Archives de catégorie : Espace musical français

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

SpectaNum, le bilan

Un projet scientifique dirigé par Joann Élart et Yannick Simon

Partie intégrante du projet CorNum dédié aux humanités numériques et financé par la région Normandie, SpectaNum est entré dans sa phase de réalisation le 25 février 2019 et a atteint la plupart de ses objectifs en mai 2021 au moment où nous rédigeons ce bilan.

Bilan global

Le projet SpectaNum se décline en trois volets ayant en commun l’application Dezède qui en a été le support, l’outil de développement et de valorisation. Les deux premiers volets, « Orchestres en Normandie » et « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » mettent à la libre disposition d’un public large, allant de l’amateur de musique au chercheur, un patrimoine difficilement accessible (programmes de concerts, documents d’archives, études anciennes) sous la forme d’archives numérisées associées à une édition numérique. Le troisième volet met Dezède en conformité avec deux standards de l’interopérabilité : l’installation d’un « flux RSS » et le moissonnage automatique dans « Isidore », afin de décloisonner les données déposées dans Dezède et de les diffuser plus largement. Enfin, un « outil statistique » inédit a été développé.

Les deux axes principaux de ce projet, qui en sont aussi les deux premiers, ont été présentés le 27 février 2019 dans un billet publié sur le Carnet Dezède et enrichi le 7 juin 2019 d’un compte rendu consacré à la participation des responsables du projet SpectaNum à la journée d’études CorNum1. Un bilan d’étape a par ailleurs été produit en novembre 2020 au moment de la livraison d’un des deux axes de recherche du premier volet2.

Bilan par volet

Volet 1 : les orchestres en Normandie depuis les années 1980

« Orchestres en Normandie » propose une reconstitution de l’activité des deux orchestres symphoniques normands membres de l’Association française des Orchestres : l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie fondé en 1998 et l’Orchestre Régional de Normandie fondé en 1982. Ces deux formations, aux vocations et aux missions différentes mais complémentaires, sont les acteurs et les ambassadeurs de la diffusion de la musique symphonique non seulement sur le territoire normand, mais également au-delà des frontières régionales3.

Captures d’écran de la géolocalisation sur Dezède des orchestres de l’Opéra de Rouen Normandie (à gauche) et Régional de Normandie (à droite)

L’objectif fixé, celui de reconstituer sur le portail Dezède tous les programmes de ces deux orchestres depuis leur création, a été atteint pour l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, dont les saisons ont été entièrement traitées entre 1998 et 20204. Ce sont au total 1704 spectacles présentés sous forme d’une chronologie complète dans laquelle chaque événement est décrit très précisément (date, lieu, programme avec titres des œuvres, noms des interprètes et ensembles impliqués). Ils sont par ailleurs regroupés par saison, dans des dossiers introduits par une présentation courte résumant les faits marquants (changement de personnel, créations, résidences, etc.) Cette trame événementielle est enrichie en outre par le dépôt des archives de l’institution, principalement les brochures de saison et les programmes de salle, qui ont été numérisés et mis à disposition en ligne en format PDF. Ainsi la chronologie éditée interagit en permanence avec ses sources, avec le souci d’archiver des documents éphémères et fragiles, et de valoriser l’activité de l’orchestre, en favorisant la patrimonialisation de son passé récent. La partie rouennaise du premier volet a été rendue possible par la mise à disposition d’une ingénieure d’études, Marion Blanc, qui a été très investie dans cette mission.

Les dossiers des orchestres de l’Opéra de Rouen Normandie (à gauche) et Régional de Normandie (à droite) sur Dezède

La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans le domaine des arts du spectacle est une des missions de Dezède. C’est ainsi que l’application participe au rassemblement des corpus éparpillés, voire perdus, dans un souci d’archivage pérenne. Cette fragilité des sources se ressent dans la reconstitution de l’activité de l’Orchestre Régional de Normandie, qui a souffert au cours de son histoire de la perte d’une partie de ses archives lors d’une inondation et lors de déménagements. Toutefois, à l’approche de ses 40 ans qui seront fêtés en 2022, la perspective de reconstituer son activité complète est envisagée et un appel à collecte d’archives a été publié pour compléter le corpus de sources disponibles (programmes de salle, affiches, brochures de saison, programmes de festivals, photos, etc.). Du fait de ces difficultés et du changement de direction de l’ensemble, la partie caennaise de ce premier volet a donc démarré un peu plus tard, fin avril 2020. Le chantier en cours au moment de rendre ce bilan en 2021, avait toutefois permis de rassembler 1398 spectacles, correspondant aux saisons 1983-1989 d’un côté et 2008-2020 de l’autre. Aujourd’hui, le dossier est achevé et propose une archive complète des 2816 spectacles organisés durant les 40 années d’activité de cet orchestre. Le dossier a été entièrement supervisé par Déborah Livet, musicologue, chargée de production et bibliothécaire musicale de l’Orchestre Régional de Normandie.

