Tous les articles par Joann Élart

La musique ancienne à Montpellier sous l’impulsion de Charles Bordes (1905-1909)

Chronique d’une initiation à la recherche par la recherche, chantier mené par les étudiantes inscrites en M2 musicologie à l’université de Montpellier (premier semestre 2022-2023)

AD34, 1J/53

À travers la transcription et la mise en série des sources depuis la fondation de la Schola Cantorum montpelliéraine en 1905 jusqu’au décès de Charles Bordes en 1909, il s’agit d’étudier la diffusion de la musique ancienne à Montpellier au début du XXe siècle. On cherche notamment à documenter ses conditions de production, sa réception critique et l’inscription du répertoire exécuté dans le mouvement scholiste parisien ou dans un cercle de musiciens plus local. Les séances de musique de chambre consacrées exclusivement aux œuvres modernes ont été exclues du corpus.

Placées sous la direction de Pierre Girod, les étudiantes participent ainsi au dépouillement et à la numérisation des sources dans différents dépôts (archives municipales de Montpellier, archives départementales de l’Hérault) afin de reconstituer les événements dans Dezède. Un repérage sur les lieux des concerts a été également organisé le 27 octobre 2022. Une communication sera enfin prononcée le 29 mars 2023 à l’auditorium de Pierres Vives, site des archives départementales, dans le cadre des Nocturnes de l’histoire.

En visite le 27 octobre 2022 dans les rues de Montpellier
Les AD de l’Hérault et son scanner

> Consultez le dossier en cours de réalisation Le renouveau de la musique ancienne à Montpellier selon Charles Bordes (1905-1909)

Création / Création mondiale / Première représentation mondiale

Une seule expression pour tout le monde !

Chères utilisatrices, chers utilisateurs, le Comité éditorial a décidé d’uniformiser la caractéristique de création des œuvres dans Dezède, ayant constaté la multiplicité des expressions pour caractériser la création absolue d’une œuvre : nous retiendrons pour cela « création mondiale » qui nous semble convenir dans toutes les situations et qui est encore signifiant aujourd’hui.

Cette caractéristique, nous le rappelons, est à préciser dans les éléments de programmes dans la rubrique caractéristiques, comme dans cet exemple :

Yannick Simon précise que la création d’une œuvre est souvent difficile à établir, moins dans le domaine de l’opéra que dans celui des musiques instrumentales et / ou vocales. Il évoque en particulier l’ambiguïté insoluble sur les programmes de concert, qui génère néanmoins de nombreuses erreurs. Sur ces programmes, on peut souvent lire « 1re audition » sans que cela signifie forcément création mondiale – cela peut signifier 1re audition dans la société ou en France sans que cela soit précisé. C’est pourquoi, en cas de doute, il préconise d’indiquer cette information en note comme dans cete événement de Manuel Cornéjo : https://dezede.org/evenements/id/65807/.

On trouvera un exemple d’une ambiguïté conduisant à l’erreur dans l’annonce du concert du 25 février 1932 de l’Orchestre symphonique de Paris. L’interprétation d’Arcana de Varèse est présentée dans la livraison du Guide du concert du 23 février 1932 comme une “première audition” alors que l’œuvre a été créée aux États-Unis cinq ans plus tôt. Rien dans l’annonce ne permet de déterminer s’il s’agit d’une création mondiale, d’une première audition française ou d’une première audition par l’Orchestre symphonique de Paris.


Joann Élart et Yannick Simon

Atelier Dezède #4 (Zoom, 18 juin 2022)

L’équipe Dezède organise son quatrième atelier à destination des contributeurs du site et des chercheurs

Proposé en visio-conférence, l’atelier Dezède reviendra tout d’abord sur la vie du projet, son pilotage institutionnel et son financement.

Organisé cette année avec le soutien du consortium Musica2 auquel Dezède est associé, il reçoit Kévin Roger, ingénieur de recherches rattaché à la MSH Val de Loire et à la TGIR Huma Num, pour présenter le nouveau consortium dont la première réunion plénière est prévue à Tours les 23 et 24 juin.

Toujours en matinée, un petit temps sera consacré aux évolutions de Dezède mises en œuvre depuis le dernier atelier en 2021. Enfin, la matinée terminera sur une série de quatre présentations, pour valoriser les publications de Stella Rollet et d’Étienne Jardin associées à Dezède, pour présenter le projet de l’abbaye de Fontfroide porté par Mariùs Bernado, et pour annoncer la première rencontre humanités numériques et musicologie, en partenariat avec Musica2, que nous organisons dans le cadre de notre dixième anniversaire sur la thématique suivante : quel avenir pour la musicologie numérique ?

L’après-midi sera consacré comme les années précédentes à des présentations de dossier. Chaque intervenant présentera un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Nous accueillerons cette année Manuel Cornejo (Ravel), Danieli Longo Benedetti (Société musicale indépendante), Étienne Jardin (Société nationale de Musique), Lucia Pasini (l’Opéra-Comique sous la IIIe République),  Marianne Bouchardon (répertoire des critiques dramatiques), Joann Élart (structuration des lieux de spectacle à Paris), Yannick Simon ( Ring et Orchestres symphoniques français). Enfin, la dernière partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède.

