Tous les articles par Joann Élart

Bibliothèque numérique des spectacles

Un nouveau menu pour un nouveau corpus

En 2017, en conclusion de notre article1 paru dans les actes du colloque Écrire l’histoire du théâtre. L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914)2, nous faisions référence aux sources et aux faits évoqués par Jules-Édouard Bouteiller dans son histoire en quatre volumes, « qu’il faudrait aujourd’hui pouvoir indexer dans une base de données », car « un très gros défaut de ces histoires, celles de Bouteiller et des autres historiens des théâtres de son époque, tient en effet dans l’absence d’index qui est un frein à la recherche et qui rend très difficile l’utilisation ponctuelle ou croisée de tels ouvrages. » Nous envisagions alors dans un avenir proche « un traitement systématique de ces histoires en les indexant dans une base de données que l’on pourrait interroger par un moteur de recherche et à partir duquel on pourrait consulter les informations précieuses qu’elles conservent. » Ce projet de bibliothèque étant alors en gestation depuis deux ou trois ans, il ne nous manquait que les moyens pour le développer, moyens qui sont arrivés en 2019 dans le cadre du projet SpectaNum rattaché au RIN CorNum financé par la Région Normandie.

Historique du projet

Comme nous le rappelions dans le même article, Dezède possédait déjà un module permettant une indexation des sources, mais qui n’était pas encore adapté à l’indexation à la page, pour les livres. Cependant Dezède était déjà conçu pour accueillir ce type de projet, notamment parce qu’elle gérait des milliers d’autorités (individus, œuvres, événements, rôles, ensembles, lieux et institutions) et de sources, données qui pourraient justement faciliter cette indexation des histoires des théâtres en France.

Ce projet né de nos propres recherches bibliographiques sur l’histoire du spectacle croisées avec celles dans le domaine des humanités numériques, partait du quadruple constat suivant :

1) de nombreux ouvrages pionniers sur l’histoire des théâtres avaient été rédigés par des érudits un peu partout en France dans la deuxième moitié du XIXe siècle, suivant une mode ou un mouvement initié par des sociétés historiques locales, et témoignant d’une volonté de retracer l’histoire des spectacles de sa ville ;

2) ces ouvrages imprimés et manuscrits, parfois numérisés mais pas toujours, sont souvent difficiles d’accès et éparpillés dans différentes bibliothèques, donc accessibles sur des sites web distincts sans bibliographie centralisée ;

3)  ces ouvrages ayant souvent été rédigés à une époque antérieure à la disparition des institutions qu’elles évoquent, leurs auteurs ont donc pu puiser dans des sources d’archives qui sont perdues, preuve en est de l’ouvrage de Bouteiller, comme nous le démontrions dans notre étude de 20173. Cette conception, doublée d’une méthode de renvoi aux sources peu rigoureuse, confère à certaines parties de ces récits historiques le statut de source primaire – le fait de divulguer de l’information inédite, donc pour nos recherches, très précieuse.

Évolution du modèle Sources dans Dezède (schéma par Joann Élart)

Du point de vue de la modélisation (voir schéma ci-dessus), le modèle initial des sources conçu en 2011-2012 était destiné à définir une source liée à un événement, comme une note de bas de pages peut justifier un fait : une simple référence à définir en somme, qui cependant proposait un outil de transcription. Assez rapidement, nous avons cherché à étendre le principe d’autorités aux sources : en effet, comme par ailleurs nous avions compris que l’originalité de Dezède reposait sur son cœur d’autorités partagées, il était assez aisé d’ajouter un système simple d’indexation de la source. En 2014-2015, une nouvelle évolution était intégrée à ce modèle initial dans le cadre du projet des archives de l’Opéra-Comique. Nous avions alors ajouté une fonctionnalité, celle du feuilleteur d’images, conformément à la commande qui nous avait été passée par l’Opéra-Comique et les Archives nationales de France : ainsi il était désormais possible de télécharger une ou plusieurs photos dans une même source pour constituer un livre – un livret d’opéra par exemple. La limite de ce développement résidait dans l’impossibilité d’indexer alors à la page. En 2018, enfin, dans le cadre du projet SpectaNum, nous avons pu aboutir et bâtir un modèle qui résout cette question de l’indexation à la page.  Les sources peuvent désormais être liées entre elles, et donc avoir un parent et des enfants : autrement dit, un livre peut être compris dans une collection (parent) et comporter des pages (enfants), qui constituent autant de sources pouvant être indexées indépendamment. Ce principe de récursivité est d’ailleurs fondateur dans Dezède, dans la structuration de la plupart des données.

Corpus expérimental

Passée une phase d’essais et d’ajustements entre septembre et décembre 2019, la Bibliothèque a reçu un corpus test comprenant un ensemble d’ouvrages et de manuscrits du XIXe siècle et du début du XXe siècle portant sur l’histoire des théâtres normands (Caen, Le Havre et Rouen), suivi d’un second ensemble composé d’ouvrages similaires traitant des théâtres d’autres villes françaises. Il est prévu d’étendre ce dépôt notamment aux ouvrages connus et nombreux sur l’histoire des institutions parisiennes.

