Archives de catégorie : Actualité de la recherche

Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen

Postée à Florence le 24 mars 1900, la lettre signée de la main de la veuve de Richard Wagner est adressée à Paul Stuart, interprète du rôle de Mime dans la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le samedi 17 février 1900. Mme Wagner répond au chanteur dont la correspondance, malheureusement, ne figure pas dans les archives du Richard Wagner Museum de Bayreuth. Pour sa part, Paul Stuart a soigneusement conservé la lettre dans son enveloppe. Elle est désormais collée sur la première page du livre de souvenirs qu’il a consacré à l’important événement wagnérien auquel il a apporté sa contribution. Dans ce recueil factice intitulé « À propos de Siegfried à Rouen » et entré par don dans les collections de la bibliothèque municipale de Rouen, l’interprète de Mime a réuni des photographies, des articles de presse et des documents iconographiques consacrés au spectacle.

Répondant en français à Paul Stuart qui l’a invitée à venir à Rouen assister à la première, la fille de Franz Liszt et de Marie d’Agoult lui apporte sa caution, non sans retard :

24 mars 1900

Monsieur,

Votre aimable lettre m’est parvenue ici après de nombreux détours et je viens vous en remercier et vous prier de m’excuser si je ne suis pas à même de remplir vos désirs.

Ce que vous me dites de la représentation de Rouen et en particulier de la conception du rôle de Mime m’a vivement intéressé [sic] et votre masque me semble excellent.

J’aurais bien du plaisir à vous dire de vive voix et à vous entendre raconter les détails de cette représentation intéressante sous tant de points de vue. J’espère que nos fêtes de l’année prochaine vous attireront à Bayreuth et que vous viendrez m’y voir.

Recevez en attendant, monsieur, avec la réitération de mes remerciements, l’expression de ma sympathie et de ma considération bien distinguée.

C. Wagner

Florence. Hôtel Victoria.

À une époque où le spectacle lyrique est considéré comme la reproduction d’un modèle et non comme la recherche de la singularité, gageons que Stuart et, à travers lui, le directeur du Théâtre des Art de Rouen n’auront pas manqué de se prévaloir de cet adoubement. Loin d’être un simple message d’encouragement, la lettre de Cosima Wagner conservée dans le livre de souvenirs de Stuart comporte une information fondamentale sur la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le 17 février 1900.

Cet événement a fait l’objet d’un dossier sur le site Dezède et d’un article de Charlotte Fellous sur le Carnet Dezède.

> Consulter le dossier Siegfried à Rouen (1900)

> Consulter l’article de Charlotte Fellous

> Consulter la lettre de Cosima Wagner sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen », Carnet Dezède, 08/11/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1997

Le subventionnement des concerts symphoniques

La dernière livraison de la revue en ligne Transposition (n°7, « Le prix de la musique »), contient un article que Yannick Simon a consacré au subventionnement des concerts symphoniques en France entre 1861 et 1969. Il retrace l’histoire du subventionnement par l’État français des sociétés de concerts symphoniques entre 1861, année de la fondation des Concerts populaires de musique classique par Jules Pasdeloup à Paris, et le lancement du « Plan Landowski » en 1969. Pendant un siècle, malgré l’absence de politique et de décentralisation culturelles, l’État apporte sa caution, plus souvent qu’il n’offre des moyens pécuniaires suffisants, à un nombre de plus en plus important de sociétés. D’abord empirique, ce financement se structure progressivement, avec le concours des inspecteurs de l’enseignement musical puis grâce à la création d’une commission chargée de la répartition des moyens budgétaires. Cet embryon de politique musicale n’est cependant pas sans conséquence sur les choix artistiques des sociétés de concerts symphoniques, et, plus généralement, sur le goût musical des auditeurs.

Lien vers « Le subventionnement des concerts symphoniques dans les départements français entre 1861 et 1969 »

 

Dezède et les nouvelles perspectives des spectacles en province

Les Nouvelles perspectives sur les spectacles en province viennent de sortir des Presses des Universités de Rouen et du Havre (octobre 2018). Elles rassemblent une sélection de textes issus de communications prononcées lors de deux journées d’études ayant particulièrement marqué la structuration du projet Dezède.La première de ces journées Rendez vous Théâtre des Arts de Rouen ! s’est tenue à l’Opéra de Rouen le 23 février 2012, qui n’est autre que la date inaugurale du projet : le public assista ce jour à la première présentation publique de la base de données alors embryonnaire, mais contenant déjà ses principales fonctionnalités ; les fondateurs arrêtèrent également ce jour le nom du projet, Dezède (lire l’onglet “Identité” dans notre présentation).La seconde de ces journées Quand la politique s’invite au spectacle s’est tenue à l’université du Havre le 21 novembre 2012. Elle inaugura l’ouverture du portail Dezède sur le web à l’adresse dezede.org.Ces deux journées d’études ont été organisées dans le cadre d’un projet de recherche financé par la région Haute-Normandie (GRR).

