Archives de catégorie : Formation

Dezède à Royaumont : septième résidence et deuxième atelier

La septième résidence du département de Musicologie de l’université de Rouen Normandie à l’abbaye de Royaumont s’est déroulée les 13 et 14 juin 2019.

Réunis pendant deux jours dans la bibliothèque François-Lang et accueillis par Thomas Vernet, trois étudiants (Naomie Charlier, Frédéric Guérin, Claire Morvannou),  Marion Blanc (ingénieure d’étude à l’IRIHS), Joann Élart et Yannick Simon, ont apporté leur contribution au dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) ».

L’objectif poursuivi depuis l’origine et la signature d’une convention entre l’université de Rouen Normandie et la Fondation Royaumont, est de reconstituer l’ensemble des programmes des concerts organisés dans l’abbaye, entre, d’une part, 1936 et les premières manifestations culturelles accueillies par le propriétaire des lieux et son épouse, Henry et Isabel Goüin, et, d’autre part, l’année 1977 marquée par la création du Centre régional de la voix et l’arrivée de Francis Maréchal à la tête de la Fondation. Sous des formes diverses (concerts de La Revue musicale avant la Seconde Guerre mondiale, festival à partir de 1948, saisons musicales et concerts en marge de manifestations culturelles), la musique occupe une place très importante dans l’histoire de la Fondation dont il conviendra, le moment venu, de faire l’histoire. C’est dans cette perspective que se situe le projet de résidence et d’enrichissement progressif du dossier sur Dezède. Cette année a été l’occasion de reconstituer à partir des archives conservées à l’IMEC les quatre dernières saisons musicales à l’Abbaye, de 1974 à 1977. Nous devrions poursuivre ce travail l’an prochain en revenant sur la fin des années 1960.

Au lendemain de la résidence, le 15 juin, s’est tenue la deuxième édition de l’Atelier Dezède, fruit d’une collaboration entre les fondateurs de Dezède et Thomas Vernet qui accueillait aussi ce rendez-vous dans la bibliothèque François-Lang. L’Atelier Dezède réunissait des contributeurs : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Yannick Simon, Denis Tchorek, Patrick Taïeb et Thomas Vernet. La journée a débuté par une intervention de David Fiala venu présenter le volet numérique du CESR de Tours. Cet accueil est le reflet de la volonté affichée des fondateurs de Dezède de tisser des liens avec les autres projets numériques développés dans le domaine de la musicologie. Dans un deuxième temps, des contributeurs, dont certains d’entre eux se rencontraient pour la première fois, ont pu présenter des projets scientifiques achevés ou en cours de réalisation : une réflexion sur les notions d’emploi et de troupe qui restent à modéliser dans Dezède, par Patrick Taïeb et Benjamin Frouin ; le projet SpectaNum par Marion Blanc ; le corps de ballet du Théâtre des Arts de Rouen et le traitement des spectacles de danse dans Dezède par Naomie Charlier ; le dossier des spectacles à Paris pour une approche de moissonnage en masse par Joann Élart ; les orchestres symphoniques en France par Yannick Simon.

L’objectif était avant tout de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs. Comme l’an dernier, il n’a malheureusement pas été possible de consacrer du temps au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français. Ce sujet sera abordé au cours de la troisième édition déjà programmée en juin 2020.

Enfin, cette édition 2019 a clôturé sur le franchissement du ruisseau de Royaumont,  réalisé avec brio par Naomie Charlier !

