Archives de catégorie : Formation

Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède

Dix ans après sa création Dezède accueille plus de 65 000 événements provenant, pour l’essentiel, des domaines du théâtre lyrique et du concert du XVIIIe siècle à nos jours. Dans cet ensemble, le concert symphonique de la Révolution à la Première Guerre mondiale, mais plus particulièrement à partir de 1860, occupe une place importante et réunit plusieurs dossiers volumineux, en tout ou partie consacrés à cette période, achevés et libres d’accès — d’autres sont en préparation et sont amenés à le devenir. Au total, ce corpus contient plus de 1 500 événements et on peut estimer à environ 10 000 le nombre des éléments de programme répartis sur la totalité du territoire français.

Le dossier des Concerts Pasdeloup (1861-1887) est à la fois le premier dans l’ordre chronologique et le plus développé avec ses 593 événements. Il s’intéresse aux activités de la société parisienne la plus importante du XIXe siècle après la Société des concerts du Conservatoire créée en 1828. Malheureusement, cette dernière n’apparaît que de manière très incomplète dans Dezède mais il faut signaler que ses programmes sont accessibles — sous la seule forme d’une transcription des programmes de salle — sur le site personnel de D. Kern Holoman. Presque logiquement, le deuxième dossier de concerts symphoniques est celui des Voyages de Monsieur Pasdeloup (1864-1883) recensant les 44 prestations de ce chef et de son orchestre dans une quinzaine de villes françaises. L’une d’entre elles est Angers dont on peut consulter les onze Premiers concerts populaires (1864-1865). Cette entreprise éphémère ne doit pas être confondue avec celle fondée en 1877 et active jusqu’en 1893 dont on trouvera le répertoire des 455 programmes de concerts en version papier dans Yannick Simon, L’Association artistique d’Angers (1877-1893). Histoire d’une société de concerts populaires suivie du répertoire des programmes des concerts, Paris, Société française de musicologie, 2006, 415 p.

Dossier ne comportant que trois événements, Création et premières auditions de la Danse macabre (1875) est néanmoins riche d’un dossier de presse imposant. Il a par ailleurs le mérite d’esquisser un dossier ayant vocation à voir le jour sur Dezède, celui des Concerts Colonne actifs à partir de 1873. Autre objet singulier, le dossier Exposition universelle de 1878 rassemble les programmes des 111 concerts organisés dans le cadre de cet événement au retentissement international. Plus traditionnel, celui des Concerts Lamoureux (1881-1899) avec ses 451 événements est une pierre supplémentaire à un édifice dont il faut poursuivre la construction, celui de l’ensemble du répertoire des quatre grandes associations de concerts parisiennes (Société des concerts du Conservatoires, Concerts Pasdeloup, Colonne et Lamoureux).

Malgré une présence légitime des sociétés les plus représentatives de la capitale, le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède échappe au tropisme parisien grâce à trois dossiers : celui des Concerts populaires au Havre (1892-1913) (43 événements), celui consacré à Ropartz à Nancy (1894-1914) (223) et les 74 premiers événements du dossier dédié à la Société des concerts du conservatoire de Toulouse (1902-1944).

Dans quelques mois, seront mis en ligne Les orchestres symphoniques français, un dossier-ressources qui proposera une photographie des concerts symphoniques au XIXe siècle entre la création de la Société des concerts du Conservatoire et la Première Guerre mondiale dans l’ensemble de la France. Dans l’impossibilité d’être exhaustive, il contiendra les programmes des concerts d’un panel de sociétés réparties dans sept villes françaises et pour lesquelles le choix s’est porté sur la première saison de chaque décennie — 1831-1832, 1841-1842, 1851-1852, etc. Ce dossier en devenir n’a pas vocation à se cantonner au XIXe siècle, période pour laquelle 605 événements lui sont déjà associés. Même s’il n’est pas encore fini, le travail en cours de réalisation offre néanmoins une vue assez large des programmes des concerts symphoniques et un corpus pouvant se prêter à des études très variées pouvant porter sur les pratiques du concert symphonique, sur son répertoire et son évolution dans le temps et dans l’espace.

