Archives de catégorie : Actualité de la recherche

La Schola Cantorum de Nantes

Le 20 décembre 2017, Michelle Bourhis a défendu sa thèse intitulée « La Schola Cantorum dans la vie symphonique à Nantes de 1913 à 1947 » devant un jury composé de Jean-Christophe Branger, Florence Doé de Maindreville, Guy Gosselin, Laure Schnapper et Yannick Simon (directeur de recherche).

De 1913 à 1947, entre la première prestation de ses chœurs jusqu’au décès de sa fondatrice Marguerite Le Meignen, la Schola Cantorum de Nantes connaît une activité ininterrompue malgré deux guerres mondiales et un contexte politique agité. Le lien avec la Schola Cantorum de Paris fondée par Vincent d’Indy, affirmé avec conviction au début de l’apparition de la Schola de Nantes, se relâche très rapidement pour laisser place à une réalisation originale. Dans le même temps, Marguerite Le Meignen, organisatrice, chef de chœur et chef d’orchestre à la forte personnalité, occupe une place centrale, voire hégémonique, dans la vie musicale nantaise de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation. C’est seulement à la fin de cette période qu’apparaît une société concurrente, l’Association des concerts symphoniques du conservatoire de Nantes, préfiguration de l’actuel Orchestre national des Pays-de-la-Loire.

Outre un panorama de la vie musicale nantaise centré sur la figure de Marguerite Le Meignen, la thèse contient des répertoires de programmes constituant une large documentation venant enrichir la recherche sur l’espace musical français.

> Consultez la thèse en ligne

Espace musical français

Espace musical français est un projet collaboratif ayant vocation à promouvoir et diffuser les recherches consacrées à la vie musicale en France. Il repose sur l’idée selon laquelle la vie musicale se déploie sur l’ensemble du territoire national et réunit une multitude de centres entre lesquels s’organisent la circulation des œuvres et celle de leurs interprètes. Il se veut un lieu de mise en relation des initiatives s’inscrivant dans cette démarche et de mise en lumière des recherches susceptibles de contribuer à l’enrichissement de l’encyclopédie thématique de la vie musicale en France que nous appelons de nos vœux. De ce point de vue, Espace musical français est un projet inscrit dans la durée.

S’il est réduit au périmètre national, Espace musical français ne connaît pas de limites chronologiques ou de genre et envisage la vie musicale comme l’ensemble des activités incluant la musique : concert, théâtre lyrique, pratiques amateurs collectives ou individuelles, enseignement, édition, commerce, industrie, lutherie, etc.

La création d’Espace musical français repose sur plusieurs constats : la difficulté d’entreprendre des recherches à l’échelle d’un territoire non limité à une ville ; la rareté des approches comparatives ; l’éparpillement des sources ; la méconnaissance des études existantes. Pour répondre à ces défis, Espace musical français se propose de poursuivre deux objectifs : 1/ faire circuler l’information ; 2/ répertorier les ressources bibliographiques.

Concrètement, Espace musical français se présente sous la forme d’un menu accessible depuis la page d’accueil du Carnet Dezède.

Le premier sous-menu, « Actualités de la recherche », permettra de publier des billets consacrés à la recherche dans ce domaine : publications, projets collectifs ou individuels, présentations de sources ou d’archives, mise en ligne d’inventaires, initiatives locales, etc.

Le second est consacré à une bibliographie de la vie musicale en France accessible selon deux classements, alphabétique ou géographique. Mise en ligne en 2011 et actualisée en 2015, cette bibliographie initialement consacrée au concert en France des origines à 1914 vient de connaître un élargissement de ses limites chronologiques mais aussi de son périmètre puisqu’elle englobe désormais la vie musicale dans tous ses aspects. Pour certains d’entre eux, elle continuera à trouver un complément d’une très grande richesse dans la Bibliographie de la vie théâtrale en province au xixe siècle de Christine Carrère-Saucède. Commencée en 2000 et, depuis lors, régulièrement actualisée par sa rédactrice, cette ressource est un modèle dont les musicologues pourront s’inspirer. Pour d’autres aspects, la bibliographie de la vie musicale en France trouvera aussi son complément dans les références recensées par François Lesure dans son Dictionnaire musical des villes de province (Paris, Klincksieck, 1999). Néanmoins, une partie d’entre elles figure déjà dans la bibliographie d’Espace musical français qui se veut aussi une actualisation du projet de François Lesure.

Espace musical français s’adresse tout autant aux chercheurs professionnels qu’aux chercheurs amateurs et, d’une manière générale, à tous ceux qui s’intéressent à la vie musicale en France des origines à nos jours. Il est libre d’accès et ne nécessite aucune inscription. Néanmoins, l’abonnement à la liste de diffusion du Carnet Dezède permet de recevoir périodiquement une synthèse des derniers billets mis en ligne dans l’ensemble de la publication.

Projet collaboratif, Espace musical français a vocation à abolir la frontière entre l’usager et le contributeur. Les nouveaux billets, brefs ou longs, avec ou sans illustrations (sur le modèle de ceux déjà publiés dans le Carnet Dezède), et les références bibliographiques supplémentaires ne seront pas le fruit des seuls administrateurs du site mais celui de tous ceux qui souhaiteront y apporter leur participation. Deux méthodes sont à leur disposition. La plus simple consiste à transmettre à l’administrateur de la page (yannick.simon@univ-rouen.fr) un texte ou des références bibliographiques qu’il se chargera lui-même de mettre en ligne. Cependant, les contributeurs qui le souhaiteraient peuvent demander à acquérir le statut de rédacteur, recevoir une brève formation, et rédiger eux-mêmes des billets dont la publication reste néanmoins soumise à l’autorisation de l’administrateur. Ce dernier, pour des raisons pratiques, sera le seul à pouvoir ajouter des références dans la bibliographie de la vie musicale en France.

