Archives de catégorie : Évolutions

L’actualité des évolutions techniques dans Dezède

Les Rôles

Avant de créer un nouveau rôle dans Dezède, il est primordial de vérifier si celui-ci existe ou pas dans la base de données, et dans la négative, de le créer.

NB. Les rôles doivent être créés « dans la langue », c’est-à-dire dans la version de l’œuvre à laquelle fait référence l’événement. Ainsi, on pensera à distinguer « Agathe » du Freischütz de Weber (version allemande) d’« Anna » de Robin des bois (version française du Freischütz). Pour retrouver l’orthographe et l’appellation des rôles dans la langue, consultez les fiches Wikipédia, souvent bien faites pour les œuvres françaises (mais pas pour les traductions), et les pages traduites liées, mais privilégiez la consultation des sources, notamment dans les premières pages des partitions ou des livrets que vous pourrez trouver sur Gallica, archive.org ou IMSLP.

Astuce rapide pour vérifier l’existence d’un rôle :

1. Ouvrez le menu administration, puis cliquez sur le sous-menu événements ;

2. Ouvrez l’événement concerné ;

3. Dans « Distribution », cliquez sur « ajouter un objet élément de distribution supplémentaire » ;

4. Quatre rubriques apparaissent : « individu », « ensemble », « rôle et instrument », « profession » > choisissez « rôle et instrument » ;

5. Tapez ensuite dans la rubrique le nom de votre rôle, sans article. Deux options : 5.1. une ou plusieurs données apparaissent ; 5.2. « 0 résultat » ;


5.1. Si vous recherchez le rôle de Marie dans La Fille du Régiment, la base de données vous renvoie plusieurs données du type « Marie (La Fille du Régiment) », « Marie (Wozzeck) », « Marie (Madame de Sévigné) », etc. Autrement dit, l’association du rôle que vous tapez et des titres d’œuvre qui vous sont proposés vous guide vers la donnée recherchée. Si la donnée existe et correspond à votre recherche – dans notre exemple « Marie (La Fille du Régiment) » –, il suffit de la sélectionner en cliquant dessus. Si la donnée n’apparaît pas, deux cas de figure :

  • 5.1.1. Elle est absente dans une liste qui comportent moins de dix résultats > elle n’existe pas, il faut la créer (voir 5.2) ;
  • 5.1.2. Elle est absente dans une liste comportant dix résultats ou plus (pour des raisons de performance, nous rappelons que l’affichage des listes de données est limité à dix résultats), ce qui est le cas dans notre exemple « Marie » > il faut alors cliquer dans la loupe à droite de la rubrique, et, dans la table des rôles et des instruments, taper à nouveau la requête « Marie » et valider. On constate alors que les résultats sont supérieurs à dix et permettent d’accéder par exemple à une donnée qui n’apparaissait pas dans la liste courte, le rôle de Marie dans Les Mousquetaires au couvent. Dans ce cas, il suffit de cliquer sur la donnée recherchée (colonne « rôle et instrument ») pour la valider.

5.2. Si la donnée n’existe pas, il faut donc la créer : pour cela, il suffit de cliquer sur la loupe à droite de la rubrique puis sur le bouton « ajouter rôle ou instrument » en haut à droite. Dans la fenêtre surgissante « Ajout rôle et instrument » : cochez le type (« rôle ») ; tapez le nom du rôle dans « Nom » mais également dans « Nom (pluriel) » pour forcer le singulier sur les noms propres et éviter par exemple d’afficher des « Carmens » quand plusieurs chanteuses se partagent le rôle sur une production ; cherchez votre œuvre dans la rubrique « œuvre » et enregistrez. Ne rien préciser dans les autres rubriques (notamment « profession » : cette rubrique est réservée aux métiers du spectacle, et il ne s’agit pas de préciser le métier qu’exerce un personnage, par exemple « brigadier » pour Don José dans Carmen. NB. Ces précisions sur un rôle peuvent être ajoutées dans la rubrique « notes publiques » dans le sous-menu des « notes », tout comme il est possible de préciser des sources ou autres informations utiles dans les « notes privées »).


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Les Rôles », Carnet Dezède, 31/05/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2489

Article rédigé en collaboration avec Marion Blanc.

Plus d’auteurs dans Dezède ?

La disparition d’une profession qui n’en est pas une

Sans revenir sur la définition du mot auteur (pour laquelle nous renvoyons à celle d’Antoine Campagnon dans son Quatrième cours publié sur Fabula), nous pouvons rappeler les deux sens retenus par le Trésor de la langue française : « I. Celui ou celle qui est la cause première ou principale d’une chose. Synon. créateur, instigateur, inventeur, responsable. II. Domaine des arts, des sc. et des lettres. Celui ou celle qui, par occasion ou par profession, écrit un ouvrage ou produit une œuvre de caractère artistique. »

La notion d’auteur est donc multiple : si un sens restreint désigne effectivement l’écrivain, le sens général englobe toutes personnes faisant autorité par son œuvre, dans tous les domaines des arts. Ainsi, un compositeur est un auteur : alors pourquoi faudrait-il  dire d’un écrivain qu’il est simplement auteur ? L’auteur désigne donc autant le compositeur, le librettiste, l’auteur dramatique, l’écrivain, le poète, le journaliste que le peintre ou le sculpteur. Aussi, pour éviter toute équivocité sur la profession d’un individu, il a été décidé de bannir cette donnée des professions indexées dans Dezède, ce qui a été fait – après migration des centaines de données liées, individus et œuvres – à 15h15 le 16 mars 2019 !