Pour citer ce billet : Yannick Simon, « Le concert symphonique en France au XIXe siècle sur Dezède », Carnet Dezède, 16/11/2022, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3792

La musique ancienne à Montpellier sous l’impulsion de Charles Bordes (1905-1909)

Chronique d’une initiation à la recherche par la recherche, chantier mené par les étudiantes inscrites en M2 musicologie à l’université de Montpellier (premier semestre 2022-2023)

AD34, 1J/53

À travers la transcription et la mise en série des sources depuis la fondation de la Schola Cantorum montpelliéraine en 1905 jusqu’au décès de Charles Bordes en 1909, il s’agit d’étudier la diffusion de la musique ancienne à Montpellier au début du XXe siècle. On cherche notamment à documenter ses conditions de production, sa réception critique et l’inscription du répertoire exécuté dans le mouvement scholiste parisien ou dans un cercle de musiciens plus local. Les séances de musique de chambre consacrées exclusivement aux œuvres modernes ont été exclues du corpus.

Placées sous la direction de Pierre Girod, les étudiantes participent ainsi au dépouillement et à la numérisation des sources dans différents dépôts (archives municipales de Montpellier, archives départementales de l’Hérault) afin de reconstituer les événements dans Dezède. Un repérage sur les lieux des concerts a été également organisé le 27 octobre 2022. Une communication sera enfin prononcée le 29 mars 2023 à l’auditorium de Pierres Vives, site des archives départementales, dans le cadre des Nocturnes de l’histoire.

En visite le 27 octobre 2022 dans les rues de Montpellier
Les AD de l’Hérault et son scanner

> Consultez le dossier en cours de réalisation Le renouveau de la musique ancienne à Montpellier selon Charles Bordes (1905-1909)

La musique à Fontfroide depuis 1908

Attiré par les fonctionnalités de Dezède, Màrius Bernadó (Universitat de Lleida) est entré en contact avec notre équipe en mai 2021 pour envisager un partenariat dont l’objectif est d’archiver et valoriser l’ensemble de l’activité musicale présentée dans l’abbaye devenue propriété de la famille Fayet en 1908. Les archives attestent une intense vie musicale domestique que l’on doit au nouveau propriétaire, Gustave Fayet, industriel avisé mais aussi peintre, céramiste, collectionneur et grand amateur de musique. Ses amis et hôtes ont pour noms Odilon Redon, Déodat de Séverac et Ricardo Viñes. Mise en sommeil après la mort du propriétaire en 1925, la vie musicale de Fontfroide est réactivée à partir de 1967 grâce au pianiste Jean-Bernard Pommier qui y organise le festival « Renaissance », puis de 2006 lorsque Jordi Savall s’y installe pour quelques jours chaque été pour y diriger le festival « Musique et histoire ».

Première étape : publication du dossier Renaissance

Dans le cadre d’un enseignement de méthodologie appliquée donné par Joann Élart en master à l’université de Rouen en janvier et février 2022, les soixante concerts du festival « Renaissance » ont été reconstitués à partir d’un relevé sur tableur transmis par Màrius Bernadó. N’ayant alors pas encore accès aux archives des ces concerts, ce premier jet avancé permettait d’initier le partenariat.

Le dossier des concerts Renaissance : https://dezede.org/dossiers/id/445/

Deuxième étape : une première rencontre à Fontfroide

Une première rencontre organisée à l’abbaye de Fontfroide les 18 et 19 mars 2022 a permis de réunir les différents acteurs du projet. Il s’agissait d’une part de faire le point sur le dossier Renaissance réalisé à Rouen et d’autre part d’envisager les prochaines phases de travail : enrichissement et correction du dossier Renaissance (ajout des archives numérisées, correction des programmes saisis à partir des archives) ; création du dossier Musique et histoire ; etc.

