Tous les articles par Yannick Simon

Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel

Après les deux dossiers « Le Bolero de Ravel (1928-1945) » (près de 700 événements) et « Maurice Ravel chef d’orchestre (1899-1934) » (77 programmes de concerts), Manuel Cornejo propose un troisième dossier réunissant quatre premières de L’Enfant et les sortilèges, fantaisie lyrique de Maurice Ravel sur un livret de Colette, envisagée dès 1916 et composée entre 1919 et 1925 :

  1. La création mondiale, le 21 mars 1925, à l’Opéra de Monte-Carlo, sous la direction orchestrale de Victor de Sabata, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant — remplaçant Fanny Heldy initialement prévue mais empêchée ;
  2. La première à l’Opéra-Comique le 1er février 1926, sous la direction orchestrale d’Albert Wolff, avec Marie-Thérèse Gauley dans le rôle de l’Enfant ;
  3. La première au Théâtre royal de La Monnaie, le 11 février 1926, sous la direction orchestrale de Léon Molle, avec Livine Mertens dans le rôle de l’Enfant ;
  4. La première à l’Opéra de Paris le 17 mai 1939, sous la direction orchestrale de Philippe Gaubert, avec Jacqueline Courtin dans le rôle de l’Enfant.

Ce dossier tâche réunir le plus grand nombre de comptes rendus de chacune de ces premières, afin de se forger une idée la plus précise possible de la réception de l’œuvre de Maurice Ravel et de Colette.

Tout internaute disposant d’éventuelles sources complémentaires sur ces quatre premières peut nous contacter en vue de leur incorporation à Dezède.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

Consulter le dossier « Les créations de L’Enfant et les sortilèges de Ravel » sur Dezède.

Le second Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, “Le Monde illustré”, 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » est désormais entièrement achevé plus de sept ans après son ouverture en juin 2013. C’est la troisième des quatre parties du vaste chantier que Joann Élart et Yannick Simon consacrent sur Dezède au répertoire du Théâtre des Arts de Rouen des origines à nos jours et qui réunit actuellement (janvier 2021) plus de 16 000 événements. La première partie est dédiée au premier Théâtre des Arts inauguré en 1776 et détruit par le feu en 1876 ; la deuxième au Théâtre Lafayette qui a servi de solution de repli à l’institution entre 1876 et 1882 ; la troisième au bâtiment inauguré en 1882 et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; la quatrième à l’établissement inauguré en 1962 et toujours en activité à ce jour.

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » comporte 9 235 événements. Pour une moitié d’entre eux, ils ont été intégrés dans la base de données par Claire Morvannou grâce à des vacations financées par le CÉRÉdI. L’autre partie a été réalisée par des étudiants dans le cadre de cours du master de Musicologie de l’université de Rouen Normandie entre 2013 et 2020.

Le premier événement, daté du 30 septembre 1882, est celui qui marque l’inauguration de la salle avec, au programme, Les Huguenots, de Meyerbeer, précédés d’une interprétation de l’ouverture de La Dame blanche de Boieldieu. Le dernier, une représentation du Faust de Gounod, est en date du 28 avril 1940. Il précède de quelques jours la fin de la « drôle de guerre » et le début de l’offensive allemande dont l’une des conséquences est la canonnade et l’incendie du Théâtre des Arts le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction.

L’examen global de ce corpus reste à entreprendre. Néanmoins les quinze premières saisons ont fait l’objet d’une étude publiée qui fournit un embryon de grille d’analyse pouvant s’appliquer à l’ensemble de la période — voir la « publication associée » sur la page de présentation.

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/7/

Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Si Marcel Proust vit les balbutiements de l’enregistrement sonore, les salles de concert et l’Opéra restent à son époque les principaux lieux où écouter et réécouter de la musique et donc apprendre à la connaître. En marge de ces manifestations publiques, les salons continuent à offrir un cadre à des auditions musicales et en même temps un moyen non négligeable de se familiariser avec le répertoire et de découvrir compositeurs, œuvres ou interprètes. Ce sont par excellence des lieux de sociabilité dont la fonction, essentielle pour Proust et pour son roman, est bien connue. Pourtant, une fois recensés les salons dans lesquels il a entendu de la musique, il apparaît comme complémentaire de savoir, sources à l’appui, quelles œuvres Proust a véritablement écoutées, quels compositeurs il a découverts et quels interprètes il a pu approcher. On est ainsi fondé à penser que, derrière leur façade mondaine, les salons ont pu contribuer à sa culture musicale et éventuellement à forger ses goûts.

Ce dossier a été réalisé par Myriam Chimènes et s’inscrit dans le prolongement d’un article consacré à ce sujet et publié dans l’ouvrage Musiques de Proust.

Consultez le dossier “ Marcel Proust au concert dans les salons parisiens

Le Bolero de Maurice Ravel

Dezède compte un nouveau et volumineux dossier consacré au Bolero de Maurice Ravel. Ce dossier réunit le plus grand nombre possible de programmes d’exécutions dans le monde entier du Bolero, au concert comme au théâtre, depuis la création de l’œuvre au Théâtre National de l’Opéra de Paris (Palais Garnier), le 22 novembre 1928, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale L’ensemble représente plus de 500 auditions sur cette période, dont plus de 300 du vivant compositeur. Préfiguration d’un vaste ensemble documentaire consacré à Ravel, ce dossier a été réalisé par Manuel Cornejo, éditeur scientifique de l’ouvrage Maurice Ravel : L’intégrale : Correspondance (1895-1937), écrits et entretiens (Paris, Le Passeur Éditeur, 2018) et président-fondateur de l’association des Amis de Maurice Ravel.

Un appel est par ailleurs lancé à toute personne disposant d’informations complémentaires éventuelles sur d’autres programmes avec des auditions du Bolero durant la période considérée (1928-1945), nous pensons par exemple à des auditions en Argentine et au Brésil sous la direction d’Albert Wolff pendant la Seconde Guerre mondiale.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

 Consulter le dossier Le Bolero de Ravel (1928-1945) sur Dezède ainsi que les sous-dossiers Le Bolero de Ravel en France sous l’Occupation et Le Bolero de Ravel aux États-Unis (1929-1945)

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911