Archives de catégorie : Actualité

Le Bolero de Maurice Ravel

Dezède compte un nouveau et volumineux dossier consacré au Bolero de Maurice Ravel. Ce dossier réunit le plus grand nombre possible de programmes d’exécutions dans le monde entier du Bolero, au concert comme au théâtre, depuis la création de l’œuvre au Théâtre National de l’Opéra de Paris (Palais Garnier), le 22 novembre 1928, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale L’ensemble représente plus de 500 auditions sur cette période, dont plus de 300 du vivant compositeur. Préfiguration d’un vaste ensemble documentaire consacré à Ravel, ce dossier a été réalisé par Manuel Cornejo, éditeur scientifique de l’ouvrage Maurice Ravel : L’intégrale : Correspondance (1895-1937), écrits et entretiens (Paris, Le Passeur Éditeur, 2018) et président-fondateur de l’association des Amis de Maurice Ravel.

Un appel est par ailleurs lancé à toute personne disposant d’informations complémentaires éventuelles sur d’autres programmes avec des auditions du Bolero durant la période considérée (1928-1945), nous pensons par exemple à des auditions en Argentine et au Brésil sous la direction d’Albert Wolff pendant la Seconde Guerre mondiale.

Contact : amisdemauriceravel@gmail.com

 Consulter le dossier Le Bolero de Ravel (1928-1945) sur Dezède ainsi que les sous-dossiers Le Bolero de Ravel en France sous l’Occupation et Le Bolero de Ravel aux États-Unis (1929-1945)

Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède

Berlioz et Paris (1803-2019)

« Il n’y a au monde que Paris […] ». Voici ce que dit Hector Berlioz dans une lettre à son père en 1846. Paris, capitale administrative mais aussi culturelle, est un passage obligé dans la formation et la vie d’un compositeur.  Dans le cadre du 150e anniversaire de la mort de Berlioz, un colloque international est organisé autour du rôle qu’a joué Paris dans la vie du musicien. Il aura lieu du 10 au 12 décembre dans trois institutions parisiennes : le Petit Palais, l’Académie des Beaux-Arts et l’INHA (Institut national d’histoire et d’art). Les communications s’intéressent non seulement au rapport entre Berlioz et la capitale de son vivant mais aussi aux célébrations et à la vie de ses œuvres après son décès en 1869.

> Consulter le programme du colloque.

> Consulter l’autorité de Berlioz dans Dezède.

Grandeur et vicissitudes de la direction d’Opéra

Colloque à l’Opéra Comique, 21 et 22 novembre 2019

ll n’y a jamais eu un profil spécifique pour diriger un opéra. Prendre la tête d’une institution, ce n’est pas forcément une vocation, mais plutôt le sentiment d’une nécessité pour faire évoluer les spectacles, ou une opportunité dans une carrière plurielle. L’entrepreneur, l’interprète, le musicien, le metteur en scène sont ainsi amenés à composer avec le public, les artistes, et surtout avec l’économie de cet art coûteux… et politique. En cette saison 2019 de l’Opéra Comique, où figurent Favart, Adam, Offenbach, Carré mais aussi Lully, Durazzo, etc., penchons-nous sur ces destins singuliers qui ont façonné l’histoire de l’opéra en Europe.

Programme

JEUDI 21 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : L’Opéra Comique au XVIIIe siècle

Ouverture par Jean-Claude Yon : Au cœur du monde lyrique, les directeurs d’opéra

Bertrand Porot (Université de Reims) : La co-direction de l’Opéra-Comique par Jean Monnet et Charles Favart dans les années 1740

Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université et IReMus) : Jean Monnet à Lyon (1745-1747) : histoire d’une déconfiture financière

Emanuele De Luca (Université Côte d’Azur – CTEL) : La direction de la Comédie-Italienne de Paris entre XVIIe et XVIIIe siècle.

  • 14h30-17h30 : Une fonction semée d’embûches

Joann Élart (Université de Rouen) : Diriger jusqu’à la mort : le cas de l’infortuné Louis Michu à Rouen

Patrick Taïeb et Coralie Grandjean (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Les directeurs de l’Opéra de Montpellier pendant le Second Empire

Sabine Teulon-Lardic (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : À la conquête de nouveaux publics d’opéra au boulevard du Temple : Adolphe Adam à l’Opéra National (1847-1848)

Jean-Christophe Branger (Université de Lyon 2) : La résurrection éphémère du Théâtre-Lyrique à l’Eden-Théâtre sous la direction d’Henry Verdhurt : une « débâcle théâtrale » ?

