dir.), «Presse et scène au xixe siècle. Relais, reflets, échanges», Médias 19 [En ligne], mis à jour le : 19/10/2012 []

Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique « Nom » [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de « violoniste » ou de « violoncelliste », etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un « s » dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un « acteur » (« actrice »), ou d’un « animateur » (« animatrice »). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un « amoureux » qui devient une « amoureuse » au féminin, mais des « amoureux » au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme « artiste lyrique ». Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur « artiste ». En effet, par défaut, Dezède écrira « artiste lyriques » [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de « chef d’orchestre » est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité « individu ». Par exemple, pour la Malibran qui était « chanteuse » et « compositrice » (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du « titre » – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)

Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher « chanteuse » par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot « Cheffe » renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (« Cheffe ») mais également l’autre forme au masculin (« Chef »).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme « auteur » dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (« autrice ») et une forme plus moderne venue du Québec (« auteure »). Que dire également du féminin d' »auteur-compositeur-interprète » ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717

Musicologie et humanités numériques

Questions sémiotiques, enjeux épistémologiques et disciplinaires

L’IReMus (Institut de recherche en musicologie) et le LabEx OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) organisent un workshop consacré aux Humanités numériques en musicologie en lien avec les programmes numériques de l’IReMus. Cette journée d’étude proposée par Anne Piéjus (CNRS, IReMus, OBVIL) et Thomas Soury (OBVIL) aura lieu le jeudi 18 janvier à la Maison de la recherche (rue Serpente 75006, Paris, salle D116)1.

> Téléchargez le programme de la journée

  1. Pour des questions de sécurité et de place (la salle ne pouvant contenir qu’une quarantaine de personnes), il est impératif de s’inscrire à l’adresse musicologie.numérique@gmail.com avant le 17 janvier. []

Hommage à Nicole Wild

par Jean-Claude Yon

Organiste, formée au Conservatoire, Nicole Wild, qui s’est éteinte le 29 décembre 2017 à Paris dans sa 89e année, a mené une double carrière de conservatrice de bibliothèque et de chercheuse. Elle a joué un rôle pionnier et de toute première importance dans le développement de l’histoire de la musique et des spectacles du XIXe siècle.

Comme conservatrice, en particulier à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Nicole Wild a mené un patient travail de catalogage et de valorisation de nombreux fonds, ce dont témoignent les deux volumes consacrés aux Décors et costumes du XIXe siècle (19871 et 19932) ou encore son catalogue des Affiches illustrées (1976)3. Elle a organisé  de nombreuses expositions dont les catalogues constituent des outils précieux : Wagner et la France (avec Martine Kahane, 1983)4, les Ballets russes (19795 et 19926), Auber (1982)7, etc. Et tous les chercheurs ayant travaillé à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra savent à quel point elle était pour eux une formidable ressource – toujours prête à mettre à leur disposition ses compétences exceptionnelles.

Comme chercheuse, Nicole Wild, après avoir notamment travaillé sur le cirque, a soutenu en 1987 une thèse de musicologie sous la direction du professeur Jean Mongrédien intitulée Musique et théâtres parisiens face au pouvoir (1807-1864). L’inventaire et l’historique des salles que renfermait cette thèse a fourni la matière de son Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle (1989)8 dont la publication marque une date dans l’histoire des spectacles du XIXe siècle. Considérablement enrichie et couvrant désormais la période 1807-1914, la nouvelle édition de cette œuvre magistrale publiée en 2012 est sans conteste un ouvrage de référence en permanence présent sur la table de travail de tous les spécialistes9. Parmi de nombreux sujets (Berlioz, La Muette de Portici, etc.), Nicole Wild a beaucoup travaillé sur l’Opéra-Comique dont elle a publié avec David Charlton le répertoire de 1762 à 1972 (2005)10, ainsi qu’une histoire remarquablement illustrée, avec Raphaëlle Legrand, Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale (2002)11.

À tous ceux qui ont eu la chance de la connaître, Nicole Wild laisse le souvenir d’une femme droite, généreuse, d’une grande douceur et animée par la passion de la musique et de la recherche. Tous les spécialistes de la musique et des spectacles du XIXe siècle lui doivent beaucoup.

Jean-Claude Yon est Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin et Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) (en savoir plus).

