Archives de catégorie : Amis

France: Musiques, Cultures, 1789-1918 (FMC)

La prochaine conférence annuelle de « France : Musiques, Cultures, 1789-1918 », nouvel intitulé du projet Francophone Music Criticism, se tiendra les 6 et 7 juillet 2018 à la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

Friday 6 July

9h30     Welcome and Coffee

9h50     Introduction: Katharine Ellis & Mark Everist

10h20-12h30     Musiques et pratiques religieuses en France au XIXe siècle

Chair: Katharine Ellis

Vincent Rollin : La presse comme source sur les dispositifs musicaux et programmes de cérémonies funèbres catholiques.

Amélie Dubreuil-Porret : Cartographie des réseaux de connexions entre les différents acteurs et institutions en lien avec la question de la restauration de la musique d’église.

Fanny Gribenski : Les Mois de Marie : des cérémonies ubiquitaires mais invisibles

14h–16h    Concert life and amateur music-making

Chair: Yannick Simon

Jennifer Walker: The Trocadéro as ‘Secular Cathedral’: The Concerts officiels at the 1900 Exposition Universelle de Paris

Stefan Keym: La Belle Époque des concerts symphoniques : pour une recherche comparative internationale

Elise Van Schingen: Presse et sociétés musicales: la Belgique à la Belle Epoque

16h Pause

16h2017h30     Musique militaire

Chair: Mark Everist

Thierry Bouzard: 1845. L’armée française met au point l’orchestre de plein air.

Laure Schnapper: Fernand Halphen (1872-1917) : un Prix de Rome transformé en chef de musique pendant la Grande guerre

Saturday 7 July

9h15–11h10     Music during WWI

Barbara Kelly: Remembering, forgetting and recovering memories: Jane Bathori’s musical action during the Great War.

Tristan Paré-Morin: The Politics of Nostalgic Waltzes in Wartime Paris

Brian Thompson: France, Music & War, as Read in the Pages of the Le Passe-temps (1914-1918)

11h10 Break/tea/coffee

11h3013h     Music and the dramaturgy of (male) emotion and (female) action in early nineteenth-century French melodrama

Chair and respondent: Diane Tisdall

Jens Hesselager: Music, Melodrama and Women in Stage Fights

Sarah Burdett: Women and Masculine Agency in British Adaptations of Pixerécourt’s Melodramas

14h30–16h40     Cultural transfer and transnational opera

Chair and introduction: Clair Rowden ­– presentation of CarmenAbroad.org with Michela Niccolai

Jann Pasler: Globalizing music history through women’s work: Female theater directors in the French empire, 1890-1910

Tatiana Santiago: La Schola Cantorum et Joaquín Turina: l’influence de la France sur la régénération musicale espagnole.

Guilia Giovani: «L’édifice s’élève, il faut le remplir». Napoleon’s Italian Campaigns to enrich the Paris Conservatoire library (1796-1803)

16h40 Pause

17h18h15     Music and Culture in the July Monarchy

Meagan Mason: July Monarchy Salons as Networking Events for the Professional Musician

Shaena Weitz: Henri Herz and the Gazette musicale: Propaganda and the “Truthiness” of Deceit

Musicologie et humanités numériques

Questions sémiotiques, enjeux épistémologiques et disciplinaires

L’IReMus (Institut de recherche en musicologie) et le LabEx OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) organisent un workshop consacré aux Humanités numériques en musicologie en lien avec les programmes numériques de l’IReMus. Cette journée d’étude proposée par Anne Piéjus (CNRS, IReMus, OBVIL) et Thomas Soury (OBVIL) aura lieu le jeudi 18 janvier à la Maison de la recherche (rue Serpente 75006, Paris, salle D116)1.

> Téléchargez le programme de la journée

  1. Pour des questions de sécurité et de place (la salle ne pouvant contenir qu’une quarantaine de personnes), il est impératif de s’inscrire à l’adresse musicologie.numérique@gmail.com avant le 17 janvier. []

Histoire du spectacle vivant, XIXe-XXIe siècles, saison 2017-2018

Séminaire du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC / UVSQ) sous la direction de Jean-Claude Yon et de Graça Dos Santos

Paris, Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque nationale de France, 71 rue de Richelieu (lundi, 17h30-19h)

Lithographie en couleur imprimée en 1890
Bibliothèque nationale de France, [ENT DN-1 (APPEL,F./16)-ROUL
6 novembre 2017 > Isabelle Moindrot, Les auctorialités d’un dramaturge à succès : le cas de Victorien Sardou

4 décembre > Delphine Aebi, Le scandale au théâtre des années 1940 aux années 1960

8 janvier 2018 > Isabelle Barbéris, Choisir, sélectionner, éliminer, jouer ? Mise en scène du public décisionnaire et fictions démocratiques de Henri Pousseur à Roger Bernat

5 février > Yannick Simon, Représentation et réception de Lohengrin en province à la fin du XIXe siècle

5 mars > Julie Sermon, Partition(s) : objet et concept des pratiques scéniques (XXe-XXIe siècles)

9 avril > Amélie Grégorio, Un « barbare » devenu héros : Abd-el-Kader sur les planches au XIXe siècle

14 mai > Martin Laliberté, Les archives de la mise en scène Spectacles populaires et culture médiatique 1870-1950

4 juin > Claude Schopp, Alexandre Dumas fils, collectionneur à contre-courant

> Programme détaillé du séminaire

Hugo et Dumas comme vous ne les avez jamais vus… et entendus !