Dans le cadre du projet SpectaNum, l’objectif à atteindre fut tout d’abord, en partenariat avec la Bibliothèque municipale de Rouen, de faire numériser le manuscrit de Charles Vauclin en sept volumes, de le déposer dans Dezède et de procéder à son indexation. Au terme du projet financé en 2021, il a été possible de traiter intégralement le tome 6. Ce travail a été réalisé en partie par les étudiants inscrits aux cours de méthodologie en licence et master de musicologie, mais également ceux de master humanités numériques, à l’université de Rouen Normandie en 20194 et en 20205. Avec les étudiants de master, nous avons également commencé l’indexation du premier tome de l’histoire de Bouteiller.

Visite

La visite de la Bibliothèque numérique de spectacles de Dezède commence par la page d’accueil du site, en haut de laquelle un troisième menu a fait son apparition, le menu Bibliothèque.

Le nouveau menu Bibliothèque

En cliquant sur celui-ci, nous entrons dans un espace numérique dédié, dans lequel sont rangés des ouvrages identifiables par une dalle, qui fait apparaître, quand la souris passe dessus, une bulle décrivant le titre de l’ouvrage ou de la collection.

Page d’accueil de la Bibliothèque et dalles

En cliquant sur une dalle, on accède directement au livre ou à la collection. Cette dernière s’ouvre sur une nouvelle série de dalles qui présentent les différents volumes  ou tomes, comme dans l’exemple ci-dessous.

Exemple de collection : les deux volumes de l’histoire d’Henri Geispitz

Le livre s’ouvre ensuite en un clic sur la page de présentation de celui-ci, qui précise les références bibliographiques usuelles : auteur(s) ; titre ; ville, éditeur et année d’édition pour les imprimés ; lieu de conservation, cote et année pour les manuscrits. Autre élément essentiel, le feuilleteur.

Page de présentation du livre et feuilleteur

À y regarder de plus près, le feuilleteur propose plusieurs fonctionnalités de présentation et de navigation : deux onglets « Consulter » et « Index » ; un curseur marginal pour une navigation page à page à l’aide de la souris ou du curseur du clavier ; une frise en pied de page pour une navigation rapide et atteindre directement une page.

Fonctionnalités du feuilleteur

Par exemple, dans ce manuscrit, il est possible d’atteindre directement le folio 6556 grâce à l’outil du bas, puis de poursuivre la consultation avec l’outil latéral.

Exemple de consultation de page

On remarque tout en bas de la page les index de celle-ci, qui prennent l’apparence de boutons gris sur lesquels il est possible de cliquer afin de rebondir vers les autorités liées. Si l’on active le bouton « Saint-Saëns (C.) » et que l’on descend tout en bas de la fiche,  on retrouve non seulement le folio 655 correspondant à Samson et Dalila, mais également l’ensemble des citations de Saint-Saëns dans ce manuscrit, qui offrent la possibilité à leur tour de rebondir vers d’autres fiches et d’autres œuvres dans le livre, voire vers d’autres livres (l’histoire de Geispitz).

Références aux livres de la Bibliothèque rassemblées à la notice Saint-Saëns

Par exemple, en cliquant sur la première entrée du manuscrit Vauclin, nous sommes transporté du folio 655 au folio 40, passant de Samson et Dalila à Ascanio.

Pop up de rebond à partir de l’autorité

Enfin, passons dans l’autre pièce de cette Bibliothèque, qui suggère encore mille idées de rebond : l’onglet index que nous avons introduit plus haut. Au niveau du livre, il permet de retrouver les index complets du livre, tels qu’ils ont été définis par l’éditeur scientifique, et rassemblés par catégorie : auteurs, individus, œuvres, lieux, mais également événements ou ensembles. Dans l’exemple ci-dessous, cet index offre par exemple 688 possibilités de rebonds vers des individus et 698 vers des œuvres.

Index du tome 6 du manuscrit Vauclin

Au niveau de la page, l’onglet index permet d’accéder aux index de la page, voire à d’autres éléments critiques – par exemple, une note ajoutée pour apporter une précision sur un élément de la page qui mériterait un commentaire.

Enfin, signalons deux modes de versement des sources dans Dezède : 1) des fichiers numérisés déposés directement dans Dezède, qu’il est possible de télécharger ou non (selon les projets) ; 2) de simples URL vers les sites de ressources en ligne, comme c’est le cas ci-dessous, où, pour télécharger le document entier, le lecteur doit se rendre sur Gallica (pas de téléchargement direct sur Dezède dans ce cas).

URL de la source

La visite se termine ici pour aujourd’hui, merci !


