Archives de catégorie : Espace musical français

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

Charles Lamoureux

Charles Lamoureux est l’un des principaux animateurs de la vie musicale à Paris dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord à la tête d’un quatuor à cordes puis d’une société faisant revivre les grandes œuvres chorales du passé, avant de fonder, en 1881, la Société des nouveaux concerts, plus connue sous l’appellation de Concerts Lamoureux. Pendant près de vingt ans, l’artiste en est le directeur musical, à la fois chef d’orchestre, entrepreneur, administrateur et programmateur. Dans le même temps, c’est un musicien militant faisant de la promotion des œuvres de Richard Wagner une cause qu’il défend aussi en portant à la scène Lohengrin et Tristan et Isolde. Quoique partisan du maître de Bayreuth, Lamoureux apporte aussi sa contribution à la diffusion de la musique française.

L’ouvrage qui vient de paraître est associé au répertoire, publié sur Dezède, des programmes des Concerts Lamoureux dirigés par son fondateur entre 1881 et 1899.

> Consulter le dossier sur Dezède

Lancement du projet SpectaNum

Partie intégrante du projet Cornum dédié aux humanités numériques et financé par la région Normandie, SpectaNum est entré dans sa phase de réalisation le 25 février 2019.

Deux volets

Le projet SpectaNum se décline en deux volets complémentaires ayant en commun l’application Dezède qui en sera le support, l’outil de développement et de valorisation. « Orchestres en Normandie » et « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » ont pour ambition de mettre à la libre disposition d’un public large, allant du chercheur à l’amateur de musique, un patrimoine difficilement accessible (des programmes de concerts et des documents d’archives), sous la forme d’archives numérisées associées à une édition critique.

« Orchestres en Normandie » a pour objectif de reconstituer l’activité des deux orchestres symphoniques normands membres de l’Association française des Orchestres : l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et l’orchestre régional de Normandie. En activité respectivement depuis 1998 et 1982, ces deux formations aux vocations et aux missions différentes mais complémentaires sont les acteurs et les ambassadeurs de la diffusion de la musique classique non seulement sur le territoire normand, mais également au-delà des frontières régionales. Nous nous proposons de reconstituer sur le portail Dezède tous les programmes de ces deux orchestres depuis leur création. Cette chronologie complète des concerts de ces deux ensembles se présentera sous la forme d’une liste d’événements (date et lieu) contenant les titres des œuvres, ainsi que les noms des interprètes et des ensembles impliqués.

> dossier “Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie (1998-2019)”

Alors que « Orchestres en Normandie » s’inscrit dans un passé récent et a vocation à s’enrichir au fur et à mesure des futures saisons des orchestres, « Bibliothèque numérique des spectacles en Normandie » se tourne vers un patrimoine plus ancien. Plus souvent, les documents qui feront l’objet d’une numérisation et d’une indexation portent sur un passé plus lointain de l’histoire des théâtres entre le xviiie siècle et le xxe siècle. Nous nous proposons d’indexer ces différents documents, et d’offrir, aux chercheurs et au grand public, un outil de travail accessible en ligne et en lien avec les données déjà présentes sur le site Dezède.

Placé sous la direction scientifique de Joann Élart et Yannick Simon, SpectaNum est entré dans sa phase active depuis le 25 février 2019 et la prise de fonction de Marion Blanc, l’ingénieure d’études qui œuvrera à sa réalisation pendant dix-huit mois.

Journée CORNUM du 7 juin 2019

Yannick Simon et Joann Élart ont présenté les deux volets du projet SpectaNum à la journée d’études CORNUM “ Corpus et éditions numériques en Normandie ” le 7 juin 2019 à l’université de Rouen Normandie. Après avoir rappelé les objectifs à atteindre à l’issue du projet en 2022, ils ont dressé le bilan des travaux déjà réalisés ou en cours de réalisation, notamment le travail de collecte et d’édition placé sous la responsabilité de Marion Blanc, ingénieure d’études recrutée sur ce projet. Cette présentation a été l’occasion d’ajouter à la page d’accueil de Dezède une quatrième dalle de partenariat, facilitant l’accès au dossier Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie, ainsi que le logo de la Région Normandie en  entête du dossier.

> programme de la journée

La Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944)

Ce dossier consacré aux 262 concerts de la Société des concerts du conservatoire de Toulouse entre 1902 et 1944 vient s’ajouter à ceux déjà dédiés à des orchestres régionaux (Angers, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Nancy, etc.). Il confirme l’ambition de Dezède d’élargir l’espace musical à l’ensemble du territoire français et d’en favoriser une approche multipolaire.

Fondée en 1902 par le directeur du conservatoire de la ville, Bernard Crocé-Spinelli, la société toulousaine poursuit son activité jusqu’en 1944 sans discontinuité à l’exception de la période de la Première Guerre mondiale. Au sortir de cette dernière, Crocé-Spinelli est remplacé par Aymé Kunc qui occupe le poste jusqu’à la dissolution de la société. Même si une analyse détaillée reste à faire, on peut relever quelques caractéristiques du répertoire de la société. Il est marqué par son ancrage national et le soutien aux compositeurs locaux. Cette orientation n’empêche pas pour autant une certaine ouverture internationale que traduisent les interprétations de deux œuvres de Gustav Mahler, la Symphonie n°5 le 8 février 1929 et la Symphonie n°4 le 23 mars 1934. Par ailleurs, l’éloignement de la capitale n’empêche pas l’accueil des solistes français et internationaux les plus réputés de la première moitié du XXe siècle.

> consulter le dossier sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « La Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944) », Carnet Dezède, 14/01/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2310

Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Ce nouveau dossier sur Dezède réunit l’ensemble des programmes des quarante-trois séances organisées par la Société des concerts populaires du Havre entre 1892 et 1913. Sa publication s’inscrit en complément d’un article de Yannick Simon intitulé « La circulation du modèle des concerts populaires à travers l’exemple du Havre (1892-1913) » (Nouvelles perspectives sur les spectacles en province (XVIIIe-XXe siècle), Joann Élart et Yannick Simon (dir.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et Le Havre, 2018, p. 81-90.)

Le mouvement des concerts populaires initié par Jules Pasdeloup en 1861 se répand dans l’ensemble de la France dans les décennies suivantes. Il trouve un accomplissement tardif au Havre où une Société des concerts populaires voit le jour en 1892. La présidence d’honneur en est confiée au maire de la ville et au compositeur Vincent d’Indy. L’un de ses élèves, Jean Gay, par ailleurs chef de la musique du 119e régiment installé au Havre, en assure la direction. Active entre 1892 et 1901, la société est ensuite mise en sommeil pour une période de dix ans. Elle renaît de ses cendres en 1912 pour une ultime série de six concerts — le dernier a lieu le 11 avril 1913. D’obédience d’indyste, la société ne fait pas du répertoire classique sa priorité. Elle lui préfère les extraits d’œuvres de Wagner et la musique française. Les programmes de la Société des concerts populaires du Havre témoignent d’une ouverture et d’une activité musicale moins atone qu’il n’y paraît sur le territoire français au tournant du siècle.

La reconstitution des programmes repose sur le dépouillement de plusieurs périodiques locaux : La Cloche illustrée (1891-1913), Courrier du Havre (1891-1901), Journal du Havre (1891-1913), Le Havre (1891-1913), Le Petit Havre (1898-1913). Toutes les sources sont mentionnées sans avoir fait l’objet d’une transcription.

Consulter le dossier Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Consulter le site Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les concerts populaires au Havre (1892-1913) », Carnet Dezède, 09/12/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2246