Tous les articles par Yannick Simon

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède », Carnet Dezède, 16/11/2022, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3792

Daphnis et Chloé

Après les six dossiers Le Bolero de Ravel (1928-1945) (710 événements), Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) (77 concerts), Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel, Les créations de L’Heure espagnole », Le Concerto pour la main gauche de Ravel (1932-1945) (71 événements) et Le Concerto pour piano et orchestre (en sol) de Ravel (1932-1945) (123 événements), Manuel Cornejo propose un nouveau dossier sur Daphnis et Chloé de Maurice Ravel, ballet sur un livret de Michel Fokine commandé par Serge Diaghilev pour les Ballets russes en juin 1909. Ce dossier regroupe 15 premières de Daphnis et Chloé de 1911 à 1921. Dans l’ordre chronologique, il inclut prioritairement :

  1. la première audition de la Suite n°1 aux Concerts Colonne du 2 avril 1911 sous la direction de Gabriel Pierné au Théâtre du Châtelet — le ballet intégral Daphnis et Chloé aurait dû être créé lors de la 6e Saison des Ballets russes en 1911 mais les représentations furent ajournées et reportées par Serge de Diaghilev à la saison suivante ;
  2. la première représentation de l’œuvre intégrale, avec chœurs, par les Ballets russes au Théâtre du Châtelet le 8 juin 1912, sous la direction d’orchestre de Pierre Monteux, avec une chorégraphie de Michel Fokine et des décors et costumes de Léon Bakst ; les principaux rôles dansés sont tenus par Vaslav Nijinsky (Daphnis) et Tamara Karsavina (Chloé)  ;
  3. la première audition, imparfaite, car tardive (minuit) et bâclée (selon Maurice Ravel), de la Suite n°2 lors un concert hors-série de la Société musicale indépendante (SMI) en partenariat avec la Société des Grandes Auditions de France de la comtesse Greffulhe le 22 juin 1913 au Théâtre du Châtelet ;
  4. la première audition de la Suite n°2 aux Concerts Lamoureux sous la direction de Camille Chevillard le 29 mars 1914 salle Gaveau ;
  5. la première représentation monégasque par les Ballets russes à l’Opéra de Monte-Carlo, sans les chœurs, le 17 avril 1914 ;
  6. la première représentation britannique par les Ballets russes, sans les chœurs, au théâtre Drury Lane de Londres le 9 juin 1914 ; concernant cette représentation, Maurice Ravel exprima, par voie de presse, sa vive contrariété que son œuvre fusse donnée sans les chœurs ;
  7. la première représentation à l’Opéra de Paris le 20 juin 1921, avec une chorégraphie de Michel Fokine qui tient aussi le rôle de Daphnis tandis que son épouse Vera Fokina est Chloé ; les décors et costumes sont ceux réalisés par Léon Bakst en 1912 et la direction d’orchestre est celle de Philippe Gaubert.

Les premières sont documentées par le plus grand nombre possible de comptes rendus, le plus souvent intégralement transcrits, afin d’offrir au lecteur une vision d’ensemble de la réception de l’œuvre.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur les concerts inventoriés peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les premières de Daphnis et Chloé de Maurice Ravel (1911-1921) »

Les deux Concertos (à une et deux pattes) de Ravel (1932-1945)

Après les quatre dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (705 événements), « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 concerts), « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel » et « Les créations de L’Heure espagnole », Manuel Cornejo consacre, à l’occasion du 90e anniversaire de leur création en janvier 1932, deux nouveaux dossiers aux deux Concertos de piano de Ravel « à une patte » (main gauche) et « à deux pattes » (en sol) — comme Ravel les évoque avec humour dans une lettre de 1930 à Philippe Gaubert. Les deux œuvres sont composées simultanément, de 1928 à 1931 pour le Concerto pour piano et orchestre (plus connu comme Concerto en sol) et de 1929 à 1930 pour le Concerto pour la main gauche.

