Archives de catégorie : Conseils aux utilisateurs

Dupliquer et transformer une donnée

Une série d’événements à la distribution identique ? Dupliquez !

Une nouvelle fonctionnalité très attendue par les utilisateurs a été installée cette année. Elle permet, en un simple clic, de “dupliquer” une donnée, puis de la “transformer”.

Cette fonctionnalité est accessible par le bouton  vert “Dupliquer” qui se trouve en bas à gauche de la fenêtre, à proximité du bouton rouge “Supprimer” (fig. 1). S’agissant d’une fonctionnalité sensible et qu’il faut utiliser avec parcimonie, nous avons préféré la séparer des boutons d’enregistrement ordinaires qui se trouvent, eux, à droite de la fenêtre.

Fig. 1 – Le bouton “Dupliquer”

 

Il est utile de préciser en préambule qu’il est impossible de “dupliquer” une donnée nouvelle, encore non enregistrée, tout comme il est d’ailleurs impossible de la supprimer. Aussi, les boutons de “duplication” et de “suppression” apparaissent-ils seulement une fois le premier enregistrement activé (fig. 2).

Fig. 2 – Lors de la création d’une donnée (ici, un événement), les boutons “Supprimer” et “Dupliquer” ne sont pas accessibles : ils apparaissent après le premier enregistrement.

 

Dupliquer quoi et comment ?

Cette fonctionnalité est très utile, en particulier, pour les séries d’événements caractéristiques des modes de production aujourd’hui, en institution ou en tournée. Elle rend en effet de grands services s’agissant des distributions, souvent lourdes, qui se répètent d’un événement à l’autre : la duplication permet alors de les récupérer in extenso, sans qu’il ne soit nécessaire de les rebâtir, comme c’était le cas précédemment.

Par exemple, la production des Amants magnifiques de Molière, portée entre autres par le Centre de Musique Baroque de Versailles, a été représentée à onze reprises en 2017, entre Massy, Rennes, Le Touquet, Avignon et Reims. La distribution impressionnante compte pas moins de 27 rôles que se répartissent 9 chanteurs, sans compter le directeur musical, le directeur artistique, le chorégraphe, le metteur en scène, le décorateur, le costumier, l’éclairagiste et les 3 ensembles (voir le premier événement de la série).

À partir de ce premier événement achevé et enregistré, il suffit ensuite de cliquer sur le bouton “Dupliquer”. Un bandeau vert s’affiche (fig. 3) indiquant que l’opération a réussi : “L’objet événement […] a été ajouté avec succès. Vous pouvez continuer l’édition ci-dessous”.

Fig. 3 – L’événement vient d’être dupliqué, comme l’indique le bandeau vert.

Dezède vient donc de mettre de côté le premier événement, pour afficher à l’écran, sous le bandeau vert, le second dupliqué. C’est alors qu’il faut apporter à ce doublon parfait les particularités qui le distinguent du premier : la date, l’horaire, le lieu, des changements éventuels de distribution, un complément de programme, etc. Une fois ces corrections réalisées, il suffit alors d’enregistrer pour valider le tout, avant une éventuelle nouvelle duplication. NB. Il est important de noter que l’opération ne duplique pas le lien qui unit la source à l’événement d’origine. Aussi, faudra-t-il recréer ce lien à la source, ou à une autre source, manuellement.

Pensée avant tout pour rendre moins fastidieuse la reconstitution des distributions dans les événements, cette fonctionnalité est toutefois disponible dans les différents modèles de Dezède : il est donc théoriquement possible de dupliquer une source, une œuvre, un individu, un ensemble, un lieu, un rôle, etc., même si en pratique, ce type de duplication n’a pas beaucoup de sens et n’offre pas, ou très peu d’avantages.


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Dupliquer et transformer une donnée », Carnet Dezède, 21/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2896

Rechercher directement par pseudonyme

Parmi les dernières évolutions apportées au logiciel, figure celle de la recherche directe par pseudonyme dans la base de données. Jusqu’en février dernier,  il était en effet impossible de retrouver les œuvres en les appelant par leur auteur quand celui-ci signait sous pseudonyme (Molière, Voltaire,  Christophe, etc.) Il fallait ainsi toujours penser à interroger la base de données par leur patronyme (Poquelin, Arouet, Bevilacqua, etc.) pour éviter une recherche infructueuse. En conséquence de cette contrainte, de nombreux doublons étaient régulièrement  créés.

Cette  anomalie est désormais corrigée : l’interrogation de la base de données par le pseudonyme est aussi efficace que par son patronyme. Voici quelques vues extraites de différentes parties du logiciel (le choix de “Voltaire” est purement théorique) :

1) recherche d’une œuvre, dans la table des œuvres, par l’auteur, à “Voltaire” (fig. 1) et “Arouet” (fig. 2)

Fig. 1
Fig. 2

2) recherche d’une œuvre, dans la rubrique des œuvres d’un élément de programme, à “Voltaire” (fig. 3)

Fig. 3

3) recherche d’un individu, dans la rubrique de distribution d’un événement, à “Voltaire” (fig. 4)

Fig. 4

4) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus liés (indexation) d’une source, à “Voltaire” (fig. 5)

Fig. 5

5) recherche d’un individu, dans la rubrique des individus des membres d’un ensemble, à “Voltaire” (fig. 6)

Fig. 6

6) recherche dans le moteur de recherche de la barre de menu (recherche simple), à “Voltaire” (fig. 7)

Fig. 7

7) recherche dans le moteur de recherche avec filtres (recherche avancée), à “Voltaire” (fig. 8)

Fig. 8

8) recherche d’un individu, dans l’index général de Dezède, à “Voltaire” (fig. 9) et “Arouet” (fig. 10)

Fig. 9
Fig. 10

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Rechercher directement par pseudonyme », Carnet Dezède, 20/04/2020, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/2884

Plus d’auteurs dans Dezède ?