Dans le cadre de SpectaNum, ce sont donc plus de 4520 spectacles donnés par les deux orchestres normands qui ont été versés dans Dezède et qui sont consultables librement. Portant le logo de la région, les deux publications sont accessibles directement en cliquant sur les liens suivants :

Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie : https://dezede.org/dossiers/id/119/

Orchestre Régional de Normandie : https://dezede.org/dossiers/id/95/

La valorisation de cette publication est envisagée sous forme de journées d’études associant abonnés, musiciens, musicologues et professionnels. Les partenaires concernés, l’Opéra de Rouen Normandie et l’Orchestre Régional de Normandie, ayant été contraints d’interrompre leurs activités à partir de mars 2020, il a été décidé de reporter ces actions.

Volet 2 : une bibliothèque numérique des spectacles en Normandie

La mise en œuvre de la « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » a suivi trois phases de travail : le développement informatique de la bibliothèque numérique en elle-même, la constitution du fonds de la bibliothèque, l’indexation des volumes. SpectaNum a tout d’abord permis de financer le développement d’un outil « Bibliothèque » qui a été mis en test à partir de septembre 2019 et finalisé dans les mois suivants. Cet outil généralise et combine deux modèles déjà existants dans Dezède, à savoir ceux des « sources » et des « dossiers ». L’objectif recherché était de pouvoir étendre l’indexation à la page, et de mettre en lien les noms cités avec les autorités qui constituent le cœur de la base de données relationnelle de Dezède. Cette nouvelle fonctionnalité offre un accès facilité à ces ouvrages difficiles à consulter et à exploiter.

Du point de vue de la modélisation, le modèle initial de gestion des sources permettait de les lire à l’aide d’un feuilleteur, mais pas de les indexer à la page. Par ailleurs, ce modèle n’avait pas été pensé à l’origine pour accueillir des livres aussi volumineux. C’est chose faite grâce à l’investissement apporté dans le cadre de CorNum. Les sources d’une même nature peuvent désormais être liées entre elles, mais également avoir un parent et des enfants : autrement dit, un livre peut être compris dans une collection (parent) et comporter des pages (enfants), qui constituent autant de sources pouvant être indexées indépendamment. Cette étape de développement cruciale a été codée par le prestataire principal de Dezède, Bertrand Bordage et son agence NoriPyt spécialisée dans le langage Python.

La bibliothèque numérique des spectacles dans Dezède

Une fois cette étape de développement réalisée, il a fallu déposer ensuite dans les rayonnages numériques de cette bibliothèque un corpus d’ouvrages que nous avions défini au démarrage du projet SpectaNum. Il s’agit de plusieurs études rares et peu accessibles conservées dans les bibliothèques publiques, portant sur l’histoire des théâtres en Normandie : les ouvrages imprimés sur les théâtres de Rouen par Jules-Édouard Bouteiller5 et Henri Geispitz6, mais surtout le manuscrit rédigé par Charles Vauclin conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen, qui a fait l’objet, dans le cadre du projet SpectaNum d’une numérisation. S’ajoutent à ce corpus un document dactylographié découvert à la Bibliothèque municipale de Rouen durant le temps du projet, une courte étude dirigée par Henri Geispitz sur le Théâtre Lafayette de Rouen7), ainsi que les ouvrages imprimés de Charles Vesque sur le théâtre du Havre8 et celui de Paul de Longuemare sur le théâtre de Caen9. Tout ce corpus en grande partie déposé dans la bibliothèque est en accès libre sur le site Dezède via un menu clairement affiché en page d’accueil. Il peut s’agir de fichiers numérisés hébergés directement dans Dezède (le Vauclin par exemple, dont le versement  complet s’est achevé début 2023) ou de ressources numériques consultables sur d’autres sites (le Bouteiller par exemple, qui renvoie aux exemplaires à télécharger sur Gallica). En plus de ce corpus annoncé, un deuxième dépôt a été réalisé pour étendre la collecte aux ouvrages de même nature sur d’autres théâtres de province (Bordeaux, Lille, Marseille, Rennes, Saint-Étienne). La bibliothèque continuera ainsi à s’enrichir par de nouvelles études, notamment en étendant notre « politique d’acquisition » aux ouvrages nombreux produits sur les théâtres parisiens.

