Tous les articles par Joann Élart

Le flux Dezède est disponible

Syndication vraiment simple !

Depuis quelques mois, il est désormais possible de s’abonner au flux de syndication (dit flux RSS) de Dezède, comme le signale le nouveau logo intégré à la page d’accueil du site :

L’adresse à intégrer dans vos carnets et vos sites est la suivante :

https://dezede.org/rss.xml

S’afficheront les derniers dossiers mis en avant dans le carrousel du site Dezède, comme ils s’affichent, à titre d’exemple, sur ce carnet :

Cette évolution a été rendue possible grâce au soutien de la Région Normandie dans le cadre du sous-projet SpectaNum du RIN CorNum.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Le flux Dezède est disponible », Carnet Dezède, 19/12/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3090

Les spectacles de danse au Théâtre des Arts (1962-1997)

Un dossier de Naomie Charlier

Couverture du programme du gala chorégraphique, décembre 1967

Ce dossier décrit l’ensemble des spectacles de danse organisés au Théâtre des Arts de Rouen entre 1962 et 1997, qui ont été désignés sous différentes appellations : gala chorégraphique, spectacle de ballet et création chorégraphique. Les danseurs sont principalement issus du corps de ballet du Théâtre des Arts. D’autres proviennent de compagnies de danse extérieures comme les Centres Chorégraphiques Nationaux, ou de troupes étrangères. Si la plupart des spectacles ont lieu au Théâtre, certaines représentations sont données dans d’autres salles. Dès les années 1990, certains ballets s’effectuent dans la salle Saint-Saëns du Théâtre des Arts. Pour la saison “hors les murs” de 1991-1992, la programmation est déplacée au Hangar 23 pour cause de travaux. À partir de 1996, la plupart des œuvres chorégraphiques sont programmées à la salle Duchamp-Villon à Grand-Quevilly.

Ce dossier constitue l’annexe du master de musicologie de Naomie Charlier, Le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen de 1962 à 1997, dir. Joann Élart, université de Rouen Normandie, soutenu le 30 septembre 2019, 300 p.

> consulter le dossier

Monsigny des Romantiques

Maquette de costume pour Le Déserteur de Monsigny et Sedaine, dans la version d’Adam. Dessin de Charles Bianchini (1893). – Collections de la Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-O ICO THE-115 (4)

Que reste-t-il des chefs-d’œuvre de Monsigny dans la deuxième moitié du siècle des Romantiques ? La consultation rapide des registres de perception du droit d’auteur de la SACD révèle la présence de deux classiques de Sedaine et Monsigny dans les affiches des théâtres parisiens de la Seconde République, du Second Empire et du début de la Troisième République. Il s’agit tout d’abord du Déserteur (1769) dans une version remaniée et réorchestrée par Adolphe Adam en 1843 et de Rose et Colas (1764) présentée au contraire dans une version originale restaurée par François-Auguste Gevaert en 1862. Ce dossier réalisé sous la direction de Joann Élart propose de suivre la production tardive de ces deux œuvres inscrites au patrimoine de l’Opéra-Comique, qui révèle dans la capitale, entre 1853 et 1872, outre leur présence dans les affiches de l’institution-mère, un glissement inattendu dans un théâtre né de la libéralisation de 1864, les Fantaisies-Parisiennes, et d’autre part en province, entre 1866 et 1892, une réplique des vogues parisiennes.

> lire le dossier “ Monsigny des Romantiques ”

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Monsigny des Romantiques », Carnet Dezède, 18/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3059

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2020-2021)
Costume de Mlle Prévost dans le rôle de Léona dans Masaniello, opéra-comique de Carafa créé le 27 décembre 1827
Le cours de méthodologie d’initiation à la recherche s’adapte cette année à la crise sanitaire, tout comme Dezède qui est opérationnel dans les trois modalités d’enseignement : en présentiel,  en hybridation ou en distanciel synchrone. Comme les années précédentes, il propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrage) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous poursuivrons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir des registres de recettes journalières conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre 1812 et 1826, à laquelle nous ajouterons donc les années 1827 et 1828 à partir de cette source.
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise entre l’Empire et la Monarchie de Juillet à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons aux années 1830, 1831 et 1832.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une « bibliothèque numérique des spectacles ». Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année sur le tome 6 de l’Histoire du Théâtre des Arts de Rouen de Charles Vauclin (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen)  et sur le tome 1 de l’Histoire des théâtres de Rouen  de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860).

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)

Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3026

Dezède dans le deuxième numéro de la revue Humanités numériques

Annonce de parution d’un article rédigé en 2017 par Joann Élart et Yannick Simon dans la nouvelle revue Humanités numériques inaugurée sur Journals OpenEdition, et intitulé “Du spectacle vivant aux humanités numériques : le projet Dezède”.

Résumé. Cet article propose une présentation du site Dezède. Dédié au spectacle vivant, Dezède est une base de données relationnelle réunissant les programmes de plusieurs dizaines de milliers d’événements, pour l’essentiel des opéras, des pièces de théâtre et des concerts. Leur reconstitution normalisée est parfois associée à un appareil documentaire. Dans un premier temps, les auteurs abordent les fondements scientifiques du site et sa place dans le champ de la recherche. Ils s’attachent ensuite à décrire les différentes phases de sa conception avant d’aborder son contenu, ses modes de consultation, le principe des autorités et la communauté de ses utilisateurs et contributeurs.

> lire l’article

> Table des matières du volume