Tous les articles par Yannick Simon

Les deux Concertos (à une et deux pattes) de Ravel (1932-1945)

Après les quatre dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (705 événements), « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 concerts), « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel » et « Les créations de L’Heure espagnole », Manuel Cornejo consacre, à l’occasion du 90e anniversaire de leur création en janvier 1932, deux nouveaux dossiers aux deux Concertos de piano de Ravel « à une patte » (main gauche) et « à deux pattes » (en sol) — comme Ravel les évoque avec humour dans une lettre de 1930 à Philippe Gaubert. Les deux œuvres sont composées simultanément, de 1928 à 1931 pour le Concerto pour piano et orchestre (plus connu comme Concerto en sol) et de 1929 à 1930 pour le Concerto pour la main gauche.

Ces dossiers tâchent de réunir le plus grand nombre d’auditions à travers le monde de ces deux chefs-d’œuvre, depuis leur création jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : 70 auditions du Concerto pour la main gauche depuis sa création le 5 janvier 1932 au Musikverein de Vienne par son commanditaire et dédicataire Paul Wittgenstein, pianiste manchot autrichien ayant perdu son bras droit lors de la Première Guerre Mondiale ; 121 auditions du Concerto en sol depuis sa création le 14 janvier 1932 par sa dédicataire Marguerite Long et l’orchestre des Concerts Lamoureux sous la direction de Maurice Ravel.

Les dossiers tâchent également de réunir le plus grand nombre de comptes rendus des premières auditions parisiennes des deux Concertos. Dans le cas du Concerto pour la main gauche, du fait de la contrariété de Maurice Ravel quant au non respect de ses intentions par Paul Wittgenstein (une première parisienne le 25 mars 1932 dut être ajournée au 17 janvier 1933), ont été réunies le plus de comptes rendus possible de l’audition du 19 mars 1937 par Jacques Février, choisi par Marguerite Long et Maurice Ravel pour être le premier pianiste après Wittgenstein à jouer l’œuvre en public, et à le faire avec fidélité à la partition.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur les concerts inventoriés peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Le Concerto pour la main gauche de Ravel (1932-1945) »

Consulter le dossier « Le Concerto pour piano et orchestre (en sol) de Ravel (1932-1945) »

Dezède sur Instagram

Le 27 janvier dernier Dezède a inauguré son compte instagram désormais accessible depuis sa page d’accueil. Chaque mercredi vous pourrez retrouver une nouvelle publication consacrée au contenu et à l’activité de Dezède. Vous pourrez découvrez les dossiers, les événements, les œuvres et les individus qu’il contient mais aussi le fonctionnement et les contributeurs du site. Rassemblant 60 000 événements, 29 000 œuvres, 21 000 individus et 10 000 lieux, Dezède est devenu une ressource dont l’exploration vous surprendra.

Ne comportant que quelques phrases et accompagnés d’une ou deux illustrations, les textes publiés seront consacrés à un élément de Dezède (un individu, une œuvre, un événement, un dossier, un lieu) avec l’objectif de mettre en avant ce qu’il nous dit de la musique et du spectacle, de leur histoire et de leur réception.

La finalité de dezede.spectacles est de faire vivre la recherche et de valoriser les travaux des contributeurs de Dezède auprès d’un public plus large que celui de ses usagers et des musicologues.

Les rédacteurs seront principalement des musicologues et des étudiants qui devront réussir cet exercice exigeant tant par la forme que le fond.

N’hésitez pas vous-mêmes à proposer votre concours en présentant un événement, une œuvre, un individu ou un lieu. Pour cela, il vous suffit d’envoyer sur la messagerie d’instagram une ou deux illustration(s) et le lien de l’autorité ou de l’événement que vous souhaitez mettre en avant en l’accompagnant de son texte de présentation ne dépassant pas les 2 200 signes autorisés par le réseau. Il sera publié et suivi de la mention du nom de son auteur. Vous pouvez aussi transmettre votre proposition à Yannick Simon (yannick.simon@univ-tlse2.fr)

Des appels à contribution sur des thèmes spécifiques seront lancés périodiquement.

Pour rejoindre le compte instagram de Dezède : dezede.spectacles

Le Ring de 1929 au Théâtre des Champs-Élysées

Par Gilles Demonet

Le dossier de Dezède consacré aux représentations du Ring en France vient de s’enrichir d’un nouvel élément, réalisé par Gilles Demonet, avec la version du Théâtre des Champs-Élysées de 1929. Cette production marque une date importante de l’histoire des Ring français puisqu’elle est la première, d’une part, en langue allemande et, d’autre part, dans un établissement privé. L’événement se singularise aussi par le moment des relations franco-allemandes dans lequel il intervient, celui d’une relative détente entre la fin de la Première Guerre mondiale et l’élection d’Adolf Hitler.

> Consulter le dossier Le Ring à Paris (1929)

La Walkyrie à Nantes (1893)

Ce nouveau dossier édité par Michelle Bourhis est consacré à la représentation de La Walkyrie à Nantes le 25 décembre 1893. Il s’agit doublement d’une première, celle d’une audition du second volet de la Tétralogie en France en dehors de Paris (dans une version de concert avec deux pianos, double quatuor à cordes et deux contrebasses), et celle de la traduction d’Alfred Ernst. Cet événement intervient quelques mois après la création française de La Walkyrie à l’Opéra de Paris dans la traduction de Victor Wilder le 12 mai 1893.

Parmi les sources qui ont permis de constituer ce dossier, figurent les lettres adressées par Alfred Ernst à Étienne Destranges, le musicographe nantais à l’origine de l’événement. Conservées à la médiathèque Jacques Demy de Nantes, elles ont été transcrites, annotées et indexées dans un document particulier accessible depuis le dossier mais aussi depuis la bibliothèque de Dezède.

> Consulter le dossier La Walkyrie à Nantes (1893)

> Consulter Les lettres d’Alfred Ernst adressées à Étienne Destranges

Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910)

Un nouveau dossier par Sabine Teulon Lardic.

La création d’Héliogabale, tragédie lyrique d’Émile Sicard sur une musique de Déodat de Séverac, le 21 août 1910 et sa reprise deux jours plus tard, sont un jalon important des productions estivales du Théâtre des arènes de Béziers entre 1898 et 1926. Entrecoupée de rutilantes séquences orchestrales, chorales et solistes, l’œuvre met en scène un symbolisme opposant la décadence romaine au christianisme naissant. Le spectaculaire n’est pas le moindre attrait de la production. Le décor géant d’Eugène Ronsin, la scénographie des cortèges et ballets, documentée par Gabriel Boissy, le concours de quatre cents musiciens et choristes dévoilent l’ambition d’une organisation collective inventant le modèle partenarial. Devant 12 000 spectateurs, dans l’espace scénique et acoustique des arènes de Béziers surgit un péplum avant la lettre ! Les échos de la presse locale, régionale et nationale sont unanimes, non seulement pour louer le jeu des tragédiens et tragédiennes issus des théâtres parisiens, des danseuses, musiciens professionnels et choristes amateurs, mais aussi pour rendre compte des enjeux  de la décentralisation culturelle et du régionalisme.

> Consulter le dossier Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910) sur Dezède