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Bibliothèque numérique des spectacles », Carnet Dezède, 30/04/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3157
  1. Joann Élart, « Une histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen publiée par le docteur Jules-Édouard Bouteiller entre 1860 et 1880 », in Séverine Féron et Patrick Taïeb (dir.), Écrire l’histoire du théâtre. L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914), Territoires contemporains, n° 8, 2017 [en ligne]. []
  2. Séverine Féron, Patrick Taïeb (dir.), Écrire l’histoire du théâtre. L’historiographie des institutions lyriques françaises (1780-1914), Territoires contemporains, no 8, nov. 2017 [en ligne]. []
  3. Voir Chapitre III, point 4 in Joann Élart, op. cit. []
  4. Voir notamment Joann Élart, « L’opéra-comique des sources aux études historiques », Carnet Dezède, 13/09/2019, [en ligne] []
  5. Voir notamment Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 07/11/2020, [en ligne] []
  6. Remarquons que l’outil permet autant de paginer que de folioter un ouvrage []

Musique au Trocadéro pour l’Exposition universelle de 1878

Un nouveau dossier par Étienne Jardin

Parmi les bâtiments qui sortent de terre pour l’Exposition universelle de 1878, on compte un espace en partie consacré à la musique : le Palais du Trocadéro, dont la salle de fête peut accueillir plus de 4700 spectateurs.

Avec le souci d’exploiter au mieux ce lieu et de donner à l’art musical une place inédite dans une exposition de ce genre, le ministère de l’Agriculture et du Commerce désigne, dès 1877, une « Commission des auditions musicales », dans laquelle on trouve – entre autres – Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns, Léo Delibes, Théodore Dubois et Ambroise Thomas. Cette assemblée de musiciens se charge de l’organisation d’une série de 110 événements qui se déroule de juin à novembre et ressemble à s’y méprendre à ce que nous nommons aujourd’hui un « festival ».

Responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, Étienne Jardin est docteur en Histoire de l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent essentiellement sur la vie musicale en France, depuis la Révolution jusqu’au XXe siècle (enseignement, concert et art lyrique). Fondateur de la revue électronique “Transposition. Musique et sciences sociales”, il a dirigé plusieurs ouvrages parus chez Actes Sud, Brepols et Peter Lang.

> lire le dossier dans Dezède

 

Dezède dans Isidore

Interopérabilité et moissonnage
Près de 50 000 données sont désormais accessibles via le moteur de recherche Isidore (https://isidore.science/), moteur de recherche permettant l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales (SHS) soutenu par Huma-Num.
Les données Dezède sont rassemblées dans une collection dédiée :
Collection Dezède sur Isidore

La recherche dans le moteur de recherche général en mode “documents” permet de retrouver une ou plusieurs données marquées de notre logo court.

Recherche “Louis Michu”

La consultation permet soit d’accéder directement à la donnée sur Dezède en cliquant sur la flèche à droite “Accéder au document”, soit d’ouvrir la page dédiée à la donnée sur Isidore en cliquant sur le titre qui intègre un visuel de la page Dezède.

Affichage sur Isidore

Cette évolution a été rendue possible grâce au soutien de la Région Normandie dans le cadre du sous-projet SpectaNum du RIN CorNum

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dezède dans Isidore », Carnet Dezède, 13/04/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3138

Le flux Dezède est disponible

Syndication vraiment simple !

Depuis quelques mois, il est désormais possible de s’abonner au flux de syndication (dit flux RSS) de Dezède, comme le signale le nouveau logo intégré à la page d’accueil du site :

L’adresse à intégrer dans vos carnets et vos sites est la suivante :

https://dezede.org/rss.xml

S’afficheront les derniers dossiers mis en avant dans le carrousel du site Dezède, comme ils s’affichent, à titre d’exemple, sur ce carnet :


Cette évolution a été rendue possible grâce au soutien de la Région Normandie dans le cadre du sous-projet SpectaNum du RIN CorNum.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Le flux Dezède est disponible », Carnet Dezède, 19/12/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3090

Les spectacles de danse au Théâtre des Arts (1962-1997)

Un dossier de Naomie Charlier

Couverture du programme du gala chorégraphique, décembre 1967

Ce dossier décrit l’ensemble des spectacles de danse organisés au Théâtre des Arts de Rouen entre 1962 et 1997, qui ont été désignés sous différentes appellations : gala chorégraphique, spectacle de ballet et création chorégraphique. Les danseurs sont principalement issus du corps de ballet du Théâtre des Arts. D’autres proviennent de compagnies de danse extérieures comme les Centres Chorégraphiques Nationaux, ou de troupes étrangères. Si la plupart des spectacles ont lieu au Théâtre, certaines représentations sont données dans d’autres salles. Dès les années 1990, certains ballets s’effectuent dans la salle Saint-Saëns du Théâtre des Arts. Pour la saison “hors les murs” de 1991-1992, la programmation est déplacée au Hangar 23 pour cause de travaux. À partir de 1996, la plupart des œuvres chorégraphiques sont programmées à la salle Duchamp-Villon à Grand-Quevilly.

Ce dossier constitue l’annexe du master de musicologie de Naomie Charlier, Le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen de 1962 à 1997, dir. Joann Élart, université de Rouen Normandie, soutenu le 30 septembre 2019, 300 p.

> consulter le dossier