Tous les articles par Yannick Simon

Les 50 ans de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse

Le 1er mai 2024, l’Orchestre national du Capitole de Toulouse fête ses 50 ans ! C’est effectivement le 1er mai 1974 que la formation municipale qui assurait la saison lyrique du Théâtre et quelques concerts symphoniques devient officiellement l’Orchestre régional du Capitole de Toulouse — il sera rebaptisé « orchestre national » en 1981.

L’orchestre a profité de cet anniversaire pour éditer une petite brochure commémorative mettant en exergue une dizaine d’événements ayant marqué son histoire entre la série inaugurale des huit concerts consacrés à l’intégralité des symphonies et des concertos de Beethoven en 1974 et l’arrivée de Tarmo Peltokoski à sa tête cinquante ans plus tard.

Les auteurs des textes, Pierrot Menuge et Yannick Simon, ont réuni dans un dossier de Dezède tous les événements évoqués dans cette brochure. Le QR code qui figure sur sa quatrième de couverture offre à un accès direct au dossier.

Consulter le dossier 50 ans de l’ONCT

Consulter la brochure L’Histoire continue

 

20 ans d’Opéra-Comique

Par Lucia Pasini

Au sein d’un projet ambitieux visant à reconstruire les programmes et le répertoire de l’Opéra-Comique à travers les siècles, le dossier IIIe République (de 1870 à la Première Guerre mondiale) a pour objectif de recenser toutes les représentations de la période s’étalant du 4 septembre 1870 (proclamation de la République) au 28 juillet 1914 (déclenchement de la Première Guerre mondiale). Actuellement en cours de réalisation, il répertorie déjà près de 6 000 événements sur une période de vingt ans (1871-1891).

L’Opéra-Comique connaît une période de consolidation au cours de ces deux décennies même si elle inclut l’incendie de la salle Favart en 1887. Sous la direction de figures éminentes telles que Léon Carvalho, qui le supervise pendant une grande partie de cette période, l’Opéra-Comique continue d’explorer de nouveaux répertoires, à l’image de Suzanne de Palhadile le 30 décembre 1878, tout en préservant ses classiques, comme La Fille du régiment de Donizetti et Le Pré aux clercs de Hérold donnés ensemble le 2 janvier 1878. On y retrouve aussi des œuvres de compositeurs renommés tels que Charles Gounod, Jules Massenet, Georges Bizet et Ambroise Thomas.

La principale source de données pour la compilation de ce dossier provient des journaux de régie de l’Opéra-Comique, conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra — ces documents sont également accessibles en ligne via Gallica. Ils offrent une mine d’informations sur les représentations : les œuvres interprétées, les horaires de début et de fin des spectacles, mais aussi les recettes pour la saison 1876-1877.

Malheureusement, les registres font défaut pour quelques saisons, à savoir 1870-1871, 1871-1872, 1873-1874, 1882-1883 et 1884-1885, et quelques autres périodes plus ou moins longues. Cependant, les créations, notamment Le Florentin de Lenepveu, ainsi que certaines représentations importantes ayant eu lieu pendant cette période ont pu être intégrées au dossier grâce à des ouvrages de référence comme l’Histoire de l’Opéra-Comique : la seconde salle Favart (1860-1887) de Charles Malherbe et Albert Soubies, ainsi que Théâtre de l’Opéra-Comique de Nicole Wild et David Charlton.

Consulter le dossier de l’Opéra-Comique IIIe République (de 1870 à la Première Guerre mondiale

Les soirées littéraires et musicales de Fontfroide

C’est par un hommage à Frédéric Mistral et à Gustave Fayet que s’est ouvert la première soirée littéraire et musicale de Fontfroide en 2010. L’expérience se poursuit jusqu’en 2019. Chaque année  un noyau de fidèles y apporte sa contribution : Isabelle Gardien, Bruno Raffaelli, Anna Pétron, Emmanuel Ceysson et Cécile Leblanc. Les lectures de textes sont ponctuées d’illustrations musicales.

Aline Lemaître a réuni la documentation relative à ces séances musico-littéraires et a constitué un dossier qui témoigne de l’activité culturelle soutenue de l’abbaye de Fontfroide et vient s’insérer dans un ensemble en cours de réalisation incluant en priorité les concerts « Renaissances » et le festival « Musique et histoire ».

