Archives de catégorie : Conseils aux utilisateurs

L’ISNI et Dezède

Dezède veut dialoguer !

Depuis plusieurs années, Dezède gère les numéros d’ISNI (International Standard Name Identifier), qui est un code normalisé permettant d’identifier au niveau international les noms de personnes ou des organismes “impliqués dans la création, la production, la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques ou faisant l’objet de ces contenus.” (Qu’est-ce que l’ISNI ?, BNF.fr)

Composé de seize chiffres, le numéro d’ISNI est saisi dans une rubrique des “Informations personnelles” de l’individu, comme le montre l’exemple de Mozart ci-dessous :

Deux petites nouveautés viennent d’être ajoutées cet été pour gérer deux cas de figure :

  1. le cas des individus n’ayant pas encore de numéro d’ISNI, donc “Sans ISNI”. Cette option se trouve imméditamment à droite de larubrique ISNI, sous forme de de case à cocher.
  2. le cas des ensembles (orchestres, groupes, etc.), pour lesquelles la rubrique n’existaient pas encore.

Deux améliorations utiles donc, même si pour le moment, Dezède ne gère pas les ISNI multiples.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’ISNI et Dezède », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1045

Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ?

Des livres comme source dans Dezède

Les références bibliographiques s’invitent depuis quelque temps dans la rubrique des  » sources  » de Dezède. L’utilisateur trouve en effet dans tel ouvrage de référence, telle étude scientifique ou tel dictionnaire une information précise permettant de confirmer ou de corriger un événement, et il souhaite le mentionner. Réflexe légitime.

Il faut bien avouer que Dezède n’a pas (encore) été modélisé pour accueillir les études scientifiques, les sources que nous avions envisagées à l’origine étant les sources primaires du spectacle (périodiques, archives, etc.) Mais, en attendant le miracle informatique, il est toutefois possible d’utiliser le modèle des “sources” pour créer une “référence bibliographique” et de d’uniformiser nos pratiques et nos méthodes :

    1. Type. Choisir “Référence bibliographique” ;
    2. Titre. Saisir le titre complet de l’ouvrage (avec son titre secondaire éventuel. NB. Ne pas utiliser la rubrique “Légende” pour saisir le titre secondaire ;
    3. Distinction (imprimé / ms.). Si l’ouvrage est imprimé, ne pas utiliser les rubriques “Lieu de conservation” et “Cote” (réservées aux manuscrits et aux archives) ;
    4. URL. Saisir le lien ark de la BnF (en fait,  adresse url de la notice correspondante sur le catalogue en ligne de la BnF)  ; si l’ouvrage est en ligne sur Gallica, Google Books, Archive.org, etc., indiquer de préférence le lien d’accès à la ressource en ligne (on privilégiera toujours Gallica) NB. Pas de liens commerciaux ;
    5. Auteurs. Normalement utilisée pour l’auteur d’une source (par exemple, le journaliste ayant signé sa critique), il est possible de préciser ici le ou les auteurs de l’étude, et la profession correspondante (musicologue, musicographe, historien, etc.) NB. On évitera d’utiliser dans “Profession” la donnée “auteur” vouée à disparaître de Dezède ;
    6. Individus liés. À ne pas utiliser pour les auteurs de l’ouvrage (rubrique réservée aux citations, par exemple d’un dédicataire pour une étude).

L’affichage exclut pour le moment les auteurs, mêmes si ces derniers sont bien indexés dans Dezède.

> Exemple dans Dezède, l’ouvrage de Nicole Wild et de David Charlton.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ? », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1081

De l’accentuation dans le back office

Le problème des accents enfin résolu !

À l’occasion de mises à jour importantes  des solutions informatiques utilisées pour le développement de Dezède (passage à la version 2.8.0 notamment avec passage à Django 1.8), une amélioration notable a été apportée au moteur de recherche du back office, qui permet de rechercher une donnée  sans tenir compte de son accentuation. Cela concerne la plupart des usages orthographiques, issus naturellement de l’alphabet latin (fig. 1-6 et 11-12), mais également de l’alphabet cyrillique (fig. 7-10).

Cette amélioration s’applique à l’ensemble de la base de données, autant sur les œuvres (fig. 1-3), les individus (fig. 4) que sur les lieux (fig. 5-6).

Accents1
fig. 1 – exemple d’une majuscule accentuée
Accents2
fig. 2 – exemple de l’accent circonflexe
Accents3
fig. 3 – exemple de l’épreuve
Accents6
fig. 4 – exemple de Fauré
Accents4
fig. 5 – exemple de la ville d’Évreux
Accents5
fig. 6 – exemple du mot Évêque comportant deux accents différents

Notre expérience pédagogique montre que les jeunes générations ont majoritairement tendance à interroger les moteurs de recherche en tapant des données non accentuées. Cette pratique contre laquelle il est impossible de lutter avait pour conséquence de multiplier les doublons dans Dezède, qui, jusqu’au début de l’année 2016, ne proposait aucune tolérance sur cette question. Ainsi, si l’on tapait “ Faure ” pour trouver “ Fauré ”, la donnée n’apparaissait pas, en conséquence de quoi l’utilisateur créait ensuite un doublon… Remarquons que cette amélioration tend également vers une internationalisation du logiciel, front office et back office, l’idée étant de permettre la saisie de données sur n’importe quel clavier du monde en laissant de côté la question de l’accentuation qui reste complexe d’une langue à l’autre, ou d’une culture à l’autre. Voici quelques exemples en cyrillique :

Accents7
fig. 7
Accents8
fig. 8
Accents10
fig. 9
Accents9
fig. 10

Si je ne pratique pas l’espagnol et que je ne sais pas si telle donnée doit comporter un accent (Gomez ou Gómez, fig. 11) ou un tilde (Vines ou Viñes, fig. 12), il suffit donc de taper sans accent pour retrouver les autorités accentuées. Par ailleurs, si je connais la bonne orthographe de ces noms (avec accents), mais que je ne sais pas comment créer ces accents sur mon clavier (sans passer par les caractères spéciaux ou sans avoir connaissance de tous les raccourcis clavier), il suffit de procéder de la même manière.

