Tous les articles par Yannick Simon

Les journées de la composition

Par Yannaël Pasquier

Les Journées de la composition comptent parmi les événements marquants de l’histoire récente du Conservatoire — et tout particulièrement fondateurs de l’identité des nouveaux locaux de l’institution, inaugurés en 1990 par François Mitterrand sur le site de la Villette. Festival dévolu à la création des œuvres des étudiants des classes de composition, ces Journées sont, au-delà de l’exposition, un lieu de rencontre avec le monde professionnel : ainsi les orchestres du Conservatoire côtoient des ensembles spécialisés (Court-Circuit, L’itinéraire, Alternance, Cairn ou encore TM+), réunis sous la baguette de chef·fes également spécialistes des répertoires contemporains. Les neuf éditions du festival, de 1994 à 2011 (devenu biennal en 1997), font ainsi entendre plus de 200 œuvres, pour majorité données en création mondiale.

Ce dossier, qui constitue une nouvelle contribution au programme de recherche portant sur l’histoire des représentations données au Conservatoire de Paris, se distingue certes par le répertoire étudié, exclusivement contemporain, mais également par l’originalité de son objet : seul festival régulier organisé par l’institution dans son histoire récente, les Journées de la composition placent la jeune création comme élément constitutif de l’identité de l’école à l’aube du XXIe siècle.

Reconstitués pour l’essentiel à partir de programmes de salles et des archives du service audiovisuel du Conservatoire, la restitution des données des Journées ont permis d’enrichir Dezède de plus d’une centaine d’autorités-individus. La publication du dossier vise notamment à collecter, auprès de ces derniers, davantage de sources témoignant de la préparation, du déroulement et de la réception des concerts.

Consulter le dossier Les Journées de la composition (1994-2011)

La direction Messager/Broussan à l’opéra de Paris (1908-1914)

Par Karine Boulanger

Entamée en novembre 2022, la réalisation du dossier consacré au directorat d’André Messager et de Leimistin Broussan à l’Opéra de Paris (1908-1914) s’est achevée en juillet 2023.

Le dossier comporte 1 402 événements retraçant de façon exhaustive les représentations (opéras et ballets), concerts et galas donnés sur la scène de l’Opéra pendant six ans et demi. Les recettes et distributions ont été notées pour chaque représentation.

D’ores et déjà, l’exploration du dossier permet de mettre en exergue les éléments majeurs de cette direction : un répertoire vaste quand on s’en tient au nombre d’œuvres représentées, mais paradoxalement restreint lorsque l’on s’intéresse à la date des œuvres ou encore aux « écoles ». Sans surprise, dans un théâtre qui devait constituer la vitrine de la création française, ce sont les œuvres des compositeurs nationaux qui dominent, pour la plupart des créations du dernier tiers du XIXe siècle ou bien acquises par l’Opéra dans ces années-là, plaisant au public et dont les frais de production se trouvaient amortis. La remise à la scène d’Hippolyte et Aricie en 1908 doit donc être saluée comme un effort considérable de la direction pour remettre à l’honneur un pan du patrimoine musical. Les compositeurs italiens n’étaient plus représentés que par Verdi avec les immuables Rigoletto et Aida. Les efforts d’acclimatation de la « jeune école italienne » demeuraient timides mais l’arrivée des Joyaux de la Madone en 1913 représenta un succès public dont les journalistes et même les directeurs de l’Opéra furent surpris. La musique de Wagner représentait le pain quotidien du théâtre à la veille de la Première Guerre mondiale et la lecture du dossier montre à quel point ces œuvres en formaient le second socle, après la musique française. La jeune école germanique remporta un succès triomphal avec la création de Salomé en 1910 mais la direction de l’Opéra ne tenta pas d’aller plus loin avec Richard Strauss dont les prétentions financières ne pouvaient être satisfaites par la première scène française. Suivant les obligations du cahier des charges, l’Opéra créa sans relâche des œuvres nouvelles, mais la plupart ne parvinrent pas à se maintenir au répertoire : dans ce théâtre, en raison des coûts de production considérables, il était impossible de bâtir un succès sur la durée et, lorsque la recette s’avérait médiocre, l’œuvre était abandonnée rapidement. La nouveauté chassait la nouveauté, ce qui semblait conforter les opinions des esprits chagrins se plaignant de l’irrémédiable stagnation du répertoire.

Les distributions, insérées dans les notes de chaque représentation, sont en cours d’intégration dans la base de données. À terme, elles permettront de travailler sur les carrières des artistes, étoiles du chant ou de la danse ou encore membres de la troupe moins renommés.