Le livre

L’ouvrage qui vient de paraître sous la direction de Joann Élart et de Yannick Simon « cherche à tracer de nouvelles perspectives pour aborder un espace culturel, la province, renfermant encore bien des zones d’ombre, qu’il s’agisse des publics, des artistes, des affiches, de l’organisation ou du fonctionnement des théâtres et des salles de concert. Dans des perspectives croisées pour les uns ou thématiques pour les autres, le spectacle devient objet d’histoire mettant en jeu plusieurs points de vue, conjoncturel et politique, multipolaire et comparatiste, esthétique et commémoratif, institutionnel et historique. La diversité des approches pluridisciplinaires engage à poursuivre les recherches sur les pratiques et les institutions en province, afin de comprendre les liens qui unissent la capitale et les départements, de mesurer les enjeux locaux en terme de développement culturel à l’échelle d’un territoire, de penser une histoire des spectacles en France enrichie des nombreuses spécificités provinciales. » (extrait de la 4e de couverture).Plusieurs articles entretiennent des liens étroits avec des dossiers publiés dans Dezède. Ils seront évoqués dans des billets à paraître prochainement.

La table des matières

Introduction

Les incidents politiques au spectacle dans les théâtres de province pendant la Révolution française et l’Empire, Cyril Triolaire

Les enjeux politiques et musicaux d’Adolphe et Clara de Nicolas Dalayrac (1799), Maxime Margollé

L’opéra à tout prix, Étienne Jardin

Les « débuts » à Rouen sous le Second Empire : l’exemple de Célestine Galli-Marié (1861-1862), Patrick Taïeb

La circulation du modèle des concerts populaires à travers l’exemple du Havre (1892-1913), Yannick Simon

Une parenthèse dans l’histoire du Théâtre des Arts de Rouen : le Cirque (1941-1962), Bénédicte Percheron

Autour du centenaire de la Révolution : l’invention d’une « histoire de France » dans les programmes de concerts, Denis Tchorek

D’un centenaire à l’autre : les hommages à Pierre Corneille à Rouen entre 1784 et 1884, Joann Élart

> lien vers les PURH

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dezède et les nouvelles perspectives des spectacles en province », Carnet Dezède, 10/10/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1635

La Schola Cantorum de Nantes

Le 20 décembre 2017, Michelle Bourhis a défendu sa thèse intitulée « La Schola Cantorum dans la vie symphonique à Nantes de 1913 à 1947 » devant un jury composé de Jean-Christophe Branger, Florence Doé de Maindreville, Guy Gosselin, Laure Schnapper et Yannick Simon (directeur de recherche).

De 1913 à 1947, entre la première prestation de ses chœurs jusqu’au décès de sa fondatrice Marguerite Le Meignen, la Schola Cantorum de Nantes connaît une activité ininterrompue malgré deux guerres mondiales et un contexte politique agité. Le lien avec la Schola Cantorum de Paris fondée par Vincent d’Indy, affirmé avec conviction au début de l’apparition de la Schola de Nantes, se relâche très rapidement pour laisser place à une réalisation originale. Dans le même temps, Marguerite Le Meignen, organisatrice, chef de chœur et chef d’orchestre à la forte personnalité, occupe une place centrale, voire hégémonique, dans la vie musicale nantaise de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation. C’est seulement à la fin de cette période qu’apparaît une société concurrente, l’Association des concerts symphoniques du conservatoire de Nantes, préfiguration de l’actuel Orchestre national des Pays-de-la-Loire.

Outre un panorama de la vie musicale nantaise centré sur la figure de Marguerite Le Meignen, la thèse contient des répertoires de programmes constituant une large documentation venant enrichir la recherche sur l’espace musical français.

> Consultez la thèse en ligne

Espace musical français

Espace musical français est un projet collaboratif ayant vocation à promouvoir et diffuser les recherches consacrées à la vie musicale en France. Il repose sur l’idée selon laquelle la vie musicale se déploie sur l’ensemble du territoire national et réunit une multitude de centres entre lesquels s’organisent la circulation des œuvres et celle de leurs interprètes. Il se veut un lieu de mise en relation des initiatives s’inscrivant dans cette démarche et de mise en lumière des recherches susceptibles de contribuer à l’enrichissement de l’encyclopédie thématique de la vie musicale en France que nous appelons de nos vœux. De ce point de vue, Espace musical français est un projet inscrit dans la durée.