Les intervenants : Danieli Longo Benedetti (Sao Polo), Mariùs Bernados (Catalogne), Marianne Bouchardon, Manuel Cornejo, Joann Élart, Étienne Jardin, Lucia Pasini (Turin), Kévin Roger, Stella Rollet, Yannick Simon.

La musique à Fontfroide depuis 1908

Attiré par les fonctionnalités de Dezède, Màrius Bernadó (Universitat de Lleida) est entré en contact avec notre équipe en mai 2021 pour envisager un partenariat dont l’objectif est d’archiver et valoriser l’ensemble de l’activité musicale présentée dans l’abbaye devenue propriété de la famille Fayet en 1908. Les archives attestent une intense vie musicale domestique que l’on doit au nouveau propriétaire, Gustave Fayet, industriel avisé mais aussi peintre, céramiste, collectionneur et grand amateur de musique. Ses amis et hôtes ont pour noms Odilon Redon, Déodat de Séverac et Ricardo Viñes. Mise en sommeil après la mort du propriétaire en 1925, la vie musicale de Fontfroide est réactivée à partir de 1967 grâce au pianiste Jean-Bernard Pommier qui y organise le festival « Renaissance », puis de 2006 lorsque Jordi Savall s’y installe pour quelques jours chaque été pour y diriger le festival « Musique et histoire ».

Première étape : publication du dossier Renaissance

Dans le cadre d’un enseignement de méthodologie appliquée donné par Joann Élart en master à l’université de Rouen en janvier et février 2022, les soixante concerts du festival « Renaissance » ont été reconstitués à partir d’un relevé sur tableur transmis par Màrius Bernadó. N’ayant alors pas encore accès aux archives des ces concerts, ce premier jet avancé permettait d’initier le partenariat.

Le dossier des concerts Renaissance : https://dezede.org/dossiers/id/445/

Deuxième étape : une première rencontre à Fontfroide

Une première rencontre organisée à l’abbaye de Fontfroide les 18 et 19 mars 2022 a permis de réunir les différents acteurs du projet. Il s’agissait d’une part de faire le point sur le dossier Renaissance réalisé à Rouen et d’autre part d’envisager les prochaines phases de travail : enrichissement et correction du dossier Renaissance (ajout des archives numérisées, correction des programmes saisis à partir des archives) ; création du dossier Musique et histoire ; etc.

Troisième étape : une première formation à Fontfroide

Le premier séjour de travail qui s’est déroulé les 3 et 4 juin à Fontfroide a permis de réunir l’ensemble des partenaires désormais impliqués dans le projet : l’abbaye de Fontfroide, les universités de Rouen, Montpellier, Toulouse et Lleida. L’objectif de cette session était, d’une part, de former de nouveaux contributeurs et, d’autre part, de compléter le dossier des concerts Renaissance et de commencer celui du festival Musique et histoire.

Perspectives

Les résultats obtenus à l’issue du séjour ont dépassé les espérances et ouvrent de larges perspectives. La poursuite des travaux réalisés est d’ores et déjà envisagée et l’élargissement à l’ensemble des activités musicales de l’abbaye à l’étude. Ils prendront la forme de nouveaux séjours de travail avec l’ambition d’y associer plus encore les étudiants des universités partenaires.

La musique à Fontfroide : https://dezede.org/dossiers/id/441/

Illustrations tirées des archives de Fontfroide, concert du 15 mai 1970 avec Alexander Schneider (violon), Paul Tortelier (violoncelle) et Jean-Bernard Pommier (piano).

 

 

10 bougies !

Aujourd’hui, 23 février 2022, Dezède fête ses dix ans. C’est en effet le 23 février 2012 que le prototype, qui s’appelait alors “Chrono-spectacle”, était dévoilé au public de l’Opéra de Rouen Normandie au cours de la journée d’étude « Rendez-vous au Théâtre des Arts de Rouen ! ». C’est également lors du déjeuner que fut adopté ce jour le nom définitif du projet, Dezède.
Dix ans plus tard, la base de données rassemble 60596 événements, 29196 œuvres, 21298 individus et 9865 lieux. Elle a contribué à faire vivre la recherche en étant à l’origine de plusieurs manifestations scientifiques mais aussi sous la forme d’un site compagnon et en accueillant les archives numériques de l’Opéra-Comique. Chaque jour, le contenu de Dezède s’enrichit et les projets manquent moins que les ressources humaines et financières pour les réaliser.
Nous souhaitons remercier les laboratoires qui ont apporté un soutien indéfectible durant ces dix années de travail, le GRHis à Rouen, le CÉRÉdI à Rouen et l’IRCL à Montpellier. Un grand merci également à l’ Association Française des Orchestres, à l’ Opéra Comique, l’ Opéra de Rouen Normandie et l’ Orchestre Régional de Normandie et à la Fondation Royaumont pour les partenariats riches. Un très grand merci à notre développeur Bertrand Bordage et sa société NoriPyt. Et naturellement, des remerciements à tous les chercheurs, chercheuses apportant quotidiennement leur contribution et enrichissant de jour en jour les données.