Troisième étape : une première formation à Fontfroide

Le premier séjour de travail qui s’est déroulé les 3 et 4 juin à Fontfroide a permis de réunir l’ensemble des partenaires désormais impliqués dans le projet : l’abbaye de Fontfroide, les universités de Rouen, Montpellier, Toulouse et Lleida. L’objectif de cette session était, d’une part, de former de nouveaux contributeurs et, d’autre part, de compléter le dossier des concerts Renaissance et de commencer celui du festival Musique et histoire.

Perspectives

Les résultats obtenus à l’issue du séjour ont dépassé les espérances et ouvrent de larges perspectives. La poursuite des travaux réalisés est d’ores et déjà envisagée et l’élargissement à l’ensemble des activités musicales de l’abbaye à l’étude. Ils prendront la forme de nouveaux séjours de travail avec l’ambition d’y associer plus encore les étudiants des universités partenaires.

La musique à Fontfroide : https://dezede.org/dossiers/id/441/

Illustrations tirées des archives de Fontfroide, concert du 15 mai 1970 avec Alexander Schneider (violon), Paul Tortelier (violoncelle) et Jean-Bernard Pommier (piano).

 

 

La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet

Cours de méthodologie avec les étudiants inscrits en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen (2021-2022)
Costume d’Elleviou dans le rôle de Jean de Paris, opéra-comique de Saint-Just et Boieldieu (avril 1812), dessin de Joly. – Collections BnF
Comme les années précédentes, le cours de méthodologie d’initiation à la recherche propose de découvrir les répertoires des théâtres parisiens et des départements au XIXe siècle, en partant de sources variées (archives, presse, ouvrages) et en proposant une reconstitution normalisée dans Dezède.
Dans un premier temps, nous terminerons l’édition de la chronologie de l’Opéra-Comique sous la Restauration, et poursuivrons celle initiée sous  l’Empire. Chaque étudiant traitera dans Dezède un mois de l’activité de l’institution à partir de différents registres (recettes journalières, recettes à la porte, perception des droits d’auteurs) conservés à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra. Pour rappel, nous avons déjà reconstitué une chronologie complète entre mai 1812 et mai 1828, à laquelle nous ajouterons les derniers mois de la Restauration à partir de juin 1828, ainsi que les premiers mois de 1812. Les archives de l’Opéra-Comique sont hélas lacunaires sur la fin de la Restauration (du 13 août 1828 au 15 avril 1829, ainsi qu’à partir du 13 juin 1830 jusqu’aux Trois glorieuses, les registres sont manquants).
Dans un deuxième temps, nous nous arrêterons sur l’intense activité des théâtres parisiens à partir des annonces publiées dans trois périodiques disponibles en ligne sur Gallica (La Pandore, Le Constitutionnel et Le Journal des débats), et ainsi, pourrons-nous mettre en perspective l’Opéra-Comique dans une offre de spectacles plus large. Pour ce faire, chaque étudiant devra reconstituer les spectacles des différents théâtres privilégiés correspondant à l’activité d’une journée du mois de septembre ou d’octobre 1825, spectacles qui viendront s’ajouter à la reconstitution de la saison 1825-1826 durant laquelle La Dame blanche a été créée à l’Opéra-Comique.
Dans un troisième temps, nous mettrons en perspective le répertoire de l’Opéra-Comique dans un théâtre de province, le Théâtre des Arts de Rouen. Nous poursuivrons le dépouillement de la presse rouennaise sous l’Empire à partir du Journal de Rouen, pour prendre conscience de la circulation des répertoires en province où l’affiche est largement dominée par le répertoire parisien et en particulier celui de l’Opéra-Comique. Nous nous intéresserons à l’année 1812.
Dans un quatrième et dernier temps, nous achèverons un chantier de recherche, qui reçoit actuellement le soutien de la Région Normandie (volet SpectaNum du projet CorNum). La plate-forme Dezède a en effet récemment connu une évolution importante, ajoutant à ses missions celui de constituer une “bibliothèque numérique des spectacles”. Celle-ci recevra un ensemble de manuscrits et d’ouvrages imprimés qui seront à terme connectés aux données événementielles. Nous travaillons cette  année le premier volume  de l’Histoire des théâtres de Rouen de Jules-Édouard Bouteiller (Rouen, 1860) .

