Archives de catégorie : Astuces

Dupliquer et transformer une donnée

Une série d’événements à la distribution identique ? Dupliquez !

Une nouvelle fonctionnalité très attendue par les utilisateurs a été installée cette année. Elle permet, en un simple clic, de “dupliquer” une donnée, puis de la “transformer”.

Cette fonctionnalité est accessible par le bouton  bleu “Enregistrer en tant que nouveau” qui se trouve en bas à gauche de la fenêtre, à proximité du bouton rouge “Supprimer” (fig. 1). S’agissant d’une fonctionnalité sensible et qu’il faut utiliser avec parcimonie, nous avons préféré la séparer des boutons d’enregistrement ordinaires qui se trouvent, eux, à droite de la fenêtre.

Fig. 1 – Le bouton “Enregistrer en tant que nouveau”

Il est utile de préciser en préambule qu’il est impossible de “dupliquer” une donnée nouvelle, encore non enregistrée, tout comme il est d’ailleurs impossible de la supprimer. Aussi, les boutons de “duplication” et de “suppression” apparaissent-ils seulement une fois le premier enregistrement activé (fig. 2).

Fig. 2 – Lors de la création d’une donnée (ici, un événement), les boutons “Supprimer” et “Enregistrer en tant que nouveau” ne sont pas accessibles : ils apparaissent après le premier enregistrement.

 

Dupliquer quoi et comment ?

Cette fonctionnalité est très utile, en particulier, pour les séries d’événements caractéristiques des modes de production aujourd’hui, en institution ou en tournée. Elle rend en effet de grands services s’agissant des distributions, souvent lourdes, qui se répètent d’un événement à l’autre : la duplication permet alors de les récupérer in extenso, sans qu’il ne soit nécessaire de les rebâtir, comme c’était le cas précédemment.

Par exemple, la production des Amants magnifiques de Molière, portée entre autres par le Centre de Musique Baroque de Versailles, a été représentée à onze reprises en 2017, entre Massy, Rennes, Le Touquet, Avignon et Reims. La distribution impressionnante compte pas moins de 27 rôles que se répartissent 9 chanteurs, sans compter le directeur musical, le directeur artistique, le chorégraphe, le metteur en scène, le décorateur, le costumier, l’éclairagiste et les 3 ensembles (voir le premier événement de la série).

À partir de ce premier événement achevé et enregistré, il suffit ensuite de cliquer sur le bouton “Enregistrer en tant que nouveau”. Un bandeau vert s’affiche (fig. 3) indiquant que l’opération a réussi : “L’objet événement […] a été ajouté avec succès. Vous pouvez continuer l’édition ci-dessous”.

Fig. 3 – L’événement vient d’être dupliqué, comme l’indique le bandeau vert.

Dezède vient donc de mettre de côté le premier événement, pour afficher à l’écran, sous le bandeau vert, le second dupliqué. C’est alors qu’il faut apporter à ce doublon parfait les particularités qui le distinguent du premier : la date, l’horaire, le lieu, des changements éventuels de distribution, un complément de programme, etc. Une fois ces corrections réalisées, il suffit alors d’enregistrer pour valider le tout, avant une éventuelle nouvelle duplication. NB. Il est important de noter que l’opération ne duplique pas le lien qui unit la source à l’événement d’origine. Aussi, faudra-t-il recréer ce lien à la source, ou à une autre source, manuellement.

Pensée avant tout pour rendre moins fastidieuse la reconstitution des distributions dans les événements, cette fonctionnalité est toutefois disponible dans les différents modèles de Dezède : il est donc théoriquement possible de dupliquer une source, une œuvre, un individu, un ensemble, un lieu, un rôle, etc., même si en pratique, ce type de duplication n’a pas beaucoup de sens et n’offre pas, ou très peu d’avantages.


