Archives de catégorie : Évolutions

L’actualité des évolutions techniques dans Dezède

L’ISNI et Dezède

Dezède veut dialoguer !

Depuis plusieurs années, Dezède gère les numéros d’ISNI (International Standard Name Identifier), qui est un code normalisé permettant d’identifier au niveau international les noms de personnes ou des organismes “impliqués dans la création, la production, la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques ou faisant l’objet de ces contenus.” (Qu’est-ce que l’ISNI ?, BNF.fr)

Composé de seize chiffres, le numéro d’ISNI est saisi dans une rubrique des “Informations personnelles” de l’individu, comme le montre l’exemple de Mozart ci-dessous :

Deux petites nouveautés viennent d’être ajoutées cet été pour gérer deux cas de figure :

  1. le cas des individus n’ayant pas encore de numéro d’ISNI, donc “Sans ISNI”. Cette option se trouve imméditamment à droite de larubrique ISNI, sous forme de de case à cocher.
  2. le cas des ensembles (orchestres, groupes, etc.), pour lesquelles la rubrique n’existaient pas encore.

Deux améliorations utiles donc, même si pour le moment, Dezède ne gère pas les ISNI multiples.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’ISNI et Dezède », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1045

Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ?

Des livres comme source dans Dezède

Les références bibliographiques s’invitent depuis quelque temps dans la rubrique des  » sources  » de Dezède. L’utilisateur trouve en effet dans tel ouvrage de référence, telle étude scientifique ou tel dictionnaire une information précise permettant de confirmer ou de corriger un événement, et il souhaite le mentionner. Réflexe légitime.

Il faut bien avouer que Dezède n’a pas (encore) été modélisé pour accueillir les études scientifiques, les sources que nous avions envisagées à l’origine étant les sources primaires du spectacle (périodiques, archives, etc.) Mais, en attendant le miracle informatique, il est toutefois possible d’utiliser le modèle des “sources” pour créer une “référence bibliographique” et de d’uniformiser nos pratiques et nos méthodes :

    1. Type. Choisir “Référence bibliographique” ;
    2. Titre. Saisir le titre complet de l’ouvrage (avec son titre secondaire éventuel. NB. Ne pas utiliser la rubrique “Légende” pour saisir le titre secondaire ;
    3. Distinction (imprimé / ms.). Si l’ouvrage est imprimé, ne pas utiliser les rubriques “Lieu de conservation” et “Cote” (réservées aux manuscrits et aux archives) ;
    4. URL. Saisir le lien ark de la BnF (en fait,  adresse url de la notice correspondante sur le catalogue en ligne de la BnF)  ; si l’ouvrage est en ligne sur Gallica, Google Books, Archive.org, etc., indiquer de préférence le lien d’accès à la ressource en ligne (on privilégiera toujours Gallica) NB. Pas de liens commerciaux ;
    5. Auteurs. Normalement utilisée pour l’auteur d’une source (par exemple, le journaliste ayant signé sa critique), il est possible de préciser ici le ou les auteurs de l’étude, et la profession correspondante (musicologue, musicographe, historien, etc.) NB. On évitera d’utiliser dans “Profession” la donnée “auteur” vouée à disparaître de Dezède ;
    6. Individus liés. À ne pas utiliser pour les auteurs de l’ouvrage (rubrique réservée aux citations, par exemple d’un dédicataire pour une étude).

L’affichage exclut pour le moment les auteurs, mêmes si ces derniers sont bien indexés dans Dezède.