Consulter le dossier La direction d’André Messager et de Leimistin Broussan (1908-1914)

L’Orchestre national du Capitole de Toulouse

Par Pierrot Menuge

Considéré comme l’un des plus grands représentants de la scène symphonique française, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse fait aujourd’hui l’objet d’un nouveau dossier sur Dezède encore en cours de réalisation — mise en ligne prévue dans les prochains mois. L’objectif consiste à reconstituer la programmation de la formation sur des saisons précises. Le dossier proposera donc à terme un échantillon des programmes avec la première saison de chaque décennie de 1971-1972 à 2021-2022.

Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un master de musicologie à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Le projet de recherche propose d’étudier à la fois l’histoire de l’institution (la création de l’ensemble, son évolution, l’influence des politiques culturelles) et la façon dont il est perçu tout au long de son développement. En parallèle, l’étude comportera une analyse de la programmation : quel est le répertoire de l’orchestre mais surtout quel en est l’évolution et à quoi peuvent être dus ces changements ? Ces deux éléments, institution et répertoire, sont bien évidemment liés et ne peuvent pas être considérés l’un sans l’autre.

Cette étude s’insère dans le projet plus large de Yannick Simon sur les orchestres symphoniques français : une analyse similaire sur un temps plus long et un plus grand échantillon d’ensembles.

Pour consulter le dossier Orchestres symphoniques français

Le festival « Musique et Histoire » à Fontfroide

Ouvert en 2022, le dossier de l’abbaye de Fontfroide continue de s’enrichir. Un premier sous-dossier consacré aux « Concerts Renaissances » entre 1967 et 1988 (60 événements) est presque achevé et sera publié en 2024. Un deuxième sous-dossier rassemblant les « Soirées littéraires et musicales » (13 événements) est aussi en voie d’achèvement.

Les 20 et 21 octobre 2023, une nouvelle session de travail a réuni Màrius Bernadó, Lauriane Dumarchapt, Aline Lemaître, Yannick Simon, Esther Solé et Marie Tasca à l’abbaye de Fontfroide.

Au programme, le festival « Musique et Histoire » placé sous la direction artistique de Jordi Savall depuis sa fondation en 2006 (140 événements). Sous le signe du dialogue interculturel, chacune des 17 éditions (celle de 2020 a été annulée en raison de la pandémie) accueille des musiciens venus d’horizons très variés dont les pratiques et les traditions musicales sont mises en regard ou donnent lieu à des métissages fructueux. La programmation s’appuie sur les ensembles Hespèrion XXI et La Capella reial de Catalunya dirigés par Jordi Savall.

La spécificité de ce dossier tient aux instruments utilisés. D’une part, l’instrumentarium des ensembles de musique baroque ; de l’autre, une multitude d’instruments venus des quatre coins du monde, souvent encore ignorés de la base de données Dezède, associés à une terminologie relative et changeante au gré des origines géographiques et des traductions. Le sujet a occupé la première partie de la session.

Découvrir le chantier en cours dans Dezède !

Un opus inédit de Ravel : l’orchestration du premier prélude du Fils des étoiles de Satie

Manuel Cornejo, membre associé de l’IReMus depuis juin 2023 et qui vient de recevoir le prix Wicar Musique de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille, propose un nouveau dossier sur Dezède : « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) ». Il regroupe tous les spectacles publics et privés connus, au nombre de six, réunissant Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1875-1953), poétesse, peintre, danseuse et chorégraphe, animatrice de salon, organisatrice de spectacles chorégraphiques.

Parmi ces spectacles, trois sont des soirées privées données dans le salon de Valentine de Saint-Point 19 avenue de Tourville à Paris (7e) : les deux fameuses « soirées apolloniennes » des 17 février et 11 juin 1912 ainsi qu’un autre événement organisé au milieu du mois de juin 1914. Un quatrième spectacle est un concert privé donné dans l’atelier du peintre Henri Siegler-Pascal, ami commun de Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point. Maurice Ravel prit part à ces quatre spectacles comme pianiste, jouant tantôt seul ses morceaux Sonatine et Habanera (dans la transcription pour piano à deux mains de Jacques Charlot), tantôt pour accompagner les trois mélodies de Shéhérazade, tantôt pour interpréter à quatre mains avec Jane Mortier Ma Mère l’Oye ou avec Florent Schmitt les Trois morceaux en forme de poire d’Erik Satie, et même à six mains avec Alfredo Casella et Daniel Chennevière pour Le Rossignol d’Igor Stravinsky.