Espace musical français est hébergé sur le Carnet Dezède avec l’ambition d’en élargir le projet initial en s’intéressant à d’autres types d’apport à la recherche sur la vie musicale en France. Outre son contenu, il a pour objectif de constituer un réseau de chercheurs soucieux d’élargir la perspective dans laquelle sont inscrits leurs travaux. C’est pourquoi ses usagers et ses contributeurs en seront les meilleurs ambassadeurs.

Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883)

Les villes visitées par Jules Pasdeloup et son orchestre.

Ce dossier rassemble les programmes des 44 prestations dans les régions françaises de l’orchestre des Concerts populaires de musique classique sous la direction de son fondateur Jules Pasdeloup (1819-1887). Chaque concert est associé à un dossier de presse. L’ensemble vient compléter un article publié dans le n°30 (octobre 2017) de la revue Ad Parnassum et intitulé « Les voyages de Monsieur Pasdeloup : Propagation d’un modèle et d’un répertoire symphonique ».

Entre 1864 et 1883, Jules Pasdeloup et l’orchestre des Concerts populaires de musique classique donnent plus d’une quarantaine de concerts en dehors de Paris. Il n’est pas à exclure que ces voyages d’une formation comptant parfois jusqu’à soixante-quatorze instrumentistes, soient une première en France. Pasdeloup et son orchestre effectuent des déplacements uniques pour un ou deux concerts et, dans un cas (à Bordeaux en 1882), pour une série de treize concerts. Ils entreprennent aussi quatre tournées qui les amènent à visiter, à chacune d’entre elles, de deux à cinq villes.

En fondant en 1861 les Concerts populaires de musique classique, Jules Pasdeloup avait inventé un modèle caractérisé par son implantation dans l’espace de la ville (un cirque-théâtre dans l’est de la capitale), une politique tarifaire suffisamment attractive pour permettre un élargissement significatif du public des concerts symphoniques, un répertoire exigeant centré sur la musique symphonique et les extraits d’opéras. La programmation témoigne de la volonté de Pasdeloup de promouvoir l’œuvre de Wagner en France. Ce modèle connaît de nombreuses déclinaisons en France à partir de 1862. Les voyages de l’orchestre et son chef participent de la circulation de ce modèle tant du point de vue de l’organisation que de celui du répertoire.

> Consulter le dossier « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) » sur Dezède

> Consulter le site de la revue Ad Parnassum

Illustration : Claude Monet, La gare Saint-Lazare (1877)

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) », Carnet Dezède, 06/02/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/685

Les Concerts Pasdeloup (1861-1887)

Le répertoire des Concerts populaires de musique classique, plus connus sous le nom de Concerts Pasdeloup, réunit les 593 programmes de cette société de concerts entre la première prestation de son orchestre, le 27 octobre 1861, et le décès de son fondateur le 13  août 1887.

C’est effectivement en 1861 que Jules Pasdeloup (1819-1887), compositeur, enseignant et chef de l’orchestre de la Société des jeunes artistes du Conservatoire impérial de musique depuis 1852, décide de fonder une société de concerts avec l’ambition de diffuser la musique classique auprès des « masses ». S’il s’inspire, pour les programmes, du modèle de la Société des concerts du Conservatoire, Pasdeloup s’en distingue toutefois en installant son orchestre dans un cirque situé au sein d’un quartier populaire de la capitale et en pratiquant des prix d’entrée modiques. Le succès est au rendez-vous et ne se dément quasiment pas jusqu’au « Festival de retraite de M. J. Pasdeloup » le 31 mai 1884, qui rassemble les principaux compositeurs français venus remercier le chef d’orchestre pour son action en faveur de la musique en général et de la musique française contemporaine en particulier. En réalité, cette apothéose finale dissimule un lent processus de déclin entamé depuis une décennie. Les Concerts populaires résistent mal, après la chute du Second Empire, à la concurrence des Concerts Colonne (1873) et des Concerts Lamoureux (1881). La reconstitution de l’orchestre en 1886, pour une saison à l’issue de laquelle Pasdeloup devait décéder, n’ajoute rien à la gloire de cet infatigable passeur à l’origine du mouvement symphonique français moderne.

> Consultez le dossier “ Concerts Pasdeloup (1861-1887) ” sur Dezède

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Les Concerts Pasdeloup (1861-1887) », Carnet Dezède, 16/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/677

Colloque « 140 ans de musique à Angers »

Programme du premier concert de l’Association artistique d’Angers (Bibliothèque municipale d’Angers)

Les 29 et 30 novembre 2017, se tiendra à l’Université catholique de l’Ouest à Angers un colloque consacré à la vie musicale dans cette ville depuis la fondation de l’Association artistique d’Angers en 1877. Même si le répertoire de cette société de concerts populaires active entre 1877 et 1893 n’a pas été versé dans Dezède — il est consultable dans l’ouvrage de Yannick Simon intitulé L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts (Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.) — Angers est néanmoins présent sur le site à travers deux dossiers : Les premiers concerts populaires à Angers (1864-1865) ; Concerts de musique de chambre à Angers (1864-1877).

Site « Colloque 140 ans de musique à Angers 29 & 30 novembre 2017 »

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Colloque « 140 ans de musique à Angers » », Carnet Dezède, 02/11/2017, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/664