> Le 10 décembre 1825 à Paris (échantillon)


Source des illustrations : Gallica

Pour citer ce billet : Joann Élart, « La diffusion du répertoire des théâtres parisiens en France entre l’Empire et la monarchie de Juillet », Carnet Dezède, 15/09/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3424

 

Atelier Dezède #3 (Zoom, 11 juin 2021)

Vendredi 11 juin 2021

créer du lien à distance !

L’équipe Dezède a organisé son troisième atelier à destination des chercheurs et des contributeurs du site .

Le début de la matinée a été consacrée à l’exposé du rapport des activités depuis 2019 (Joann Élart et Yannick Simon), en commençant  par  l’évolution du pilotage et la vie du projet dans un contexte récent de déploiement de la copropriété vers l’Université Toulouse – Jean Jaurès. Dans un deuxième temps, le bilan du projet SpectaNum a été présenté avec notamment les interventions de Marion Blanc et de Déborah Livet qui ont présenté chacune les deux imposants dossiers produits dans ce cadre sur l’orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie et l’Orchestre Régional de Normandie. Après la pause, Joann Élart a dressé quant à lui le bilan des principaux développements réalisés depuis deux ans dans le même cadre : bibliothèque numérique des spectacles, module d’exportation de statistiques, développement de l’interopérabilité avec la création d’un flux de syndication et le dépôt dans Isidore, et, enfin, création d’une nouvelle rubrique, celle des créatrices et créateurs de rôles. La matinée, entrecoupée de discussions, a également été l’occasion de faire le point sur la gestion des autorités, sur  l’entretien des  données et  sur  le Carnet Dezède dont nous souhaitons encourager l’accès aux contributeurs.

Comme lors des deux premiers ateliers, en 2018 et 2019, l’après-midi a été l’occasion d’échanger avec les utilisateurs. Dans une première partie, plusieurs chercheurs ont présenté de récents dossiers dont ils ont dirigé la publication dans Dezède :  Stella Rollet et le dossier des représentations des œuvres de Donizetti en France entre 1831 et 1897 qui vient en appui d’une récente parution chez Classiques Garnier ; Étienne Jardin a reconstitué les programmes du festival de musique organisé  lors de l’exposition universelle de 1878,  dossier constitué dans le cadre d’un ouvrage en préparation.

Yannick Simon a ensuite  présenté les dossiers réalisés par Myriam Chimènes sur Marcel  Proust au concert dans les salons parisiens, Marianne Bouchardon sur les critiques dramatiques dans les journaux et les revues entre 1875  et 1914, Manuel Cornéjo sur Ravel (six dossiers).

Jean-Christophe Branger a ensuite présenté les dossiers de créations dont il a dirigé la reconstitution dans Dezède avec  ses étudiants : la création parisienne de la Tosca de Puccini en 1903 et la création française à Lyon d’Étienne Marcel de Saint-Saëns en 1879. Enfin, Yannick Simon a présenté le projet sur  les Casinos et Joann Élart, celui sur les spectacles à Paris.

Les discussions de la journée  ont abouti à une foire aux questions, qui a permis de faire le point sur des questionnements méthodologiques et de répondre aux différentes interrogations des utilisateurs. En conclusion, quelques perspectives ont pu être tracées.

Les participants : Marion Blanc, Bertrand Bordage, Jean-Christophe Branger, Christine Carrère-Saucède, Jean-Luc Demonsant, Joann Élart, Benjamin Frouin, Pierre Girod, Frédéric Guérin, Étienne Jardin, Déborah Livet, Maxime Margollé, Morgane Marion, Claire Morvannou, Stella Rollet, Yannick Simon, Patrick Taïeb, Denis Tchorek, Sabine Teulon Lardic, Thomas Vernet


Pour citer ce billet : Joann Élart, « Atelier Dezède #3 (Zoom, 11 juin 2021) », Carnet Dezède, 19/06/2021, [en ligne] https://dezede.hypotheses.org/3327