Tous les articles par Yannick Simon

Le Festival international de musique de Vichy (1935)

Quelques semaines après avoir programmé une tétralogie en français dont la direction avait été confiée à un chef d’orchestre allemand, le casino de Vichy accueille le festival international de musique organisé dans le cadre du Conseil permanent pour la coopération internationale des compositeurs entre le 1er et le 9 septembre 1935. Placées sous la présidence de Richard Strauss, président de la Reichsmusikkammer (une structure fondée par les nazis), et les vice-présidences du français Albert Roussel et de l’italien Adriano Lualdi, ces manifestations sont en réalité une opération de propagande visant à s’opposer au festival annuel de la Société internationale de musique contemporaine organisé au même moment à Prague.

L’article consacré au Festival dans l’ouvrage Faites vos jeux. La musique dans les casinos français dirigé par Martin Guerpin et Étienne Jardin (Arles/Paris, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 2024), trouve son prolongement dans Dezède sous la forme d’un dossier reconstituant l’ensemble des dix-sept événements programmés dans ce cadre. Dezède compte ainsi une nouvelle publication augmentée.

Consulter le dossier Festival international de musique de Vichy (1935)

Consulter le dossier Le Ring à Vichy (1935)

Yvonne Loriod

Par Peter Asimov

Dans le cadre du projet de recherche en cours de Peter Asimov, Reimagining modernism : Yvonne Loriod and the French Musical Avant-Garde (financé par le Leverhulme Trust, ECF-2021-532), ce nouveau dossier retrace les débuts de la carrière de l’une des pianistes françaises les plus renommées du XXe siècle. Ce dossier se concentre sur les années 1940 et 1950 — c’est-à-dire la période précédant son mariage avec le compositeur Olivier Messiaen en 1961 —, offrant ainsi de nouvelles perspectives sur la carrière prodigieuse et multiforme de cette interprète. Les plus de 350 concerts, radiodiffusions et enregistrements en studio déjà répertoriés dans ce dossier nous aident à comprendre l’envergure de l’activité artistique de Loriod, dont l’ampleur a ensuite été occultée par son association singulière avec Messiaen : Nous découvrons ses activités en tant qu’artiste de radio à travers l’Europe ; son rôle dans la promotion des œuvres de Schoenberg, Webern, Bartók et d’autres auprès de publics variés ; son association avec des festivals de musique nouvelle tels que Darmstadt, Donaueschingen, Musica Viva, Fylkingen, la Société internationale de musique contemporaine et d’autres ; ses tournées à travers la Tunisie, l’Algérie et le Maroc dans les dernières années de l’Empire français ; et bien d’autres choses encore.

La base de données est rendue possible grâce à la richesse des documents d’archives récemment mis à la disposition des chercheurs dans le Fonds Olivier Messiaen-Yvonne Loriod à la Bibliothèque nationale de France. Les archives contiennent des programmes de concerts, des partitions annotées, des agendas personnels et de la correspondance, un ensemble de sources complété de plus par des archives des stations de radio et la presse historique. L’introduction bilingue (français et anglais) qui accompagne le dossier comprend une réflexion méthodologique plus approfondie concernant ces différents types de sources.

Alors que la tendance musicologique à centrer les récits historiques sur des compositeurs et leurs œuvres a été particulièrement forte en ce qui concerne le modernisme d’après-guerre, en se focalisant sur une interprète ce dossier constituerait la base d’un autre paradigme narratif des parcours musicaux de cette époque, illustrant la manière dont des interprètes comme Loriod ont façonné et remodelé leur répertoire à travers le temps et l’espace, chevauchant les genres classiques et contemporains et s’adaptant aux médias en développement constant. Un article sur les résultats détaillés de cette base de données est à venir.

Consulter le dossier Yvonne Loriod

Tannhäuser à Paris (1861)

Un nouveau sous-dossier vient de prendre place dans le dossier « Wagner et la France » de Dezède. Il est consacré aux trois représentations de Tannhäuser à l’Opéra de Paris en mars 1861. On connaît l’importance de cette production dans l’histoire du wagnérisme français. Un an après les trois concerts organisés au Théâtre-Italien par le compositeur lui-même — voir le dossier Wagner au Théâtre-Italien (1860) — cette mise à la scène est la première d’un opéra de Wagner en langue française sur le territoire national — rappelons que Tannhäuser a été donné dans la version allemande à Strasbourg en 1855.

Ce bref sous-dossier ne comprenant que trois événements poursuit trois objectifs. Le premier est d’enrichir le dossier Wagner et la France dans la perspective d’approfondir la connaissance des modes de représentation, de diffusion et de réception des opéras de Wagner sur l’ensemble de l’espace français. Le deuxième est de mettre en ligne la distribution intégrale des représentations, d’insérer les interprètes dans le vaste réseau wagnérien francophone déjà présent sur Dezède. Enfin, le troisième est de relier ce dossier à la collection Wagner : Paris Tannhäuser du site France : Musiques, Cultures (1789-1918).

Plus connu par son acronyme FMC, le site France : Musiques, Cultures (1789-1918) possède des points communs avec Dezède. À ce jour, il contient trente dossiers de presse consacrés à une œuvre, un compositeur, un critique, un lieu ou un genre. Certains de ces dossiers auraient pu trouver place sur Dezède qui, à l’inverse, réunit des ensembles documentaires que France : Musiques, Cultures (1789-1918) aurait pu accueillir même si son principe général ne repose pas sur la chronologie et la base relationnelle qui constituent les atouts majeurs de Dezède.

Réduit à trois événements dont la distribution a été reconstituée à partir du Journal de régie de l’Opéra, le sous-dossier « Tannhäuser à Paris (1861) » ne contient pas un appareil documentaire mais redirige les visiteurs vers les 83 comptes rendus de presse réunis sur le site France : Musiques, Cultures (1789-1918).

La complémentarité entre les deux sites pourrait ne pas s’en tenir à Tannhäuser et l’on peut envisager d’autres mises en relation. Pour s’en tenir à Wagner, espérons qu’elle s’applique à la production de Rienzi au Théâtre-Lyrique en 1870.

Consulter le dossier Tannhäuser à Paris (1861)

Quelques nouvelles des « Orchestres symphoniques français »

Le dossier consacré aux orchestres symphoniques français réunit dorénavant plus de 2 250 événements. Ouvert en 2019 avec l’ambition de constituer un corpus de concerts symphoniques sur une longue période, il s’étend sur deux siècles entre 1828, année de la fondation de la Société des concerts du Conservatoire, et aujourd’hui. Consacré à l’ensemble de l’espace musical français, il intègre des formations parisiennes et des orchestres implantés dans d’autres villes de différentes tailles : Angers, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nancy et Toulouse. Ne pouvant prétendre à l’exhaustivité, il se limite à la première saison de chaque décennie entre 1831-1832 et 2021-2022. Au total vingt saisons. S’il n’est pas encore entièrement accessible, ce dossier peut d’ores et déjà être consulté dans son état actuel.

Mon accueil en délégation CNRS au sein de l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (IRCL — Université Paul Valéry-Montpellier 3) à partir de septembre 2023 m’a permis d’accélérer considérablement la réalisation de ce projet.

Paradoxalement, l’enrichissement du dossier est plus difficile pour les dernières décennies que pour les premières. Les programmes des concerts des sociétés du XIXe siècle et de la première moitié du suivant sont globalement accessibles, soit parce qu’ils ont été archivés par les sociétés elles-mêmes, soit parce qu’ils ont été collectés par des bibliothèques ou des centres d’archives. Au pire, on consultera la presse spécialisée et/ou quotidienne. Il en va tout autrement pour la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale. La presse tend à disparaître tout en consacrant une place moindre aux annonces et comptes rendus des concerts symphoniques. Dans le même temps, les sociétés de concerts ne considèrent plus comme une nécessité la mémoire de leur activité et s’affranchissent de l’archivage des traces de leur existence passée. Loin d’y remédier, la dématérialisation et l’obsolescence des logiciels n’ont fait qu’accentuer ce phénomène.

N’étant pas en soi une finalité, cette base de données s’insère dans un projet plus vaste d’études du répertoire sur la longue durée. La première a porté sur la mélodie française dans le cadre du colloque La mélodie française de Lalo à Poulenc, un siècle d’or ? qui s’est tenu à Paris des 25 et 26 septembre 2023. Prochainement, ce sera le tour de la musique allemande pour un colloque consacré à « Camille Saint-Saëns et les rapports musicaux franco-allemands après 1870 » qui se tiendra à Leipzig du 25 au 27 avril. D’autres études du même type sont en cours de réalisation. In fine, elles aboutiront à la rédaction d’un ouvrage consacré au répertoire des orchestres symphoniques français.

Pour consulter le dossier Orchestres symphoniques français

Les journées de la composition

Par Yannaël Pasquier

Les Journées de la composition comptent parmi les événements marquants de l’histoire récente du Conservatoire — et tout particulièrement fondateurs de l’identité des nouveaux locaux de l’institution, inaugurés en 1990 par François Mitterrand sur le site de la Villette. Festival dévolu à la création des œuvres des étudiants des classes de composition, ces Journées sont, au-delà de l’exposition, un lieu de rencontre avec le monde professionnel : ainsi les orchestres du Conservatoire côtoient des ensembles spécialisés (Court-Circuit, L’itinéraire, Alternance, Cairn ou encore TM+), réunis sous la baguette de chef·fes également spécialistes des répertoires contemporains. Les neuf éditions du festival, de 1994 à 2011 (devenu biennal en 1997), font ainsi entendre plus de 200 œuvres, pour majorité données en création mondiale.

Ce dossier, qui constitue une nouvelle contribution au programme de recherche portant sur l’histoire des représentations données au Conservatoire de Paris, se distingue certes par le répertoire étudié, exclusivement contemporain, mais également par l’originalité de son objet : seul festival régulier organisé par l’institution dans son histoire récente, les Journées de la composition placent la jeune création comme élément constitutif de l’identité de l’école à l’aube du XXIe siècle.

Reconstitués pour l’essentiel à partir de programmes de salles et des archives du service audiovisuel du Conservatoire, la restitution des données des Journées ont permis d’enrichir Dezède de plus d’une centaine d’autorités-individus. La publication du dossier vise notamment à collecter, auprès de ces derniers, davantage de sources témoignant de la préparation, du déroulement et de la réception des concerts.

Consulter le dossier Les Journées de la composition (1994-2011)