> Exemple dans Dezède, l’ouvrage de Nicole Wild et de David Charlton.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ? », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1081

Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique « Nom » [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de « violoniste » ou de « violoncelliste », etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un « s » dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un « acteur » (« actrice »), ou d’un « animateur » (« animatrice »). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un « amoureux » qui devient une « amoureuse » au féminin, mais des « amoureux » au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme « artiste lyrique ». Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur « artiste ». En effet, par défaut, Dezède écrira « artiste lyriques » [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de « chef d’orchestre » est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité « individu ». Par exemple, pour la Malibran qui était « chanteuse » et « compositrice » (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du « titre » – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)
Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher « chanteuse » par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot « Cheffe » renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (« Cheffe ») mais également l’autre forme au masculin (« Chef »).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme « auteur » dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (« autrice ») et une forme plus moderne venue du Québec (« auteure »). Que dire également du féminin d' »auteur-compositeur-interprète » ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717

De l’internationalisation de Dezède

Dezède est désormais disponible en allemand, en anglais, en espagnol et en italien !

drapeauxLe 12 octobre 2016, une amélioration majeure a été apportée à Dezède : la possibilité de changer de langue et de choisir entre l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien… en plus du français !

Depuis sa naissance, le projet Dezède a été pensé pour un développement vers l’international : nous venons de franchir une première étape décisive en proposant quatre traductions du site (front office et back office), dans les langues que nous avons jugées prioritaires. L’objectif de cette internationalisation est autant de diffuser les résultats des chercheurs et des partenaires français à l’étranger, que d’accueillir prochainement de nouveaux chercheurs et partenaires issus d’autres pays que la France et l’espace francophone.

L’internationalisation de Dezède a été rendue possible grâce au soutien de l’université de Rouen Normandie et de l’Institut de Recherche Inter-disciplinaire Homme Société, ayant reçu le soutien de la région Normandie. Nous tenons à les remercier vivement, et en particulier Mme Isabelle Mulot (IRIHS). Nous adressons également nos plus sincères remerciements à l’équipe des traductrices et des compliments bien mérités pour leur travail : Sara Iglesias pour la version allemande, Diane Tisdall pour la version anglaise, Marie Salgues pour la version espagnole et Rosalba Agresta pour la version italienne.

La traduction du site Dezède a été réalisée en trois temps :

  1. en juin 2016, nous avons relu complètement le site, en y apportant quelques mises à jour ; après quoi, notre développeur a déposé les contenus à traduire dans l’application Transifex : l’opération a consisté à isoler et marquer chacun des mots, expressions et phrases devant faire l’objet d’une traduction en leur associant un identifiant numérique ;
  2. de juin à septembre 2016, les contenus ont été traduits en quatre langues ;
  3. en octobre 2016, les contenus traduits ont enfin été intégrés dans Dezède et associés à un système de bascule permettant de passer d’une langue à l’autre.

Ce système de bascule est placé dans le menu déroulant des langues placé en haut à droite de la barre des menus. Il suffit d’y choisir une langue pour transférer le site, non seulement le front office mais également le back office, dans la langue souhaitée.

capture-decran-2016-10-26-a-07-01-58

L’internationalisation n’a cependant pas pour vocation la traduction des données, notamment des sources transcrites, qui resteront toujours dans les langues avec lesquelles elles ont été produites. Il ne s’agit pour le moment que d’une traduction de l’environnement du site. Notre prochain objectif à moyen terme dans ce domaine est double : 1) ajouter de nouvelles langues de consultation ; 2) soumettre d’autres contenus à la traduction (notamment, toutes les listes de valeurs restées en français).

Puisse cette amélioration contribuer à la diffusion des idées culturelles, historiques et patrimoniales autour des spectacles !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’internationalisation de Dezède », Carnet Dezède, 13/10/2016, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/186

De l’accentuation dans le back office

Le problème des accents enfin résolu !

À l’occasion de mises à jour importantes  des solutions informatiques utilisées pour le développement de Dezède (passage à la version 2.8.0 notamment avec passage à Django 1.8), une amélioration notable a été apportée au moteur de recherche du back office, qui permet de rechercher une donnée  sans tenir compte de son accentuation. Cela concerne la plupart des usages orthographiques, issus naturellement de l’alphabet latin (fig. 1-6 et 11-12), mais également de l’alphabet cyrillique (fig. 7-10).