Accents12
fig. 11 – exemple de l’espagnol
Accents11
fig. 12 – autre exemple de l’espagnol

Enfin, cette amélioration apporte quelques solutions à d’autres problèmes pas encore tout à fait résolus, comme le oe ligaturé en français (œ), qui est source de nombreux doublons. Si nous engageons les utilisateurs à rechercher les données en ligaturant le “o” et le “e” (par exemple, “chœur” et non “choeur”), le réflexe n’est pas acquis par tout le monde et cohabitent dans la base de données des doublons qu’il faudra fusionner le jour où ce problème sera totalement résolu. Mais enfin, signalons avec l’exemple du mot “œuvre” qu’en tapant la donnée en ligaturant le “o” et le “e”, Dezède renvoie toutes les propositions ligaturées ou non (fig. 13) ; en revanche, en tapant sans ligature, Dezède ne renvoie que les données non ligaturées (fig. 14). Là est pour l’heure la limite de cette belle évolution !

oeuvre1
fig. 13 – “ œuvre ” (oe ligaturé)
oeuvre2
fig. 14 – “ oeuvre ” (oe non ligaturé)

De la recherche d’une ville dans le back office

Vous n’arrivez pas à trouver une ville ?

Si les dernières mises à jour ont apporté tout un lot d’améliorations dans le back office en 2016, le moteur de recherche a perdu un peu de sa pertinence, en particulier pour la recherche des lieux. Nous mettons tout en œuvre pour améliorer ce défaut.

Partons d’un exemple connu : Paris. Si je recherche cette donnée dans une rubrique “ Lieu ” du back office, je constate qu’elle n’apparaît pas dans la liste courte (fig. 1).

Lieu1
fig. 1

Il est important de noter que l’absence de la donnée dans la liste courte ne signifie pas nécessairement que la donnée n’existe pas dans Dezède. C’est pourquoi, avant de créer cette donnée supposée existante (Paris tout de même !) et de créer un doublon dans la base de données, il est indispensable de procéder à une vérification en passant par la loupe qui se trouve au bout de la rubrique. La loupe donne accès à la liste de tous les lieux créés dans Dezède (salles, villes, départements, provinces, régions, états, pays, etc.), soit pour Paris, 15 pages à raison de 20 résultats par page, autrement dit 281 résultats… (fig. 2)

Lieu2
fig. 2

Dezède recherche non seulement la ville de Paris, mais également tous les lieux (salles) associés à cette ville, ce qui explique ce résultat qui peut paraître un peu étrange. Où se trouve Paris dans cette liste ? C’est simple à la lettre P, les lieux étant classés dans l’ordre alphabétique : autrement dit, à la septième page de la liste (fig. 3).

Lieu3
fig. 3 : “ Paris ” est à la troisième ligne de septième page

C’est une manière de procéder pour retrouver un lieu, un peu fastidieuse convenons-en, mais qui fonctionne.

Revenons à la rubrique “ lieu ” (fig. 1) et tentons de contourner momentanément le problème, en évitant notamment de passer par la loupe. Pour ce faire, je vais utiliser une fonctionnalité structurante des données de Dezède : la récursivité. Paris est en effet la capitale de la France : il me suffit donc d’ajouter une contrainte de tri dans la rubrique des lieux et je tape “ Paris France ” (fig. 4).

Lieu4 copie
fig. 4

La donnée émerge alors à la surface et apparaît dans la liste courte (limitée à dix résultats) en troisième position. CQFD.

Je décline maintenant cette astuce à d’autres données de lieux, en particulier les noms homonymes, en prenant comme exemple la ville de Vienne. La recherche brute de la donnée ne donne rien, comme déjà démontré avec la ville de Paris (fig. 5).

Lieu5
fig. 5

En revanche, si je filtre en ajoutant une contrainte, la donnée sort immédiatement, selon que je recherche la ville de Vienne en Autriche (fig. 6) ou la ville de Vienne en France (fig. 7).

Lieu6
fig. 6
Lieu7
fig. 7

J’en profite pour signaler le niveau de récursivité des lieux : pour la France, chaque ville est associée à son département (lui-même à sa région, etc.), ce qui explique pourquoi dans le premier cas (fig. 6), j’associe la ville à son pays, et dans le second (fig. 7), la ville à son département. La division territoriale est un lourd chantier en cours de réalisation, et pour information, quatre pays ont été ainsi découpés : la France (ville-département-région), l’Italie (ville-province), l’Allemagne (ville-Land), les États-Unis (ville-état). Je renvoie ici à la table des lieux qui permettra de suivre l’évolution de ce chantier de la division territoriale.