Consulter le dossier Soirées littéraires et musicales de Fontfroide

Quelques nouvelles du Ring

Le dossier consacré aux productions du Ring en France vient de connaître plusieurs avancées sous la forme de cinq nouveaux sous-dossiers et de deux articles.

L’article intitulé Les pérégrinations du Ring en France. Premières conclusions et perspectives de recherches livre les premières conclusions portant sur la période comprise entre 1904, année de la première représentation intégrale du cycle en France, et 1959, date à laquelle est montée la première production dans le style du Nouveau Bayreuth sur le sol français.

Deux nouveaux sous-dossiers sont évoqués dans cet article. Ils  sont consacrés à une production présentée en 1935 au Grand-Théâtre de Bordeaux puis, quelques semaines plus tard, dans une version très proche, au casino de Vichy. Cette mise à la scène, et plus particulièrement la réalisation vichyssoise placée sous la direction musicale d’un chef allemand, fait l’objet d’un article dans un ouvrage collectif dédié à la musique dans les casinos en France : « De Wagner à Vichy, la diplomatie musicale de l’Allemagne nazie en 1935 », dans Martin Guerpin et Étienne Jardin (dir.), Faites vos jeux. La musique dans les casinos français, Arles/Paris, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 2024, p. 195-217. Cette contribution a fait l’objet d’un précédent billet.

Postérieurement à la rédaction de cet article, un nouveau sous-dossier a été consacré à la reprise de cette production du Ring au Grand-Théâtre de Bordeaux en 1937. Même si la distribution en a été fortement renouvelée, Victor Forti en reste la figure centrale en chantant trois rôles différents répartis dans les quatre épisodes.

Onze ans plus tard, Forti assume les mêmes rôles dans une production, toujours à Bordeaux, qui est probablement la première de l’après-guerre. Le sous-dossier dédié à cette nouvelle version de 1948 se singularise par la transcription d’annotations figurant sur le livre de bord du Grand-Théâtre de Bordeaux. Elles mettent en évidence la grande connaissance que les chanteurs francophones ont du répertoire wagnérien, capables d’assumer un rôle au pied levé ou d’en changer pour remplacer un collègue indisponible.

Enfin, il manquait au dossier « Le Ring en France » son acte fondateur. C’est chose faite avec le dossier consacré au Ring de Lyon en 1904. Premier Ring francophone sur le territoire français, après le Ring francophone de la Monnaie de Bruxelles en 1903, la production lyonnaise de 1904 est assurément un événement  même si la qualité de la production fait débat.

À ce jour le dossier « Le Ring en France » réunit douze productions entre 1911 et 1969. À terme, elles seront une soixantaine.

Consulter l’article Les pérégrinations du Ring en France. Premières conclusions et perspectives de recherches

Consulter sur Dezède le dossier Le Ring en France et les sous-dossiers Le Ring à Bordeaux (1935), Le Ring à Vichy (1935), Le Ring à Bordeaux (1937), Le Ring à Bordeaux (1948) et Le Ring à Lyon (1904).

 

Le Festival international de musique de Vichy (1935)

Quelques semaines après avoir programmé une tétralogie en français dont la direction avait été confiée à un chef d’orchestre allemand, le casino de Vichy accueille le festival international de musique organisé dans le cadre du Conseil permanent pour la coopération internationale des compositeurs entre le 1er et le 9 septembre 1935. Placées sous la présidence de Richard Strauss, président de la Reichsmusikkammer (une structure fondée par les nazis), et les vice-présidences du français Albert Roussel et de l’italien Adriano Lualdi, ces manifestations sont en réalité une opération de propagande visant à s’opposer au festival annuel de la Société internationale de musique contemporaine organisé au même moment à Prague.

L’article consacré au Festival dans l’ouvrage Faites vos jeux. La musique dans les casinos français dirigé par Martin Guerpin et Étienne Jardin (Arles/Paris, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 2024), trouve son prolongement dans Dezède sous la forme d’un dossier reconstituant l’ensemble des dix-sept événements programmés dans ce cadre. Dezède compte ainsi une nouvelle publication augmentée.

Consulter le dossier Festival international de musique de Vichy (1935)

Consulter le dossier Le Ring à Vichy (1935)