Cette amélioration s’applique à l’ensemble de la base de données, autant sur les œuvres (fig. 1-3), les individus (fig. 4) que sur les lieux (fig. 5-6).

Accents1
fig. 1 – exemple d’une majuscule accentuée
Accents2
fig. 2 – exemple de l’accent circonflexe
Accents3
fig. 3 – exemple de l’épreuve
Accents6
fig. 4 – exemple de Fauré
Accents4
fig. 5 – exemple de la ville d’Évreux
Accents5
fig. 6 – exemple du mot Évêque comportant deux accents différents

Notre expérience pédagogique montre que les jeunes générations ont majoritairement tendance à interroger les moteurs de recherche en tapant des données non accentuées. Cette pratique contre laquelle il est impossible de lutter avait pour conséquence de multiplier les doublons dans Dezède, qui, jusqu’au début de l’année 2016, ne proposait aucune tolérance sur cette question. Ainsi, si l’on tapait “ Faure ” pour trouver “ Fauré ”, la donnée n’apparaissait pas, en conséquence de quoi l’utilisateur créait ensuite un doublon… Remarquons que cette amélioration tend également vers une internationalisation du logiciel, front office et back office, l’idée étant de permettre la saisie de données sur n’importe quel clavier du monde en laissant de côté la question de l’accentuation qui reste complexe d’une langue à l’autre, ou d’une culture à l’autre. Voici quelques exemples en cyrillique :

Accents7
fig. 7
Accents8
fig. 8
Accents10
fig. 9
Accents9
fig. 10

Si je ne pratique pas l’espagnol et que je ne sais pas si telle donnée doit comporter un accent (Gomez ou Gómez, fig. 11) ou un tilde (Vines ou Viñes, fig. 12), il suffit donc de taper sans accent pour retrouver les autorités accentuées. Par ailleurs, si je connais la bonne orthographe de ces noms (avec accents), mais que je ne sais pas comment créer ces accents sur mon clavier (sans passer par les caractères spéciaux ou sans avoir connaissance de tous les raccourcis clavier), il suffit de procéder de la même manière.

Accents12
fig. 11 – exemple de l’espagnol
Accents11
fig. 12 – autre exemple de l’espagnol

Enfin, cette amélioration apporte quelques solutions à d’autres problèmes pas encore tout à fait résolus, comme le oe ligaturé en français (œ), qui est source de nombreux doublons. Si nous engageons les utilisateurs à rechercher les données en ligaturant le “o” et le “e” (par exemple, “chœur” et non “choeur”), le réflexe n’est pas acquis par tout le monde et cohabitent dans la base de données des doublons qu’il faudra fusionner le jour où ce problème sera totalement résolu. Mais enfin, signalons avec l’exemple du mot “œuvre” qu’en tapant la donnée en ligaturant le “o” et le “e”, Dezède renvoie toutes les propositions ligaturées ou non (fig. 13) ; en revanche, en tapant sans ligature, Dezède ne renvoie que les données non ligaturées (fig. 14). Là est pour l’heure la limite de cette belle évolution !

oeuvre1
fig. 13 – “ œuvre ” (oe ligaturé)
oeuvre2
fig. 14 – “ oeuvre ” (oe non ligaturé)

De la recherche d’une ville dans le back office

Vous n’arrivez pas à trouver une ville ?

Si les dernières mises à jour ont apporté tout un lot d’améliorations dans le back office en 2016, le moteur de recherche a perdu un peu de sa pertinence, en particulier pour la recherche des lieux. Nous mettons tout en œuvre pour améliorer ce défaut.

Partons d’un exemple connu : Paris. Si je recherche cette donnée dans une rubrique “ Lieu ” du back office, je constate qu’elle n’apparaît pas dans la liste courte (fig. 1).

