Archives de catégorie : Actualité

Un nouveau dossier : La création française de Siegfried à Rouen en 1900

Ce nouveau dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » rassemble les dix représentations de cet opéra de Richard Wagner (1813-1883) au Théâtre des Arts de Rouen entre le 17 février et le 25 mars 1900. Il inclut aussi la répétition générale du 15 février. La représentation du 17 février 1900 est la création française de Siegfried, la première en français ayant été donnée à Bruxelles, au théâtre de la Monnaie, le 12 janvier 1891. La chronologie des représentations est complétée par un important dossier de presse.

La création française de Siegfried à Rouen le 17 février 1900 vient conclure une décennie marquée par un engouement pour les œuvres de Wagner que la France n’avait pas encore connu. Au cours de cette période, en France, l’œuvre de Richard Wagner rencontre effectivement un succès important dont la ville de Rouen avait été à l’origine. De fait, après le retentissant échec de Lohengrin à l’Éden-Théâtre en 1887, c’est à Rouen qu’un opéra de Wagner est porté à la scène pour la première fois en France. Le succès remporté par Lohengrin en février 1891 à Rouen s’inscrit dans le cadre d’une « offensive » wagnérienne qui voit, en quelques semaines, l’opéra porté à la scène à Rouen (7 février), à Angers et Nantes (21 février), à Lyon (26 février), à Bordeaux (31 mars), à Toulouse (5 mai) et à Bayonne (4 juin). Le 16 juin 1891, Lohengrin fait son entrée au répertoire de l’Opéra de Paris. Dès lors, l’œuvre de Wagner s’installe sur les scènes françaises : le 4 avril 1892, pour la première fois depuis l’échec des représentations de 1861 à l’Opéra, Tannhäuser est donné en France, à Lyon ; la création française du Vaisseau fantôme a lieu à Lille le 28 janvier 1893, celle de La Walkyrie à l’Opéra de Paris le 12 mai 1893, celle de Tristan et Isolde à Monaco le 23 mars 1893. Le 17 février 1900, c’est au tour de Siegfried d’être donné en création française, au Théâtre des Arts de Rouen.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique de la session 2018-2019

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a fait l’objet d’une nouvelle session malgré sa fin annoncée en 2017 dans ce même Carnet Dezède.

Le retour sur ce dossier est dû à la découverte d’un document conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen sans être mentionné dans son catalogue en ligne — c’est dorénavant le cas. Il s’agit d’un livre de souvenirs confectionné par le directeur du Théâtre des Arts de Rouen en 1900, Raoul François. Ce recueil factice est presque similaire à celui réalisé par le chanteur Paul Stuart mais il contient des comptes rendus de presse supplémentaires.

À l’image des précédentes, cette session poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été commencé en 2016. La transcription des articles contenus dans les livres de souvenirs du chanteur Paul Stuart et du directeur Raoul François conservés à la bibliothèque municipale de Rouen est achevée. Seuls manquent quelques articles dont la localisation ou la consultation s’est avérée impossible pour le moment. Le second objectif consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Victor Renneville.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

Victor Renneville, « La création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900 »

Richard Wagner a eu une relation compliquée avec la France. Dès 1839 le compositeur cherche à se produire à Paris, capitale musicale et culturelle de l’Europe, mais se heurte à des échecs successifs. Vingt ans après ses premières tentatives et malgré une popularité grandissante dans toute l’Europe, la création en 1861 de Tannhäuser à l’opéra de Paris fait scandale, provoquant une scission dans l’opinion publique : s’opposent dès lors wagnériens et anti-wagnériens. De fait, ses œuvres exigent des conditions de représentation particulières (comme l’obscurité totale de la salle), qui bousculent les conventions auxquelles le public est habitué. Ces changements et le style singulier et novateur de Wagner ne facilitent pas son intégration dans le paysage musical français. Des difficultés qui s’accroissent en 1870 lorsque la guerre opposant la France à la Prusse fait du personnage de Wagner un ennemi national. Le compositeur devient non seulement un musicien controversé mais aussi un symbole politique : pour ou contre la Prusse, traître ou non à la patrie française. Si le succès grandissant de Richard Wagner dans les autres pays finit par conquérir la France en 1891, c’est néanmoins après que le chef d’orchestre Charles Lamoureux eut essuyé un nouvel échec en montant Lohengrin à l’Eden-Théâtre, en 1887.