Vue sur un livre ouvert dans la bibliothèque de Dezède et ses index

Concernant l’indexation qui constitue la troisième étape du volet 2, bien évidemment, nous n’avons pas pu indexer l’ensemble des volumes déposés. À ce stade du projet, nous livrons cependant une indexation complète du volume 6 du manuscrit Vauclin, et un traitement partiel de deux ouvrages, les premiers volumes de Bouteiller et de Geispitz. Cette première phase d’indexation sur le Vauclin et sur le Bouteiller a bénéficié du concours d’étudiants inscrits en licence 3 et en master 2 de musicologie, ainsi qu’en master humanités numériques entre 2019 et 2021, comme en témoignent différents billets publiés sur le Carnet Dezède ((Voir notamment : Joann Élart, « L’opéra-comique des sources aux études historiques », Carnet Dezède, 13 septembre 2019 [en ligne] ; idem, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre la Restauration et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 7 novembre 2020 [en ligne].)). L’indexation constitue en effet une activité très formatrice pour les étudiants en méthodologie de la recherche, car indexer, loin d’être une tâche automatique et ingrate, demande au contraire une exigence et une compétence dans la connaissance des répertoires des théâtres, tous genres confondus. Marion Blanc a également participé à cette expérience à partir du Geispitz.

Dans le cadre de SpectaNum, nous avons donc pu bâtir et commencer à structurer cette bibliothèque ambitieuse, inédite dans le monde des humanités numériques de par son implantation dans le corpus Dezède. Car ce n’est pas une simple bibliothèque, isolée, qui serait un projet à part du reste du site ; c’est une bibliothèque qui dialogue et qui interagit continuellement avec les autres données du site, que ce soit les chronologies ou les autorités. Nous renvoyons à ce billet de présentation publié sur le Carnet Dezède pour découvrir son fonctionnement.

Bibliothèque numérique des spectacles : https://dezede.org/sources/bibliothèque/

Indexation du Vauclin (tome 6 complet) : https://dezede.org/sources/id/56799/

Indexation du Bouteiller (p. 402 et suivantes) : https://dezede.org/sources/id/58240/

Indexation du Geispitz (p. 24-43) : https://dezede.org/sources/id/58241/

Volet 3 : diffusion des données, interopérabilité et analyse

Le projet SpectaNum a par ailleurs été l’occasion de mettre Dezède aux normes récentes du web sémantique. Sans prétention de vouloir intégrer tous les standards utilisés dans le monde des humanités, nous avons orienté notre attention sur deux aspects importants en terme de diffusion et de communication des productions réalisées dans Dezède, et en particulier des livrables du projet CorNum.

Abonnement au flux RSS sur la page d’accueil de Dezède
Affichage du flux RSS de Dezède dans un autre site, ici le Carnet Dezède

Il s’agit tout d’abord d’un flux de syndication (flux RSS), qui permet d’afficher depuis décembre 2020, pour qui le souhaite, les dernières parutions de dossiers. Ce flux a été activé notamment dans le Carnet Dezède et dans la revue Florine, deux plateformes que nous gérons, ce qui a permis de vérifier son bon fonctionnement. Lire le billet publié lors de l’inauguration de ce flux.

La collection Dezède dans Isidore

Il s’agit ensuite du versement en avril 2021 d’une quantité importante de données de Dezède, près de 50 000 qui s’enrichissent tous les jours, désormais accessibles via le moteur de recherche Isidore, qui permet l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales des applications soutenues par Huma-Num. Les données Dezède sont rassemblées dans une collection dédiée, mais sont également interrogeables directement par le moteur de recherche général en mode “documents” qui permet de retrouver une ou plusieurs données marquées de notre logo court. Lire le billet publié lors de l’inauguration de ce versement.

Nous avons enfin commandé le développement d’un outil très attendu par les utilisateurs de Dezède, un « outil statistique ». Celui-ci permet d’exporter des données chiffrées sous forme de tableur et selon huit scénarios pré-établis, qui peuvent constituer la base d’une analyse statistique du dossier. Il sera notamment utilisé pour analyser les dossiers constitués dans le cadre du premier volet en vue de la préparation des journées d’études envisagées. Il a été façonné par Adrien Lachaize et son agence Cotinga. Lire le billet publié lors de l’inauguration de cet outil.