Lieu1
fig. 1

Il est important de noter que l’absence de la donnée dans la liste courte ne signifie pas nécessairement que la donnée n’existe pas dans Dezède. C’est pourquoi, avant de créer cette donnée supposée existante (Paris tout de même !) et de créer un doublon dans la base de données, il est indispensable de procéder à une vérification en passant par la loupe qui se trouve au bout de la rubrique. La loupe donne accès à la liste de tous les lieux créés dans Dezède (salles, villes, départements, provinces, régions, états, pays, etc.), soit pour Paris, 15 pages à raison de 20 résultats par page, autrement dit 281 résultats… (fig. 2)

Lieu2
fig. 2

Dezède recherche non seulement la ville de Paris, mais également tous les lieux (salles) associés à cette ville, ce qui explique ce résultat qui peut paraître un peu étrange. Où se trouve Paris dans cette liste ? C’est simple à la lettre P, les lieux étant classés dans l’ordre alphabétique : autrement dit, à la septième page de la liste (fig. 3).

Lieu3
fig. 3 : “ Paris ” est à la troisième ligne de septième page

C’est une manière de procéder pour retrouver un lieu, un peu fastidieuse convenons-en, mais qui fonctionne.

Revenons à la rubrique “ lieu ” (fig. 1) et tentons de contourner momentanément le problème, en évitant notamment de passer par la loupe. Pour ce faire, je vais utiliser une fonctionnalité structurante des données de Dezède : la récursivité. Paris est en effet la capitale de la France : il me suffit donc d’ajouter une contrainte de tri dans la rubrique des lieux et je tape “ Paris France ” (fig. 4).

Lieu4 copie
fig. 4

La donnée émerge alors à la surface et apparaît dans la liste courte (limitée à dix résultats) en troisième position. CQFD.

Je décline maintenant cette astuce à d’autres données de lieux, en particulier les noms homonymes, en prenant comme exemple la ville de Vienne. La recherche brute de la donnée ne donne rien, comme déjà démontré avec la ville de Paris (fig. 5).

Lieu5
fig. 5

En revanche, si je filtre en ajoutant une contrainte, la donnée sort immédiatement, selon que je recherche la ville de Vienne en Autriche (fig. 6) ou la ville de Vienne en France (fig. 7).

Lieu6
fig. 6
Lieu7
fig. 7

J’en profite pour signaler le niveau de récursivité des lieux : pour la France, chaque ville est associée à son département (lui-même à sa région, etc.), ce qui explique pourquoi dans le premier cas (fig. 6), j’associe la ville à son pays, et dans le second (fig. 7), la ville à son département. La division territoriale est un lourd chantier en cours de réalisation, et pour information, quatre pays ont été ainsi découpés : la France (ville-département-région), l’Italie (ville-province), l’Allemagne (ville-Land), les États-Unis (ville-état). Je renvoie ici à la table des lieux qui permettra de suivre l’évolution de ce chantier de la division territoriale.

De l’initiation à la transcription de sources dans Dezède

Un programme informatique interactif destiné à l’apprentissage
  1. Expérience pédagogique et numérique réussie
  2. Présentation
  3. Fonctionnement
  4. Invitation au test
  5. Perspectives
Transcripteur
Vue du didacticiel après vérification : il compare le texte saisi par l’étudiant avec celui qui a été préparé par l’enseignant à partir de la source et dans le respect des règles ; il surligne les erreurs et suggère une piste de correction avant une nouvelle vérification
1. Expérience pédagogique et numérique réussie

Mercredi 24 février 2016, dans le cadre d’un cours d’initiation à la recherche, les étudiants de L2 de l’université de Rouen ont inauguré le didacticiel de formation à la transcription diplomatique dans le domaine de l’histoire du spectacle que nous développons et testons depuis deux ans, avec le soutien de l’université de Rouen (programme de financement Bonus Qualité Enseignement). L’expérience a duré un peu plus d’une heure : placés en autonomie, les étudiants ont intégré un certain nombre de règles à partir de problèmes à résoudre et d’instructions à suivre, avant de passer à la mise en pratique dans la presse parisienne.