S’il est réduit au périmètre national, Espace musical français ne connaît pas de limites chronologiques ou de genre et envisage la vie musicale comme l’ensemble des activités incluant la musique : concert, théâtre lyrique, pratiques amateurs collectives ou individuelles, enseignement, édition, commerce, industrie, lutherie, etc.

La création d’Espace musical français repose sur plusieurs constats : la difficulté d’entreprendre des recherches à l’échelle d’un territoire non limité à une ville ; la rareté des approches comparatives ; l’éparpillement des sources ; la méconnaissance des études existantes. Pour répondre à ces défis, Espace musical français se propose de poursuivre deux objectifs : 1/ faire circuler l’information ; 2/ répertorier les ressources bibliographiques.

Concrètement, Espace musical français se présente sous la forme d’un menu accessible depuis la page d’accueil du Carnet Dezède.

Le premier sous-menu, « Actualités de la recherche », permettra de publier des billets consacrés à la recherche dans ce domaine : publications, projets collectifs ou individuels, présentations de sources ou d’archives, mise en ligne d’inventaires, initiatives locales, etc.

Le second est consacré à une bibliographie de la vie musicale en France accessible selon deux classements, alphabétique ou géographique. Mise en ligne en 2011 et actualisée en 2015, cette bibliographie initialement consacrée au concert en France des origines à 1914 vient de connaître un élargissement de ses limites chronologiques mais aussi de son périmètre puisqu’elle englobe désormais la vie musicale dans tous ses aspects. Pour certains d’entre eux, elle continuera à trouver un complément d’une très grande richesse dans la Bibliographie de la vie théâtrale en province au xixe siècle de Christine Carrère-Saucède. Commencée en 2000 et, depuis lors, régulièrement actualisée par sa rédactrice, cette ressource est un modèle dont les musicologues pourront s’inspirer. Pour d’autres aspects, la bibliographie de la vie musicale en France trouvera aussi son complément dans les références recensées par François Lesure dans son Dictionnaire musical des villes de province (Paris, Klincksieck, 1999). Néanmoins, une partie d’entre elles figure déjà dans la bibliographie d’Espace musical français qui se veut aussi une actualisation du projet de François Lesure.

Espace musical français s’adresse tout autant aux chercheurs professionnels qu’aux chercheurs amateurs et, d’une manière générale, à tous ceux qui s’intéressent à la vie musicale en France des origines à nos jours. Il est libre d’accès et ne nécessite aucune inscription. Néanmoins, l’abonnement à la liste de diffusion du Carnet Dezède permet de recevoir périodiquement une synthèse des derniers billets mis en ligne dans l’ensemble de la publication.

Projet collaboratif, Espace musical français a vocation à abolir la frontière entre l’usager et le contributeur. Les nouveaux billets, brefs ou longs, avec ou sans illustrations (sur le modèle de ceux déjà publiés dans le Carnet Dezède), et les références bibliographiques supplémentaires ne seront pas le fruit des seuls administrateurs du site mais celui de tous ceux qui souhaiteront y apporter leur participation. Deux méthodes sont à leur disposition. La plus simple consiste à transmettre à l’administrateur de la page (yannick.simon@univ-rouen.fr) un texte ou des références bibliographiques qu’il se chargera lui-même de mettre en ligne. Cependant, les contributeurs qui le souhaiteraient peuvent demander à acquérir le statut de rédacteur, recevoir une brève formation, et rédiger eux-mêmes des billets dont la publication reste néanmoins soumise à l’autorisation de l’administrateur. Ce dernier, pour des raisons pratiques, sera le seul à pouvoir ajouter des références dans la bibliographie de la vie musicale en France.

Espace musical français est hébergé sur le Carnet Dezède avec l’ambition d’en élargir le projet initial en s’intéressant à d’autres types d’apport à la recherche sur la vie musicale en France. Outre son contenu, il a pour objectif de constituer un réseau de chercheurs soucieux d’élargir la perspective dans laquelle sont inscrits leurs travaux. C’est pourquoi ses usagers et ses contributeurs en seront les meilleurs ambassadeurs.

Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883)

Les villes visitées par Jules Pasdeloup et son orchestre.

Ce dossier rassemble les programmes des 44 prestations dans les régions françaises de l’orchestre des Concerts populaires de musique classique sous la direction de son fondateur Jules Pasdeloup (1819-1887). Chaque concert est associé à un dossier de presse. L’ensemble vient compléter un article publié dans le n°30 (octobre 2017) de la revue Ad Parnassum et intitulé « Les voyages de Monsieur Pasdeloup : Propagation d’un modèle et d’un répertoire symphonique ».

Entre 1864 et 1883, Jules Pasdeloup et l’orchestre des Concerts populaires de musique classique donnent plus d’une quarantaine de concerts en dehors de Paris. Il n’est pas à exclure que ces voyages d’une formation comptant parfois jusqu’à soixante-quatorze instrumentistes, soient une première en France. Pasdeloup et son orchestre effectuent des déplacements uniques pour un ou deux concerts et, dans un cas (à Bordeaux en 1882), pour une série de treize concerts. Ils entreprennent aussi quatre tournées qui les amènent à visiter, à chacune d’entre elles, de deux à cinq villes.

En fondant en 1861 les Concerts populaires de musique classique, Jules Pasdeloup avait inventé un modèle caractérisé par son implantation dans l’espace de la ville (un cirque-théâtre dans l’est de la capitale), une politique tarifaire suffisamment attractive pour permettre un élargissement significatif du public des concerts symphoniques, un répertoire exigeant centré sur la musique symphonique et les extraits d’opéras. La programmation témoigne de la volonté de Pasdeloup de promouvoir l’œuvre de Wagner en France. Ce modèle connaît de nombreuses déclinaisons en France à partir de 1862. Les voyages de l’orchestre et son chef participent de la circulation de ce modèle tant du point de vue de l’organisation que de celui du répertoire.

> Consulter le dossier « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) » sur Dezède

> Consulter le site de la revue Ad Parnassum

Illustration : Claude Monet, La gare Saint-Lazare (1877)

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) », Carnet Dezède, 06/02/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/685

Les Concerts Pasdeloup (1861-1887)

Le répertoire des Concerts populaires de musique classique, plus connus sous le nom de Concerts Pasdeloup, réunit les 593 programmes de cette société de concerts entre la première prestation de son orchestre, le 27 octobre 1861, et le décès de son fondateur le 13  août 1887.

C’est effectivement en 1861 que Jules Pasdeloup (1819-1887), compositeur, enseignant et chef de l’orchestre de la Société des jeunes artistes du Conservatoire impérial de musique depuis 1852, décide de fonder une société de concerts avec l’ambition de diffuser la musique classique auprès des « masses ». S’il s’inspire, pour les programmes, du modèle de la Société des concerts du Conservatoire, Pasdeloup s’en distingue toutefois en installant son orchestre dans un cirque situé au sein d’un quartier populaire de la capitale et en pratiquant des prix d’entrée modiques. Le succès est au rendez-vous et ne se dément quasiment pas jusqu’au « Festival de retraite de M. J. Pasdeloup » le 31 mai 1884, qui rassemble les principaux compositeurs français venus remercier le chef d’orchestre pour son action en faveur de la musique en général et de la musique française contemporaine en particulier. En réalité, cette apothéose finale dissimule un lent processus de déclin entamé depuis une décennie. Les Concerts populaires résistent mal, après la chute du Second Empire, à la concurrence des Concerts Colonne (1873) et des Concerts Lamoureux (1881). La reconstitution de l’orchestre en 1886, pour une saison à l’issue de laquelle Pasdeloup devait décéder, n’ajoute rien à la gloire de cet infatigable passeur à l’origine du mouvement symphonique français moderne.

> Consultez le dossier “ Concerts Pasdeloup (1861-1887) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les Concerts Pasdeloup (1861-1887) », Carnet Dezède, 16/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/677

Colloque « 140 ans de musique à Angers »

Programme du premier concert de l’Association artistique d’Angers (Bibliothèque municipale d’Angers)

Les 29 et 30 novembre 2017, se tiendra à l’Université catholique de l’Ouest à Angers un colloque consacré à la vie musicale dans cette ville depuis la fondation de l’Association artistique d’Angers en 1877. Même si le répertoire de cette société de concerts populaires active entre 1877 et 1893 n’a pas été versé dans Dezède — il est consultable dans l’ouvrage de Yannick Simon intitulé L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts (Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.) — Angers est néanmoins présent sur le site à travers deux dossiers : Les premiers concerts populaires à Angers (1864-1865) ; Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877).

Site « Colloque 140 ans de musique à Angers 29 & 30 novembre 2017 »

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Colloque « 140 ans de musique à Angers » », Carnet Dezède, 02/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/664