Tous les articles par Joann Élart

Dezède dans le deuxième numéro de la revue Humanités numériques

Annonce de parution d’un article rédigé en 2017 par Joann Élart et Yannick Simon dans la nouvelle revue Humanités numériques inaugurée sur Journals OpenEdition, et intitulé “Du spectacle vivant aux humanités numériques : le projet Dezède”.

Résumé. Cet article propose une présentation du site Dezède. Dédié au spectacle vivant, Dezède est une base de données relationnelle réunissant les programmes de plusieurs dizaines de milliers d’événements, pour l’essentiel des opéras, des pièces de théâtre et des concerts. Leur reconstitution normalisée est parfois associée à un appareil documentaire. Dans un premier temps, les auteurs abordent les fondements scientifiques du site et sa place dans le champ de la recherche. Ils s’attachent ensuite à décrire les différentes phases de sa conception avant d’aborder son contenu, ses modes de consultation, le principe des autorités et la communauté de ses utilisateurs et contributeurs.

> lire l’article

> Table des matières du volume

Nouvelle rubrique : des rôles à leurs créateurs !

Parmi les modèles de données dans Dezède, le modèle “Rôle et instrument” permet d’associer à une distribution les rôles ou les instruments lui correspondant, que ce soit dans les domaines de la musique vocale et instrumentale. S’il était jusqu’alors possible d’associer des interprètes à des rôles ou instruments dans ces distributions (modèles œuvres et événements), le moyen de les lier à leur(s) créateur(s) n’existait pas.

Un oubli réparé pour les rôles

Dans le cadre de la préparation du colloque Grandeur et vicissitudes de la direction d’opéra (Opéra Comique, novembre 2019), nos recherches se sont portées sur le destin de Louis Michu que de mauvaises affaires à la tête du Théâtre des Arts de Rouen précipitèrent dans les eaux de la Seine1. En marge de cette étude, l’idée d’archiver quelques données importantes sur sa carrière s’est imposée dans Dezède. C’est alors que nous est apparue la nécessité de lier un interprète à une série de rôles dont il a été le créateur. Une nouvelle rubrique vient ainsi d’être ajoutée au modèle “Rôle et instrument” (fig. 1) : elle permet de retrouver dans la base de donnée le nom du ou de la “Premier(ère) interprète”. NB. Cette nouvelle rubrique n’est active que pour les créateurs de rôles.

Fig. 1 – La nouvelle rubrique “Premier(ère) interprète” dans le modèle Rôle et instrument

 

Cas concret

L’enregistrement crée alors une double relation d’une autorité de rôle à une autorité d’individu. Partons donc de la fiche de Louis Michu (fig. 2) qui présente dans notre capture le premier essai réalisé après l’installation de la nouvelle rubrique (cadre rouge). Le résultat présente 27 créations de rôles.

Fig. 2 – Louis Michu et ses créations de rôles

La liste est naturellement classée par ordre alphabétique des rôles, et pour faciliter la présentation de ces données qui parfois se confondent (deux rôles de Colin, deux rôles de Comte, etc.), les titres d’œuvre ont été ajoutés à la suite entre parenthèses.

Pour accéder à un rôle, il suffit de cliquer dessus (fig. 3).

Fig. 3 – Le rôle sélectionné apparaît en surbrillance

L’autorité “rôle” associée présente l’œuvre liée et le nom du créateur (fig. 4).

Fig. 4 – Autorité rôle et affichage de son créateur

Conclusion

Les interprètes sont à l’honneur cette semaine : après les avoir ajoutés dans la sélection automatique des dossiers (lire ce billet), ils  peuvent maintenant interagir directement avec des rôles créés comme autant d’étapes de leur carrière, rôles qui les définissent, et par lesquels on les reconnaît.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Nouvelle rubrique : des rôles à leurs créateurs ! », Carnet Dezède, 29/06/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2982
  1. Joann Élart, « Diriger jusqu’à la mort : le cas de l’infortuné Louis Michu à Rouen », Grandeur et vicissitudes de la direction d’opéra, colloque international organisé par Agnès Terrier (Opéra Comique) et Jean-Claude Yon, Opéra Comique, 21-22 novembre 2019. []

Mozart au Concert Spirituel en 1778

Un si petit dossier pour un si grand génie

Page de titre de la première édition chez Sieber de la symphonie parisienne. – Collection de la Bibliothèque nationale de France

Le dernier voyage de Mozart à Paris en 1778 constitue un véritable moment charnière dans la carrière du compositeur. Il cherche à gagner son indépendance et compte y trouver les moyens d’un affranchissement durable. Tout est écrit pour que l’expérience parisienne soit des plus heureuses. Ses précédents voyages à Paris ont permis de constituer un réseau de relations dans la société parisienne parmi les personnes les plus influentes. Par ailleurs, son séjour à Mannheim, où il réside avant son départ pour Paris, le rapproche des musiciens professionnels de l’orchestre de la Cour, qui lui apportent nombre de conseils sur la situation du marché de la musique à Paris. Pourtant, le bilan de l’activité de Mozart à Paris est loin d’être à la hauteur de ses espérances : Mozart n’obtient aucun engagement pour produire un opéra et honore uniquement quelques commandes destinées au Concert Spirituel, qui se comptent sur les doigts d’une main. Le bilan s’alourdit avec une série d’incidents qui place définitivement ce séjour parmi les souvenirs les plus sombres et les plus douloureux de la vie de Mozart, sur le plan affectif (décès de sa mère) et sur le plan artistique (l’épisode de la Symphonie concertante), expériences malheureuses touchant profondément le cœur et l’esprit.

Anna-Maria Mozart, mère du compositeur. – Collections de la Bibliothèque nationale de France

Répondant à la commande de Joseph Legros, Mozart compose tout d’abord la Symphonie concertante pour flûte, hautbois, basson et cor K 297B pour le concert du 12 avril 1778. Remplacée au dernier moment par celle de Cambini, elle déclenche chez Mozart, à peine arrivé à Paris, une vexation telle qu’il tourne le dos à la principale institution de concert de la capitale, même si le 21 avril, un air italien est chanté par Gaspero Savoi peut-être indépendamment de sa présence à Paris. Les musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 411, no 1073/13) pensent qu’il pourrait s’agir de l’air pour ténor « Se al labbro mio non credi » K. 295 que Mozart avait composé à Mannheim le 27 février 1778 pour Anton Raaff, également présent à Paris à cette époque et par ailleurs à l’affiche de ce concert. Deux mois plus tard, acceptant les excuses de Joseph Legros, Mozart reçoit une nouvelle commande pour une symphonie : ce sera la 31e symphonie K 297/300a, exécutée pour la première fois le 18 juin, et reprise au concert du 15 août avec un nouveau second mouvement. Enfin, peu avant son départ, il livre une nouvelle symphonie pour l’affiche du concert du 8 septembre. Les mêmes musicologues (Mozart, Correspondance, VII, p. 412, no 1073/33) estiment qu’il pourrait s’agir de la Symphonie perdue K. 311A (voir lettre de Mozart à son père, le 11 septembre 1778, 350/6), “symphonie fantôme” dont nous ne savons rien et qui réapparaît les années suivantes au Concert Spirituel.

> Consultez le dossier “ Mozart au Concert Spirituel en 1778 ”

Pour aller plus loin Joann Élart, « Retour sur le séjour de Mozart à Paris (1778) », in Jean Gribenski et Patrick Taïeb (dir.), Mozart et la France : de l’enfant prodige au génie (1764-1830), Lyon, Symétrie, 2014, p. 21-38.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Mozart au Concert Spirituel en 1778 », Carnet Dezède, 29/06/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2972

Dossier : filtrer par individus

Les dossiers dans Dezède regroupent des corpus d’événements moissonnés automatiquement selon des critères de “sélection dynamique” : un ou plusieurs lieux donnés, dans une période donnée, mais également une ou plusieurs œuvres données, etc. La combinaison de ces éléments permettent de définir les limites d’un dossier.

Fig. 1 – La sélection dynamique des dossiers et la nouvelle rubrique Individus

 

Individus = auteurs + interprètes

Parmi ces éléments, une rubrique vient de connaître une évolution discrète, mais très utile pour les chercheurs s’intéressant à retracer la carrière d’un·e interprète. Il s’agit de l’ancienne rubrique “auteurs” devenue “individus” (voir fig. 1). Ainsi aux auteurs (compositeurs, auteurs dramatiques, etc.) viennent s’ajouter les interprètes, rendant possible désormais la définition d’un dossier à l’activité d’un ou de plusieurs interprètes, mais également la combinaison entre auteurs et interprètes.

Éviter la sélection manuelle

Plus qu’une évolution du modèle de dossier, c’est une grande amélioration pour les dezènautes s’intéressant aux interprètes. En effet, dans l’ancienne version et en présence d’un tel cas, il n’y avait pas d’autre solution que de définir le dossier en utilisant la “sélection manuelle”. Celle fonctionnalité, au demeurant très utile, est très contraignante pour un dossier “ouvert”, pouvant s’enrichir dans le temps : l’utilisateur doit toujours penser à ajouter les identifiants des nouveaux événements. Par exemple, Lucille Brunel, dans son dossier sur les représentations de Cornélie Falcon à Rouen en 18371, avait procédé ainsi (fig. 2) : les 11 événements avaient été déposés un à un dans la “sélection manuelle”. Nous venons de modifier ce paramétrage en supprimant l’ancienne sélection manuelle et en imposant la sélection par la rubrique des individus (fig. 3) : les 11 événements sont de nouveau rassemblés, cette fois-ci de manière automatique.