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dupliquer et transformer une donnée », Carnet Dezède, 21/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2896

Rechercher directement par pseudonyme

Parmi les dernières évolutions apportées au logiciel, figure celle de la recherche directe par pseudonyme dans la base de données. Jusqu’en février dernier,  il était en effet impossible de retrouver les œuvres en les appelant par leur auteur quand celui-ci signait sous pseudonyme (Molière, Voltaire,  Christophe, etc.) Il fallait ainsi toujours penser à interroger la base de données par leur patronyme (Poquelin, Arouet, Bevilacqua, etc.) pour éviter une recherche infructueuse. En conséquence de cette contrainte, de nombreux doublons étaient régulièrement  créés.

Cette  anomalie est désormais corrigée : l’interrogation de la base de données par le pseudonyme est aussi efficace que par son patronyme. Voici quelques vues extraites de différentes parties du logiciel (le choix de “Voltaire” est purement théorique) :

1) recherche d’une œuvre, dans la table des œuvres, par l’auteur, à “Voltaire” (fig. 1) et “Arouet” (fig. 2)

Fig. 1
Fig. 2

2) recherche d’une œuvre, dans la rubrique des œuvres d’un élément de programme, à “Voltaire” (fig. 3)

Fig. 3

3) recherche d’un individu, dans la rubrique de distribution d’un événement, à “Voltaire” (fig. 4)

Fig. 4

4) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus liés (indexation) d’une source, à “Voltaire” (fig. 5)

Fig. 5

5) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus des membres d’un ensemble, à “Voltaire” (fig. 6)

Fig. 6

6) recherche dans le moteur de recherche de la barre de menu (recherche simple), à “Voltaire” (fig. 7)

Fig. 7

7) recherche dans le moteur de recherche avec filtres (recherche avancée), à “Voltaire” (fig. 8)

Fig. 8

8) recherche d’un individu, dans l’index général de Dezède, à “Voltaire” (fig. 9) et “Arouet” (fig. 10)

Fig. 9
Fig. 10

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Rechercher directement par pseudonyme », Carnet Dezède, 20/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2884

Géolocaliser en cinq clics et deux copier-coller

Une évolution importante facilitant la géolocalisation !

Depuis mars 2019, la géolocalisation dans Dezède a fait un bond en avant, avec la mise en place d’un système combinant l’outil cartographique avec des coordonnées GPS en deux rubriques latitude et longitude. Précédemment, il fallait se munir de patience pour placer manuellement un point de géolocalisation sur une carte. Désormais, cinq clics et deux copier-coller suffisent !

Méthode à suivre

Rechercher le lieu dans Google (ex. Rouen), puis  cliquer sur la carte.

Zoomer / dézoomer sur le lieu pour faire apparaître son nom. En passant la flèche de la souris, le nom apparaît dans une surbrillance bleue. Cliquer alors dessus en enfonçant au préalable la touche CTRL / CONTROL qui fait apparaître le menu contextuel.

Cliquer sur « Plus d’infos sur cet endroit ». Cela fait apparaître une pop-up en bas de l’écran dans laquelle se trouvent les coordonnées GPS.

Cliquer dessus pour activer la marge de gauche dans laquelle il est possible de les copier (les deux coordonnées sur la deuxième ligne).

Les copier dans tout en bas, sous la carte,  dans les rubriques Latitude et Longitude, puis enregistrer. C’est fini !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Géolocaliser en cinq clics et deux copier-coller », Carnet Dezède, 14/09/2019, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2640

Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique « Nom » [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de « violoniste » ou de « violoncelliste », etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un « s » dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un « acteur » (« actrice »), ou d’un « animateur » (« animatrice »). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un « amoureux » qui devient une « amoureuse » au féminin, mais des « amoureux » au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme « artiste lyrique ». Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur « artiste ». En effet, par défaut, Dezède écrira « artiste lyriques » [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de « chef d’orchestre » est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité « individu ». Par exemple, pour la Malibran qui était « chanteuse » et « compositrice » (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du « titre » – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)
Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher « chanteuse » par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot « Cheffe » renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (« Cheffe ») mais également l’autre forme au masculin (« Chef »).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme « auteur » dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (« autrice ») et une forme plus moderne venue du Québec (« auteure »). Que dire également du féminin d' »auteur-compositeur-interprète » ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717