Le bouton d’exportation des statistiques dans Dezède et exemple de données exportées

  1. Voir : « Lancement du projet SpectaNum » et « Journée CorNum du 7 juin 2019 », Carnet Dezède [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2402 ; « Présentation du projet SpectaNum (journée d’études CorNum, 7 juin 2019) »,   Contenus et corpus numérisés [en ligne]  https://cornum.hypotheses.org/325. []
  2. « L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2020) », Carnet Dezède [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3034. []
  3. Dans le dossier « Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie », l’outil « Diffusion » de l’onglet « Visualisations » calcule automatiquement les pourcentages de présence de l’orchestre dans les différents territoires. Ainsi, entre 1998 et 2020, cet orchestre se produit à 55,2 % à Rouen, 16,9 % dans les autres villes de Seine-Maritime (72,1 % pour tout le département), 17,6 % dans les autres départements de la Région Normandie, 7,8 % dans les autres régions de France et 2,5 % dans les autres pays du monde (Allemagne, Belgique, Cuba, États-Unis, Inde, Italie, Luxembourg, Norvège, Russie, Suisse, Sultanat d’Oman). Voir « Diffusion » [en ligne] https://dezede.org/dossiers/orchestre-de-lopera-de-rouen-normandie/stats. La même analyse sur l’Orchestre Régional de Normandie, mais sur un corpus encore en cours de réalisation, aboutit aux résultats suivants entre 1983 et 2020 : 19,4 % à Caen, 32,3 % dans les autres villes du Calvados, 37,6 % dans les autres départements de la région Normandie, 7,1 % dans les autres régions de France et 3,6 % dans les autres pays du monde (Belgique, Luxembourg, Macédoine, Norvège, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni). Voir « Diffusion » [en ligne] https://dezede.org/dossiers/orchestre-regional-de-normandie/stats. []
  4. Voir « L’Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2020) », Carnet Dezède [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3034. []
  5. Jules-Édouard Bouteilller, Histoire complète et méthodique des théâtres de Rouen, Rouen, Giroux et Renaux ; C., Métérie, 1860-1880, 4 t. []
  6. Henri Geispitz, Histoire du Théâtre des Arts de Rouen, Rouen, A. Lestringuant, 1913 ; Lecerf, 1951, 2 t. []
  7. Henri Geispitz, Le Théâtre La Fayette, 1942, Bibliothèque municipale de Rouen, [Br mm 2018 (dactygr. []
  8. Charles Vesque, Histoire des théâtres du Havre 1717 à 1872, Le Havre, Labottière ; Brenier, 1875-1877, 2 t. []
  9. Paul de Longuemare, Le théâtre à Caen (1628-1830), Paris, Picard et fils, 1895. []

Le second Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940)

Théâtre des arts, “Le Monde illustré”, 30 septembre 1882, p. 221. © Joann Élart

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » est désormais entièrement achevé plus de sept ans après son ouverture en juin 2013. C’est la troisième des quatre parties du vaste chantier que Joann Élart et Yannick Simon consacrent sur Dezède au répertoire du Théâtre des Arts de Rouen des origines à nos jours et qui réunit actuellement (janvier 2021) plus de 16 000 événements. La première partie est dédiée au premier Théâtre des Arts inauguré en 1776 et détruit par le feu en 1876 ; la deuxième au Théâtre Lafayette qui a servi de solution de repli à l’institution entre 1876 et 1882 ; la troisième au bâtiment inauguré en 1882 et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; la quatrième à l’établissement inauguré en 1962 et toujours en activité à ce jour.

Le dossier « Théâtre des Arts de Rouen (1882-1940) » comporte 9 235 événements. Pour une moitié d’entre eux, ils ont été intégrés dans la base de données par Claire Morvannou grâce à des vacations financées par le CÉRÉdI. L’autre partie a été réalisée par des étudiants dans le cadre de cours du master de Musicologie de l’université de Rouen Normandie entre 2013 et 2020.

Le premier événement, daté du 30 septembre 1882, est celui qui marque l’inauguration de la salle avec, au programme, Les Huguenots, de Meyerbeer, précédés d’une interprétation de l’ouverture de La Dame blanche de Boieldieu. Le dernier, une représentation du Faust de Gounod, est en date du 28 avril 1940. Il précède de quelques jours la fin de la « drôle de guerre » et le début de l’offensive allemande dont l’une des conséquences est la canonnade et l’incendie du Théâtre des Arts le 9 juin 1940. Bien qu’envisagée, sa restauration n’est pas entreprise avant la « Semaine rouge » et les bombardements des 30 et 31 mai 1944 qui en achèvent la destruction.

L’examen global de ce corpus reste à entreprendre. Néanmoins les quinze premières saisons ont fait l’objet d’une étude publiée qui fournit un embryon de grille d’analyse pouvant s’appliquer à l’ensemble de la période — voir la « publication associée » sur la page de présentation.

Consulter le dossier dans Dezède : https://dezede.org/dossiers/id/7/

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède