Tous les articles par Yannick Simon

La Walkyrie à Nantes (1893)

Ce nouveau dossier édité par Michelle Bourhis est consacré à la représentation de La Walkyrie à Nantes le 25 décembre 1893. Il s’agit doublement d’une première, celle d’une audition du second volet de la Tétralogie en France en dehors de Paris (dans une version de concert avec deux pianos, double quatuor à cordes et deux contrebasses), et celle de la traduction d’Alfred Ernst. Cet événement intervient quelques mois après la création française de La Walkyrie à l’Opéra de Paris dans la traduction de Victor Wilder le 12 mai 1893.

Parmi les sources qui ont permis de constituer ce dossier, figurent les lettres adressées par Alfred Ernst à Étienne Destranges, le musicographe nantais à l’origine de l’événement. Conservées à la médiathèque Jacques Demy de Nantes, elles ont été transcrites, annotées et indexées dans un document particulier accessible depuis le dossier mais aussi depuis la bibliothèque de Dezède.

> Consulter le dossier La Walkyrie à Nantes (1893)

> Consulter Les lettres d’Alfred Ernst adressées à Étienne Destranges

Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910)

Un nouveau dossier par Sabine Teulon Lardic.

La création d’Héliogabale, tragédie lyrique d’Émile Sicard sur une musique de Déodat de Séverac, le 21 août 1910 et sa reprise deux jours plus tard, sont un jalon important des productions estivales du Théâtre des arènes de Béziers entre 1898 et 1926. Entrecoupée de rutilantes séquences orchestrales, chorales et solistes, l’œuvre met en scène un symbolisme opposant la décadence romaine au christianisme naissant. Le spectaculaire n’est pas le moindre attrait de la production. Le décor géant d’Eugène Ronsin, la scénographie des cortèges et ballets, documentée par Gabriel Boissy, le concours de quatre cents musiciens et choristes dévoilent l’ambition d’une organisation collective inventant le modèle partenarial. Devant 12 000 spectateurs, dans l’espace scénique et acoustique des arènes de Béziers surgit un péplum avant la lettre ! Les échos de la presse locale, régionale et nationale sont unanimes, non seulement pour louer le jeu des tragédiens et tragédiennes issus des théâtres parisiens, des danseuses, musiciens professionnels et choristes amateurs, mais aussi pour rendre compte des enjeux  de la décentralisation culturelle et du régionalisme.

> Consulter le dossier Héliogabale dans les arènes de Béziers (1910) sur Dezède

Les Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899)

Ce dossier regroupe de façon exhaustive un ensemble de trente-six concerts organisés du 23 avril 1897 au 27 janvier 1899 par l’éditeur de musique Wilhelm Enoch (1840-1913), secondé par son gendre Gabriel Astruc (1864-1938), pour le compte des éditions musicales Enoch, au siège du quotidien Le Figaro, 26, rue Drouot à Paris (9e). À titre exceptionnel, un seul Concert Enoch, en l’occurrence un Festival Emmanuel Chabrier, eut lieu à l’ancienne Salle Pleyel le 6 avril 1898, en raison de l’indisponibilité provisoire du Salon du Figaro.

Les programmes de ces séances font logiquement la part belle aux œuvres du catalogue des éditions Enoch. Parmi les compositeurs les plus souvent programmés, on retrouve Emmanuel Chabrier, Cécile Chaminade et César Franck. Cependant, la programmation montre un réel éclectisme, s’intéressant tant aux compositeurs reconnus qu’aux compositeurs de moindre notoriété et aux jeunes compositeurs. Elle accorde aussi une place non négligeable d’une part aux compositeurs étrangers, parmi lesquels certains ont vu au moins une de leurs œuvres publiées dans la Collection nouvelle de musique étrangère moderne des éditions Enoch, et, d’autre part, aux compositrices. Un autre trait caractéristique de plusieurs de ces concerts est la part réservée aux chansonniers de Montmartre, il y eut même une séance avec projection d’images par le « Conservatoire de Montmartre ».

Il n’est pas impossible que Maurice Ravel, alors élève dans la classe de composition de Gabriel Fauré, ait assisté à quelques-unes de ces séances : outre qu’il venait de signer fin 1897 son premier contrat avec un éditeur de musique pour le Menuet antique, grâce à son professeur André Gedalge, les œuvres de ce dernier ont été programmées aux Concerts Enoch. De plus, le goût profond de Ravel pour la musique de Chabrier, souvent à l’affiche de ces concerts, pourrait expliquer sa présence à quelques concerts, notamment lorsque son ami Apache Ricardo Viñes était à l’affiche ou son ancien professeur de piano Santiago Riera.

Consulter le dossier Concerts Enoch dans le Salon du Figaro (1897-1899) sur Dezède

Les Critiques dramatiques dans les journaux et les revues (1875-1914)

Sur ce que Jean-Claude Yon appelle la « dramatocratie » de la fin du Second Empire règnent une douzaine de critiques dramatiques d’autant plus puissants qu’ils sont peu nombreux – et stables : dresser la liste des confrères de Jules Janin et de Théophile Gautier est chose rapide et facile. En revanche, dès le début de la IIIe République, après la loi de 1868 qui supprime l’autorisation préalable, puis, à plus forte raison, après la loi de 1881 qui proclame la liberté de la presse, le nombre des journaux explose et, avec lui, celui des chroniqueurs du théâtre : on en compte près d’une centaine à la veille de la Première Guerre Mondiale. Corrélativement, les conditions d’exercice du métier changent : à mesure que la presse d’opinion est relayée par la presse d’information, immédiateté et improvisation deviennent les nouveaux mots d’ordre d’une critique sommée de livrer ses impressions à la hâte, au sortir même de la représentation. Dans les quotidiens, tandis que l’institution du feuilleton hebdomadaire cède le terrain au reportage du lendemain, de nouvelles rubriques apparaissent, afin de satisfaire la curiosité grandissante des lecteurs pour les « à-côtés » ou les « entours » de la pièce. Un phénomène de compartimentage et de spécialisation du compte-rendu s’amorce alors, qui se confirme et s’accentue encore dans les revues illustrées du début du siècle.