  1. Nicole Wild, Décors et costumes du XIXe siècle. Tome I. Opéra de Paris, Paris, Bibliothèque nationale, 1987, 308 p. []
  2. Nicole Wild, Décors et costumes du XIXe siècle. Tome II. Théâtres et décorateurs : collections de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Paris, Bibliothèque Nationale, 1993, 381 p. []
  3. Nicole Wild, Les arts du spectacle en France : affiches illustrées, 1850-1950, Paris, Bibliothèque nationale, 1976, 454 p. []
  4. Martine Kahane et Nicole Wild, Wagner et la France [catalogue de l’exposition au Théâtre national de l’Opéra à Paris entre le 26 octobre 1983 et le 26 janvier 1984 organisée par la Bibliothèque nationale, Théâtre national de l’Opéra de Paris], Paris, Herscher, 1983, 175 p. []
  5. Jean-Michel Nectoux et Nicole Wild, Diaghilev : les ballets russes, préface de Georges Le Rider [catalogue de l’exposition de la Bibliothèque nationale entre le 17 mai et le 29 juillet 1979, Paris, Bibliothèque nationale, 1979, 166 p. []
  6. Martine Kahane et Nicole Wild, Les Ballets russes à l’Opéra [catalogue de l’exposition de la Bibliothèque-musée de l’Opéra à Paris entre le 15 janvier et le 20 mai 1992], Paris, Hazan, Bibliothèque nationale, 1992, 199 p. []
  7. Anne-Charlotte Rémond et Nicole Wild, Auber et l’opéra romantique [catalogue de l’exposition organisée en 1982 aux Mairies annexes des XIIIe et IIIe arrondissements, au Métro Auber entre le 29 janvier 1782-29 janvier 1982, par la Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris], Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1982, 63 p. []
  8. Nicole Wild, Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle : les théâtres et la musique, Paris, Aux Amateurs de livres, 1989, 509 p. []
  9. Nicole Wild, Dictionnaire des théâtres parisiens. 1807-1914, préface de Joël-Marie Fauquet, Lyon, Symétrie, 2012, 526 p. []
  10. David Charlton et Nicole Wild, Théâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972, Sprimont, Mardaga, 2005, 553 p. []
  11. Raphaëlle Legrand et Nicole Wild, Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale, Paris, CNRS éditions, 2002, 290 p. []

Écrire l’histoire des théâtres

L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)

Une république symbolique en costume d’Opéra-Comique, d’une main tient une bannière tricolore, de l’autre une épée, un rameau d’olivier et une balance (BNF, Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (110)-FT4)

Les actes de la journée d’études dijonnaise viennent de paraître dans le huitième numéro de la revue Territoires contemporains. Ils contiennent une introduction (Séverine Féron et Patrick Taïeb) et quatre parties :  1. Écrire l’histoire de l’Opéra-Comique (James Arnold, Cécile Reynaud) ; 2. Écrire l’histoire des théâtres de province (Sabine Teulon-Lardic, Joann Élart) ; 3. Méthodes et référencements (Séverine Féron, Léonor Delaunay) ; 4. Entre petite et grande Histoire (Mélanie Guérimand, Emmanuel Reibel).

“ Alors qu’un important travail de réhabilitation de l’œuvre de Castil-Blaze (1784-1857) est en cours, il a paru nécessaire de mettre en perspective ces premières histoires « officielles » des théâtres lyriques de Paris. Il s’agit de mesurer la place et la pertinence qu’occupent ces volumes publiés pour partie dès 1835 sous forme de feuilletons dans la presse parisienne, au regard de la bibliographie sur l’histoire des théâtres en France, de dégager une chronologie, de mettre à jour des méthodes et des démarches historiques, et de s’interroger sur les profils des auteurs et les buts qu’ils poursuivent.