2. Présentation

Ce didacticiel permet de s’initier et de se former à la transcription de sources (dans cette première expérience, des périodiques) en respectant un ensemble de règles partagées par la communauté scientifique. La méthode générale est celle de la transcription diplomatique, qui consiste à “photographier” le texte en rapportant fidèlement tous les éléments de la source, et ce sans interprétation de la part du transcripteur (capitales, styles, ponctuations, abréviations, graphies fautives, usages orthographiques, sauts de lignes, etc.) La modernisation est en revanche autorisée sur quelques aspects particuliers (accentuation, ponctuation, justification, etc.)

3. Fonctionnement

L’objectif de l’exercice est de produire une transcription diplomatique du texte à partir des images projetées. Le premier scénario, testé mercredi 24 février, comporte dix étapes, dont huit sont construites autour d’une difficulté précise, et deux, autour de la combinaison de ces difficultés. Chaque étape est validée lorsque le texte saisi correspond exactement au texte contenu dans l’image de la source. Le tutoriel réagit en fonction des problèmes de transcription, en demandant à l’utilisateur de l’améliorer. Pour connaître la nature du ou des problème(s) rencontré(s), il faut passer la souris sur les encadrés rouges  : une bulle d’aide indiquera alors quoi faire (voyez l’exemple ci-dessous : la bulle d’aide signale un “caractère erroné” pour le mot “Demain” qui a été saisi par erreur à la place du mot “Aujourd’hui”).

Bulle
Repérage d’un mot erroné surligné en rouge : une bulle d’aide apparaît en passant la souris dessus

Dans la partie back office, l’enseignant peut configurer le tutoriel sur mesure en utilisant l’outil “Levels”. Chaque niveau (Level) est composé d’une zone de texte pour la rédaction des instructions et d’un outil de sélection d’une ou plusieurs sources dans Dezède, comportant une transcription et une image numérique. À partir de deux sources sélectionnées, l’image proposée à l’étudiant est choisie de manière aléatoire.

Levels
Outil de création des niveaux
Level 4
Exemple : le niveau 4 du premier scénario (instructions et source)

Le second outil proposé dans le back office porte plutôt sur l’évaluation des performances de l’utilisateur : une note moyenne est proposée, le temps passé, le nombre d’étapes franchies, etc., autant de critères qui peuvent être retenus pour une évaluation. L’analyse du travail est plus précise encore : il est possible d’entrer dans le détail de chacune des étapes, et pour chaque étape, dans chaque saisie avant vérification.

Taken anonyme
Un rapport est produit sur les performances de chaque utilisateur : test complet ou non (drapeaux verts et rouges), note finale (dont les critères sont paramétrables), temps passé. NB. Nous avons rendu anonyme la liste des utilisateurs
4. Testez-le !

En vous connectant à l’adresse https://dezede.org/examens/source, vous pourrez tester ce didacticiel. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ! (contact : joann.elart[at]univ-rouen.fr). Notez bien qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un compte sur Dezède pour se connecter.

5. Perspectives

Nous souhaitons mettre à la disposition des enseignants et des enseignants-chercheurs cet outil de formation à la transcription des sources du spectacle. Aujourd’hui, des cours de méthodologie et d’initiation à la recherche sont donnés en licence et master de musicologie aux universités de Rouen et de Montpellier III. Nous espérons que demain cet outil sera en mesure de former les étudiants issus de différentes disciplines (lettres, histoire, arts du spectacle, théâtre, cinéma, etc.)

Nous souhaitons également améliorer cet outil, en multipliant les types de scénarios en fonction des objectifs attendus : imaginer un mode d’apprentissage par type de source (correspondance, critique théâtrale, annonce de presse, etc.) ; pour un même type de source, proposer des scénarios gradués, pour les initiés et pour les confirmés ; aider ponctuellement à l’édition (comment éditer un tableau, etc.) ; différencier les usages entre apprentissage et évaluation.