Fig. 2 – Le dossier Cornélie Falcon à Rouen par la sélection manuelle (ancienne méthode)
Fig. 2 – Le dossier Cornélie Falcon à Rouen par la sélection dynamique et la rubrique des individus (nouvelle manière)

> Consultez le dossier Le séjour de Cornélie Falcon à Rouen (avril 1837)

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dossier : filtrer par individus », Carnet Dezède, 28/06/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2958
  1. Il s’agit de son annexe de master : Lucille Brunel, La carrière et l’héritage de la cantatrice Cornélie Falcon (1814-1897) entre Paris et Rouen, mémoire de master sous la direction de Joann Élart, université de Rouen-Normandie, octobre 2015. []

Table de correspondance des institutions parisiennes

Cette table alphabétique propose une correspondance entre différentes appellations utilisées pour désigner une institution ou une salle, et les autorités définies dans Dezède.

Les renvois dans la table sont soulignés en italiques.

B

Bourgogne > voir Hôtel de Bourgogne.

C

Comédie-Italienne > institution de la troupe des Comédiens Italiens active de 1680 à 1697, puis de 1716 à 1762, à l’Hôtel de Bourgogne > Comédie-Italienne

H

Hôtel de Bourgogne : salle inaugurée en 1548 et détruite en 1783. – Adresse : à l’angle des rues Mauconseil et Françoise (actuel n° 29 de la rue Étienne-Marcel).

> avant 1680 : Hôtel de Bourgogne (une des troupes de la Comédie-Française).

> 1680-1762 : Comédie-Italienne (troupe des Italiens).

> 1762-1783 : Opéra-Comique, Hôtel de Bourgogne (fusion de la Comédie-Italienne et de l’Opéra-Comique de la Foire).

O

Odéon : fondé en 1782 et toujours en activité. Lire la notice consacrée à cette institution sur ce carnet.

Opéra

> 1673-1763 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [1] (Académie royale de Musique).

> 1770-1781 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [2] (Académie royale de Musique).

Opéra-Comique

> 1762-1783 : Opéra-Comique, Hôtel de Bourgogne (fusion de la Comédie-Italienne et de l’Opéra-Comique de la Foire).

P

Palais-Royal > voir Théâtre du Palais-Royal.

T

Théâtre du Marais

> 1634-1673 : Théâtre du Marais [1]. Inauguré en 1634 après transformation de l’ancien Jeu de paume du Marais, accueille la troupe des comédiens français bénéficiant du soutien de Pierre Corneille qui fusionnent en 1673 avec celle de Molière, puis en 1680 avec celle de l’Hôtel de Bourgogne pour constituer la troupe de la Comédie-Française. Détruit par un incendie le 15 janvier 1644, le théâtre est aussitôt reconstruit et inauguré en octobre 1644. Après la mort de Molière, il est ordonné le 23 juin 1673 la fusion de la troupe du Marais et de celle du Molière. Son installation au Théâtre Guénégaud met fin à l’exploitation du Théâtre du Marais. Adresse : rue Vieille-du-Temple (sur l’actuel n90).

> 1791-1807 : Théâtre du Marais [2]. Inauguré en 1791,  fermé en 1807 et démoli en 1809. – Adresse : no 11 de la rue Culture-Saint-Catherine (actuellement no 11 de la rue Sévigné.

> depuis 1976 : Théâtre du Marais [3]. Inauguré en 1976 et toujours en activité. – Adresse : no 37 de la rue Volta.

Théâtre du Palais-Royal (1641-1781) : salle inaugurée en 1641 et détruite par un incendie en 1763, reconstruite sur le même emplacement et inaugurée en 1770, détruite à nouveau par un incendie en 1781. – Adresse :  au Palais-Royal, rue Saint-Honoré.

> 1641-1673 : Théâtre du Palais-Royal [1] (comédiens français, en particulier la troupe de Molière à partir de 1661, parfois en alternance avec la Comédie-Italienne).

> 1673-1763 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [1] (Opéra / Académie royale de Musique).

> 1770-1781 : Opéra, Théâtre du Palais-Royal [2] (Opéra / Académie royale de Musique).

Théâtre du Palais-Royal (1790-1791) > voir Variétés-Amusantes, Théâtre du Palais-Royal.

Théâtre du Palais-Royal (depuis 1830) : salle inaugurée en 1830 et toujours en activité. – Adresse :  ancien Théâtre Montansier, no 38 de la rue Montansier > Théâtre du Palais-Royal [3]

V

Variétés-Amusantes

> 1790-1791 : Théâtre du Palais-Royal. – Adresse : salle Richelieu au Palais-Royal (jusqu’à l’arrivée de Talma, après quoi les Variétés-Amusantes se diluent dans l’histoire de la Comédie-Française).


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Table de correspondance des institutions parisiennes », Carnet Dezède, 14/05/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2924