C’est ce que propose le présent volume regroupant huit articles rédigés à l’issue d’une journée d’études qui s’est tenue à l’Opéra de Dijon en mai 2016 et qui était organisée par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366 du CNRS), soutenu par le département de musicologie et l’UFR de sciences humaines de l’Université Bourgogne Franche-Comté, l’Université Montpellier III et l’Institut de Recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). […] ” (Séverine Féron et Patrick Taïeb)

 > Lire la suite de l’introduction

> Table des matières

Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2017-2018

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu (lundi, 17h30-19h)

Lithographie en couleur imprimée en 1890
Bibliothèque nationale de France, [ENT DN-1 (APPEL,F./16)-ROUL
6 novembre 2017 > Isabelle Moindrot, Les auctorialités d’un dramaturge à succès : le cas de Victorien Sardou

4 décembre > Delphine Aebi, Le scandale au théâtre des années 1940 aux années 1960

8 janvier 2018 > Isabelle Barbéris, Choisir, sélectionner, éliminer, jouer ? Mise en scène du public décisionnaire et fictions démocratiques de Henri Pousseur à Roger Bernat

5 février > Yannick Simon, Représentation et réception de Lohengrin en province à la fin du XIXe siècle

5 mars > Julie Sermon, Partition(s) : objet et concept des pratiques scéniques (XXe-XXIe siècles)

9 avril > Amélie Grégorio, Un « barbare » devenu héros : Abd-el-Kader sur les planches au XIXe siècle

14 mai > Martin Laliberté, Les archives de la mise en scène Spectacles populaires et culture médiatique 1870-1950

4 juin > Claude Schopp, Alexandre Dumas fils, collectionneur à contre-courant

> Programme détaillé du séminaire

Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2017-2018)

Masset dans le rôle de Georges Brown (La Dame blanche)

Le cours de méthodologie reprend pour la cinquième année consécutive. Désormais inscrit en troisième année, il croise à nouveau le chemin des étudiants de l’an dernier qui avaient participé à ce programme (enseignement sous la responsabilité de Joann Élart).

Dans un premier temps, nous poursuivrons notre reconstitution d’un échantillon de l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans deux périodiques en ligne sur Gallica (Le Constitutionnel et Le Journal des débats). Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles correspondant à l’activité d’une seule journée, spectacles qui viendront s’ajouter à notre échantillon commencé en décembre 1825.

Dans un second temps, nous reviendrons au Théâtre des Arts de Rouen, pour analyser cette fois les vestiges de l’opéra-comique après la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément, entre 1962 et 1998 (entre l’inauguration de la troisième salle et l’abandon de la régie municipale). Il s’agira de reconstituer une saison d’opéras-comiques et d’opérettes à partir d’éphémères (brochure de saison, programmes de salle).

Dans un troisième temps, nous feuilletterons les pages de vieux numéros de Rock & Folk, à la recherche des annonces de concert à la fin des années 60 et au début des années 70. Nous voudrions ainsi poursuivre une réflexion déjà engagée sur le traitement de ce genre de spectales dans Dezède.

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

> Voir le dossier en cours  “ Rock en Seine-Maritime : des Yéyés au Punk (1968-1977) ” sous la direction de Thomas Bacquet

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Un grand écart sur Dezède : des spectacles parisiens sous la Restauration aux concerts rock dans les années 1970 », Carnet Dezède, 19/10/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/601

Dezède à Royaumont : épisode 5

Plusieurs étudiants du master de musicologie de l’université de Rouen ont séjourné à la Fondation Royaumont les 16 et 17 juin 2017. Accueillis à la bibliothèque François Lang par Thomas Vernet, ils ont apporté une nouvelle contribution au projet de reconstitution des programmes des concerts organisés à la Fondation depuis son origine.

Entamé en 2013, ce projet de recherche a déjà permis de réunir plus de cent trente programmes. L’objectif est de rassembler tous les événements musicaux organisés à la Fondation Royaumont depuis les premiers concerts donnés dans ce lieu par la Revue musicale en 1936 jusqu’à la création du Centre de la voix en 1977. La promotion 2017 a permis de reconstituer un ensemble de programmes de concert organisés dans le cadre des Semaines musicales entre 1959 et 1963, en même temps qu’ont été intégrées les sources (affiches, programmes de salle, brochures de saison) consultables en ligne.

Il est prévu de poursuivre ce chantier l’an prochain avec une nouvelle promotion d’étudiants, à la suite d’un Workshop qui réunira pour la première fois les chercheurs utilisant Dezède dans le cadre de leurs travaux.

> Consultez le dossier  » Concerts à l’abbaye de Royaumont  » sur Dezède

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dezède à Royaumont : épisode 5 », Carnet Dezède, 10/07/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/576