Archives de catégorie : Actualité

Dezède à Royaumont : septième résidence et deuxième atelier

La septième résidence du département de Musicologie de l’université de Rouen Normandie à l’abbaye de Royaumont s’est déroulée les 13 et 14 juin 2019.

Réunis pendant deux jours dans la bibliothèque François-Lang et accueillis par Thomas Vernet, trois étudiants (Naomie Charlier, Frédéric Guérin, Claire Morvannou),  Marion Blanc (ingénieure d’étude à l’IRIHS), Joann Élart et Yannick Simon, ont apporté leur contribution au dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) ».

L’objectif poursuivi depuis l’origine et la signature d’une convention entre l’université de Rouen Normandie et la Fondation Royaumont, est de reconstituer l’ensemble des programmes des concerts organisés dans l’abbaye, entre, d’une part, 1936 et les premières manifestations culturelles accueillies par le propriétaire des lieux et son épouse, Henry et Isabel Goüin, et, d’autre part, l’année 1977 marquée par la création du Centre régional de la voix et l’arrivée de Francis Maréchal à la tête de la Fondation. Sous des formes diverses (concerts de La Revue musicale avant la Seconde Guerre mondiale, festival à partir de 1948, saisons musicales et concerts en marge de manifestations culturelles), la musique occupe une place très importante dans l’histoire de la Fondation dont il conviendra, le moment venu, de faire l’histoire. C’est dans cette perspective que se situe le projet de résidence et d’enrichissement progressif du dossier sur Dezède. Cette année a été l’occasion de reconstituer à partir des archives conservées à l’IMEC les quatre dernières saisons musicales à l’Abbaye, de 1974 à 1977. Nous devrions poursuivre ce travail l’an prochain en revenant sur la fin des années 1960.

Au lendemain de la résidence, le 15 juin, s’est tenue la deuxième édition de l’Atelier Dezède, fruit d’une collaboration entre les fondateurs de Dezède et Thomas Vernet qui accueillait aussi ce rendez-vous dans la bibliothèque François-Lang. L’Atelier Dezède réunissait des contributeurs : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Yannick Simon, Denis Tchorek, Patrick Taïeb et Thomas Vernet. La journée a débuté par une intervention de David Fiala venu présenter le volet numérique du CESR de Tours. Cet accueil est le reflet de la volonté affichée des fondateurs de Dezède de tisser des liens avec les autres projets numériques développés dans le domaine de la musicologie. Dans un deuxième temps, des contributeurs, dont certains d’entre eux se rencontraient pour la première fois, ont pu présenter des projets scientifiques achevés ou en cours de réalisation : une réflexion sur les notions d’emploi et de troupe qui restent à modéliser dans Dezède, par Patrick Taïeb et Benjamin Frouin ; le projet SpectaNum par Marion Blanc ; le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen et le traitement des spectacles de danse dans Dezède par Naomie Charlier ; le dossier des spectacles à Paris pour une approche de moissonnage en masse par Joann Élart ; les orchestres symphoniques en France par Yannick Simon.

L’objectif était avant tout de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Comme l’an dernier, il n’a malheureusement pas été possible de consacrer du temps au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français. Ce sujet sera abordé au cours de la troisième édition déjà programmée en juin 2020.

Enfin, cette édition 2019 a clôturé sur le franchissement du ruisseau de Royaumont,  réalisé avec brio par Naomie Charlier !

 

Consulter le dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) » sur Dezède

Offenbach au Théâtre des Arts de Rouen (1858-1914)

Dezède compte un nouveau dossier consacré aux ouvrages lyriques de Jacques Offenbach (1819-1880) représentés au Théâtre des Arts de Rouen avant la Première Guerre mondiale. Entre le 9 février 1858 (avant même le succès d’Orphée aux enfers créé à Paris au théâtre des Bouffes-Parisiens le 21 octobre de la même année) et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, 368 événements du Théâtre des Arts de Rouen incluent au moins une œuvre de Jacques Offenbach. Si le nombre peut paraître important, il n’en reste pas moins modeste à l’échelle d’une période qui s’étend sur plus d’un demi-siècle. En moyenne,  la programmation du Théâtre des Arts comporte chaque année six représentations d’une œuvre d’Offenbach. Au regard du succès rencontré par le compositeur dans les théâtres parisiens, ce nombre semble faible mais il place Offenbach parmi les compositeurs les plus souvent programmés au Théâtre des Arts de Rouen.

Ce dossier a été réalisé dans la perspective du colloque Jacques Offenbach, musicien européen dont les deux journées françaises se tiendront à l’Opéra-Comique les 21 et 22 juin 2019.

> Consulter le dossier sur Dezède

> Consulter le programme du colloque

Atelier Dezède #2 (Royaumont, 15 juin 2019)

Samedi 15 juin 2019
Abbaye de Royaumont – Bibliothèque musicale François Lang
L’équipe Dezède organise son deuxième atelier à destination des chercheurs et des contributeurs de Dezède.
La journée commencera par une intervention de David Fiala qui nous présentera le programme Ricercar, un environnement numérique en musicologie. Nous croyons effectivement important de proposer aux contributeurs de Dezède une ouverture vers d’autres projets numériques dans le domaine de la musicologie.
Dans un deuxième temps, chacun des contributeurs disposera d’une quinzaine de minutes pour présenter un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs.
La troisième partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède et de répondre aux interrogations des utilisateurs.
La fin de la journée sera consacrée au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français.
Les intervenants : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Gabriela Elgarrista, David Fiala, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Maxime Margollé, Claire Morvannou, Yannick Simon, Patrick Taïeb, Denis Tchorek, Thomas Vernet

Un nouveau dossier : La création française de Siegfried à Rouen en 1900

Ce nouveau dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » rassemble les dix représentations de cet opéra de Richard Wagner (1813-1883) au Théâtre des Arts de Rouen entre le 17 février et le 25 mars 1900. Il inclut aussi la répétition générale du 15 février. La représentation du 17 février 1900 est la création française de Siegfried, la première en français ayant été donnée à Bruxelles, au théâtre de la Monnaie, le 12 janvier 1891. La chronologie des représentations est complétée par un important dossier de presse.

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, en France, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France. Le succès remporté par Lohengrin en février 1891 à Rouen s’inscrit dans le cadre d’une « offensive » wagnérienne qui voit, en quelques semaines, l’opéra porté à la scène à Rouen (7 février), à Angers et Nantes (21 février), à Lyon (26 février), à Bordeaux (31 mars), à Toulouse (5 mai) et à Bayonne (4 juin). Le 16 juin 1891, Lohengrin fait son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris. Dès lors, l’œuvre de Wagner s’installe sur les scènes françaises : le 4 avril 1892, pour la première fois depuis l’échec des représentations de 1861 à l’Opéra, Tannhäuser est donné en France, à Lyon ; la création française du Vaisseau fantôme a lieu à Lille le 28 janvier 1893, celle de La Walkyrie à l’Opéra de Paris le 12 mai 1893, celle de Tristan et Isolde à Monaco le 23 mars 1893. Le 17 février 1900, c’est au tour de Siegfried d’être donné en création française, au Théâtre des Arts de Rouen.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique de la session 2018-2019

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a fait l’objet d’une nouvelle session malgré sa fin annoncée en 2017 dans ce même Carnet Dezède.

Le retour sur ce dossier est dû à la découverte d’un document conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen sans être mentionné dans son catalogue en ligne — c’est dorénavant le cas. Il s’agit d’un livre de souvenirs confectionné par le directeur du Théâtre des Arts de Rouen en 1900, Raoul François. Ce recueil factice est presque similaire à celui réalisé par le chanteur Paul Stuart mais il contient des comptes rendus de presse supplémentaires.

À l’image des précédentes, cette session poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été commencé en 2016. La transcription des articles contenus dans les livres de souvenirs du chanteur Paul Stuart et du directeur Raoul François conservés à la bibliothèque municipale de Rouen est achevée. Seuls manquent quelques articles dont la localisation ou la consultation s’est avérée impossible pour le moment. Le second objectif consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Victor Renneville.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède