Archives de catégorie : Nouveautés

L’ISNI et Dezède

Dezède veut dialoguer !

Depuis plusieurs années, Dezède gère les numéros d’ISNI (International Standard Name Identifier), qui est un code normalisé permettant d’identifier au niveau international les noms de personnes ou des organismes “impliqués dans la création, la production, la gestion et la distribution de contenus intellectuels et artistiques ou faisant l’objet de ces contenus.” (Qu’est-ce que l’ISNI ?, BNF.fr)

Composé de seize chiffres, le numéro d’ISNI est saisi dans une rubrique des “Informations personnelles” de l’individu, comme le montre l’exemple de Mozart ci-dessous :

Deux petites nouveautés viennent d’être ajoutées cet été pour gérer deux cas de figure :

  1. le cas des individus n’ayant pas encore de numéro d’ISNI, donc “Sans ISNI”. Cette option se trouve imméditamment à droite de larubrique ISNI, sous forme de de case à cocher.
  2. le cas des ensembles (orchestres, groupes, etc.), pour lesquelles la rubrique n’existaient pas encore.

Deux améliorations utiles donc, même si pour le moment, Dezède ne gère pas les ISNI multiples.

Pour citer ce billet : Joann Élart, « L’ISNI et Dezède », Carnet Dezède, 24/08/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/1045

Des professions au féminin

Un compositeur, une compositrice !

Depuis les origines du projet, le modèle de gestion des professions dans Dezède permet de préciser les genres féminin et masculin pour un ensemble de données, dont les professions – le modèle gère également les emplois au théâtre. Pour chacun des deux genres, le modèle invite par ailleurs les contributeurs à définir les pluriels irréguliers.

La gestion de cas difficiles

Dans le cas d’une profession épicène – qui peut être employée au masculin et au féminin sans modification de forme –, il suffit de remplir la rubrique « Nom » [de la profession]. Voir fig. 1 le cas de « violoniste » ou de « violoncelliste », etc. Dans ce cas de figure, il est inutile de préciser le pluriel, puisque le programme ajoutera automatiquement un « s » dès lors que deux données au moins seront publiées pour le même objet.

Fig. 1 – Quand le féminin est identique au masculin, et réciproquement.

Le deuxième cas de figure exige quant à lui un féminin, sans pluriel irrégulier. C’est le cas par exemple d’un « acteur » (« actrice »), ou d’un « animateur » (« animatrice »). Le troisième cas est identique au précédent, à la différence que le pluriel est irrégulier au masculin comme un « amoureux » qui devient une « amoureuse » au féminin, mais des « amoureux » au pluriel. Ce pluriel irrégulier doit être précisé dans la rubrique prévue à cet effet, pour éviter un pluriel qui serait définit automatiquement par le logiciel et qui donnerait l’aberration suivante : “amoureuxs” [sic].

Dernière cas de figure, celui des mots composés ou des locutions en comportant plusieurs, comme « artiste lyrique ». Ici, la formule est épicène, mais le pluriel doit être précisé pour un affichage correct du pluriel sur « artiste ». En effet, par défaut, Dezède écrira « artiste lyriques » [sic] en ne marquant le pluriel que sur le dernier mot. Le cas de « chef d’orchestre » est similaire, mais combine quant à lui toutes les fonctionnalités (fig. 2).

Fig. 2 – Un chef, une cheffe, des chefs ou des cheffes ?

L’affichage des données dans les deux genres

Le véritable enjeu fut ensuite de différencier l’affichage des professions en fonction du sexe de l’individu. Dezède gère automatiquement cet affichage dès que le genre est bien défini dans chaque autorité « individu ». Par exemple, pour la Malibran qui était « chanteuse » et « compositrice » (fig. 3), le choix du féminin est établi par celui du « titre » – Monsieur, Madame, Mademoiselle – qui implique l’affichage d’une donnée plutôt que l’autre (fig. 4).

Fig.3 – La fiche de la Malibran dans Dezède (https://dezede.org/individus/id/2057/)
Fig. 4 – Le choix de la forme est établi par le titre.

Rechercher une profession au féminin ou au masculin

Enfin, ce qui justifie la publication de ce billet aujourd’hui, c’est une récente amélioration de ce modèle (novembre 2017), et en particulier, de l’affichage des réponses de la base de données. Auparavant, seule la forme au masculin était affichée quand on interrogeait la base de données ; le fait de rechercher « chanteuse » par exemple aboutissait à une valeur nulle, alors que la donnée était bien saisie dans le modèle des professions. Cette anomalie qui générait de fait de nombreux doublons a donc été corrigée : dans la rubrique des professions, la recherche, par exemple, du mot « Cheffe » renvoie désormais les résultats dans les deux genres, à la fois la donnée recherchée (« Cheffe ») mais également l’autre forme au masculin (« Chef »).

Fig. 5 – Interrogation de la base de données dans la rubrique des professions au mot “ Cheffe ”

Questions de normes ?

Il reste maintenant à arrêter des règles pour un certain nombre de données, comme « auteur » dont le féminin oscille entre trois variantes : une forme ancienne (« autrice ») et une forme plus moderne venue du Québec (« auteure »). Que dire également du féminin d' »auteur-compositeur-interprète » ? Pour trancher sur ces choix, il faudra probablement réunir un conciliabule de contributeurs, de contributrices et de contributeures !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « Des professions au féminin », Carnet Dezède, 15/01/2018, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/717

De l’internationalisation de Dezède

Dezède est désormais disponible en allemand, en anglais, en espagnol et en italien !

drapeauxLe 12 octobre 2016, une amélioration majeure a été apportée à Dezède : la possibilité de changer de langue et de choisir entre l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien… en plus du français !

Depuis sa naissance, le projet Dezède a été pensé pour un développement vers l’international : nous venons de franchir une première étape décisive en proposant quatre traductions du site (front office et back office), dans les langues que nous avons jugées prioritaires. L’objectif de cette internationalisation est autant de diffuser les résultats des chercheurs et des partenaires français à l’étranger, que d’accueillir prochainement de nouveaux chercheurs et partenaires issus d’autres pays que la France et l’espace francophone.

L’internationalisation de Dezède a été rendue possible grâce au soutien de l’université de Rouen Normandie et de l’Institut de Recherche Inter-disciplinaire Homme Société, ayant reçu le soutien de la région Normandie. Nous tenons à les remercier vivement, et en particulier Mme Isabelle Mulot (IRIHS). Nous adressons également nos plus sincères remerciements à l’équipe des traductrices et des compliments bien mérités pour leur travail : Sara Iglesias pour la version allemande, Diane Tisdall pour la version anglaise, Marie Salgues pour la version espagnole et Rosalba Agresta pour la version italienne.

La traduction du site Dezède a été réalisée en trois temps :

  1. en juin 2016, nous avons relu complètement le site, en y apportant quelques mises à jour ; après quoi, notre développeur a déposé les contenus à traduire dans l’application Transifex : l’opération a consisté à isoler et marquer chacun des mots, expressions et phrases devant faire l’objet d’une traduction en leur associant un identifiant numérique ;
  2. de juin à septembre 2016, les contenus ont été traduits en quatre langues ;
  3. en octobre 2016, les contenus traduits ont enfin été intégrés dans Dezède et associés à un système de bascule permettant de passer d’une langue à l’autre.

Ce système de bascule est placé dans le menu déroulant des langues placé en haut à droite de la barre des menus. Il suffit d’y choisir une langue pour transférer le site, non seulement le front office mais également le back office, dans la langue souhaitée.

capture-decran-2016-10-26-a-07-01-58

L’internationalisation n’a cependant pas pour vocation la traduction des données, notamment des sources transcrites, qui resteront toujours dans les langues avec lesquelles elles ont été produites. Il ne s’agit pour le moment que d’une traduction de l’environnement du site. Notre prochain objectif à moyen terme dans ce domaine est double : 1) ajouter de nouvelles langues de consultation ; 2) soumettre d’autres contenus à la traduction (notamment, toutes les listes de valeurs restées en français).

Puisse cette amélioration contribuer à la diffusion des idées culturelles, historiques et patrimoniales autour des spectacles !

Pour citer ce billet : Joann Élart, « De l’internationalisation de Dezède », Carnet Dezède, 13/10/2016, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/186