L’ISNI et Dezède

Dezède veut dialoguer !

Depuis plusieurs années, Dezède gère les numéros d’ISNI (International Standard Name Identifier), qui est un code normalisé permettant d’identifier au niveau international les noms de personnes ou des organismes “impliqués dans la création, la production, la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques ou faisant l’objet de ces contenus.” (Qu’est-ce que l’ISNI ?, BNF.fr)

Composé de seize chiffres, le numéro d’ISNI est saisi dans une rubrique des “Informations personnelles” de l’individu, comme le montre l’exemple de Mozart ci-dessous :

Deux petites nouveautés viennent d’être ajoutées cet été pour gérer deux cas de figure :

  1. le cas des individus n’ayant pas encore de numéro d’ISNI, donc “Sans ISNI”. Cette option se trouve immédiatemment à droite de la rubrique ISNI, sous forme de case à cocher.
  2. le cas des ensembles (orchestres, groupes, etc.), pour lesquels la rubrique n’existait pas encore.

Deux améliorations utiles donc, même si pour le moment, Dezède ne gère pas les ISNI multiples.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’ISNI et Dezède », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1045

Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ?

Des livres comme source dans Dezède

Les références bibliographiques s’invitent depuis quelque temps dans la rubrique des “sources” de Dezède. L’utilisateur trouve en effet dans tel ouvrage de référence, telle étude scientifique ou tel dictionnaire une information précise permettant de confirmer ou de corriger un événement, et il souhaite le mentionner. Réflexe légitime.

Il faut bien avouer que Dezède n’a pas (encore) été modélisé pour accueillir les études scientifiques, les sources que nous avions envisagées à l’origine étant les sources primaires du spectacle (périodiques, archives, etc.) Mais, en attendant le miracle informatique, il est toutefois possible d’utiliser le modèle des “sources” pour créer une “référence bibliographique” et d’uniformiser nos pratiques et nos méthodes :

      • Type. Choisir “Référence bibliographique” ;
      • Titre. Saisir le titre complet de l’ouvrage (avec son titre secondaire éventuel. NB. Ne pas utiliser la rubrique “Légende” pour saisir le titre secondaire ;
      • Distinction (imprimé / ms.). Si l’ouvrage est imprimé, ne pas utiliser les rubriques “Lieu de conservation” et “Cote” (réservées aux manuscrits et aux archives) ;
      • URL. Saisir le lien ark de la BnF (en fait,  adresse url de la notice correspondante sur le catalogue en ligne de la BnF)  ; si l’ouvrage est en ligne sur Gallica, Google Books, Archive.org, etc., indiquer de préférence le lien d’accès à la ressource en ligne (on privilégiera toujours Gallica) NB. Pas de liens commerciaux ;
      • Auteurs. Normalement utilisée pour l’auteur d’une source (par exemple, le journaliste ayant signé sa critique), il est possible de préciser ici le ou les auteurs de l’étude, et la profession correspondante (musicologue, musicographe, historien, etc.) NB. On n’utilisera pas dans “Profession” la donnée “auteur” (lire ce billet) ;
      • Individus liés. À ne pas utiliser pour les auteurs de l’ouvrage (rubrique réservée aux citations, par exemple d’un dédicataire pour une étude).

L’affichage exclut pour le moment les auteurs, mêmes si ces derniers sont bien indexés dans Dezède.

> Exemple dans Dezède, l’ouvrage de Nicole Wild et de David Charlton.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ? », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1081

Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique “Nom” [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de “violoniste” ou de “violoncelliste”, etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un “s” dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un “acteur” (“actrice”), ou d’un “animateur” (“animatrice”). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un “amoureux” qui devient une “amoureuse” au féminin, mais des “amoureux” au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme “artiste lyrique”. Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur “artiste”. En effet, par défaut, Dezède écrira “artiste lyriques” [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de “chef d’orchestre” est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité “individu”. Par exemple, pour la Malibran qui était “chanteuse” et “compositrice” (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du “titre” – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)

Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher “chanteuse” par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot “Cheffe” renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (“Cheffe”) mais également l’autre forme au masculin (“Chef”).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme “auteur” dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (“autrice”) et une forme plus moderne venue du Québec (“auteure”). Que dire également du féminin d'”auteur-compositeur-interprète” ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717