Des extraits de Lucrèce Borgia (Hugo, 1832) et de La Tour de Nesle (Dumas, 1833) seront présentés avec les musiques originales de Louis-Alexandre Piccinni, lors d’un spectacle exceptionnel le jeudi 18 mai 2017 à 20h30 à la Bibliothèque Paul Marmottan (Boulogne-Billancourt). Ce spectacle fait partie du colloque La musique de scène dans le théâtre parlé de Diderot à Hugo (dir. Olivier Bara, Solveig Serre et Patrick Taïeb, 18-20 mai 2017) qui réunit pendant trois jours des chercheurs et des universitaires, spécialistes d’histoire de l’art dramatique des Lumières au Romantisme. Sa vocation est d’expérimenter et de montrer la rencontre du texte théâtral avec les musiques que les auteurs avaient utilisées au moment de la création.

Cette expérimentation modeste fait venir à l’esprit des considérations infinies concernant la difficulté d’opérer la rencontre du son, du texte, du geste, de l’accessoire, du costume et du décor. Elle ouvre un champ aux investigations sur la collaboration entre les créateurs et sur l’organisation de la production théâtrale à l’époque d’Hugo et de Dumas. Elles éclairent également le statut du texte monument diffusé par les éditions scolaires ou savantes et sa distance avec le texteévénement utilisé pour les premières représentations. Les textes utilisés ce soir sont l’édition Calmann Lévy des Œuvres complètes de Dumas datant de 1883 et la 2e édition Renduel, annotée par le régisseur du théâtre en 1833 suivant les intentions de Victor Hugo, pour Lucrèce Borgia. Le travail de répétition a été accompli avec une réduction pour le piano de la partition d’orchestre reconstitué d’après les sources montpelliéraines, puis qui a été arrangée pour un quatuor composé d’un piano, d’une flûte, d’un violon, d’un violoncelle.

Ces musiques sont l’œuvre du petit-fils illégitime de Nicolò Piccinni, Louis Alexandre Piccinni, compositeur génial et inspiré – sorte d’Ennio Morricone du théâtre romantique –, auteur de plus de 180 musiques de scène pour les théâtres secondaires parisiens entre 1800 et 1840, et pour des auteurs aussi divers que Victor Hugo, Alexandre Dumas, Guilbert de Pixérécourt, Victor Ducange, Anicet Bourgeois ou Frédérick Lemaître. Abandonnées ou remplacées depuis la fin du XIXe siècle, les partitions de La Tour de Nesle et de Lucrèce Borgia étaient considérées comme perdues et n’étaient encore connues que grâce à des documents très fragmentaires conservés au département de la musique de la Bibliothèque Nationale de France.

En 2012, à l’occasion d’un séminaire musicologique dédié aux musiques de scène à l’Université de Paul Valéry Montpellier 3, Benoît Louriou et Fernando Morrison font coup sur coup la découverte dans les fonds publics de la ville de Montpellier de lots complets de matériels d’orchestre de ces deux ouvrages emblématiques de la naissance du drame romantique au Théâtre de la Porte Saint Martin. Ce sont ces sources uniques qui sont utilisées dans le spectacle.

Les partitions étaient conçues pour un orchestre dont la nomenclature et l’effectif sont ceux de la cinquième symphonie de Beethoven, c’est-à-dire qu’elles requéraient une cinquantaine de musiciens et conviaient l’orchestre symphonique complet des années 1830. Pour des raisons budgétaires, il n’a pas été possible de monter une pièce en entier ni de réunir un dispositif musical aussi ambitieux. Les organisateurs du colloque et les artistes ont souhaité cependant en présenter des extraits pour l’intérêt de nos débats mais aussi dans l’intention de susciter la curiosité, avec l’espoir que ces moyens pourraient être réunis un jour et aboutir à une restitution intégrale. [Communiqué de Patrick Taïeb]

> Téléchargez l’affiche du spectacle.

> Lisez un article plus développé sur cette redécouverte et ce spectacle, publié dans le DIT en avril 2017.

> Alexandre Piccinni dans Dezède.

Illustration : Vue de la Tour de Nesle par Albert Lenoir (1801-1891), Bibliothèque de l’INHA, Don André Lenoir.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Hugo et Dumas comme vous ne les avez jamais vus… et entendus ! », Carnet Dezède, 17/05/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/489

DICTECO, le Dictionnaire des écrits de compositeurs

Une nouveauté dans le paysage des humanités numériques : https://dicteco.huma-num.fr/

dictecoDicteco est une application contributive créée par Emmanuel Reibel en collaboration avec Michel Duchesneau, Valérie Dufour et le réseau international d’étude sur les écrits de compositeurs.

Elle est dédiée aux écrits de compositeurs. Ses objectifs sont les suivants : recenser les écrits de compositeurs ; répertorier les numérisations existantes d’écrits de compositeurs ; présenter les écrits de compositeurs sous forme de notices de dictionnaire ; éditer des corpus rares.

Emmanuel Reibel présentera Dicteco le 10 juillet 2017 à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris dans le cadre des rencontres du groupe Francophone Music Criticism.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur Dicteco !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « DICTECO, le Dictionnaire des écrits de compositeurs », Carnet Dezède, 03/02/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/460