Les deux autres événements sont les originaux spectacles appelés Métachorie/Danses idéistes conçus par Valentine de Saint-Point, à Paris le 20 décembre 1913 et New York le 3 avril 1917, mêlant poésie, musique, chorégraphie, décors et éclairages. L’ordonnatrice définissait ainsi leur conception dans une lettre ouverte au Figaro du 14 décembre 1913 :

Ma métachorie apporte les danses idéistes, la danse qui n’est pas seulement le rythme plastique sensuellement humain de la musique, mais la danse créée, dirigée cérébralement, la danse qui exprime une idée, arrêtée dans des lignes strictes comme la musique l’est dans le nombre du contrepoint. Au lieu de dépendre exclusivement de la musique, la métachorie n’en est plus l’esclave mais l’égale, toutes deux dépendant de l’idée et soumises à une architecture stricte : celle de la ligne géométrique, celle du nombre. C’est donc l’union parfaite de tous les arts qu’apporte la métachorie 1.

C’est lors de ces deux spectacles que fut exécutée une œuvre orchestrale inédite de Maurice Ravel : Hymne au soleil. Sous ce titre, qui est celui d’un poème de Valentine de Saint-Point, se cache une œuvre de Maurice Ravel jusqu’ici énigmatique, non contextualisée et dont Marcel Marnat parle de « douteuse exécution publique2 » : l’orchestration du premier des trois préludes que compte Le Fils des étoiles (Wagnérie kaldéenne du Sar Peladan) d’Erik Satie.

Nous savions que la transcription pour piano par Erik Satie du premier prélude de la musique de scène du Fils des étoiles (datant de 1892) avait été jouée par Maurice Ravel le 16 janvier 1911 lors du 6e concert de la Société musicale indépendante — un dossier sur cette importante société musicale parisienne cofondée par Maurice Ravel en 1909-1910 est actuellement en cours de réalisation sur Dezède. Nous savions également, grâce à une lettre d’Erik Satie à son frère du 11 avril 1911, que Maurice Ravel songeait à orchestrer les trois préludes du Fils des Étoiles : « Ravel orchestre les préludes du Fils des étoiles pour les donner aux concerts d’avant-garde ». Sur la base de cette lettre, plusieurs biographes de Maurice Ravel ont pris cette affirmation au pied de la lettre et ont indiqué que l’orchestration par Ravel des trois préludes était perdue. Mais, Roland-Manuel, élève et premier biographe de Maurice Ravel dès 1914, s’était bien contenté de ne mentionner que l’orchestration d’un seul prélude par Ravel, sans préciser ni le numéro ni le contexte précis : « Erik Satie : Prélude du Fils des Étoiles (orchestration), 1913 (inédit)3 ». En fait, le dossier réalisé par Manuel Cornejo précise que Maurice Ravel n’orchestra que le premier prélude illustrant le poème Hymne au soleil de Valentine de Saint-Point et que son élève Roland-Manuel orchestra les deuxième et troisième illustrant les poèmes Amour et La Chevelure de Valentine de Saint-Point. Ces trois orchestrations ne furent exécutées qu’aux deux spectacles Métachorie/Danses idéistes de Paris et New York, respectivement sous la direction d’orchestre de Maurice Droeghmans et de Pierre Monteux. Les manuscrits des partitions et matériels d’orchestre qui devaient être entre les mains de Valentine de Saint-Point ne sont pas localisés à ce jour, si tant est qu’ils subsistent, sachant que cette artiste s’était fixée au Caire de 1924 à sa mort en 1953.

Le dossier nous apprend aussi que des œuvres musicales préexistantes d’autres compositeurs furent utilisées par Valentine de Saint-Point pour sa Métachorie : le prélude de La Damoiselle élue de Claude Debussy pour illustrer le poème Laus vitae de Gabriele d’Annunzio, deux des Nocturnes (Nuages et Fêtes) de Claude Debussy pour illustrer deux poèmes indéterminés de Valentine de Saint-Point (uniquement pour le spectacle de New York), le Quintette de Florent Schmitt pour illustrer le poème Après l’été de Valentine de Saint-Point.

Consulter le dossier « Maurice Ravel et Valentine de Saint-Point (1912-1917) »

  1. Figaro, 14 décembre 1913. []
  2. Marcel Marnat, Maurice Ravel, Paris, Fayard, 1986, p. 757. []
  3. Roland-Manuel, À la gloire de… Ravel, Paris, Nouvelle Édition critique, 1938, p. 265. []