Ces dossiers tâchent de réunir le plus grand nombre d’auditions à travers le monde de ces deux chefs-d’œuvre, depuis leur création jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : 70 auditions du Concerto pour la main gauche depuis sa création le 5 janvier 1932 au Musikverein de Vienne par son commanditaire et dédicataire Paul Wittgenstein, pianiste manchot autrichien ayant perdu son bras droit lors de la Première Guerre Mondiale ; 121 auditions du Concerto en sol depuis sa création le 14 janvier 1932 par sa dédicataire Marguerite Long et l’orchestre des Concerts Lamoureux sous la direction de Maurice Ravel.

Les dossiers tâchent également de réunir le plus grand nombre de comptes rendus des premières auditions parisiennes des deux Concertos. Dans le cas du Concerto pour la main gauche, du fait de la contrariété de Maurice Ravel quant au non respect de ses intentions par Paul Wittgenstein (une première parisienne le 25 mars 1932 dut être ajournée au 17 janvier 1933), ont été réunies le plus de comptes rendus possible de l’audition du 19 mars 1937 par Jacques Février, choisi par Marguerite Long et Maurice Ravel pour être le premier pianiste après Wittgenstein à jouer l’œuvre en public, et à le faire avec fidélité à la partition.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur les concerts inventoriés peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Le Concerto pour la main gauche de Ravel (1932-1945) »

Consulter le dossier « Le Concerto pour piano et orchestre (en sol) de Ravel (1932-1945) »

Dezède sur Instagram

Le 27 janvier dernier Dezède a inauguré son compte instagram désormais accessible depuis sa page d’accueil. Chaque mercredi vous pourrez retrouver une nouvelle publication consacrée au contenu et à l’activité de Dezède. Vous pourrez découvrez les dossiers, les événements, les œuvres et les individus qu’il contient mais aussi le fonctionnement et les contributeurs du site. Rassemblant 60 000 événements, 29 000 œuvres, 21 000 individus et 10 000 lieux, Dezède est devenu une ressource dont l’exploration vous surprendra.

Ne comportant que quelques phrases et accompagnés d’une ou deux illustrations, les textes publiés seront consacrés à un élément de Dezède (un individu, une œuvre, un événement, un dossier, un lieu) avec l’objectif de mettre en avant ce qu’il nous dit de la musique et du spectacle, de leur histoire et de leur réception.

La finalité de dezede.spectacles est de faire vivre la recherche et de valoriser les travaux des contributeurs de Dezède auprès d’un public plus large que celui de ses usagers et des musicologues.

Les rédacteurs seront principalement des musicologues et des étudiants qui devront réussir cet exercice exigeant tant par la forme que le fond.

N’hésitez pas vous-mêmes à proposer votre concours en présentant un événement, une œuvre, un individu ou un lieu. Pour cela, il vous suffit d’envoyer sur la messagerie d’instagram une ou deux illustration(s) et le lien de l’autorité ou de l’événement que vous souhaitez mettre en avant en l’accompagnant de son texte de présentation ne dépassant pas les 2 200 signes autorisés par le réseau. Il sera publié et suivi de la mention du nom de son auteur. Vous pouvez aussi transmettre votre proposition à Yannick Simon (yannick.simon@univ-tlse2.fr)

Des appels à contribution sur des thèmes spécifiques seront lancés périodiquement.

Pour rejoindre le compte instagram de Dezède : dezede.spectacles

Le Ring de 1929 au Théâtre des Champs-Élysées

Par Gilles Demonet

Le dossier de Dezède consacré aux représentations du Ring en France vient de s’enrichir d’un nouvel élément, réalisé par Gilles Demonet, avec la version du Théâtre des Champs-Élysées de 1929. Cette production marque une date importante de l’histoire des Ring français puisqu’elle est la première, d’une part, en langue allemande et, d’autre part, dans un établissement privé. L’événement se singularise aussi par le moment des relations franco-allemandes dans lequel il intervient, celui d’une relative détente entre la fin de la Première Guerre mondiale et l’élection d’Adolf Hitler.

> Consulter le dossier Le Ring à Paris (1929)