 

Consulter le dossier « Concert à l’abbaye de Royaumont (1936-1977) » sur Dezède

Atelier Dezède #2 (Royaumont, 15 juin 2019)

Samedi 15 juin 2019
Abbaye de Royaumont – Bibliothèque musicale François Lang
L’équipe Dezède organise son deuxième atelier à destination des chercheurs et des contributeurs de Dezède.
La journée commencera par une intervention de David Fiala qui nous présentera le programme Ricercar, un environnement numérique en musicologie. Nous croyons effectivement important de proposer aux contributeurs de Dezède une ouverture vers d’autres projets numériques dans le domaine de la musicologie.
Dans un deuxième temps, chacun des contributeurs disposera d’une quinzaine de minutes pour présenter un projet en cours de réalisation, à venir ou achevé. La perspective est avant tout celle de susciter des débats et des interrogations qui profiteront tout autant au porteur du projet qu’aux autres contributeurs.
La troisième partie de la journée permettra de faire le point sur des questions méthodologiques sur Dezède et de répondre aux interrogations des utilisateurs.
La fin de la journée sera consacrée au Carnet Dezède dont nous souhaitons permettre l’accès aux contributeurs pour la présentation de leurs réalisations en lien avec Dezède ou avec le projet Espace musical français.
Les intervenants : Marion Blanc, Naomie Charlier, Joann Élart, Gabriela Elgarrista, David Fiala, Benjamin Frouin, Frédéric Guérin, Maxime Margollé, Claire Morvannou, Yannick Simon, Patrick Taïeb, Denis Tchorek, Thomas Vernet

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 : bilan pédagogique de la session 2018-2019

Le travail réalisé dans le cadre d’un cours de musicologie spécialisée en troisième année de licence de musicologie à l’université de Rouen autour du dossier consacré à « la création de Siegfried à Rouen en 1900 » a fait l’objet d’une nouvelle session malgré sa fin annoncée en 2017 dans ce même Carnet Dezède.

Le retour sur ce dossier est dû à la découverte d’un document conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen sans être mentionné dans son catalogue en ligne — c’est dorénavant le cas. Il s’agit d’un livre de souvenirs confectionné par le directeur du Théâtre des Arts de Rouen en 1900, Raoul François. Ce recueil factice est presque similaire à celui réalisé par le chanteur Paul Stuart mais il contient des comptes rendus de presse supplémentaires.

À l’image des précédentes, cette session poursuivait deux objectifs. Le premier était de compléter le dossier de presse associé à la chronologie des représentations de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900. Ce dossier avait été commencé en 2016. La transcription des articles contenus dans les livres de souvenirs du chanteur Paul Stuart et du directeur Raoul François conservés à la bibliothèque municipale de Rouen est achevée. Seuls manquent quelques articles dont la localisation ou la consultation s’est avérée impossible pour le moment. Le second objectif consistait en la rédaction d’un écrit musicologique présentant cet événement et le remettant en perspective. Pour y parvenir, les étudiants pouvaient s’appuyer sur un appareil documentaire mis à leur disposition sur leur espace numérique et sur les nombreux comptes rendus dont ils avaient eux-mêmes assuré la transcription.

Le texte que nous publions a été rédigé par Victor Renneville.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

Victor Renneville, « La création française de Siegfried au Théâtre des Arts de Rouen en 1900 »

Richard Wagner a eu une relation compliquée avec la France. Dès 1839 le compositeur cherche à se produire à Paris, capitale musicale et culturelle de l’Europe, mais se heurte à des échecs successifs. Vingt ans après ses premières tentatives et malgré une popularité grandissante dans toute l’Europe, la création en 1861 de Tannhäuser à l’opéra de Paris fait scandale, provoquant une scission dans l’opinion publique : s’opposent dès lors wagnériens et anti-wagnériens. De fait, ses œuvres exigent des conditions de représentation particulières (comme l’obscurité totale de la salle), qui bousculent les conventions auxquelles le public est habitué. Ces changements et le style singulier et novateur de Wagner ne facilitent pas son intégration dans le paysage musical français. Des difficultés qui s’accroissent en 1870 lorsque la guerre opposant la France à la Prusse fait du personnage de Wagner un ennemi national. Le compositeur devient non seulement un musicien controversé mais aussi un symbole politique : pour ou contre la Prusse, traître ou non à la patrie française. Si le succès grandissant de Richard Wagner dans les autres pays finit par conquérir la France en 1891, c’est néanmoins après que le chef d’orchestre Charles Lamoureux eut essuyé un nouvel échec en montant Lohengrin à l’Eden-Théâtre, en 1887.

