Archives de catégorie : Actualité de la recherche

Le Ring à Rouen en 1927

Ce dossier est consacré au Ring présenté à Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927.  Il s’inscrit dans le prolongement des différents travaux consacrés aux représentations des opéras de Richard Wagner au Théâtre des Arts de Rouen sur Dezède.

La représentation successive des quatre parties de L’Anneau du Nibelun au Théâtre des Arts de Rouen entre le 5 et le 11 mars 1927 est la quatrième tentative en France. Elle fait suite à la création française à Lyon en 1904, aux quatre séries de représentations à Monaco en 1909 et 1910, et aux quatre autres à l’Opéra de Paris entre 1911 et 1913. Cette mise à la scène du cycle précède de quelques jours celle de Toulouse dont les deux séries se déroulent entre le 20 mars et le 8 avril 1927. Après avoir été à l’origine du retour pacifié d’une œuvre de Wagner à l’Opéra de Paris, en portant à la scène avec succès Lohengrin en février 1891, puis après avoir été le premier en France à présenter Siegfried en février et mars 1900, le Théâtre des Arts de Rouen s’illustre à nouveau par son engagement dans le répertoire wagnérien.

Consulter le dossier « Le Ring à Rouen en 1927 » sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le Ring à Rouen en 1927 », Carnet Dezède, 29/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2911

La Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944)

Ce dossier consacré aux 262 concerts de la Société des concerts du conservatoire de Toulouse entre 1902 et 1944 vient s’ajouter à ceux déjà dédiés à des orchestres régionaux (Angers, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Nancy, etc.). Il confirme l’ambition de Dezède d’élargir l’espace musical à l’ensemble du territoire français et d’en favoriser une approche multipolaire.

Fondée en 1902 par le directeur du conservatoire de la ville, Bernard Crocé-Spinelli, la société toulousaine poursuit son activité jusqu’en 1944 sans discontinuité à l’exception de la période de la Première Guerre mondiale. Au sortir de cette dernière, Crocé-Spinelli est remplacé par Aymé Kunc qui occupe le poste jusqu’à la dissolution de la société. Même si une analyse détaillée reste à faire, on peut relever quelques caractéristiques du répertoire de la société. Il est marqué par son ancrage national et le soutien aux compositeurs locaux. Cette orientation n’empêche pas pour autant une certaine ouverture internationale que traduisent les interprétations de deux œuvres de Gustav Mahler, la Symphonie n°5 le 8 février 1929 et la Symphonie n°4 le 23 mars 1934. Par ailleurs, l’éloignement de la capitale n’empêche pas l’accueil des solistes français et internationaux les plus réputés de la première moitié du XXe siècle.

> consulter le dossier sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « La Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944) », Carnet Dezède, 14/01/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2310

Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Ce nouveau dossier sur Dezède réunit l’ensemble des programmes des quarante-trois séances organisées par la Société des concerts populaires du Havre entre 1892 et 1913. Sa publication s’inscrit en complément d’un article de Yannick Simon intitulé « La circulation du modèle des concerts populaires à travers l’exemple du Havre (1892-1913) » (Nouvelles perspectives sur les spectacles en province (XVIIIe-XXe siècle), Joann Élart et Yannick Simon (dir.), Rouen, Presses universitaires de Rouen et Le Havre, 2018, p. 81-90.)

Le mouvement des concerts populaires initié par Jules Pasdeloup en 1861 se répand dans l’ensemble de la France dans les décennies suivantes. Il trouve un accomplissement tardif au Havre où une Société des concerts populaires voit le jour en 1892. La présidence d’honneur en est confiée au maire de la ville et au compositeur Vincent d’Indy. L’un de ses élèves, Jean Gay, par ailleurs chef de la musique du 119e régiment installé au Havre, en assure la direction. Active entre 1892 et 1901, la société est ensuite mise en sommeil pour une période de dix ans. Elle renaît de ses cendres en 1912 pour une ultime série de six concerts — le dernier a lieu le 11 avril 1913. D’obédience d’indyste, la société ne fait pas du répertoire classique sa priorité. Elle lui préfère les extraits d’œuvres de Wagner et la musique française. Les programmes de la Société des concerts populaires du Havre témoignent d’une ouverture et d’une activité musicale moins atone qu’il n’y paraît sur le territoire français au tournant du siècle.