Pour aider à se repérer dans ce paysage médiatique en pleine mutation, durant toute la période (1875-1914) qui correspond à l’âge d’or de la critique dramatique, le site Dezède publie un répertoire des chroniqueurs du théâtre, sous la forme d’un tableau organisé année par année et titre par titre.

Ce répertoire, en cours de constitution, devrait être utile à tous les chercheurs et les amateurs qui s’intéressent au théâtre du tournant des XIXᵉ et XXᵉ siècles :

  • à ceux qui consultent la critique dramatique pour sa valeur documentaire, et vont chercher dans les articles des chroniqueurs du théâtre des informations sur les sources et les influences d’une pièce, sur l’accueil fait à sa création, sur l’évolution de sa réception, ce répertoire devrait faciliter le travail de revue de presse ;
  • pour ceux qui envisagent la critique dramatique comme un objet d’étude à part entière, il contribuera à mettre en évidence l’évolution des cadres médiatiques dans lesquelles elle s’exerce à une époque charnière de l’histoire du théâtre, en faisant ressortir le déclin du feuilleton hebdomadaire, la généralisation du reportage du lendemain, la diversification et la spécialisation croissantes des rubriques.

Tous ceux qui souhaitent apporter leur collaboration à ce projet, fût-ce pour y introduire ponctuellement une correction ou un complément, seront les bienvenus. Ils sont invités à prendre contact avec Marianne Bouchardon, en écrivant  à l’adresse : marianne.bouchardon@univ-rouen.fr

Biobibliographie

MCF en littérature française à l’Université de Rouen-Normandie, directrice-adjointe du CÉRÉdI (EA 3229), Marianne Bouchardon consacre ses recherches à l’histoire et à la théorie du théâtre des XIXᵉ et XXᵉ siècles. L’Habilitation à Diriger des Recherches qu’elle a soutenue sous la direction de Florence Naugrette en 2019, « Écrire pour le théâtre, Écrire sur le théâtre (XIXᵉ-XXᵉ siècles). De la poétique du drame à l’histoire de la critique », comportait un inédit intitulé : « La critique dramatique face à la mise en scène (1870-1914) », à paraître. Le répertoire présenté ici est issu de ses annexes.

> Consulter le dossier dans Dezède

Les créations de L’Heure espagnole de Ravel

Après les trois dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (près de 700 événements) et « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 programmes de concerts), et « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel », Manuel Cornejo propose un quatrième dossier réunissant quatre premières de L’Heure espagnole, comédie musicale de Maurice Ravel sur un livret de Franc-Nohain, composée en 1907 mais créée seulement quatre ans plus tard en raison des réticences à monter l’ouvrage d’Albert Carré, directeur de l’Opéra-Comique, qui se laissa convaincre par Louise Cruppi, protectrice de Maurice Ravel :

1.      La création mondiale, le 19 mai 1911, à l’Opéra-Comique, sous la direction orchestrale de François Rühlmann, avec Geneviève Vix dans le rôle de Concepción, Jean Périer dans le rôle de Ramiro, Maurice Coulomb dans le rôle de Gonzalve, Jean Delvoye dans le rôle d’Iñigo, Maurice Cazeneuve dans le rôle de Torquemada, avec des décors d’Alexandre Bailly ;

2.      La première au Théâtre royal de la Monnaie, à Bruxelles, le 27 janvier 1921, sous la direction orchestrale de François Rühlmann, avec Terka Lyon dans le rôle de Concepción, C. Charmat dans le rôle de Ramiro, Paul Arnaud dans le rôle de Gonzalve, Alexis Boyer dans le rôle d’Iñigo, Hector Dognies dans le rôle de Torquemada, avec des décors de Jean Delescluze ;

3.      La première à l’Opéra de Paris, le 5 décembre 1921, sous la direction orchestrale de Philippe Gaubert, avec Fanny Heldy dans le rôle de Concepción, Robert Couzinou dans le rôle de Ramiro, Henri Fabert dans le rôle de Gonzalve, Albert Huberty dans le rôle d’Iñigo, Gaston Dubois dans le rôle de Torquemada, avec des décors d’André Mare ;

4.      La première à l’Opéra de Monte-Carlo, le 26 janvier 1924, sous la direction orchestrale de Victor de Sabata, avec Fanny Heldy dans le rôle de Concepción, Robert Couzinou dans le rôle de Ramiro, Henri Fabert dans le rôle de Gonzalve, M. Arnal dans le rôle d’Iñigo, Gaston Dubois dans le rôle de Torquemada.

Ce dossier tâche de réunir le plus grand nombre de comptes rendus de chacune de ces premières, afin de se forger une idée la plus précise possible de la réception de l’œuvre de Maurice Ravel et de Franc-Nohain.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur ces quatre premières peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les créations de L’Heure espagnole de Ravel »sur Dezède.