VENDREDI 22 NOVEMBRE

  • 10h-13h00 : Diriger l’Opéra Comique au XIXe siècle

Maxime Margollé (ESPE de Lille) : Un pour tous, tous pour un : l’Opéra-Comique en société aux XVIIIe et XIXe siècles

Roxane Martin (Université de Lorraine) : Pixerécourt, directeur de l’Opéra Comique (1824-1827)

Frédéric Guérin (Université de Rouen) : L’Opéra-Comique en 1862 sous la direction d’Émile Perrin

Lesley Wright (University of Hawai‘i at Mānoa) : Carvalho et l’utilisation de la presse à des fins publicitaires (1876-1887)

  • 14h30-17h00 : Réinventer la direction d’opéra

Michela Niccolai (Sorbonne Université) : Albert Carré, directeur de théâtre entre XIXe et XXe siècles

Claire Paolacci (Sorbonne Université) : Albert Carré : un directeur parangon ou épigone de Jacques Rouché ?

Rencontre et discussion avec Olivier Mantei, directeur de l’Opéra Comique

Dezède à Royaumont : septième résidence et deuxième atelier

La septième résidence du département de Musicologie de l’université de Rouen Normandie à l’abbaye de Royaumont s’est déroulée les 13 et 14 juin 2019.

Réunis pendant deux jours dans la bibliothèque François-Lang et accueillis par Thomas Vernet, trois étudiants (Naomie Charlier, Frédéric Guérin, Claire Morvannou),  Marion Blanc (ingénieure d’étude à l’IRIHS), Joann Élart et Yannick Simon, ont apporté leur contribution au dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) ».

L’objectif poursuivi depuis l’origine et la signature d’une convention entre l’université de Rouen Normandie et la Fondation Royaumont, est de reconstituer l’ensemble des programmes des concerts organisés dans l’abbaye, entre, d’une part, 1936 et les premières manifestations culturelles accueillies par le propriétaire des lieux et son épouse, Henry et Isabel Goüin, et, d’autre part, l’année 1977 marquée par la création du Centre régional de la voix et l’arrivée de Francis Maréchal à la tête de la Fondation. Sous des formes diverses (concerts de La Revue musicale avant la Seconde Guerre mondiale, festival à partir de 1948, saisons musicales et concerts en marge de manifestations culturelles), la musique occupe une place très importante dans l’histoire de la Fondation dont il conviendra, le moment venu, de faire l’histoire. C’est dans cette perspective que se situe le projet de résidence et d’enrichissement progressif du dossier sur Dezède. Cette année a été l’occasion de reconstituer à partir des archives conservées à l’IMEC les quatre dernières saisons musicales à l’Abbaye, de 1974 à 1977. Nous devrions poursuivre ce travail l’an prochain en revenant sur la fin des années 1960.

Au lendemain de la résidence, le 15 juin, s’est tenue la deuxième édition de l’Atelier Dezède, fruit d’une collaboration entre les fondateurs de Dezède et Thomas Vernet qui accueillait aussi ce rendez-vous dans la bibliothèque François-Lang. L’Atelier Dezède réunissait des contributeurs : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Yannick Simon, Denis Tchorek, Patrick Taïeb et Thomas Vernet. La journée a débuté par une intervention de David Fiala venu présenter le volet numérique du CESR de Tours. Cet accueil est le reflet de la volonté affichée des fondateurs de Dezède de tisser des liens avec les autres projets numériques développés dans le domaine de la musicologie. Dans un deuxième temps, des contributeurs, dont certains d’entre eux se rencontraient pour la première fois, ont pu présenter des projets scientifiques achevés ou en cours de réalisation : une réflexion sur les notions d’emploi et de troupe qui restent à modéliser dans Dezède, par Patrick Taïeb et Benjamin Frouin ; le projet SpectaNum par Marion Blanc ; le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen et le traitement des spectacles de danse dans Dezède par Naomie Charlier ; le dossier des spectacles à Paris pour une approche de moissonnage en masse par Joann Élart ; les orchestres symphoniques en France par Yannick Simon.

L’objectif était avant tout de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Comme l’an dernier, il n’a malheureusement pas été possible de consacrer du temps au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français. Ce sujet sera abordé au cours de la troisième édition déjà programmée en juin 2020.

Enfin, cette édition 2019 a clôturé sur le franchissement du ruisseau de Royaumont,  réalisé avec brio par Naomie Charlier !

 

Consulter le dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) » sur Dezède