La reconstitution des programmes repose sur le dépouillement de plusieurs périodiques locaux : La Cloche illustrée (1891-1913), Courrier du Havre (1891-1901), Journal du Havre (1891-1913), Le Havre (1891-1913), Le Petit Havre (1898-1913). Toutes les sources sont mentionnées sans avoir fait l’objet d’une transcription.

Consulter le dossier Les concerts populaires au Havre (1892-1913)

Consulter le site Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les concerts populaires au Havre (1892-1913) », Carnet Dezède, 09/12/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2246

Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen

Postée à Florence le 24 mars 1900, la lettre signée de la main de la veuve de Richard Wagner est adressée à Paul Stuart, interprète du rôle de Mime dans la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le samedi 17 février 1900. Mme Wagner répond au chanteur dont la correspondance, malheureusement, ne figure pas dans les archives du Richard Wagner Museum de Bayreuth. Pour sa part, Paul Stuart a soigneusement conservé la lettre dans son enveloppe. Elle est désormais collée sur la première page du livre de souvenirs qu’il a consacré à l’important événement wagnérien auquel il a apporté sa contribution. Dans ce recueil factice intitulé « À propos de Siegfried à Rouen » et entré par don dans les collections de la bibliothèque municipale de Rouen, l’interprète de Mime a réuni des photographies, des articles de presse et des documents iconographiques consacrés au spectacle.

Répondant en français à Paul Stuart qui l’a invitée à venir à Rouen assister à la première, la fille de Franz Liszt et de Marie d’Agoult lui apporte sa caution, non sans retard :

24 mars 1900

Monsieur,

Votre aimable lettre m’est parvenue ici après de nombreux détours et je viens vous en remercier et vous prier de m’excuser si je ne suis pas à même de remplir vos désirs.

Ce que vous me dites de la représentation de Rouen et en particulier de la conception du rôle de Mime m’a vivement intéressé [sic] et votre masque me semble excellent.

J’aurais bien du plaisir à vous dire de vive voix et à vous entendre raconter les détails de cette représentation intéressante sous tant de points de vue. J’espère que nos fêtes de l’année prochaine vous attireront à Bayreuth et que vous viendrez m’y voir.

Recevez en attendant, monsieur, avec la réitération de mes remerciements, l’expression de ma sympathie et de ma considération bien distinguée.

C. Wagner

Florence. Hôtel Victoria.

À une époque où le spectacle lyrique est considéré comme la reproduction d’un modèle et non comme la recherche de la singularité, gageons que Stuart et, à travers lui, le directeur du Théâtre des Art de Rouen n’auront pas manqué de se prévaloir de cet adoubement. Loin d’être un simple message d’encouragement, la lettre de Cosima Wagner conservée dans le livre de souvenirs de Stuart comporte une information fondamentale sur la création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen le 17 février 1900.

Cet événement a fait l’objet d’un dossier sur le site Dezède et d’un article de Charlotte Fellous sur le Carnet Dezède.

> Consulter le dossier Siegfried à Rouen (1900)

> Consulter l’article de Charlotte Fellous

> Consulter la lettre de Cosima Wagner sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Une lettre de Cosima Wagner à la bibliothèque municipale de Rouen », Carnet Dezède, 08/11/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1997

Le subventionnement des concerts symphoniques

La dernière livraison de la revue en ligne Transposition (n°7, « Le prix de la musique »), contient un article que Yannick Simon a consacré au subventionnement des concerts symphoniques en France entre 1861 et 1969. Il retrace l’histoire du subventionnement par l’État français des sociétés de concerts symphoniques entre 1861, année de la fondation des Concerts populaires de musique classique par Jules Pasdeloup à Paris, et le lancement du « Plan Landowski » en 1969. Pendant un siècle, malgré l’absence de politique et de décentralisation culturelles, l’État apporte sa caution, plus souvent qu’il n’offre des moyens pécuniaires suffisants, à un nombre de plus en plus important de sociétés. D’abord empirique, ce financement se structure progressivement, avec le concours des inspecteurs de l’enseignement musical puis grâce à la création d’une commission chargée de la répartition des moyens budgétaires. Cet embryon de politique musicale n’est cependant pas sans conséquence sur les choix artistiques des sociétés de concerts symphoniques, et, plus généralement, sur le goût musical des auditeurs.

Lien vers « Le subventionnement des concerts symphoniques dans les départements français entre 1861 et 1969 »