C’est en effet en 1891 que la France s’ouvre positivement à Wagner : le 7 février le Théâtre des Arts de Rouen monte Lohengrin, qui connaît un succès fulgurant. Des Parisiens se déplacent et le plus grand soin est pris par les organisateurs pour que la représentation se passe au mieux : la première date a été en ce sens reportée d’une semaine pour plus de perfection dans le travail. Lohengrin est joué vingt-sept fois pendant trois mois, une longévité et un succès qu’aucune autre représentation de Wagner en France n’a jamais connu ni suscité jusqu’alors. Fort de ce succès, le Théâtre des Arts de Rouen compte entretenir cet intérêt du public pour les œuvres de Wagner, à commencer par Lohengrin qui reste au répertoire pendant plusieurs saisons. En 1896 le Théâtre des Arts propose Le Vaisseau fantôme et, un an plus tard, Tannhäuser. Les opéras de Wagner sont ainsi joués soixante-trois fois entre 1891 et 1897, ce qui montre un réel engouement du public rouennais et une belle réussite pour un théâtre de province. L’Opéra de Paris, dans le prolongement de ce succès, donne la première représentation de Lohengrin seulement sept mois après la première rouennaise. Le Théâtre des Arts de Rouen montre dans ses reprises des opéras de Wagner une grande qualité, tant du point de vue organisationnel qu’artistique. Il faut souligner que ce haut niveau de représentation, de surcroît en province, est atteint grâce à un public qui a su s’enthousiasmer et accepter des œuvres nouvelles et différentes.

La création française de Siegfried à Rouen en 1900 se fait dans la continuité des précédents succès du Théâtre des Arts. Le spectacle bénéficie d’une appréciation très enthousiaste et positive de la part du public comme des critiques. Parmi les nombreux comptes rendus parus dans la presse, celui du Monde musical (mercredi 28 février 1900) montre à quel point la réception de la création française est positive :

Il vient d’être fait au Théâtre des Arts de Rouen un effort inouï dont le résultat a été le plus grand triomphe et le plus grand enthousiasme que puisse provoquer l’admiration du drame de Wagner et de son interprétation. Reconnaissons avec bonheur la victoire qu’une belle œuvre, encore inconnue chez nous, vient de remporter ; accueillons-la sans nous retenir de l’emballement qu’elle est susceptible de nous donner et crions bravo et courage à ceux dont les efforts consciencieux et sincères ont produit la grande manifestation d’art à laquelle nous venons d’assister.

La présence de nombreuses personnalités confirme l’ampleur de l’événement. Le public est notamment composé de M. Leygues, ministre des Beaux-Arts et de l’Instruction publique, de M. Cartier, maire de Rouen accompagné de ses trois adjoints, de M. Mastier, préfet de la Seine-Inférieure, de M. Ricard, député, et du général Gallimard. Le public compte encore de nombreux autres militaires venant s’ajouter aux habitants de Rouen mais aussi de Paris. Le déplacement de M. Leygues montre l’intérêt qu’il porte aux tentatives de décentralisation artistique. La représentation bénéficie certes du rayonnement national qu’une telle création peut engendrer, mais dispose toutefois de moyens relativement modestes, ce que le directeur du théâtre, M. Raoul François, s’est employé à pallier. Il a pris un soin particulier à faire paraître des guides à l’attention du public et à mettre en place des navettes depuis Paris pour les amateurs de la capitale. Le succès est bel et bien au rendez-vous, le public ovationnant chaleureusement orchestre et interprètes au terme du spectacle. L’orchestre, dirigé par Auguste Amalou, présente une formation de musiciens moins importante que celle prévue par le compositeur (environ 60 musiciens contre 125), mais n’a pas démérité et obtenu les honneurs de la critique. Les chanteurs et comédiens ont fait un très bel effort d’interprétation, tant vocal que théâtral. La carrière du jeune ténor Charles Dalmorès est lancée à la suite de cette création, et on peut le penser, de façon légitime eu égard aux qualités requises pour un tel rôle. Celui de Mime, incarné par Paul Stuart, fait bonne impression. Il faut remarquer que les conditions de représentation ne sont pas les mêmes que de nos jours : décors et costumes sont les plus réalistes possibles. Ils sont également salués par la critique. Dans le même ordre d’idée, la mise en scène de Siegfried est d’autant plus fidèle aux prescriptions du compositeur, que l’aval de sa femme, Cosima Wagner, avait dû être demandé pour autoriser cette création française.