C’est en effet en 1891 que la France s’ouvre positivement à Wagner : le 7 février le Théâtre des Arts de Rouen monte Lohengrin, qui connaît un succès fulgurant. Des Parisiens se déplacent et le plus grand soin est pris par les organisateurs pour que la représentation se passe au mieux : la première date a été en ce sens reportée d’une semaine pour plus de perfection dans le travail. Lohengrin est joué vingt-sept fois pendant trois mois, une longévité et un succès qu’aucune autre représentation de Wagner en France n’a jamais connu ni suscité jusqu’alors. Fort de ce succès, le Théâtre des Arts de Rouen compte entretenir cet intérêt du public pour les œuvres de Wagner, à commencer par Lohengrin qui reste au répertoire pendant plusieurs saisons. En 1896 le Théâtre des Arts propose Le Vaisseau fantôme et, un an plus tard, Tannhäuser. Les opéras de Wagner sont ainsi joués soixante-trois fois entre 1891 et 1897, ce qui montre un réel engouement du public rouennais et une belle réussite pour un théâtre de province. L’Opéra de Paris, dans le prolongement de ce succès, donne la première représentation de Lohengrin seulement sept mois après la première rouennaise. Le Théâtre des Arts de Rouen montre dans ses reprises des opéras de Wagner une grande qualité, tant du point de vue organisationnel qu’artistique. Il faut souligner que ce haut niveau de représentation, de surcroît en province, est atteint grâce à un public qui a su s’enthousiasmer et accepter des œuvres nouvelles et différentes.

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 se fait dans la continuité des précédents succès du Théâtre des Arts. Le spectacle bénéficie d’une appréciation très enthousiaste et positive de la part du public comme des critiques. Parmi les nombreux comptes rendus parus dans la presse, celui du Monde musical (mercredi 28 février 1900) montre à quel point la réception de la création française est positive :

Il vient d’être fait au Théâtre des Arts de Rouen un effort inouï dont le résultat a été le plus grand triomphe et le plus grand enthousiasme que puisse provoquer l’admiration du drame de Wagner et de son interprétation. Reconnaissons avec bonheur la victoire qu’une belle œuvre, encore inconnue chez nous, vient de remporter ; accueillons-la sans nous retenir de l’emballement qu’elle est susceptible de nous donner et crions bravo et courage à ceux dont les efforts consciencieux et sincères ont produit la grande manifestation d’art à laquelle nous venons d’assister.

La présence de nombreuses personnalités confirme l’ampleur de l’événement. Le public est notamment composé de M. Leygues, ministre des Beaux-Arts et de l’Instruction publique, de M. Cartier, maire de Rouen accompagné de ses trois adjoints, de M. Mastier, préfet de la Seine-Inférieure, de M. Ricard, député, et du général Gallimard. Le public compte encore de nombreux autres militaires venant s’ajouter aux habitants de Rouen mais aussi de Paris. Le déplacement de M. Leygues montre l’intérêt qu’il porte aux tentatives de décentralisation artistique. La représentation bénéficie certes du rayonnement national qu’une telle création peut engendrer, mais dispose toutefois de moyens relativement modestes, ce que le directeur du théâtre, M. Raoul François, s’est employé à pallier. Il a pris un soin particulier à faire paraître des guides à l’attention du public et à mettre en place des navettes depuis Paris pour les amateurs de la capitale. Le succès est bel et bien au rendez-vous, le public ovationnant chaleureusement orchestre et interprètes au terme du spectacle. L’orchestre, dirigé par Auguste Amalou, présente une formation de musiciens moins importante que celle prévue par le compositeur (environ 60 musiciens contre 125), mais n’a pas démérité et obtenu les honneurs de la critique. Les chanteurs et comédiens ont fait un très bel effort d’interprétation, tant vocal que théâtral. La carrière du jeune ténor Charles Dalmorès est lancée à la suite de cette création, et on peut le penser, de façon légitime eu égard aux qualités requises pour un tel rôle. Celui de Mime, incarné par Paul Stuart, fait bonne impression. Il faut remarquer que les conditions de représentation ne sont pas les mêmes que de nos jours : décors et costumes sont les plus réalistes possibles. Ils sont également salués par la critique. Dans le même ordre d’idée, la mise en scène de Siegfried est d’autant plus fidèle aux prescriptions du compositeur, que l’aval de sa femme, Cosima Wagner, avait dû être demandé pour autoriser cette création française.

Siegfried à Rouen en 1900 est ainsi marqué par un succès retentissant : présence de personnages officiels, événement de portée nationale, palmes académiques décernées à certains interprètes, public et critiques conquis. Il ne faut pas négliger le contexte historique et le rapport qu’entretient encore à ce moment la France avec le wagnérisme, marqué par un rejet politique ou par celui du caractère novateur des œuvres. De ce point de vue la création de Siegfried est d’autant plus une réussite qu’elle est une nouvelle étape dans l’apaisement et l’évolution positive du public français pour les opéras de Wagner. Cette création au  succès de grande ampleur montre également que les théâtres de province, sans être capables du faste et du luxe des représentations parisiennes, peuvent prétendre à des représentations artistiques de haut niveau, reconnu par le public, sans oublier les organisateurs, que les recettes de tels succès ne devaient probablement pas manquer de réjouir.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

Dezède accueille son premier stagiaire

Inscrit à l’université de Caen Normandie en Master 2 Arts, Lettres et Civilisations parcours Cinéma option Archives, Jérémy Marino est le premier stagiaire du projet Dezède. Pendant un mois, il va découvrir et s’approprier le portail pour commencer à y développer un dossier en lien étroit avec le projet SpectaNum. Lors d’un précédent stage au Théâtre de Caen, il avait en effet réalisé un répertoire des spectacles donnés dans cette institution entre 2006 et 2018. Le cadre de son stage est donc l’occasion de reprendre une partie de ce travail pour constituer sur Dezède un dossier des concerts de l’Orchestre régional de Normandie au Théâtre de Caen.

> Consulter le dossier L’Orchestre régional de Normandie au Théâtre de Caen (2006-2019) sur Dezède.

Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Ce nouveau dossier sur Dezède réunit l’ensemble des programmes des quarante-trois séances organisées par la Société des concerts populaires du Havre entre 1892 et 1913. Sa publication s’inscrit en complément d’un article de Yannick Simon intitulé « La circulation du modèle des concerts populaires à travers l’exemple du Havre (1892-1913) » (Nouvelles perspectives sur les spectacles en province (XVIIIe-XXe siècle), Joann Élart et Yannick Simon (dir.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et Le Havre, 2018, p. 81-90.)

Le mouvement des concerts populaires initié par Jules Pasdeloup en 1861 se répand dans l’ensemble de la France dans les décennies suivantes. Il trouve un accomplissement tardif au Havre où une Société des concerts populaires voit le jour en 1892. La présidence d’honneur en est confiée au maire de la ville et au compositeur Vincent d’Indy. L’un de ses élèves, Jean Gay, par ailleurs chef de la musique du 119e régiment installé au Havre, en assure la direction. Active entre 1892 et 1901, la société est ensuite mise en sommeil pour une période de dix ans. Elle renaît de ses cendres en 1912 pour une ultime série de six concerts — le dernier a lieu le 11 avril 1913. D’obédience d’indyste, la société ne fait pas du répertoire classique sa priorité. Elle lui préfère les extraits d’œuvres de Wagner et la musique française. Les programmes de la Société des concerts populaires du Havre témoignent d’une ouverture et d’une activité musicale moins atone qu’il n’y paraît sur le territoire français au tournant du siècle.

La reconstitution des programmes repose sur le dépouillement de plusieurs périodiques locaux : La Cloche illustrée (1891-1913), Courrier du Havre (1891-1901), Journal du Havre (1891-1913), Le Havre (1891-1913), Le Petit Havre (1898-1913). Toutes les sources sont mentionnées sans avoir fait l’objet d’une transcription.

Consulter le dossier Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Consulter le site Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les concerts populaires au Havre (1892-1913) », Carnet Dezède, 09/12/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2246