La disparition d’une profession qui n’en est pas une

Sans revenir sur la définition du mot auteur (pour laquelle nous renvoyons à celle d’Antoine Campagnon dans son Quatrième cours publié sur Fabula), nous pouvons rappeler les deux sens retenus par le Trésor de la langue française : « I. Celui ou celle qui est la cause première ou principale d’une chose. Synon. créateur, instigateur, inventeur, responsable. II. Domaine des arts, des sc. et des lettres. Celui ou celle qui, par occasion ou par profession, écrit un ouvrage ou produit une œuvre de caractère artistique. »

La notion d’auteur est donc multiple : si un sens restreint désigne effectivement l’écrivain, le sens général englobe toutes personnes faisant autorité par son œuvre, dans tous les domaines des arts. Ainsi, un compositeur est un auteur : alors pourquoi faudrait-il  dire d’un écrivain qu’il est simplement auteur ? L’auteur désigne donc autant le compositeur, le librettiste, l’auteur dramatique, l’écrivain, le poète, le journaliste que le peintre ou le sculpteur. Aussi, pour éviter toute équivocité sur la profession d’un individu, il a été décidé de bannir cette donnée des professions indexées dans Dezède, ce qui a été fait – après migration des centaines de données liées, individus et œuvres – à 15h15 le 16 mars 2019 !

L’ISNI et Dezède

Dezède veut dialoguer !

Depuis plusieurs années, Dezède gère les numéros d’ISNI (International Standard Name Identifier), qui est un code normalisé permettant d’identifier au niveau international les noms de personnes ou des organismes “impliqués dans la création, la production, la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques ou faisant l’objet de ces contenus.” (Qu’est-ce que l’ISNI ?, BNF.fr)

Composé de seize chiffres, le numéro d’ISNI est saisi dans une rubrique des “Informations personnelles” de l’individu, comme le montre l’exemple de Mozart ci-dessous :

Deux petites nouveautés viennent d’être ajoutées cet été pour gérer deux cas de figure :

  1. le cas des individus n’ayant pas encore de numéro d’ISNI, donc “Sans ISNI”. Cette option se trouve immédiatemment à droite de la rubrique ISNI, sous forme de case à cocher.
  2. le cas des ensembles (orchestres, groupes, etc.), pour lesquels la rubrique n’existait pas encore.

Deux améliorations utiles donc, même si pour le moment, Dezède ne gère pas les ISNI multiples.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’ISNI et Dezède », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1045

Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ?

Des livres comme source dans Dezède

Les références bibliographiques s’invitent depuis quelque temps dans la rubrique des “sources” de Dezède. L’utilisateur trouve en effet dans tel ouvrage de référence, telle étude scientifique ou tel dictionnaire une information précise permettant de confirmer ou de corriger un événement, et il souhaite le mentionner. Réflexe légitime.

Il faut bien avouer que Dezède n’a pas (encore) été modélisé pour accueillir les études scientifiques, les sources que nous avions envisagées à l’origine étant les sources primaires du spectacle (périodiques, archives, etc.) Mais, en attendant le miracle informatique, il est toutefois possible d’utiliser le modèle des “sources” pour créer une “référence bibliographique” et d’uniformiser nos pratiques et nos méthodes :

      • Type. Choisir “Référence bibliographique” ;
      • Titre. Saisir le titre complet de l’ouvrage (avec son titre secondaire éventuel. NB. Ne pas utiliser la rubrique “Légende” pour saisir le titre secondaire ;
      • Distinction (imprimé / ms.). Si l’ouvrage est imprimé, ne pas utiliser les rubriques “Lieu de conservation” et “Cote” (réservées aux manuscrits et aux archives) ;
      • URL. Saisir le lien ark de la BnF (en fait,  adresse url de la notice correspondante sur le catalogue en ligne de la BnF)  ; si l’ouvrage est en ligne sur Gallica, Google Books, Archive.org, etc., indiquer de préférence le lien d’accès à la ressource en ligne (on privilégiera toujours Gallica) NB. Pas de liens commerciaux ;
      • Auteurs. Normalement utilisée pour l’auteur d’une source (par exemple, le journaliste ayant signé sa critique), il est possible de préciser ici le ou les auteurs de l’étude, et la profession correspondante (musicologue, musicographe, historien, etc.) NB. On n’utilisera pas dans “Profession” la donnée “auteur” (lire ce billet) ;
      • Individus liés. À ne pas utiliser pour les auteurs de l’ouvrage (rubrique réservée aux citations, par exemple d’un dédicataire pour une étude).

L’affichage exclut pour le moment les auteurs, mêmes si ces derniers sont bien indexés dans Dezède.

> Exemple dans Dezède, l’ouvrage de Nicole Wild et de David Charlton.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Comment créer une référence bibliographique dans Dezède ? », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1081