Siegfried à Rouen en 1900 est ainsi marqué par un succès retentissant : présence de personnages officiels, événement de portée nationale, palmes académiques décernées à certains interprètes, public et critiques conquis. Il ne faut pas négliger le contexte historique et le rapport qu’entretient encore à ce moment la France avec le wagnérisme, marqué par un rejet politique ou par celui du caractère novateur des œuvres. De ce point de vue la création de Siegfried est d’autant plus une réussite qu’elle est une nouvelle étape dans l’apaisement et l’évolution positive du public français pour les opéras de Wagner. Cette création au  succès de grande ampleur montre également que les théâtres de province, sans être capables du faste et du luxe des représentations parisiennes, peuvent prétendre à des représentations artistiques de haut niveau, reconnu par le public, sans oublier les organisateurs, que les recettes de tels succès ne devaient probablement pas manquer de réjouir.

> Consulter le dossier « La création française de Siegfried à Rouen en 1900 » sur Dezède

Spectacles à Paris sous la Restauration

Séminaire de méthodologie spécialisée avec les M2 de l’université de Rouen (2018-2019)

Mme Casimir dans le rôle d’Anna dans Robin des bois [Der Freischütz] de Weber dans la version française de Castil-Blaze et Sauvage

L’objectif de ce séminaire est de confronter les étudiants à un ensemble de problèmes et de techniques qui se posent quand il s’agit d’appréhender la diversité des spectacles à Paris au XIXe siècle. Nous poursuivrons ainsi à alimenter un dossier expérimental qui sera limité à la reconstitution d’une saison complète (1825-1826) pendant laquelle ont été créés entre autres La Dame blanche à l’Opéra-Comique, Robin des bois à l’Odéon ou Léonidas à la Comédie-Française. Il s’agit d’expérimenter une méthode et d’identifier les sources qui permettront de généraliser et d’automatiser la reconstitution des spectacles à Paris sur une période plus large, par une technologie de moissonnage automatique qui reste à imager. Cette reconstitution cherche tout d’abord à regrouper un corpus documentaire des représentations dans les différents théâtres de la capitale à partir de la presse (annonces, comptes rendus). Dans le cadre de notre expérience, il s’agit des théâtres privilégiés, principaux et secondaires, qui sont alors au nombre de douze. L’histoire des institutions et des salles constitue le second axe de ce projet, puisqu’une arborescence de sous-dossiers facilite un accès aux corpus par institution, puis par salle ou appellation. Enfin, un troisième axe de ce projet est de rassembler les sources primaires et secondaires des œuvres (livrets, partitions) disponibles en ligne sur Gallica, Archive.org ou via Google Books, dans l’esprit du dossier des archives de l’Opéra-Comique (voir à titre d’exemple Gulistan pour le répertoire de l’Opéra-Comique, mais également pour les autres théâtres, voir par exemple L’Homme de la forêt du Théâtre de la Gaité).

Les passionnés d’histoire et de théâtre peuvent nous rejoindre dans cette aventure scientifique à dimension pharaonique !

Source de l’image

> consulter le dossier en cours